Nouveautés
Mise à jour n°7 - Toutes les nouveautés.
Les résultats des Awards sont là ! Erika est élue Miss WOI. Aodhan est désormais Mister WOI.
Quant au ship le plus shipé, il s'agit de Merlin et... Sa main droite. .

Partagez | 
 

 I want you to stay | PV Jake

Aller en bas 
Athena Esradóttir
Administratrice
Pseudo : Moose || Melissa Messages : 651 depuis le : 20/04/2018 Avatar : Katherine McNamara Points : 1278 A Reykjavik depuis : Toujours. Âge du perso : 25 ans Emploi/études : Ballerine reconnue

MessageSujet: I want you to stay | PV Jake   30.09.18 18:11


I want you to stay

feat. Athena & Jake

Il est parti depuis quelques temps déjà. Ton acteur, celui qui a décidé de voler ton coeur depuis des années. Ça t'a donné un grand coup quand il t'a annoncé qu'il repartait en tournage et que ça risquait de durer longtemps. Trop longtemps. Au fil du temps, il te donne de moins en moins de nouvelles, vous avez de moins en moins l'occasion de discuter. Et tu te dis finalement que peut-être, peut-être seulement, que les sentiments ne sont pas réciproques. Tu commences finalement à le voir, à le comprendre. De constater que tu t'es accrochée pendant si longtemps à quelque chose qui ne valait pas la peine au final. Sur un rêve, un idéal, que ça. Alors lorsque l'on t'a offert un contrat d'un mois pour participer à la présentation de danse classique d'un spectacle bénéfice qui avait lieux dans une ville pas trop loin de Reykjavik, tu t'es dis que c'était le meilleur moment d'accepter. Le meilleur moment pour te changer les idées. Au départ, ça a été deux semaines de pratique dans ta ville natale où tu faisais le chemin aller et retour chaque fois le temps de passer deux jours à l'emplacement du spectacle bénéfice pour pratiquer avec la petite troupe, puis tu as quitté les deux dernières semaines afin de pratique davantage la synchronisation avec l'équipe et la production. Deux semaines loin de Reykjavik, à environ une heure de route de la ville principale. C'était un petit contrat, après tout. Quelque chose de soudain, que tu n'as pas pu refuser. Le temps loin de la ville t'as fais du bien.

Tu as reçu un message de Jake, entre temps. Jake, ce gars avec qui tu t'entends bien, mais dont tu n'es pas forcément proche. Tout comme tu n'es pas totalement loin non plus. C'est un "ami", bien que votre relation soit majoritairement reliée à la chambre à coucher. Vous vous êtes rencontrés peu de temps après ton retour en ville et la connexion a été automatique. Il se dévoile peu, mais ça ne t'empêche pas de l'apprécier. Après tout, c'est une situation sans réel sentiment, que deux personnes qui se réconfortent mutuellement au creux de draps, au creux des bras de l'autre. Il t'aide à ne pas penser à lui, tu l'aides à ne pas être seul ou peu importe ce qui fait qu'il te contacte lorsqu'il a ce besoin. Tu l'as averti, Jake, que tu n'étais pas en ville pour le reste du mois. Histoire qu'il puisse aller voir ses autres relations libres entre temps. Pourtant, à ton retour, lorsque tu lui as dis que tu étais revenue en ville, son nombre de demande à te voir s'est fait plus grand que ce dont vous aviez l'habitude. Tu n'as pas trop porté attention sur la chose, tu t'es dis que c'était sans doute tout simplement une phase difficile quelconque qu'il vivait. Tout comme toi. Alors sincèrement, tu étais loin de t'en plaindre.

Vos gémissements se mêlent l'un à l'autre comme toujours, avec cette harmonie et cette complicité qui vous envahissent chaque fois que vous vous laissez aller dans ce corps à corps agréable et libérateur. Tu apprends de nouveau ses formes par coeur par tes doigts qui frôlent sa peau, redécouvrant pour une fois de plus le fin grain de sa peau, le contour de son corps musclé. Trois semaines, que tu es revenue. Trois semaines que votre activité charnelle s'est amplifiée. Trois semaines qu'il semble toujours un peu plus possessif dans ses étreintes contre ton corps mis à nu. L'écho du silence vient tapisser les murs alors que vous avez repris votre souffle, que votre respiration haletante s'est éteinte. Et tu as l'habitude de ce qui vient par la suite. Alors tu remets lentement tes sous-vêtements après t'être défait de ses bras, prenant soin de te revêtir lorsque ses paroles te percutent de façon inattendue. Des paroles un peu gênée, sorties avec hésitation. Ça te dirais de rester à manger? La question semble se résonner dans la pièce alors que tu restes surprise. Cela fait plusieurs mois que vous entretenez ce type de relation et jamais, alors jamais, n'avait-il une seule fois proposé une telle chose. Tu l'avoues, une telle demande qui se mêle à ce nombre de rencontres, ça t'amène à te poser des questions, à éveiller des soupçons. Tu retires les cheveux pris sous ton teeshirt que tu viens tout juste de remettre afin de te retourner finalement vers lui. « C'est... Un peu soudain, je ne m'y attendais pas. » Tu réponds finalement, semblant chercher où mettre ton regard. Parce que tu n'oses pas le regarder tout de suite, replaçant une mèche de ta tignasse rousse derrière ton oreille. Pourtant, ton regard s'accroche de nouveau au sien, comme si c'était le meilleur endroit où être au final. « Je ne dis pas non, cependant. » Ta voix se fait douce tandis qu'un sourire vient étirer tes lèvres finalement. Tu ne sais pas pourquoi il te demande une telle chose, tu as la tête pleine de question désormais. Tu te demandes presque s'il n'est pas en train de s'attacher. Ou peut-être que tu lui as manqué, en quelque sorte, pendant ce mois d'absence? Tu n'en sais rien, c'est tellement confus. Tu comptais bien obtenir réponse, par contre. Sauf que chaque chose en son temps. Tout d'abord, accepter sa requête, parce que ça te faisait réellement plaisir de pouvoir rester et apprendre à le connaître un peu plus. Le reste viendrait après.

made by guerlain for bazzart, modified by SarcastikMoose

_________________

let the stars align
Someone in the crowd could be the one you need to know. The one to finally lift you off the ground. If you're the someone  ▬ ready to be found
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t160-athena-esradottir-539-0263 http://walk-on-ice.forumactif.com/t97-athena-never-enough
Jake N. Macnair
Pseudo : Bouu. Messages : 200 depuis le : 29/09/2018 Avatar : Nicolas Simoes Points : 709 A Reykjavik depuis : Septembre 2009 Âge du perso : Trente ans, complètement terrifié par cet âge Emploi/études : Employé à l'ambassade du Royaume-Uni

MessageSujet: Re: I want you to stay | PV Jake   03.10.18 22:32


I want you to stay
La même routine, toujours. L’anglais se lève aux aurores, à peine reposé mais bien assez pour affronter la journée qui l’attend. Un petit déjeuner, sain et rempli d’énergie, quelques heures totalement tournées vers son travail. Puis un passage à la salle de sport avant de chercher la compagnie qui peut bien l’honorer pour la soirée. Une vie bien tracée, pas une once de solitude pour le brun qui la craint bien trop. Pourtant, un léger détail vient troubler cette vie en apparence parfaitement maîtrisée. Une absence pour être tout à fait précis. Une absence qui le dérange bien plus qu’il n’aurait pu le croire, qui pèse sur ses épaules un peu plus lourd chaque jour qui passe. Parce que sa petite rousse préférée n’est actuellement pas disponible. C’est une information comme une autre, juste quelques jours sans elle. Il n’y avait même pas réellement prêté attention lorsqu’elle l’a averti. Mais il faut croire qu’il s’est habitué à la présence d’Athena entre ses draps bien plus vite que prévu, et voilà qu’elle lui manque. Voilà que le soir venu, lorsque sa main s’empare de son téléphone, c’est elle qu’il a envie d’appeler avant de se souvenir qu’elle n’est pas là. C’est ridicule, il n’aime pas être ainsi Jake. Avec ce comportement ridicule d’attachement. Ce n’est pas lui.

Pourtant, quand enfin, la rousse est de retour, il n’essaie même pas de lutter contre ses envies. Il l’invite le jour même, puis le jour d’après et encore d’après et ce soir aussi. Il ne réfléchit pas vraiment à ce sentiment, n’y prête que peu d’attention. Il s’agit simplement d’assouvir un besoin avec quelqu’un dans la même situation, qui ne pose pas trop de questions. Seulement un échange de bons procédés. Et les choses ne seront jamais plus entre eux, il en est persuadé. C’est avec cette légèreté d’esprit et cette conviction qu’il se perd dans cette étreinte charnelle avec la rousse. Chaque soupir, chaque gémissement, chaque caresse, il le chérie un peu plus après toutes les soirée passées ensemble. Le feux d’artifice qu’elle réveille en lui à chaque fois ne s’éteint jamais, contrairement à ses autres conquêtes. Il espère au fond, que les choses seront toujours aussi simple entre eux. Qu’elle ne tombera pas stupidement amoureuse un jour et le laisse tout seul, sans la chaleur que sexuellement la belle peut provoquer en lui.

Alors, quand l’électricité du moment est passé, il ne peut pas vraiment résister à la douceur qui l’étreint. Lorsque ses bras s’enroulent sur elle, lorsque ses embrassades se font si douces qu’il pourrait s’endormir ainsi. Et quand elle se redresse, se rhabille, prête à le laisser seul avec ses pensées bien trop bruyantes, les mots lui échappent avant même qu’il n’ait le temps d’y réfléchir à deux fois. La question semblent les surprendre autant tous les deux et ses joues se colorent légèrement du rouge de la gêne lorsqu’il réalise la portée de sa proposition. Que lui arrive-t-il ? Se rapprocher de cette façon n’est jamais une bonne idée, il le sait. Et pourtant, elle accepte, et c’est tout ce qu’il faut pour faire envoler ses doutes, du moins le temps d’une soirée.

Avec un petit sourire satisfait, tinté d’une certaine gêne, le jeune homme se lève à son tour, enfilant seulement un pantalon agréable. « C’est pas si soudain. Après tout, c’est toujours une bonne chose de bien manger après une séance de sport intensive. » Il lance un petit clin d’œil taquin en direction de la belle avant de s’emparer de ses lunettes et de les poser sur son nez. Il n’aime peut-être pas l’aspect un peu trop sérieux qu’elles lui donnent mais il faut bien avouer qu’il est aveugle sans elles. « On pourrait commander des sushi. Tu aimes bien ? » Rien de très équilibré, mais il peut faire un écart ce soir. Il lui lance un regard interrogateur avant de rapidement commander leur repas. C’est étrange pour lui, de partager plus que du sexe avec quelqu’un à la nuit tombée. Encore plus étrange avec Athena. Et pourtant, cette idée lui semble bien agréable. « Oh, on pourrait aussi regarder un film en mangeant non ? J’ai une petite collection, tu vas être impressionné ! » Tel un grand gamin, il s’empresse de lui présenter avec un éclat fier dans les yeux sa collection impressionnistes de DVD. Ils ont tellement à apprendre l’un de l’autre tous les deux. Après tout, il n’y a bien que leurs corps qu’ils connaissent dans les moindres détails, leur pensées restant bien cachées.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



_________________
† Cut the strings, feel your heart start. Cut the cord, crack this code of silence. All our lives in the hands of tyrants
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t938-jake-n-macnair-501-2552 http://walk-on-ice.forumactif.com/t936-jake-cause-all-you-ever-d
Athena Esradóttir
Administratrice
Pseudo : Moose || Melissa Messages : 651 depuis le : 20/04/2018 Avatar : Katherine McNamara Points : 1278 A Reykjavik depuis : Toujours. Âge du perso : 25 ans Emploi/études : Ballerine reconnue

MessageSujet: Re: I want you to stay | PV Jake   08.10.18 1:16


I want you to stay

feat. Athena & Jake

C'est le quatrième jour. Le quatrième jour de suite qu'il t'invite chez lui, qu'il te demande indirectement de combler cette solitude, d'occuper sa soirée pour un temps dans ses draps avant de repartir. Lorsque tu étais revenue de cette représentation, de ce deux semaines d'absence complète, précédé de ce deux semaines où tu étais à peine disponible pour le voir, ça n'avait pas été très long pour qu'il réclame ta présence. Pour qu'il te demande aussitôt de le voir, d'aller chez lui. Tu l'avais contacté pour lui dire que tu étais de retour en ville, que tu étais de nouveau là si le besoin s'amenait pour l'une de vos petites soirées habituelles. Pour ce petit moment intime occasionnel. Sauf que ça avait été automatique. Pas même vingt-quatre heures t'étais allouées pour te reposer, il te proposait même de faire une sieste chez lui pour te reposer d'abord. Tu n'avais pas su dire non. À quelque part, il te manquait et tu avais bien besoin de ses bras, sa présence, afin de te soulager du stress qui t'avait envahie les deux dernières semaines. Tu avais beau avoir l'habitude de monter sur scène, ton perfectionnisme était mis à l'épreuve chaque fois. La crainte de faire un faux pas, que quelqu'un ne le fasse et qu'un accident survienne, peu importe votre niveau de professionnalisme, ça venait peser sur tes épaules fines. Alors tu avais accepté. Tu ne t'attendais pas à ce que ce soit la première soirée d'une série de quatre, cependant. Tu t'attendais à ce que ce soit comme chaque fois. Qu'il te recontacte la semaine suivante ou quelques-unes après. Le mois suivant, peut-être même. Était-il en train de s'attacher malgré votre accord silencieux d'un réconfort sans sentiment? C'était en train de se jouer en boucle dans ta tête, davantage lorsqu'il te demande de rester. Pourtant, tu te doutes qu'un jour les choses prendront fin. Que l'un de vous deux tomberas amoureux et que vous mettrez fin à cet échange routinier, bien que toujours aussi différent et palpitant chaque fois. Comme s'il venait créer un manque en même temps que de combler un besoin.

Tu acceptes sa proposition, le temps de replacer tes idées, de mettre des mots sur ta confusion, sur tes questions. Parce qu'il allait y en avoir, bien entendu. Plus tard, si tout allait bien. C'est bien la première fois où tu te retrouves à passer du temps avec lui, à avoir la possibilité de discuter. Il y avait bien cette rencontre, certes, la toute première fois, mais ce n'était pas réellement pour apprendre à vous connaitre. C'était davantage des jeux de séduction et une compréhension rapide du besoin que vous aviez l'un et l'autre. De combler un vide, une solitude, quelque chose. Tu ne sais pas ce qui lui cause ce besoin, il ne le sait pas non plus pour ce qui est de toi. Vous savez simplement ce qui en est, la base, le besoin. Rien de plus est nécessaire, après tout. Mais là, vous auriez la possibilité de discuter. D'apprendre à connaître qui il est, qui tu es. Tu ne sais pas grand chose de lui, après tout. Si ce n'est de savoir qu'il n'aime pas dormir collé, qu'il n'est pas tactile contrairement à toi. Tu délaisses un petit rire lorsque tu l'entends. Séance de sport intensive. « C'est vrai que ça creuse vite l'appétit. Et que ces derniers jours remplacent facilement ma séance de sport habituelle. » Tu le taquines gentiment, malgré le sous-entendu. Une façon, peut-être, de le préparer à tes futures questions, à cette curiosité que t'amène ces rencontres répétitives. Peut-être qu'il avait besoin, que quelque chose allait mal dans sa vie et l'amenait à avoir besoin de ce réconfort plus répétitif via la solitude. Tu saurais être une oreille attentive, si besoin est. Peu importe le fait qu'il ne devait pas y avoir de sentiments d'impliqués, tu étais trop empathique pour laisser quelqu'un ainsi dans le besoin. Dans le mal. C'est peut-être un mélange de tout ça qui t'avait amenée à accepter. Découvrir s'il allait bien, le connaître un peu mieux, trouver réponses à tes questions.

Des lunettes s'amènent sur le bout de son nez. Il en portait? Tu ne savais pas, mais alors du tout. Ça lui donnait pourtant du charme, à Jake. Un air sérieux, certes, mais un côté professionnel et... attirant. « Ouh, c'est l'heure de la correction, professeur? Ou t'es simplement aveugle? » Tu n'as aucune idée qu'il n'aime pas l'air sérieux que ses lunettes lui donne. Toi, tu ne fais que t'amuser et te moquer avec douceur. Toi, tu ne fais que rigoler, au final. Histoire de détendre l'atmosphère. Tu l'as bien vue, cette petite coloration à ses joues. Si ça le rend adorable? Bien entendu, mais ça, tu n'allais rien dire. Au lieu, tu acquiesces de la tête à sa question. « Va pour des sushis! » Tu enfiles ton jeans, finalement, le temps que celui-ci commande la nourriture. La chose faites, il est déjà en train de pousser les choses plus loin en suggérant de regarder un film. Un film et du restaurant. Les questions s'enchaînaient toujours un peu plus dans ta tête. Voulait-il que les choses prennent une autre direction? Était-ce un sous-entendu? Tu n'en sais rien.

Tu n'es pas quelqu'un qui est très matérialiste, qui voit les choses en grandeur. Tu gagnes bien, pourtant. Ta célébrité aide pour beaucoup, tu vis très aisément, tu ne te soucies pas du manque monétaire. Pourtant, ça ne t'amène pas à dépenser pour des choses plus grandes que nature. Tu pourrais vivre dans une maison, mais tu ne vois pas l'intérêt. Tu pourrais te vêtir avec des vêtements de marques, mais ça ne te plaît pas forcément. Tu pourrais passer ton temps à manger au restaurant, mais tu aimes cuisiner. Tu n'as pas besoin que l'on t'achète par des objets à grandes valeurs, pas besoin de te faire amadouer par des bijoux en or et toutes ces conneries. Tu es simple, très à terre. Alors lorsqu'il te présente ainsi sa collection, comme un enfant fier de sa possession, te disant que tu en serais impressionnée? Tu ne sais pas s'il cherche à te plaire, s'il tente de t'éblouir avec ses DVDs. Après tout, il sait que tu es connue, que tu gagnes bien ta vie. Des sushis, une collection. Quatre jours. Les informations s'alignent dans ton esprit, mais tu les effaces tout de suite, un sourire aux lèvres en observant la dites collection de DVDs. C'est vrai qu'il en avait pas mal. Tu glisses un bras autour de sa taille, davantage par réflexe de ton côté tactile qu'autre chose. Un geste si simple pour toi, volant un peu de la chaleur de l'homme par le fait-même. Tu as beau avoir grandi en Islande, quatre mois c'était assez court pour se réhabituer à quasi sept ans d'absence dans des températures moins froides. Alors oui, tes doigts sont un peu froids lorsqu'ils se faufilent contre la peau douce à disposition. « Et tu veux regarder quel film, pendant que l'on mange ces sushis? Tu en as beaucoup trop, je ne saurais pas choisir! Ou alors mon choix serait fait une fois qu'on aurait terminé de manger... » Tes lèvres s'étirent de nouveau dans un grand sourire à la suite d'un rire, remontant la tête pour le regarder. Parce qu'il est grand, Jake. Presque autant que Drake, d'ailleurs. Tu t'es toujours sentie trop petite à ses côtés, un peu fragile. Ce n'était qu'une raison de plus qui t'amenait à trouver ses bras réconfortants.
made by guerlain for bazzart, modified by SarcastikMoose

_________________

let the stars align
Someone in the crowd could be the one you need to know. The one to finally lift you off the ground. If you're the someone  ▬ ready to be found
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t160-athena-esradottir-539-0263 http://walk-on-ice.forumactif.com/t97-athena-never-enough
Jake N. Macnair
Pseudo : Bouu. Messages : 200 depuis le : 29/09/2018 Avatar : Nicolas Simoes Points : 709 A Reykjavik depuis : Septembre 2009 Âge du perso : Trente ans, complètement terrifié par cet âge Emploi/études : Employé à l'ambassade du Royaume-Uni

MessageSujet: Re: I want you to stay | PV Jake   13.10.18 11:25


I want you to stay
Jake, il est bon pour se voiler la face et s’empêcher lui-même de s’avouer ce qui paraît pourtant évident au reste du monde. Il est même parfait dans ce jeu-là. Pour lui, s’il a ressenti ce manque aigu lorsque la belle Athena l’a quittée pour son travail, c’est simplement parce que le sexe n’est jamais aussi bien qu'avec elle. Ce n’est que cela dans la tête de l’anglais, cette danse charnelle sans attache aucune qui ne représente rien d’autre qu’un bon moment partagé. S’il n’a pas pu s’empêcher de penser à elle chaque jour depuis son retour, s’il a été incapable de passer trop longtemps sans elle à ses côtés, ce n’est pour aucune autre raison que pour combler ce manque de sentir quelqu’un partager ses draps. Un échange de bons procédés pour deux corps en mal de sentir la chaleur de quelqu’un. En aucun cas, elle n’est là pour combler le manque dans son cœur qui se creuse une place un peu plus importante à chaque jour qu’il passe loin de la danseuse. Et si ce soir, il lui demande clairement et sans détour de rester pour partager plus que simplement leur corps à corps électrisant, ce n’est que parce qu’il s’ennuie tout seul à la tombée du soleil. Pas parce que la voir partir si tôt et le laisser loin d’elle devient de plus en plus difficile. Ces envies nouvelles de câlins dans le lit après l’orgasme qui les prend, le besoin qu’il ne peut se résoudre à assouvir de s’endormir avec les bras autour de sa belle, tout cela ne lui ressemble tellement pas qu’il ne veut même pas accorder la moindre importance à ces pensées sorties de nulle part. Il est aveugle, Jake. Disons plutôt qu’il s’empêche d’ouvrir les yeux sur la réalité, incapable de comprendre qu’il est tout simplement en train de tomber amoureux d’Athena, d’une façon qu’il n’a jamais connue avant. D’une façon qui lui fait peur aussi et que son esprit choisi de le protéger en renforçant la carapace qu’il s’est forgé. Il contrôle tout l’anglais, chaque choix est maîtrisé. Du moins, c’est ce qu’il aime se répéter sans accepter de faire face à la réalité de ses sentiments. Parce que perdre pied, ce serait une défaite pour lui.

Alors, quand elle accepte de passer quelques heures supplémentaires en sa compagnie, autrement qu’en couchant avec lui, il tente de réduire au silence la satisfaction bien trop intense que cette nouvelle lui apporte. « C’est quand même bien plus intéressant de faire tes séances de sport avec moi, n’est-ce pas ? C’est seulement pour te rendre service que je t’appelle si souvent. » Il l’a bien compris le sous-entendu de la rousse dans sa réponse. Il choisit de l’ignorer en rétorquant par l’humour parce qu’il est loin d’être prêt à comprendre pourquoi, naturellement, il a besoin de la voir tous les jours. Sans plus de paroles pour éviter de devoir affronter la réalité des choses, il se lève, attrapant ses lunettes du bout des doigts pour effacer le trouble que ses yeux défectueux projettent devant lui. Il n’aime pas l’air qu’elles lui donnent ces montures et ses lentilles sont, en temps normal, ses meilleures amies. Mais il a oublié de les mettre à cette heure tardive, peut-être aussi parce qu’il n’a plus l’habitude d’avoir de la compagnie chaque soir de la semaine, et il ne peut décemment pas passer le reste de la soirée à prétendre y voir parfaitement alors qu’il est presqu’incapable de distinguer quoi que ce soit. « Je suis aveugle même si t’infliger une correction un de ses jours me paraît une bonne idée. » Il rebondit sur la plaisanterie pour cacher sa gêne et puis, cela lui donne l’occasion d’insinuer vouloir la revoir bientôt. Encore une fois. C’est bien loin de lui déplaire.

Il n’a pas l’habitude de cela, l’anglais. De faire des soirées films. Il ne le fait pas souvent avec ses amis en temps normal, il le propose encore moins souvent aux personnes qui ont pu partager son lit. Jamais, pour être honnête. Mais encore une fois, Athena est différente dans son cœur, même s’il n’est pas encore prêt à l’admettre. Heureux de partager ce moment avec elle, il lui montre avec fierté l’ensemble des films qu’il a pu accumuler. Le cinéma, une de ses passions enfouie qu’il découvre aujourd’hui à la belle. Cependant, il se fige un peu lorsqu’elle passe ses bras autour de lui en un geste tendre et presque naturel dont il n’a pas l’habitude hors des draps. Un geste qui l’aurait effrayé de la part de n’importe qui d’autre. Un geste qui le terrorise encore plus lorsqu’il se rend compte apprécier ce contact autre que simplement charnel avec elle. Alors il ne dit rien, il la laisse l’envelopper de sa chaleur et réveiller doucement son cœur gelé.« On peut manger d’abord et choisir ensuite. » Cela pourra leur laisser l’occasion de discuter un peu. Parce qu’il en meurt d’envie au fond, d’en connaître plus sur cette star islandaise, même s’il ne l’avouera jamais directement. De savoir plus profondément qui elle est, au-delà de leurs ébats dans le lit, au-delà de ce qu’il a pu lire dans tous les magazines à son sujet. De savoir qui elle est vraiment.

Leur repas installés devant eux, assis à la belle et grande table de son salon luxueux, il y a comme un silence un peu gêné qui s’empare de la pièce. Il n’a pas l’habitude, même un aveugle pourrait s’en rendre compte. Le regard bleuté de l’anglais se reporte sans cesse sur le beau visage en face de lui, s’apprêtant à ouvrir la bouche pour au final se contenter de garder le silence. Il ne sait pas trop comment il est censé agir ni même comment amorcer la conversation. Il n’a pas beaucoup d’expérience lorsqu’il ne s’agit pas d’un simple acte de séduction. Il a encore moins d’expérience quand la personne en face de lui semble accélérer les battements de son cœur au moindre sourire à son intention. Il est bien plus impliqué qu’il ne pourra jamais le comprendre. « Alors… Qu’est-ce que tu aimes dans la vie ? A part la danse, j’entends. » Parce qu’il a bien compris qu’elle avait fait de sa passion son métier mais il doit bien y avoir autre chose qui donne un sens à sa vie quotidiennement, qui la rend heureuse. Il est curieux Jake, il a soudainement une envie implacable de tout savoir sur elle. Sur ses petites habitudes, sur ce qui peut bien la faire vibrer quand lui n’est pas là.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



_________________
† Cut the strings, feel your heart start. Cut the cord, crack this code of silence. All our lives in the hands of tyrants
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t938-jake-n-macnair-501-2552 http://walk-on-ice.forumactif.com/t936-jake-cause-all-you-ever-d
Athena Esradóttir
Administratrice
Pseudo : Moose || Melissa Messages : 651 depuis le : 20/04/2018 Avatar : Katherine McNamara Points : 1278 A Reykjavik depuis : Toujours. Âge du perso : 25 ans Emploi/études : Ballerine reconnue

MessageSujet: Re: I want you to stay | PV Jake   21.10.18 1:39


I want you to stay

feat. Athena & Jake

Toi, tu ne comprends pas encore très bien ce qui se passe. Ce qui pourrait sembler évident pour certains à l'extérieur de vos cas. Jusqu'à ton retour, tout ce qui se passait dans ton esprit ne se résumait qu'à un seul prénom: Finn. La douleur de son absence, de le présumer dans les bras de quelqu'un, de savoir qu'il ne reviendrait pas et le cruel manque de ses réponses ont occupés tes pensées sans cesse. Il n'est pourtant pas fautif, l'acteur. Tu n'as jamais été apte à lui dire, jamais apte à décrocher non plus de ce sentiment qui devenait une véritable ritournelle agaçante dans ton esprit. Pourtant, depuis ton retour après une brève absence, l'anglais t'a contacté. Plus d'une fois. Et comme ça, plus aisément, il t'aidait à effacer le jeune homme de ton esprit. Il t'aidait à penser à autre chose, à cesser de te torturer avec ce qui n'arrivera définitivement pas. Cette relation qui n'arrivera jamais. C'était particulier d'avoir autant de questions quant à son besoin si soudain de te voir aussi souvent, mais d'avoir également cette envie de persister sur cette lignée pour te libérer la tête de cette douleur constante. Lentement, mais sûrement, il s’immisçait dans ton esprit, Jake. Il prenait peu à peu la place de cette tête châtaine aux allures un peu jeune enfant. Sa maturité se faisait plus attrayante, comme une bouffée d'air frais après avoir trop longtemps fantasmé sur quelqu'un de ton âge.

« Me rendre service, bien sûr. C'est pourtant vrai que c'est tout de même plus intéressant que de faire du tapis roulant au gym! » Tu fronces le nez sous l'amusement, pourtant bien divertie de le voir utiliser l'humour, peu importe à quel point une telle réponse se voyait cacher une information précieuse. Tu t'en doutais bien, après tout. Parce qu'il semblait avoir compris ce sous-entendu ou du moins, tu crois. Sans quoi, il n'aurait pas ainsi mis l'accent sur l'information, n'est-ce pas ? Tu n'en sais rien. Tant de non-dit, tant d'incertitude. Tant de questions sans réponse. Tu te devais d'y remédier. Une chose à la fois, cependant. Sans quoi tu te retrouverais à lui faire peur ou l'offusquer, peut-être. Toi qui est pourtant si spontanée normalement, si directe. Cette fois, tu faisais attention. Peut-être parce que tu l'apprécies, à quelque part. Peut-être que malgré tout ces ébats charnels sans attachement, à force de les savoir répétitifs et si soulageant, tu finissais par t'habituer à sa présence et te mettre à l'apprécier. Ne serais-ce qu'un peu, le temps de voir qui se cachait derrière ce britannique si agréable contre toi. Derrière ces lunettes, aussi. Une information si banale, pourtant. Il porte des lunettes. "Oui, et alors?" pourrait te répondre quiconque d'autre. Alors qu'en fait, c'était un peu plus révélateur. C'était une information de plus à son sujet, qui se rajoutait à toutes les autres petites informations que tu avais pu prendre au fur et à mesure que tu le voyais. C'était signe que tu te retrouvais dans une situation hors de la norme, sans doute, puisque depuis tout ce temps tu ne l'avais jamais vu avec celles-ci. C'est une intrusion dans l'intimité, sur sa petite vie en dehors de ces échanges enivrants et sensuels. Un détail pour d'autres, une information pour toi. Tu te mordilles légèrement la lèvre inférieure à ses paroles. Certes, encore une fois, ça voulait dire tellement plus, mais tu te contentes d'ignorer un peu. Un pas devant l'autre, rien de trop rapide, rien pour le faire fuir. « On verra bien, dans ce cas, "Professeur"'. » Tu le taquines de nouveau, encore un peu. Tu sais que c'était signe que tu allais le revoir. Sans doute bien plus rapidement que ce que tu ne croyais réellement possible, d'ailleurs. Tu verrais bien une fois le temps venu.

Tu le ressens, contre ton bras. Son corps qui semble se figer un peu tandis que tu passes ton bras à sa taille le temps d'observer sa collection bien trop volumineuse de DVDs. Tu espérais fort que ce ne soit pas une façon de se vanter. Vraiment. La vantardise sur les biens matériels, t'impressionner avec son gain... C'était difficile à supporter. Mais tu lui laisses une chance. Ce n'est peut-être rien de volontaire, surtout. Il ne pouvait pas réellement être en train de chercher à t'épater, n'est-ce pas ? Tu acquiesces de la tête lorsqu'il suggère de manger, puis regarder un film par la suite. C'était donc le double de temps. Non seulement il te demandait de rester après un ébat, il ne comptait pas simplement manger en regardant un film et ensuite te laisser partir chez toi. Non, il comptait manger, fort probablement discuter pendant ce temps puis regarder un film. Y a-t-il quelque chose dont tu n'étais pas au courant? Se sentait-il seul? Après tout, c'était un accord silencieux de votre part, ça. Que votre relation charnelle était pour régler vos soucis. Pour fuir la réalité l'espace de quelques temps, quelques soirées. Tu te devais de savoir.

Le repas. Le malaise qui plane dans la pièce. Tu ne sais pas quoi dire pour la simple et unique raison qu'il semble toujours chercher à vouloir dire quelque chose, te coupant ton train de pensée sur quelque chose à dire, rien que pour au final fermer la bouche ou continuer de manger. Tu replaces une mèche derrière ton oreille, continue de manger les sushis, lui offre quelques sourires en attendant qu'il ose finalement. Pour ne pas le brusquer. Parce que ça se voit, qu'il n'a pas l'habitude. Que c'est sans doute assez rare qu'il doit garder quelqu'un dans ta situation pour manger après un ébat aussi complice. Tu ressens finalement un soulagement lorsqu'il y parvient, lorsqu'il se retrouve apte à dire quelque chose, poser une question. Tu laisses un léger rire en l'entendant ainsi. Ce que tu aimes dans la vie... C'était une question un peu complexe alors que pour d'autres, ce serais si simple. La danse a fait parti de ta vie depuis si longtemps, devenant rapidement ton point central, que tu as un peu mis le reste de côté inconsciemment. Alors tu prends soin d'y réfléchir, à la question, continuant de le faire tout en parlant. « C'est une grande question, ça! Faut dire que la danse, ça fait parti de moi depuis longtemps et c'est tellement satisfaisant comme passion que l'on dirait que je n'ai rien besoin d'autre, mais... J'adore cuisiner, essayer différents plats. Les animaux, aussi. J'adore perdre du temps dans une animalerie, même si ça me fend le coeur de ne pas pouvoir tous les adopter.  Les jeux vidéos, aussi. Le défaut d'avoir été entourée d'amis au lieu de trainer avec les filles de ma classe! » Tu finis par lui sourire, sans savoir si la réponse pouvait se faire satisfaisante. Parfois, tu avais cette impression que plusieurs choses manquait, puisque comme mentionné, tu avais passé la majorité de ton temps à danser, faire du ballet. Oh tu adorais aller dans les boîtes de nuit à l'occasion, tu adorais faire du sport et tout ça, mais c'était relatif à ton métier, en quelque sorte. Alors tu avais évité l'information. Ce n'était pas si intéressant, après tout, n'est-ce pas? Il y avait plein d'autres choses, aussi, comme te balader sur le bord de la plage à défaut d'avoir le courage d'y mettre les pieds, les fleurs, boire un thé enroulée dans ta couverture lorsque le temps se rafraîchit à l'extérieur. Jouer dans les feuilles mortes, sauter à pieds joints dans l'eau après la pluie... et regarder un film en bonne compagnie, un repas en tête-à-tête. Sauf que tu ne pouvais pas lui dire tout ça, n'est-ce pas? Ton petit côté un peu plus romantique. Tu ne voyais pas l'intérêt de lui mentionner, tu voyais encore moins la nécessité de le faire puisque tu ignorais si ce n'était que pour faire de la conversation ou si c'était vraiment par pur curiosité. Si ça se trouve, c'était simplement pour casser le malaise constant dans la pièce. C'était une relation sans attache, tout de même, non..? « Et toi? Dis-moi tout! » Un grand sourire s'amena sur tes lèvres avant d'amener un morceau de gingembre mariné à ta bouche, pour finalement commenter une fois la bouchée terminée. « Les sushis sont délicieux, au fait! » Si tu voulais savoir le prix? Absolument pas. Tu avais assez de confusion comme ça, tu n'avais pas envie de savoir à quel point il avait dépensé rien que pour ce petit repas à deux. Juste le nom de l'endroit semblait luxueux. Tout comme son salon. Ce n'était pas la première fois que tu mettais les pieds dans son appartement, mais tu n'avais jamais vraiment porté attention. Tu espérais que ce ne soit que de la coïncidence, qu'il n'était pas de ces types qui vivent la tête ancrée dans le luxe, incapable de vivre des petits plaisirs de la vie. Ce serais si... décevant, au final.


made by guerlain for bazzart, modified by SarcastikMoose

_________________

let the stars align
Someone in the crowd could be the one you need to know. The one to finally lift you off the ground. If you're the someone  ▬ ready to be found
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t160-athena-esradottir-539-0263 http://walk-on-ice.forumactif.com/t97-athena-never-enough
Jake N. Macnair
Pseudo : Bouu. Messages : 200 depuis le : 29/09/2018 Avatar : Nicolas Simoes Points : 709 A Reykjavik depuis : Septembre 2009 Âge du perso : Trente ans, complètement terrifié par cet âge Emploi/études : Employé à l'ambassade du Royaume-Uni

MessageSujet: Re: I want you to stay | PV Jake   28.10.18 22:17


I want you to stay
Quand il pense à l’avenir, il s’imagine seul, Jake. Avec un chat peut-être, pour avoir un semblant de compagnie. Mais pas de famille. Pas de femme, pas de mari, pas d’enfants. Personne à ses côtés pour partager ses nuits, pour partager ses journées, pour partager sa maison. Pour partager sa vie. Pourtant, les trente ans approchent et il les entend, les remarques de ses collègues. Alors, à quand la copine, le mariage, les enfants ? Faudrait penser à te caser vieux, t’as bientôt la trentaine. La pression de la société sur ses épaules, faisant ressortir un peu plus chaque jour sa phobie de l’attachement et le voilà perdu, Jake. Perdu entre ce qu’il faudrait qu’il fasse et ce qu’il a envie de faire. Voir une personne différente chaque jour, ne penser qu’au sexe sans s’encombrer de sentiments qui sont bien trop souvent synonymes de complication. Et puis, il a rencontré Athena, et au fur et à mesure, il y a quelque chose qui a changé en lui. Bien loin encore de rentrer dans le moule bien défini de la vie qu’une personne de son âge et de sa prestance devrait mener, il y a tout de même des détails qui ne trompent pas. Il s’est mis à devenir presque accro à la rousse. S’il s’agissait d’abord simplement de son corps qui semble être fait pour s’unir à la perfection avec le sien, d’autres aspects se sont rajoutés par la suite. Comme à sa chevelure de feu qu’il regarde briller d’un air presque obnubilé. Comme son odeur qui imprègne ses draps et qui l’aide à trouver un repos plus calme. Comme son sourire, son rire et même ses discussions. Personne n’a réussi à le fasciner de cette façon avant. A tel point même, que toutes ses autres relations ont commencé à sembler fades à côté de l’islandaise à la grâce implacable. A l’humour qui lui arrache souvent des sourires qui sont pourtant si rares d’habitude. A son spontanéité qui le prend toujours au dépourvu mais qui au final, se révèle être leurs meilleurs retrouvailles à coup sûr. Et puis il y a eu cette fameuse nuit où il a rêvé d’elle. De tous deux enlacés dans le lit, de la plénitude qu’il a ressenti, de l’impression étrange d’être presque heureux. Il ne sait pas trop ce qui lui arrive Jake, il se pose mille questions qu’il préfère éloigner pour ne pas devoir affronter l’évidence qui se dessine pourtant devant lui.

Il agit un peu à l’instinct avec Athena, ce soir. Parce qu’en la voyant se rhabiller si vite, il se rend bien compte qu’il n’a aucunement envie de la laisser partir. Aucunement envie de passer la soirée seul alors qu’elle pourrait rester encore un peu auprès de lui. Il ne sait pas trop s’il a bien fait, parce qu’il n’a pas l’habitude et qu’il a peur de tout gâcher. Gâcher quoi, exactement ? Il ne le sait pas trop. Après tout, ce n’est pas comme s’ils étaient en couple ou comme si l’un devait quelque chose à l’autre. Il essaie de se détendre, Jake. Il met ses lunettes sur le nez même si cela revient à dévoiler une partie de lui qu’il n’assume guère, il apprécie l’étreinte soudaine que la belle lui propose même si elle le prend de cours, il commande à manger comme il l’aurait fait pour lui tout seul mais avec le plaisir d’avoir de la compagnie. Il faut quand même avouer que les sushis ont bien meilleur goût lorsqu’ils sont partagés avec elle. Il a vraiment du mal à prétendre que cette situation est normale, à faire semblant que comme tout homme de son âge, il a déjà partagé un dîner en tête à tête avec une personne qu’il apprécie peut-être un peu trop. C’est évident pourtant qu’il n’est pas à l’aise, que les mots mettent bien trop longtemps à arriver pour qu’ils puissent sonner aussi naturels qu’il l’aurait aimé. Et pourtant, elle ne le brusque pas, lui laissant le temps de s’acclimater à la situation et à tout ce qu’elle implique implicitement. Finalement, il trouve sa question parce qu’en apprendre plus sur Athena est tout ce qui lui importe réellement ce soir.

Il mange doucement l’anglais, bien plus intéressé par sa réponse que par les quelconques aliments qui peuvent se trouver dans sa bouche. Alors que les mots de la rousse se déversent, un grand sourire soudain apparaît sur les lèvres de Jake. Encore un, encore grâce à elle. « C’est vrai ? J’adore cuisiner aussi ! Et j’aime beaucoup les animaux aussi, surtout les chats, mais j’aurais peur qu’il s’ennuie tout seul ici si j’en adopte un. » Certainement la phrase la plus longue et la plus enjouée qu’il ait prononcée devant elle. Devant beaucoup de monde, d’ailleurs. C’est si spontané comme réponse, il ne réfléchit même pas à ses mots, ni même à l’excitation dans le ton de sa voix alors qu’il prend conscience avec joie des points communs qui les unient. Il a l’air toujours triste l’anglais, un peu sans vie et au caractère morose. Mais Athena, c’est comme elle avait le pouvoir d’appuyer sur le bouton qui le rendait vivant, et ce soir de façon encore plus flagrante qu’à son habitude. Il n’y même plus cette gêne qui flotte en lui lorsqu’elle lui retourne la question. « J’aime beaucoup les films en tout genre comme tu as pu remarquer. Sinon, j’adore étudier les cultures des différents pays et en apprendre leur langue. Je suis fasciné par l’Islande notamment, je ne serais très certainement pas ici devant toi sinon. » Il ne se souvient même pas de la dernière fois qu’il s’est ouvert à quelqu’un, mais cela lui fait un drôle de bien. « C’est vrai que les sushis sont bons mais puisque tu aimes aussi cuisiner, il va falloir qu’on mette la main à la patte nous-même pour notre prochain dîner. » Parce que oui, il y en aura un prochain.  

Le repas achevé, il prend gentiment la main d’Athena pour l’entraîner de nouveau dans sa chambre, sur le lit encore défait par leur danse charnelle d’un peu avant. « Tu choisis le film, tout me va. On pourra toujours le télécharger si tu veux regarder quelque chose que je n’ai pas en DVD. » Après tout, il n’a que les grands classiques mais il est ouvert à toute proposition. Il s’occupe de mettre le film choisi sur la grande télévision en face de son lit avant de replacer les oreillers et de s’installer dans les draps maintenant froids. « Je suis content que tu sois restée. J’espère que tu n’avais pas d’autres plans. » Cette inquiétude au fond de lui, il ne pourra sûrement jamais s’en débarrasser. Mais il peut bien apaiser ses peurs pour ce soir, les laisser se tarir dans un coin de son esprit pour juste apprécier le bon film sur l’écran et la présence agréable à côté de lui.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



_________________
† Cut the strings, feel your heart start. Cut the cord, crack this code of silence. All our lives in the hands of tyrants
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t938-jake-n-macnair-501-2552 http://walk-on-ice.forumactif.com/t936-jake-cause-all-you-ever-d
Athena Esradóttir
Administratrice
Pseudo : Moose || Melissa Messages : 651 depuis le : 20/04/2018 Avatar : Katherine McNamara Points : 1278 A Reykjavik depuis : Toujours. Âge du perso : 25 ans Emploi/études : Ballerine reconnue

MessageSujet: Re: I want you to stay | PV Jake   16.11.18 20:23


I want you to stay

feat. Athena & Jake

Tu as toujours été une grande romantique, une grande rêveuse. Ton avenir, tu y mets tout l'accent. Ta carrière, déjà, c'est un point des plus importants. Sauf que plus le temps avance, plus ce besoin d'être avec quelqu'un, d'avoir une autre importance dans ta vie que tes amis proches et ton travail, se fait présent. Ce besoin de t'investir dans quelque chose de plus. Si il y a quelques temps encore tu étais persuadée que la personne qui serait à tes côtés se trouverait à être ce châtain, que tu ne rêvais que de ça, aujourd'hui, c'est une forme noire. Une forme sans visage, inconnue. Quelqu'un avec qui tu te sentiras bien, qui comprendra ton acharnement envers ton emploi et tout les sacrifices qui viennent avec. Qui te fera rire et volera ton souffle de par son sourire. Parce que la chose est certaine: tu ne te vois pas vieillir seule. Tu as trop d'amour à donner, tout comme ce grand besoin d'avoir des bras pour t'entourer et t'enlacer au réveil. Une maison, un chat à défaut de te sentir à l'aise avec les enfants. Si tu as pensé à Jake, dans tout ça? Bien entendu. De le voir aussi souvent te rappeler, de chercher à te voir, tu t'es dis un tas de "peut-être". Sauf que chaque fois, tu te confrontes à cette réalité: Ce n'est pas ce qu'il veut. Tu te dois de te le répéter parce que les mots de votre première rencontre sont encore présents dans ton esprit. Il ne veut pas se rapprocher de toi. C'est ce qu'il t'a bien fait comprendre et vos rencontres alors occasionnelles te le laissait savoir clairement. Jusqu'à ce que tu ne reviennes de cette représentation. Quelque chose a changé dans son attitude, dans sa façon de faire et tu ne sais pas pourquoi, tu ne sais pas quoi. C'est assez pour te faire croire que peut-être pourrait-il remplacer cette silhouette inconnue dans ton avenir, tout comme tu te vois confrontée à la réalité chaque fois qu'il te laisse quitter sans plus qu'un corps-à-corps charnel. Sauf que ce soir, tout est différent. Ce soir, il te fait rester, contre toute attente. Et toi, tu ne dis pas non. Parce que malgré tout le reste, malgré tout ce que représente votre relation -ou plutôt, l'absence de-, tu as envie de rester. D'apprendre à le connaître. Même s'il ne faut pas vraiment, que vous n'êtes pas censés. Que c'est interdit depuis le tout début, au final, de vous rapprocher de la sorte et pourtant, ce soir, c'est ce que vous êtes en train de faire.

Tu ne le brusques pas face à sa recherche, face à son besoin de s'acclimater à la situation. Parce que c'est visible qu'il n'en a pas l'habitude et toi, tu es trop compréhensive pour le faire se dépêcher, pour le pousser à deux bras pour le forcer à réagir plus rapidement. C'est un malaise évident, que d'être prise dans ce silence à attendre que quelqu'un ne se décide de parler, de poser une question. Mais tu l'endures, tu le laisses prendre ses repères et trouver comment lui veut que la conversation ne se passe. Puis, il trouve. C'est un soulagement que de briser silence, mais également de voir qu'il réussit lentement à s'adapter. Qu'importe, vraiment, qu'il n'ait jamais vécu une telle chose. Tu es loin d'être celle qui va le juger pour ça, vraiment. Tu t'excites toute seule, d'ailleurs, lorsqu'il répond à tes paroles. Un grand sourire orne tes lèvres. « Même chose pour moi! Je ne sais jamais quand je vais partir de nouveau ailleurs, je suis trop peu chez moi, je n'ai pas envie de rendre un chat malheureux alors qu'il pourrait avoir une famille présente. » Et il y a quelque chose, dans la réponse de Jake, qui fait briller ton regard. Cet enthousiasme, cette spontanéité. Ce côté qui est si différent de celui qu'il t'offre d'ordinaire, si loin de ce côté posé que tu as l'habitude de voir. Ça te plait, de le voir ainsi. Comme si tu avais l'impression de te confronter à une attitude plus naturelle et inédite, qui a longuement été cachée chez l'Anglais. Tu termines de déguster l'un des morceaux de sushis en l'écoutant, un doux sourire aux lèvres, avant de reprendre parole. « Qu'est-ce qui t'a intéressé de l'Islande, d'ailleurs? Ne me dis pas que c'est sa température, je ne te croirais pas. » Tu le taquines dans un rire. Ce serait surprenant de savoir que quelqu'un décide d'ainsi déménager dans cette ville à cause de son froid et ses températures qui sont aussi aléatoires. Rares sont les personnes qui aiment passer de la pluie au froid glacial en l'espace d'une heure, après tout. À moins d'avoir vécu ça toute sa vie, comme les gens natifs de Reykjavik. Tes lèvres s'étirent de nouveau lorsqu'il te parle des sushis, mais surtout par sa mention. Il y aurait une prochaine fois. Ce n'était donc pas une soirée unique en son genre. Le jeune homme comptait bel et bien récidiver ce genre de soirée, aussi surprenant que cela puisse être. Faut l'avouer, ta surprise s'est sans doute affichée une fraction de seconde sur ton visage clair, mais tu étais bien loin -encore une fois- de dire non à une telle chose.

Il te prend par la main, lorsque le repas est terminé. Il te prend par la main pour t'amener jusqu'à son lit. Geste qui a été fait un nombre incalculable de fois lorsque tu venais lui rendre visite pour ces petits moments intimes. Jamais le geste n'avait été fait sans une seconde pensée, sans un but précis qui était loin d'être chaste. Pourtant, le voilà. Il t'amène jusqu'à son lit afin que vous puissiez regarder ce film. Jamais as-tu partagé ces draps en ayant tes vêtements. Jamais sans les garder très longtemps, du moins. Tu choisis un film simple, une bonne comédie, avant de le laisser insérer le DVD dans le lecteur, t'installant confortablement sur le matelas. Les jambes repliées vers toi, le dos appuyé contre l'oreiller apposé à la tête de lit. Ça te fait étrange de partager un moment comme ça, avec lui. Étrange, mais naturel à la fois. Comme si c'est ce qui devrait être. Et toi, tu n'as qu'une envie; te coller à lui. Sauf que tu sais que c'est interdit. Un câlin est un moment profond, t'a-t-il déjà dit. Pourtant, le geste semblait approprié à l'ambiance actuelle. Tu ne résistes pas bien longtemps, d'ailleurs, venant apposer ta tête à son épaule. Un geste soudain, innocent. Après tout, vous vous voyez pour vous apporter du réconfort l'un à l'autre, n'est-ce pas? Peut-être que c'est tout ce dont il avait besoin, au final. D'un peu d'affection, d'un geste tendre. « Si j'avais eu d'autres plans, je te l'aurais dis, Jake. Je suis heureuse que tu m'aies proposé de rester à manger. » Et comme ça, rien que comme ça, la silhouette inconnue prenait très lentement sa forme. Grande, aux yeux perçants, à la chevelure foncée. Ce n'était qu'un début et franchement, tu ne savais pas si la silhouette allait garder cette forme de façon définitive. Mais pour l'instant, il y avait quelque chose de rassurant à lui donner cette apparence.
made by guerlain for bazzart, modified by SarcastikMoose

_________________

let the stars align
Someone in the crowd could be the one you need to know. The one to finally lift you off the ground. If you're the someone  ▬ ready to be found
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t160-athena-esradottir-539-0263 http://walk-on-ice.forumactif.com/t97-athena-never-enough
Jake N. Macnair
Pseudo : Bouu. Messages : 200 depuis le : 29/09/2018 Avatar : Nicolas Simoes Points : 709 A Reykjavik depuis : Septembre 2009 Âge du perso : Trente ans, complètement terrifié par cet âge Emploi/études : Employé à l'ambassade du Royaume-Uni

MessageSujet: Re: I want you to stay | PV Jake   02.12.18 8:44


I want you to stay
Il y a quelque chose qui se libère en lui, ce soir. Comme des chaînes qui se brisent enfin pour laisser place à un certain enthousiasme et une joie de vivre dont lui-même ne soupçonnait pas pouvoir faire preuve. Il a toujours pensé avoir quelque chose de cassé dans son cœur. Il a toujours cru qu’il ne fonctionnait pas bien, du moins pas comme les autres êtres humains. Pourtant, à force de rendez-vous, à force de rencontres, à force de quelques mots échangés, Athena a su débloquer quelque chose en lui. Il en aura fallu du temps, parce que c’est Jake et parce qu’accepter être à l’aise avec quiconque relève de l’effort surhumain pour lui. Pourtant, dans cette soirée, à la lueur de la lumière tamisée, dans les embruns délicieux de la nourriture dans leur assiette, il se libère l’anglais. Peut-être que c’est tout ce qu’il manquait à leurs échanges pour approfondir cette proximité entre eux. Plus que simplement du sexe, plus que quelques mots échangés dans un lit. Un vrai moment à eux, un partage sans arrière-pensées, simplement l’envie d’être l’un avec l’autre quand l’idée de se retrouver tout seul après la tombée de la nuit devient trop effrayante. Il parle avec entrain, il se révèle, il se montre plus au naturel avec ses lunettes sur le nez qui lui permettent d’observer la jeune femme en face de lui. Il a toujours su reconnaître la beauté indéniable en elle. Mais à cet instant, il a l’impression de la redécouvrir d’une façon nouvelle. Cette chevelure de feu soyeuse. Ses yeux clairs perçants, si plein de vie qu’ils lui donneraient presque envie de les observer pendant des heures. Ce sourire presque communicatif pour quelqu’un pourtant habitué à toujours garder un visage neutre. Cette observation fait presque rater un battement à son cœur tellement elle est resplendissante devant lui. C’est une constatation telle quelle, sans aucune pensées salaces derrières. Simplement elle, qui arrive à lui couper le souffle. C’est bien la première fois que quelqu’un lui provoque ce genre de réaction, que lui arrive-t-il ?

Il parle librement, le brun, et il voit la danseuse sourire de plus belle. Ça lui donne étonnamment envie de continuer cette discussion enjouée, simplement pour avoir le loisir d’à nouveau poser ses yeux sur son visage qui s’éclaire. « On devrait prendre un chat pour deux. Comme ça, quand tu es occupée, je peux le garder et inversement. Bon, sauf quand on est occupés tous les deux… Oui en fait abandonnons l’idée, c’est trop foireux. » Pourtant, il y quelque chose de plus concret qui se cache derrière ses mots dont il ne se rend pas compte. Comme l’évocation d’un plan rien qu’à tous les deux, d’un partage autre que leurs moments de solitude. Il s’autorise même à un langage plus léger devant elle, de plus en plus à l’aise dans cet échange qui semble presque naturel maintenant. La prochaine question d’Athena lui fait marquer un temps d’arrêt cependant, et il repose dans son assiette le sushi à l’avocat - sans poisson s’il vous plait, Monsieur est végétarien - qu’il allait manger. Parce que c’est un sujet un peu plus personnel et c’est une étape supplémentaire à franchir pour Jake. Pourtant, il finit par reprendre la parole. « J’ai choisi l’Islande parce que les paysages sont à couper le souffle. Parce que votre culture et vos croyances sont passionnantes. Et aussi, parce que c’est assez loin de l’Angleterre pour m’éviter d’avoir à recroiser certaines personnes. » Comme son père, par exemple. S’il avait su qu’il retrouverait Drake en arrivant dans ce pays du froid, quelle coïncidence incroyable. « Et si bien sûr, la raison principale c’est la température ! Qui n’aime pas se réveiller un beau jour d’hiver et devoir enfiler un manteau de ski si on ne veut pas mourir de froid en allant jusqu’au boulot. » Il rigole de bon cœur l’Anglais, certainement un son que la rousse n’a pas pour habitude d’entendre très souvent.

Il n’a pas envie de la voir partir. Et pour une fois, ce n’est pas parce qu’il n’a pas envie de passer une nouvelle nuit tout seul. C’est plutôt parce qu’il a simplement besoin de passer encore quelques heures avec elle, en sa compagnie lumineuse. Ils se glissent tous les deux dans les draps alors que les premières images du film prennent vie sur le grand écran de la télévision en face d’eux. Il s’installe confortablement Jake, avec les oreillers moelleux calés dans son dos et la grosse couette molletonneuse remontée sur lui. Quand la tête de la danseuse vient se poser sur son épaule, il ne dit rien. Et si une tension imperceptible parcourt son corps, elle meurt rapidement quand il se rend compte que ce geste anodin l’apaise lui-même. Qu’il lui semble naturel aussi, tout comme ses doigts qui viennent doucement se perdre dans la longue chevelure de la belle pour jouer avec les mèches rousses. Un geste d’affection banal pour le reste du monde, pourtant un geste qui veut en dire beaucoup venant du brun. Il ne sait pas comment une telle chose a pu arriver, il ne sait pas bien pourquoi, mais lorsque le générique de fin vient à défiler sur l’écran, ses bras sont enroulés autour du corps d’Athena, son visage enfoui contre le cou de l’Islandaise alors qu’il dort profondément. Lui qui ne s’autorise d’ordinaire jamais aucun contact affectif. Lui qui passe son temps sur le qui-vive, se méfiant de tout et de tout le monde. Se méfiant de lui-même surtout, et de ses propres sentiments. Pourtant ce soir, c’est comme si tous ses signaux d’alarme s’étaient éteints. Comme si son propre corps lui-même refusait de voir un quelconque danger, l’autorisant à rejoindre les bras de Morphée tout en étant lové contre Athena.  

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



_________________
† Cut the strings, feel your heart start. Cut the cord, crack this code of silence. All our lives in the hands of tyrants
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t938-jake-n-macnair-501-2552 http://walk-on-ice.forumactif.com/t936-jake-cause-all-you-ever-d
Athena Esradóttir
Administratrice
Pseudo : Moose || Melissa Messages : 651 depuis le : 20/04/2018 Avatar : Katherine McNamara Points : 1278 A Reykjavik depuis : Toujours. Âge du perso : 25 ans Emploi/études : Ballerine reconnue

MessageSujet: Re: I want you to stay | PV Jake   04.12.18 1:41


I want you to stay

feat. Athena & Jake

Ce soir, c'est différent. Ce soir, c'est particulier de toutes les autres soirées. Non pas seulement parce qu'il t'a demandé de rester, bien que ce soit un cas fascinant à lui-même. Mais parce que ce soir, tu sembles te rapprocher un peu plus du britannique. Ce soir, il s'ouvre alors qu'il ne l'a jamais fait. Les choses se mettent en place lentement d'elles-même, comme si ce tête-à-tête improvisé se voyait la réponse de toutes ces soirées qui se sont faites plus fréquentes dernièrement. Il s'ouvre, l'Anglais, il se confie. Il ne semble pas pour autant des plus à l'aise, pas encore, mais quelque chose débloque lentement. Tu peux le voir dans son regard, dans les efforts qu'il semble mettre en place. Il sort de sa routine tout comme il te tire hors de la tienne. Tu l'observes sous un autre point de vue, en ce moment. Et il est beau. Il n'apparait comme étant uniquement attirant, comme l'homme qui fait battre ton coeur à toute allure lors de vos échanges toujours plus sensuels et explosifs. Non, il est beau, avec ses lunettes, avec son naturel qui tente de percer au travers de la carapace qu'il s'est sans doute créé au fil des années. Avec ces sourires et cette luisance nouvelle dans le bleu de son regard. Et que dire de ce timbre de voix qui se fait plus motivé, plus vivant, comparé à ce côté distant et un peu hautain qu'il t'a fait voir pendant si longtemps.

Un rire quitte ta gorge lorsqu'il évoque son plan qui se détruit au fur et à mesure qu'il continue de parler. « C'est dommage, ça me semblait une bonne idée, à la base ! » Parce que vraiment, jusqu'à ce qu'il ne mentionne le fait que vous soyez tout les deux indisponible, tu n'étais pas contre l'idée d'une garde partagée. Toi, tu ne comprends pas ce qui se cache derrière sa suggestion, ce sous-titre qui ni l'un ni l'autre ne semble comprendre. Tu n'en comprends pas toute l'intimité qui peut se cacher dans cette phrase. C'était sans doute un indice, une piste sur ce qui se passait à l'immédiat entre vous deux, mais vous l'avez tout deux manquer. Le sushi à l'avocat se dépose sur l'assiette du brun et il semble s'arrêter un peu. Comme s'il avait besoin de puiser dans un peu plus de courage pour affronter cette question qui se voyait plus personnelle. Tu souris d'abord tout naturellement lorsqu'il parle de la nature de l'Islande. C'est bien quelque chose qui t'avait manqué, ça, quand tu as quitté pour voyager avec les différentes troupes. Ton sourire se fait plus amusé lorsqu'il aborde le sujet des croyances. C'est vrai que ce n'est pas tout le monde qui a un peuple caché dans sa nature-même. Sauf que vient l'aveu, au final. Celui qui doit l'avoir fait cesser de manger, à la base. Celui dont il avait besoin d'un peu plus de force pour parvenir à faire sortir. Ton sourire s'attendrit, qu'un peu. Sauf que toi, tu sais choisir tes batailles. Tu ne peux pas le forcer trop rapidement à parler de tout ça. À se confier d'un seul coup, plus ouvertement. Tu ne veux pas le brusquer, tu ne veux pas le faire se refermer comme une huitre. Alors tu te contentes d'une phrase plus simple, qui démontre ton intérêt, mais qui lui laisse savoir qu'il n'a pas besoin de se presser. Que tu l'écouteras lorsque lui se sentira prêt à le partager, non pas parce que tu lui auras forcé la main. « Tu me parleras de ces personnes, un beau jour? Que je sache qui je dois remercier de t'avoir fait fuir jusqu'ici. » Et tu souris un peu plus, amenant un sushi au saumon cru entre tes lèvres, rigolant tandis qu'il vient faire sa remarque sur la température. C'est complexe, la nature islandaise. Tu le sais parfaitement, ça. Mais ce qui est nouveau, cependant, c'est ce rire. Ce son mélodieux que tu n'as pas eu l'occasion d'entendre souvent. Et tout comme ces lunettes sur le bout de son nez et ses traits définis, il est beau. Naturel. Charmant. Un doux son que tu souhaites pouvoir entendre de nouveau, plus souvent. C'est sans doute pour cette raison, inconsciemment, que tu as mis une comédie.

Ta tête s'appose à son épaule et tu lui voles une partie de la couverture lourde et confortable afin de te mettre à l'aise également. Des doigts s'amènent à ta chevelure et tu te contiens de ramener ton regard vers lui. Parce que tu sais que si tu le lui fais prendre conscience, sans doute cessera-t-il. Et tu ne veux pas qu'il retire ses doigts des mèches rousses. Tu ne veux pas qu'il cesse de s'ouvrir à cette tendresse qui te fait autant de bien qu'elle ne doit lui en faire à lui. Parce que tu sais qu'il n'est pas habitué à tout ça, mais il ne dit pas non. Sans doute parce que malgré lui, c'est quelque chose dont il avait besoin. Alors tu ne fais que te caler un peu mieux, plus confortablement contre lui tandis que tu gardes ton attention sur le film qui joue en face de vous sur l'écran. Ce n'est rien de banal, ce qui se passe. Et tu ne veux pas qu'il prenne peur, tu ne veux pas qu'il se referme en s'interdisant ce laisser-aller. Alors tu restes ainsi, contre lui, le long du film jusqu'à ce qu'il ne se déplace sans que tu ne prennes trop conscience. Parce que toi, tu es absorbée dans le film, dans ce cocon de tendresse qui s'est formé au fil du temps qui passe. Tu ne prends pas conscience qu'il est rendu avec ses bras autour de toi et son visage au creux de ton cou. Ce n'est que vers la fin que tu entends sa respiration longue et stable, le corps qui s'est alourdit depuis le début. Il s'est endormi, l'Anglais. Tes doigts caressent distraitement l'un de ses bras autour de ton corps, pressant doucement ta tête à la sienne, laissant le générique se terminer et l'écran s'assombrir pour revenir au menu de sélection finalement. Ce n'est qu'à ce moment que tu te décides de finalement bouger un peu, tout doucement pour ne pas le réveiller trop brusquement, afin de murmurer un peu plus près de lui. « Jake? » La voix est basse, calme, pour que tu puisses peu à peu le réveiller en douceur, tes doigts remontant contre son épaule pour la caresser lentement de ton pouce. « Le film est terminé, je vais rentrer. » Tu continues sur le même timbre de voix. Tu sais bien que vous n'êtes pas à l'étape de dormir l'un contre l'autre, à te laisser passer la nuit chez lui. Pas de façon aussi chaste, dans tout les cas. N'est-ce pas? Tu savais que cette soirée était terminée comme celui-ci s'était endormi et que toi-même tu ressentais la fatigue presser à tes épaules. Alors tu voulais simplement l'avertir, surtout pour ne pas quitter en douce sans l'avoir averti, sans lui avoir dis bonne nuit ou remercié pour cette soirée agréable.
made by guerlain for bazzart, modified by SarcastikMoose
[/color]

_________________

let the stars align
Someone in the crowd could be the one you need to know. The one to finally lift you off the ground. If you're the someone  ▬ ready to be found
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t160-athena-esradottir-539-0263 http://walk-on-ice.forumactif.com/t97-athena-never-enough
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: I want you to stay | PV Jake   

Revenir en haut Aller en bas
 
I want you to stay | PV Jake
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Oriane Ω stay alive. (finiiiiiiii)
» Do you mind if I stay with you? - Adonis NIGHTSPRINGS
» (M)Au choix ~ Jake Muller
» Oh darling stay with me | KALEY ♥
» (lily) stay strong, stay gold.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Walk on Ice :: RPs-
Sauter vers: