Nouveautés
Mise à jour n°4 - Quelques petites nouveautés voient le jour !
Toutes les informations.
Tumblr - Découvrez le Tumblr du forum ici.

Partagez | 

 Nice to meet you, I guess ? ft Bertel and Gílly


Only the Icelanders can Walk on Ice.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t927-lukka-the-sweet-one

Identity Card
Pseudo : Mushie Messages : 35 depuis le : 27/09/2018 Avatar : Sandra Lyng. Points : 115 A Reykjavik depuis : toujours. Âge du perso : 25 ans. Emploi/études : hydrogéologue

MessageSujet: Nice to meet you, I guess ? ft Bertel and Gílly   29.09.18 22:18


NICE TO MEET YOU, I GUESS ?  
FEAT BERTEL AND GÍLLY
TEXT-  Réponds-moi Lukka, qu’ai-je fait de mal ? 

Ladite Lukka ne pouvait pas s’empêcher de relire le message en boucle. Elle se sentait coupable de lui faire vivre ça, de le laisser dans le noir complet. Puis, il lui manquait atrocement. Quelques jours loin de lui et elle ressentait déjà ce manque qui lui faisait mal à en crever. Elle voulait juste le retrouver, se faire bercer par ses mots doux et ses gestes tendres. Mais, elle devait penser à elle et au bébé. Si elle retournait auprès de son fiancé, elle avait peur de sa réaction et de ce qu’elle ferait face au rejet du futur papa. C’était donc beaucoup plus simple de fuir, de ne pas faire face à ses responsabilités. Elle se torturait avec ce message jusqu’à ce qu’une main familière attrape son téléphone. Elle croisa le regard de son frère et comprit bien vite qu’il n’allait pas lui rendre de si tôt et ce n’était pas plus mal comme ça.

« Il mérite mieux. »

Murmura-t-elle à mi voix. Ce qu’elle venait de lui dire lui faisait mal au coeur, elle ne voulait même  pas imaginer Jonas avec quelqu’un d’autre. Son frère se posa alors à ses côtés dans le canapé et la blonde se mit en position allongée, sa tête reposant sur les cuisses de son frère. Elle s’était réfugié chez lui dès qu’elle avait appris pour sa grossesse et, sans surprise, il l’avait accueilli à bras ouverts. La présence de Bertel avait le don de la rassurer et de lui donner un peu plus de courage.  Elle tendit alors le bras, attrapant la télécommande afin de lancer un film.

« Vas-y, choisis un film. Mais pas quelque chose de romantique, koko. Par pitié. »

Lukka n’avait absolument pas envie de voir un couple amoureux à l’écran alors que sa vie sentimentale était aussi chaotique. Elle laissa donc son frère choisir ce qu’il voulait, peut-être que cela lui permettrait de penser à autre chose pendant deux petites heures. Koko, le surnom qu’elle avait donné à son frère après son stage en Pologne. Koko était le raccourci de Kochanie qui voulait dire mon amour dans la langue du pays. Lukka ne l’appelait jamais par son prénom, elle utilisait toujours ce petit surnom là. Si un jour elle venait à l’appeler Bertel, c’est qu’elle n’était pas contente du tout… Par habitude, ses doigts se perdirent sur le bras de son frère et elle le lui caressa légèrement. La blonde avait toujours été une personne très tactile et encore plus avec son frère. Elle était très câline et c’était ce genre de moment qui arrivait à la mettre de meilleure humeur.

Absorbée par le film tout en continuant ses caresses, Lukka n’entendit pas la porte d’entrée s’ouvrir puis se fermer. Elle eut donc un léger sursaut en remarquant une jeune femme les observer et agrippa fermement le bras de son frère.

« Koko, y’a quelqu’un !  »

Toujours sous le coup de la surprise, le coeur de l’hydrogéologue battait à la chamade. C’était pas bon pour le bébé de lui faire une peur pareille. Elle observa alors plus en détails la nouvelle arrivante. Elle était belle à se damner et il ne lui fallut pas longtemps pour comprendre de qui il s’agissait. Elle se redressa alors légèrement, libérant Bertel de son emprise.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t225-gilly-vagnasdottir-543-1203 http://walk-on-ice.forumactif.com/t221-gilly-vagnasdottir-no-pai

Identity Card
Pseudo : Mustang Kid Messages : 481 depuis le : 28/04/2018 Avatar : Bridget Satterlee Points : 1316 A Reykjavik depuis : Toujours Âge du perso : 24 ans Emploi/études : Starlette de télé-réalité (RIP vos cerveaux) et mannequin reconnue

MessageSujet: Re: Nice to meet you, I guess ? ft Bertel and Gílly   29.09.18 23:08
Nice to meet you, I guess ?
Bertel, Lukka & Gílly.
Depuis presque deux heures, Gilly fixait régulièrement l’écran de son téléphone dans l’attente d’une réponse, d’un signe... De quelque chose. Sa relation avec Bertel n’avait jamais été aussi vulnérable… et il fallait bien dire qu’elle hésitait encore grandement à y mettre un terme pour se protéger de toute cette tumultueuse souffrance qu’il n’arrêtait pas de lui apporter. Un coup, l’idylle était totale, Bertel s’ouvrait à elle et il n’y avait rien de plus à faire pour que Gilly s’en trouve comblée. Le lendemain… c’était tout le contraire. C’était une peur qui ne la quittait plus désormais, qu’il se referme, qu’il se taise ou s’éloigne… qu’il la laisse encore toute seule dans le noir de ses terreurs et de sa solitude. Elle avait une angoisse terrible, à l’idée seule qu’il puisse encore quitter la chambre en l’abandonnant comme il l’avait fait une fois, au propre comme au figuré. Combien de fois était-elle revenue, avait elle fait un geste ? Et lui aussi ? Pourtant, malgré les efforts il semblait que rien n’était plus difficile que de l’aimer, lui. Alors qu’elle n’arrivait à rien faire d’autre que ça.

Et le message qu’elle lui avait envoyé restait sans réponse encore maintenant. L’heure tournait, et avec elle la boule au ventre qui grossissait. Depuis quelques temps Bertel se faisait presque distant, silencieux… encore. Et ça la bouffait, Gilly. Elle cherchait à comprendre et à mettre ça sur le dos du travail. Il était occupé, non ? C’était forcément ça. Mais la confiance qu’elle n’avait aucunement en elle la laissait toujours dans le doute. Dans l’expectative qu’il ne s’éloigne parce qu’encore une fois, elle n’était pas assez bien, ni jolie, ni intelligente, ni sortable… Qu’il puisse en avoir marre de cette relation secrète ou de son image publique. Bref, parce qu’elle était minable. Alors plutôt que de rentrer chez elle, Gilly demanda à son chauffeur de faire un crochet par chez Bertel. Il connaissait le chemin par cœur désormais, à force d’y faire des allées retours bien que ses derniers temps il ne l’y avait plus tellement conduit. A la base, le crochet n’avait servi qu’à la rassurer mais en voyant la voiture du Tout-Blond stationnée devant chez lui, son cœur fit une embardée. Tout lui passa par la tête, de l’ignorance dont il faisait volontairement preuve à son égard… à quoi ? Sa lassitude ? Prise de panique, Gilly sortit de la voiture pour filer en direction de l’entrée. Là, elle resta un instant à réfléchir. Sonner ? Pour qu’il puisse cacher quelqu’un ? Comme la fois où James s’était planqué comme un lâche… Gilly était donc entrée. Sans prévenir, sans sonner. Persuadée de le trouver assoupit quelque part où à bosser, la tête dans son ordinateur cependant… Au moins elle lui ferait une petite surprise, de quoi s’apaiser et repartir plus sereine s’il était occupé. Mais la vision qu’il offrit arracha encore une fois une douleur vive à l’actrice. Il était là… sur le canapé. Une connasse sur les genoux. Salope…  Et lui. Lui, c’était vraiment le pire des enfoirés. La douleur était telle qu’elle n’entendit rien l’espace de quelques secondes. Ses oreilles ne faisaient que bourdonner. Et à le voir avec une fille, ça ne lui venait même pas à l’esprit que cela puisse être autre chose qu’un flagrant délit.

Bah oui Koko, y’a quelqu’un ! Et ce quelqu’un va très probablement t’arracher tes putains de couilles !

Après avoir encaissé la douleur, un très bref déni, c’était la colère qui animait Gilly. Et voila qu’elle explosait cette fois, tellement malade à l’idée qu’il se soit fichu d’elle tout ce temps. Il n’y avait pas même la place pour le doute, parce qu’à force de la réduire, de l’avoir frappé encore et encore d’épreuves et d’expériences malheureuses, c’était presque logique qu’il se tourne vers une autre fille. Mais la rage la poussa à jeter son sac. Un peu plus, et elle le faisait en plein dans la tronche de cette pouf. Et dans un geste totalement incontrôlé l’actrice trouva le premier objet qui lui tombait sous la main pour le lancer à travers la pièce. Bien sûr, elle avait visé Bertel. Mais aveuglée heureusement, c’était passé à bien un mètre de lui…

C’est qui cette… cette sale pute, Bertel ?! Tu te fous vraiment de ma gueule !
©️️Pando

_________________
Would you hear my voice if I was always quiet. Would you hold my hand if I was going to fall. Would you cry for me would you know my name at all. Would you be my friend if no one was around. Would you hold me close if I was in the cold ? Would you care would you be there. For the soul behind the face ?


Would you love me for what I am ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t68-bertel-fririkson-598-1928 http://walk-on-ice.forumactif.com/t67-bertel-fririkson-n-importe
Administrateur

Identity Card
Pseudo : pounou Messages : 663 depuis le : 27/03/2018 Avatar : Vidar Villa Points : 1190 A Reykjavik depuis : sa naissance Âge du perso : 25 ans Emploi/études : Directeur des ventes chez Icelandic Glacial

MessageSujet: Re: Nice to meet you, I guess ? ft Bertel and Gílly   30.09.18 0:18
Nice to meet you, I guess ?
J'ai, j'ai vu dans ma tête, qu'on allait se fâcher, qu'on allait se lâcher tout en laissant faire ce qu’on voulait pourtant cacher. Chérie s'il fallait se taire alors j'ai vraiment tout gâché. J'ai-j'aimerai que tu cèdes à mes propositions, éloignons-nous d'ici, prends ça comme une mission, devenons invisibles. Je lui ai dit : "à tout à l'heure", elle a pris ça comme un missile
Comment ne pas se sentir bouleversé ? Les jours défilaient, mais l’angoisse logée dans sa poitrine ne se délogeait pas. Il aurait préféré que ça arrive à lui. Que… Pas qu’il tombe enceinte évidemment, mais que Gilly le quitte, qu’Icelandic Glacial tombe, que le ciel s’abatte sur ses épaules plutôt que sur celles de sa sœur. Il n’avait pas hésité une seule seconde à l’héberger. Ne pas pleurer en la tenant dans ses bras avait relevé de l’impossible mais… Il s’y faisait. L’idée de devenir tonton se faisait une place dans sa tête mais soulevait en même tout un tas de questions et d’incertitudes. Il avait accepté de taire le secret, de tenir son père et sa mère loin de tout ça mais plus les jours passaient et plus il voulait les tenir informés. Tout se mêlait dans sa tête, la question du père, de l’avenir de l’enfant, du secret, tout… Et les incertitudes le prenaient à la gorge, l’avaient inconsciemment éloigné de Gilly parce que lorsqu’il s’agit de la famille, tout passe après. Il s’était recentré sur la seule femme qu’il avait toujours aimée en dehors de sa maman : Lukka. C’était horrible de se sentir aussi inutile, de ne pas pouvoir lui apporter plus de soutien que des mots et des câlins. Les cernes qui grandissaient tous les jours sous les yeux de la blonde le remplissait de chagrin. Mentir tous les jours le mettait mal à l’aise. Mentir à n’importe qui c’était rien, il s’en fichait, mais pas à ses parents. Si sa plus grande angoisse concernait sa sœur jumelle, il était aussi terriblement inquiet pur Jonas, avec qui, avec le temps, il avait noué de gros liens. Il mourrait d’envie de l’appeler, de lever le voile sur la vérité et de le supplier de se bouger mais il faisait rien. Il gardait religieusement le secret. Parce que c’était Lukka et qu’il ne voulait pas la trahir.

Assis sur son canapé, il avait pris un jour de congés et poussé sa jumelle à faire la même chose en prétextant aux parents le mariage de vieux amis d’école. Les sourcils froncés en tentant de décrypter le SMS que sa sœur lisait, il reconnut le nom de Jonas et s’empressa de lui arracher le téléphone des mains. « Arrête. » Lukka avorta sa tentative de récupérer son téléphone en croisant son regard. Oui il voulait qu’ils se réconcilient et qu’elle lui parle mais aujourd’hui c’était repos. « Je te demande juste d’oublier pour aujourd’hui. T’es pas bien avec moi là ? » Il fit une fidèle imitation du chat potté et jeta le téléphone de la blonde dans le fauteuil en face de lui. « Punie. » Un léger sourire flotta sur ses lèvres et Lukka s’allongea sur le canapé, la tête sur ses cuisses. Il attrapa sans mal la télécommande qu’elle lui tendait et chercha immédiatement dans les films de super héros. Impossible d’échapper aux histoires romantiques mais au moins, dans les Marvels, elles ne représentaient qu’une toute petite story line. « Captain America Civil War ? » Il n’attendit pas qu’elle lui réponde pour démarrer le film et bougea ses fesses pour mieux s’installer dans le canapé. Les caresses qu’elle lui donna au bras releva ses poils dans un frisson agréable. Ils avaient toujours été tactiles, Bertel et Lukka et pour rien au monde il ne changerait ça. Il posa la télécommande sur le ventre de la blonde et se concentra sur le film. Il était le premier à cracher sur les Américains, mais possédait tous les derniers produits Mac et raffolait des films Marvel.

Concentré dans ce dit film, il en oublia sommairement la montagne de soucis qui s’écroulait sur ses épaules. Il se sentit plus léger et les caresses de sa sœur sans doute concouraient à ce sentiment d’apaisement. Il sursauta en revanche lorsque la porte de son appartement claqua et que Lukka se leva brusquement. Il n’attendait personne et en vérité, n’avait communiqué avec personne ces derniers jours en dehors de sa sœur adorée. Quelle fut sa surprise quand il reconnut le visage de Gilly marqué par la colère. Une nouvelle fois. Il n’avait pas les épaules pour une nouvelle dispute. Pas maintenant. Mais les deux yeux de la starlette le fusillaient. Elle avait de ces regards que seules les femmes parviennent à invoquer et en deux temps, trois mouvements, elle attrapa un objet et il vola si près de lui qu’il le sentit presque le toucher. « Putain, Gilly ! » Il se tourna immédiatement vers sa jumelle pour vérifier qu’elle n’ait pas été touchée et se leva pour se mettre en porte à feux entre les deux femmes. « C’est ma sœur ! C’est Lukka ! Mais t’es pas bien ! » Tous les muscles de son visage s’étaient tendus et traduisaient sa colère. Elle avait failli toucher à sa sœur, et ce serait difficile à pardonner. Pas dans son état, pas avec ce petit être qui grossissait dans son ventre. Evidemment, Gilly n’était pas au courant, mais son instinct de famille prenait le dessus. Qu’elle essaie une nouvelle fois de la toucher, elle allait voir.
©️ nightgaunt
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t927-lukka-the-sweet-one

Identity Card
Pseudo : Mushie Messages : 35 depuis le : 27/09/2018 Avatar : Sandra Lyng. Points : 115 A Reykjavik depuis : toujours. Âge du perso : 25 ans. Emploi/études : hydrogéologue

MessageSujet: Re: Nice to meet you, I guess ? ft Bertel and Gílly   30.09.18 10:21


NICE TO MEET YOU, I GUESS ?  
FEAT BERTEL AND GÍLLY
C’était sûrement ça qui était aussi dur pour elle aussi. Devoir taire la vérité à ses parents, ne pas être capable d’être honnête avec eux. Lukka leur disait tout, elle ne leur avait jamais menti. Ca la tuait de ne pas pouvoir se réfugier chez eux et invoquer leurs mots rassurants. Mais, elle n’était pas prête à les affronter, pas prête à voir cette déception s’emparer d’eux. Elle voulait garder son statut d’enfant modèle, elle ne voulait pas les décevoir. Elle s’était donc enfermé dans son mutisme, décidant d’être en contact le moins possible avec eux. Cela faisait quelques jours qu’elle ignorait les meetings, qu’elle prétextait avoir beaucoup trop de travail que pour se permettre de quitter son laboratoire. Elle s’en voulait furieusement d’agir de la sorte. Et puis, il y avait Jonas. Jonas a qui elle cachait tout, l’homme de sa vie, celui qu’elle avait laissé en plan parce qu’elle avait peur, elle était mortifiée. Mais, c’était plus facile de fuir et de se cacher derrière un mensonge rassurant plutôt que de lui faire face et d’être encore plus blessée face à la dure réalité. Cela ne l’empêchait pas de pleurer tous les soirs, de se laisser envahir par la tristesse et par les remords. Elle se sentait coupable et vivait avec celle boule à la gorge qui ne semblait pas la quitter. Elle ne réalisait pas encore totalement qu’elle allait être maman… Dans sa tête, elle en était seulement à l’étape de la réalisation.

Alors, elle se torturait, elle remuait le couteau dans la plaie parce que c’est tout ce qu’elle méritait. Elle était en train de faire souffrir la personne qu’elle aimait et elle ne pourrait jamais se pardonner pour ça. Elle savait que, pour Jonas, le silence était plus douloureux qu’une réponse. Peut-être que si elle avait répondu, il aurait pu tourner la page, être apaisé. Mais, elle se la jouait égoïste, elle le laissait dans le flou total justement pour ça. Parce qu’au fond, elle voulait juste retourner près de lui, retrouver la chaleur de ses bras, la douceur de ses lèvres…

« C’est dur d’oublier… »

Souffla-t-elle en ayant le coeur lourd mais, elle hocha quand même la tête. Bien sûr qu’elle était bien là, avec lui. C’était justement les seuls moments où elle allait bien, où elle avait de sourire. Sinon, lorsqu’elle se retrouvait seule au boulot, elle se laissait hanter par ses pensées et déprimait pour le reste de la journée avant de retrouver son petit sourire lorsqu’elle rentrait dans le loft de son frère. La blonde déposa alors un baiser sur sa joue, un genre de merci silencieusement. Sans lui, elle n’aurait pas réussi à faire face à tout ça. Il était son pilier, la seule personne dont elle avait vraiment besoin pour avancer. A la proposition du film, elle répondit à l’affirmative. Un film de super-héros, de quoi bien la détendre. Surtout que dans ce film là, l’histoire romantique est vachement déléguée au deuxième voir même troisième plan. Tout ce qu’il lui fallait. Peut-être qu’elle devrait se lancer en tant que super-héros, hein ? Peut-être que sa vie serait plus facile comme ça. Qui sait ?

Lukka était super attentive, totalement absorbée par le film, laissant quelques sons lui échapper à chaque rebondissement. Mais le prochain rebondissement ne se passa pas dans le film mais dans le salon, dans le loft de son jumeau. Une jeune femme aux traits tirés par la colère venait de débarquer auprès d’eux et la blonde ne réussit pas à cacher son sursaut. Elle plissa alors les yeux en entendant les mots de la nouvelle arrivante et émit un léger soupire de mécontentement. Certes, elle était une femme douce et bienveillante mais, elle n’aimait pas du tout qu’on parle de la sorte à Bertel on qu’on la traite de la sorte. Elle vit l’objet fendre l’air, passer près de la tête de son frère et s’effondrer derrière eux. D’un geste mécanique, maternelle, elle posa une main sur son ventre tout en se levant du canapé après que son frère ait fait de même. Elle lui lança un regard qui avait pour but de le rassurer, elle allait bien. Juste un peu secouée par la surprise. Elle déposa alors sa main libre sur le bras de son frère afin de le calmer un peu.

« Koko, je vais bien. Détends-toi. »

Lukka ne voulait pas mettre de l’huile sur le feu. Oui, elle n’avait pas apprécié la réaction de la starlette mais, au fond, elle pouvait comprendre. Elle aurait réagi pareil si elle avait surpris Jonas dans la même situation. Enfin, sauf qu’elle, elle savait qui était sa soeur. Elle tourna alors son regard vers la jeune énervée et eut un léger sourire moqueur.

« Enchantée de te rencontrer. Tu dois être Gílly je présume ? Koko, tu ne lui as même pas parlé de moi qu’elle ne sait pas qui je suis ? Tu me brises le coeur »

Une petite remarque pour essayer de détendre l’atmosphère, pour détendre les deux personnes auprès d’elle qui semblaient très tendues. C’était bien le genre de Lukka ça, essayé d’apaiser les tensions alors qu’elle n’était même pas fichue d’apaiser celle de son couple.  
code by bat'phanie

_________________

Brotherly love

So we grew together Like to a double cherry, seeming parted, but yet a union in partition, two lovely berries moulded in one stem  .signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t225-gilly-vagnasdottir-543-1203 http://walk-on-ice.forumactif.com/t221-gilly-vagnasdottir-no-pai

Identity Card
Pseudo : Mustang Kid Messages : 481 depuis le : 28/04/2018 Avatar : Bridget Satterlee Points : 1316 A Reykjavik depuis : Toujours Âge du perso : 24 ans Emploi/études : Starlette de télé-réalité (RIP vos cerveaux) et mannequin reconnue

MessageSujet: Re: Nice to meet you, I guess ? ft Bertel and Gílly   01.10.18 13:05
Nice to meet you, I guess ?
Bertel, Lukka & Gílly.
La rage cuisante lui brûlait la raison. C’était impossible de voir le reste… d’avoir de la logique et de pouvoir observer la situation au-delà de ses apparences. Dans un état normal, si Gilly avait eu confiance en elle et que Bertel avait eu pour habitude d’être honnête et de communiquer… sans doute qu’elle ne se serait pas emportée ainsi. Qu’elle aurait pu rationnaliser et se souvenir du visage de sa jumelle, aperçut au détour de quelques photos sur les réseaux du Tout-Blond. Là, malgré l’émotion et les déclarations récentes, c’était la peur de l’abandon et la distance imposée par Bertel qui la faisaient réagir si vivement. Qui lui laissait croire en l’évidence d’une tromperie… Après tout, elle n’avait rien d’exceptionnelle, et avec les doutes venaient aussi la certitude. A force de coups, à force d’ignorances… Gilly s’assombrissait même s’il lui avait dit qu’il l’aimait. Même s’il lui avait montré une fois. C’était insuffisant… surtout quand il la mettait de côté ainsi pour le trouver ensuite avec une femme ! Alors oui, Gilly avait laissé la rage éclater et enfin, il sortait d’elle autre chose de que la lassitude ou du chagrin. Et ce, même cette déchirure-ci était profonde.

Alors quand il s’était levé pour se mettre en travers, c’était un regard de colère et de défiance qu’elle lui imposait. De haine aussi, une flamme vengeresse qui lui promettait de se faire sauter à la gorge très vite. Et puis cette lueur s’éteignit à une vitesse dantesque, quand il prononça le nom de Lukka. L’actrice eut un sursaut effaré, sous l’influence d’une sueur froide qui lui glaça le sang. Son regard changea en une terreur presque animale alors que ses yeux venaient se poser de Lukka à Bertel, et devant la fureur qu’il affichait aussi, Gilly se sentit inéluctablement rétrécir sous la culpabilité. Elle venait d’attaquer la personne qu’il aimait le plus au monde, sans doute. Bien avant… largement avant elle. L’espace d’une seconde, elle eut une expression suppliante envers lui. Pitié qu’il lui pardonne… Mais bien vite Gilly se sentit faucher par autre chose. Une fatigue immense, un poids insupportable. De l’épuisement. Et c’était le moment que venait de choisir Lukka pour se lever, assurer qu’elle allait bien et se montrer chaleureuse. Le cœur de Gilly se serra encore si fort qu’elle crut pouvoir en pleurer l’instant suivant. Mais des larmes… elle n’en avait plus. Son âme était aussi desséchée que ses yeux, qui regardaient honteusement la blonde si rayonnante et d’une gentillesse touchante. C’était trop… Gilly fuyait alors le regard de Bertel, pour soupirer de lassitude, et s’adresser à Lukka d’une voix frêle et tremblante, les poings serrés.

Je suis désolée Lukka… je voulais pas… Je ne savais pas que tu étais là.

C’était bien là le fond du problème : elle ne savait pas, il ne lui disait rien. Pourquoi l’avait-il écarté comme ça sans tellement de nouvelles depuis le fast-food ? La douleur l’irradiait, c’était marqué dans les traits de Gilly qui semblait se flétrir à vu d’œil. Parce qu’il ne lui parlait pas, Bertel venait de la pousser à commettre un acte qui lui apportait autant de regrets que de honte. Un simple texto, et alors Gilly aurait évité de se ridiculiser encore, de blesser Lukka, de subir le regard bilieux de Bertel qui signifiait ouvertement qu’il serait capable de l’étriper si elle touchait à sa sœur. Cette honte-là, lui nuisait déjà beaucoup trop. Gilly se sentait minable. Minable, risible… stupide, de trop. Ce qu’elle en avait marre, de se sentir si mal. D’avoir si mal aussi. De réclamer sans cesse et de s’humilier ainsi. De pleurer sans arrêt pour lui, à cause de lui… alors que ça pourrait être si simple entre eux. Mais cette situation là prouvait encore une fois que peut-être, Gilly se leurrait encore et toujours. Qu’elle aurait dû rompre avant qu’il ne lui dise qu’il l’aimait ce jour-là. Qu’elle devait cesser de croire que sa relation était salvatrice alors qu’elle souffrait tellement une fois de plus, d’être la seconde et surtout…  de ne pas avoir su. D’être l’effaçable. Même si c’était sa sœur, son silence n’excusait rien et la brisait toujours. Et voilà qu’elle n’arrivait même plus à pleurer tant la fatigue la terrassait soudain. Et la honte aussi. Qui la poussait à vouloir fuir la boule au ventre loin du regard des jumeaux.

J’aurai vraiment aimé t’être présentée plus correctement, Lukka. Pardonne-moi d’avoir été insultante. Peut être qu’un jour nous pourront recommencer à zéro toutes les deux…

Mais elle en doutait, et le vide dans son regard le signifiait bien. Gilly en doutait simplement, parce qu’elle avait trop de peine, trop de honte pour pouvoir s’imaginer un avenir encore radieux avec Bertel. Elle en avait assez de tout ça. Vraiment elle n’en pouvait plus.

Passez une bonne journée.

Sans même un regard à Bertel, Gilly tourna les talons pour fuir une fois encore ce maudit appartement. C’était une habitude semblait-il, de s’en aller d’ici à la hâte avec toute une floppée d’émotions néfastes qui la rongeait jusqu’à la détruire. Et la colère ne la quittait pas, bien que cette fatigue morale semblait tout aspirer sur son passage.

©️️Pando

_________________
Would you hear my voice if I was always quiet. Would you hold my hand if I was going to fall. Would you cry for me would you know my name at all. Would you be my friend if no one was around. Would you hold me close if I was in the cold ? Would you care would you be there. For the soul behind the face ?


Would you love me for what I am ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t68-bertel-fririkson-598-1928 http://walk-on-ice.forumactif.com/t67-bertel-fririkson-n-importe
Administrateur

Identity Card
Pseudo : pounou Messages : 663 depuis le : 27/03/2018 Avatar : Vidar Villa Points : 1190 A Reykjavik depuis : sa naissance Âge du perso : 25 ans Emploi/études : Directeur des ventes chez Icelandic Glacial

MessageSujet: Re: Nice to meet you, I guess ? ft Bertel and Gílly   01.10.18 16:43
Nice to meet you, I guess ?
J'ai, j'ai vu dans ma tête, qu'on allait se fâcher, qu'on allait se lâcher tout en laissant faire ce qu’on voulait pourtant cacher. Chérie s'il fallait se taire alors j'ai vraiment tout gâché. J'ai-j'aimerai que tu cèdes à mes propositions, éloignons-nous d'ici, prends ça comme une mission, devenons invisibles. Je lui ai dit : "à tout à l'heure", elle a pris ça comme un missile
Malgré la fatigue qu’il accumulait, la colère lui était bien vite montée à la tête et il fusillait Gilly d’un regard noir. Il s’était naturellement placé entre sa sœur et la starlette, à l’aguet de la moindre réaction de la brune. Il avait élevé la voix et avait présenté sa sœur en lui rappelant son prénom. Il lui avait parlé d’elle, pourtant, non ? Elle devait savoir qui elle était. Il souffla, le cœur tambourinant dans sa poitrine et la caresse tendre de Lukka eut le don d’apaiser sa colère. Ça et puis le regard de Gilly qui d’une seconde à l’autre était passé de la fureur à la terreur. Il se sentit con sur le coup. Malheureux aussi. Il n’avait plus la force de s’investir dans des disputes dantesques avec Gilly. Heureusement Lukka était là et tentait à sa façon d’apaiser l’atmosphère. Elle était tellement géniale Lukka, tellement douce, tellement à l’opposé de son caractère, mais tellement gentille. Il attrapa son bras et tint sa main dans la sienne sans se rendre compte une seule seconde comment Gilly pouvait l’interpréter. Il lut dans son regard une supplication puis une fatigue immense. La même qu’il lui lisait depuis des semaines mais qui tous les jours semblait prendre plus d’importance. Ça lui serrait le cœur, Bertel de voir Gilly comme ça. Sa colère redescendit presque aussi vite qu’elle était montée et il baigna l’actrice d’un regard plein de douceur. Plus encore quand elle s’excusa et s’adressa respectueusement à sa sœur jumelle.

Bertel se décala un peu, juste pour que les deux filles puisent se voir. Gilly n’allait plus s’en prendre à elle, maintenant qu’elle savait qui elle était, si ? La tension qui tirait ses muscles se ralâcha partiellement et il gardait ses yeux plongés dans ceux de celle qu’il aimait. Après une petite caresse sur la main de Lukka, il la lâcha et se concentra sur ce regard là, qui lui faisait tant de peine et qu’il aurait tellement voulu changer en quelque chose de plus radieux. Comme cette fois là où il l’avait touchée avec ses mains et qu’il avait vu mille lueurs ardentes dans ses yeux et un sourire immense tirer ses lèvres. Il aurait tellement voulu que qu’elle soit heureuse Gilly, que leur relation ne la ronge pas autant qu’elle le faisait. C’était très difficile pour lui aussi, de voir les deux femmes qu’il aimait le plus souffrir autant. Si seulement il avait pu agir autrement et leur venir en aide. Parce qu’il était coupable aussi Bertel, il s’en rendait compte désormais. Il avait mis de Gily de côté. Encore une fois. Ça devenait une habitude et il s’en voulait. Son cœur se serra quand il entendit son au revoir et il se tourna vers sa jumelle. D’un regard, il lui demanda de l’attendre. Ils se connaissait assez pour que les mots ne soient pas nécessaires pour se parler. Il se hâta de rejoindre Gilly qui était déjà sortie et ferma la porte pour ne pas que Lukka les entende et que l’actrice se sente plus à l’aise.

Il tira son poignet délicatement pour ne pas lui faire mal et posa une main sur chacun de ses bras. Il la regarda, les yeux baissés avant de lever la tête et affronter son regard chagrin. D’habitude, c’était difficile de parler à Gilly, mais là les mots coulaient comme de source. « Excuse moi, j’aurais du t’appeler. Elle a des soucis, des gros et je l’héberge le temps que ça s’arrange. Mais… » Il monta une main sur le visage de Gilly et la caressa tendrement sans jamais quitter son regard. « Elle a vraiment de gros soucis, je suis inquiet, c’est pour ça que je ne t’ai pas beaucoup répondu. Pas que je ne pense pas à toi, au contraire, je pense beaucoup à toi… J’é…. J’étais juste inquiet. » Bien sûr, il ne pouvait pas lui de quoi il parlait, il ne savait pas si Lukka l’autorisait à le raconter à la starlette alors il tût le secret, mais ce n’était rien contre elle ou en rien similaire à ce nœud qui lui avait noué la gorge la dernière fois. Sa main redescendit sur son bras et il caressa ses deux épaules tendrement. « Rentre, je suis sûr qu’elle t’en voudra pas. T’es autant chez toi dans l’appartement qu’elle est chez elle. » Il lui adressa un léger sourire pour calmer ses angoisses et répéta d’une voix affectueuse « Rentre. »
©️ nightgaunt
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t927-lukka-the-sweet-one

Identity Card
Pseudo : Mushie Messages : 35 depuis le : 27/09/2018 Avatar : Sandra Lyng. Points : 115 A Reykjavik depuis : toujours. Âge du perso : 25 ans. Emploi/études : hydrogéologue

MessageSujet: Re: Nice to meet you, I guess ? ft Bertel and Gílly   01.10.18 19:42


NICE TO MEET YOU, I GUESS ?  
FEAT BERTEL AND GÍLLY
Lukka n’avait pas envie du tout d’être celle qui aggraverait la relation de son frère avec Gilly. Elle voulait le voir heureux et elle refuserait de se mettre entre ça. Déjà, de base, elle évitait les altercations mais là, elle se mettait un point d’honneur à calmer les choses. Elle ne voulait pas que son frère fasse quelque chose qu’il regrette plus tard ou que même Gilly fasse quelque chose que Bertel ne pourrait pas lui pardonner. Elle s’était alors redressé rapidement, déposant sa main sur le bras de son frère dans le but de le faire redescendre de sa colère. Cela eut le don de fonctionner et la blonde arbora son petit sourire afin d’apaiser les tensions. Même si ce n’était pas son sourire d’avant, ce sourire qu’elle avait lorsqu’elle était Jonas, celui-ci ferait l’affaire.

« T’excuses pas Gílly… J’aurais réagi pareil à ta place si… »

Les mots se perdirent dans sa gorge alors qu’elle essaya de mentionner celui qui aurait dû devenir son mari. Elle lui offrit alors un faible sourire, incapable de continuer le reste de sa phrase. Elle serra fortement la main du blond lorsque ce dernier attrapa la sienne, un geste qui avait pour but de lui montrer que tout allait bien, un geste pour le calmer, l’adoucir. Elle lui accorda un bref regard avant de se concentrer à nouveau sur la starlette. Il fallait être aveugle pour ne pas voir qu’elle était mal et exténuée. Lukka eut même un pincement au coeur de la voir dans cet état et voulait juste lui offrir un bon câlin. Elle s’en voulait aussi d’infliger à Bertel tout ça, de le forcer à garder son secret et donc, de ne pouvoir rien dire à Gilly. Elle avait l’impression de créer une tension en plus dans leur couple et ça la rendait mal. Elle pouvait presque sentir les larmes se former en pensant ça… Bordel, les hormones faisaient déjà de leur sienne.

« T’es tout pardonné, ne t’en fais pas. Et arrête de t’infliger tout ça, ce n’est pas de ta faute. Je suis désolé du silence de mon frère, je lui ai demandé de ne pas dire que j’étais ici. Si c’est de la faute à quelqu’un, c’est bien la mienne. »

Elle eut un sourire désolé à l’encontre de la jeune femme. C’est bien typique de Lukka, se blâmer elle-même. Mais, au fond, elle savait qu’elle avait raison de penser de la sorte. Tout ceci ne serait pas arriver si elle avait osé faire face à Jonas, si elle avait agi en adulte responsable et si elle avait essayé de surmonter cette épreuve avec l’autre personne concernée. Mais non, elle avait fui, elle avait été lâche et s’était réfugié ici, près de son jumeau en le suppliant de rien dire à personne. Elle le forçait à porter ce fardeau, SON fardeau et ça la rendait malade. Elle se sentait coupable de l’avoir mêlé à toute cette histoire mais, elle avait besoin de lui et de son soutien. La blonde voulut ouvrir la bouche pour dire quelque chose mais la brune se défila et quitta le loft du directeur.  Elle capta le regard de Bertel et hocha silencieusement la tête. Elle savait, pas besoin de mots pour le comprendre.

« Force la à rester. Dis lui que je veux faire sa connaissance. »

Lui souffla-t-elle alors qu’elle l’observait suivre les pas de l’actrice. Un petit sourire nostalgique se forma sur ses lèvres alors qu’elle se remémorait les moments où Jonas lui avait couru après. La blonde lui avait mené la vie dur au début, c’était certain. Elle l’avait rendu fou avant de craquer et d’accepter de sortir avec lui. Elle se laissa alors retomber sur le canapé, déposant une main sur son ventre. C’est que tout ce drame l’avait fatigué et elle espérait que le bébé aille bien.  
code by bat'phanie

_________________

Brotherly love

So we grew together Like to a double cherry, seeming parted, but yet a union in partition, two lovely berries moulded in one stem  .signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t225-gilly-vagnasdottir-543-1203 http://walk-on-ice.forumactif.com/t221-gilly-vagnasdottir-no-pai

Identity Card
Pseudo : Mustang Kid Messages : 481 depuis le : 28/04/2018 Avatar : Bridget Satterlee Points : 1316 A Reykjavik depuis : Toujours Âge du perso : 24 ans Emploi/études : Starlette de télé-réalité (RIP vos cerveaux) et mannequin reconnue

MessageSujet: Re: Nice to meet you, I guess ? ft Bertel and Gílly   01.10.18 21:16
Nice to meet you, I guess ?
Bertel, Lukka & Gílly.
Encore une fois la douleur revenait. Inlassablement, et lancinante. Ça la marquait toujours entre deux périodes de bonheur avant de s’abattre à nouveau sur elle sous l’influence de Bertel et de son attitude. Malgré ses efforts, Gilly n’était jamais assez bien pour lui. Elle n’arrivait pas à le faire parler. Elle n’arrivait pas non plus à l’attirer dans son lit. Et se battre, est-ce qu’elle en aurait la force encore longtemps ? Sans doute pas. Sa volonté et sa combativité s’était déjà éteintes, malgré la vive énergie que lui avait prodigué cette déclaration au fast-food. Depuis, et même si elle avait la certitude que Bertel était amoureux d’elle, rien ne changeait. Au contraire elle avait l’impression qu’ils s’enlisaient de plus en plus dans le silence et la consternation. Il y avait toujours la tendresse, les sentiments… mais rien de plus. La passion de Gilly qui avait jusqu’à maintenant toujours été forte pour lui, n’arrivait pas à survivre au mutisme de Bertel. Et encore moins à la distance qu’il avait mit entre eux deux. A le voir avec sa main dans celle de sa sœur, Gilly ne put avoir que plus d’amertume. Être jalouse de sa jumelle n’avait pas de sens et pourtant… pourtant elle l’était. Parce qu’il devait lui parler, à elle. Il devait l’écouter, il devait la comprendre et tout devait être simple. Et puisqu’elle n’osait pas le regarder lui, Gilly avait encore l’impression de sentir ces yeux noirs sur elle… Alors elle se concentrait sur Lukka, de qui elle soutenait difficilement le regard néanmoins. La honte la fauchait trop à son encontre, par les mots qu’elle lui avait lancés, par la violence dont elle avait fait preuve. Par le peu d’attention aussi, la colère et la rage. C’était l’exacte contraire qu’elle aurait aimé montrer. Un autre visage qu’elle aurait voulu présenter à la jumelle de son amour. Parce qu’elle voulait réellement faire parti de cette famille là et qu’il venait de la pousser à se montrer hystérique et possessive… Ce qu’elle pouvait le détester ! Si fort…

Et à côté de ça il y avait Lukka. Lumineuse et souriante. Gênée sans doute mais qui semblait faire tous les efforts du monde pour rassurer Gilly. A la voir ainsi finalement, l’actrice semblait la connaitre déjà. Elle était en tout points semblables à ce que Bertel lui avait dépeint. Un portait particulièrement flatteur, qui n’avait rien d’erroné. Elle était magnifique, avec sa longue chevelure blonde et ses pommettes hautes. Elle avait une voix douce, des mots tellement gentils à son encontre et elle se voulait rassurante. Tout de son regard à son attitude semblait être fait pour apaiser les tensions et prouver à Gilly qu’elle ne lui en voulait aucunement. Mais sa culpabilité privait quand même Gilly de cette gentillesse qu’elle n’acceptait pas. Elle se trouvait incapable de subir le regard trop adorable de cette Lukka devant qui elle venait de se ridiculiser. Gilly voulait tellement lui plaire… à elle, à leurs parents, à tout ces gens qui pouvaient compter pour Bertel que ça la tuait d’avoir merdé dès le départ devant celle qui avait le plus d’importance pour lui. Alors elle les avait salués, pour s’en aller sans un mot de plus. Incapable de subir plus, elle fuyait de nouveau.

C’était sans compter sur l’intervention de Bertel qui une fois dehors comme elle, la rattrapa. C’était comme retourner un pantin, malléable et sans plus aucunes forces et conviction. Mais Gilly ne le regardait pas. Malgré la douceur de sa voix, elle redoutait tellement de lire encore la colère et la déception dans son regard. Il n’y eut qu’avec cette main sur sa joue que l’actrice trouva le courage de le faire. Pour y lire de la tendresse, du repentir… tout ce qu’elle aimait voir dans son bleu si clair. Sauf que cette fois, Gilly n’en pouvait plus. Elle manqua tout de même de céder, devant sa douceur et ses mots, son sourire qui… seigneur faisait toujours battre son cœur. Mais il gagnait toujours Bertel, et elle en avait assez de toujours s’effacer pour revenir, juste pour pouvoir à nouveau se glisser sous sa main et attraper un peu de tendresse. Avant de se faire battre de nouveau. Semblable aux animaux trop fidèles, Gilly revenait toujours malgré les raclées. Pas cette fois cependant. Sans trop de force, elle baissa le regard pour se dégager des mains qui lui tenaient les épaules.

Lâche moi Bertel.

Puis il y eut un éclat de colère parmi la lassitude de son regard, avant qu’elle ne braque son regard sombre et harassé sur lui.

Tu te rends compte ? … de ce que tu m’as fait faire ? De ce que je deviens par ta faute… je passe pour qui maintenant ! Comment tu veux que je reste et que je regarde ta sœur dans les yeux après être passée pour la pire des connes ?!

Mais c’était là l’unique sursaut d’énergie dont elle se sentait capable. Elle n’avait pas même crié, pas tellement élevé la voix… C’était faible d’une voix terriblement triste qu’elle avait essayé de se défendre Gilly. De se braquer, pour ne pas encore devoir subir ce regard qui la ferait revenir à coup sûr. Cette fois non… elle n’avait peut-être plus assez de courage pour ça. Plus assez d’une dévotion pourtant immense à son encontre. Et elle voulait lui faire mal. Autant qu’elle avait mal encore une fois. Même ça, elle ne parvenait pas à le faire…

Je suis fatiguée de tout ça. Dis à ta sœur qu’elle n’a pas à se blâmer pour ton silence …

Sa voix c’était cette fois faite plus tranchante, alors qu’elle tournait les talons. Gilly ne voulait pas qu’il la retienne, cette fois elle voulait juste partir avec la tête un minimum haute. Même si elle regrettait pour Lukka, même si c’était atroce de sentir cette culpabilité grandir à son sujet et qu’elle avait pourtant tellement rêvé de la rencontrer, cette jumelle aux multiples qualités. Elle avait tout gâché… il l’avait poussé à ça. Et elle ne lui pardonnait pas. A peine avait elle atteint le trottoir que sa voiture était arrivée à côté d’elle pour qu’elle puisse ouvrir la portière. Il tombait à pique pour une fois, son gorille.

Appelle-moi si tu arrives à parler un jour. Ou ne m‘appelle pas du tout.

Puis elle claqua la porte, posa sa tête douloureuse contre la vitre teintée en fermant les yeux pour ne pas devoir le regarder. Et laissa la voiture s’éloigner de cet appartement maudit.


©️️Pando

_________________
Would you hear my voice if I was always quiet. Would you hold my hand if I was going to fall. Would you cry for me would you know my name at all. Would you be my friend if no one was around. Would you hold me close if I was in the cold ? Would you care would you be there. For the soul behind the face ?


Would you love me for what I am ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t68-bertel-fririkson-598-1928 http://walk-on-ice.forumactif.com/t67-bertel-fririkson-n-importe
Administrateur

Identity Card
Pseudo : pounou Messages : 663 depuis le : 27/03/2018 Avatar : Vidar Villa Points : 1190 A Reykjavik depuis : sa naissance Âge du perso : 25 ans Emploi/études : Directeur des ventes chez Icelandic Glacial

MessageSujet: Re: Nice to meet you, I guess ? ft Bertel and Gílly   03.10.18 16:57
Nice to meet you, I guess ?
J'ai, j'ai vu dans ma tête, qu'on allait se fâcher, qu'on allait se lâcher tout en laissant faire ce qu’on voulait pourtant cacher. Chérie s'il fallait se taire alors j'ai vraiment tout gâché. J'ai-j'aimerai que tu cèdes à mes propositions, éloignons-nous d'ici, prends ça comme une mission, devenons invisibles. Je lui ai dit : "à tout à l'heure", elle a pris ça comme un missile
Il se sentait chanceux d’avoir une sœur comme Lukka. Les mots qu’elle adressa à Gilly, il lui en était mille fois reconnaissant. Il n’aurait pas supporté que le ton monte et qu’elles se détestent. Bien sûr, sa voix étranglée quand elle évoqua Jonas ne lui échappa pas. Il eut un nouveau pincement au cœur et serra plus fort sa main. Il ne voulait pas qu’elle souffre… Elle demanda à Gilly avec une gentillesse sans pareil de ne pas lui en vouloir et ajouta qu’elle était l’unique fautive. En d’autres circonstances, il aurait pris sa défense, mais là Bertel ne dit rien. Oui c’était en partie sa faute, mais comment pouvait-il lui en vouloir ? Gilly tourna tout de même les talons et les quitta dans un au revoir accablé. Il soupira et se tourna vers sa sœur. Il avait juste besoin d’un regard pour lui dire de l’attendre et le hochement de tête de Lukka ainsi que sa phrase lui mirent un peu de baume au cœur. Il posa une main sur son épaule et se hâta vers la porte après un merci à peine audible.

Il rattrapa Gilly et lui confia ce qui l’avait poussé à rester distant. Les mots vinrent naturellement et il fit preuve de tendresse dans ses mots comme dans ses gestes. Il en avait marre de ces disputes à répétition. Tout lui semblait tellement compliqué… Il attrapa son visage pour la forcer à le regarder et d’une voix calme, Bertel s’excusa. Puis son excuse était parfaite, il s’était tu pour ne pas révéler le secret de sa sœur. Il était digne de confiance… Il pensait vraiment que ça fonctionnerait, qu’elle allait revenir et qu’il allait pouvoir lui présenter Lukka, mais cet espoir se brisa quand elle se dégagea de ses bras et lui demanda de la laisser tranquille. Son regard avait prit un quelque chose d’harrassant et de terrifiant. Gilly était en colère et lui reprocha son silence avec une voix mêlée de chagrin et de nostalgie. Pourtant Bertel répliqua à peine. Il baissa les yeux. C’étai trop peur lui, ces disputes, cette grossesse, cette colère… Il ne pouvait plus. Lukka lui en aurait pas voulu, mais même ça, il ne le lui dit pas. Puis il y avait un fond de vérité dans ce qu’elle disait. Il en avait marre d’être à l’origine de tout ça… Il n’avait juste pas la force. Il se tut, encore une fois, et laissa les mots le piquer. Même les mots méchants, même la pique pour sa sœur, il ne réagit pas. Il la laissa juste partir, les épaules basses et sans un regard. Qu’il parle…  Ouais, il fallait qu’il fasse ça…

Il retourna dans l’appartement et referma la porte. Son regard était triste et il n’avait pas le cœur à faire semblant, même devant Lukka. Il lui jeta un rapide coup d’œil et haussa les épaules pour lui signifier qu’il n’avait pas réussit. Il soupira. Il aurait pleuré s’il avait encore la force de pleurer. Il allait l’appeler. Pas tout de suite, mais il allait l’appeler. Il ne pouvait pas se permettre de la perdre maintenant, pas après tous les efforts qu’il avait fait. Ça lui faisait trop mal au cœur. Il avança vers sa sœur, chaque pas lui demandait un effort supplémentaire et quand il fut à sa hauteur… Quand il fut à sa hauteur il se réfugia dans ses bras. Ce n’était pourtant pas son genre de se montrer aussi fragile, mais il avait besoin d‘elle comme elle avait besoin de lui. « J’ai merdé… » Enfin il se permit de souffler et il sentit les larmes lui monter. Il en tremblait presque et se sentait fatigué. Il finit par s’asseoir sur le canapé et s’essuya les yeux. « J’arrive pas à lui parler… » Ironiquement, en pensant à Lukka et Jonas, il sourit et regarda sa jumelle dans les yeux. « On est pas jumeaux pour rien. »
©️ nightgaunt
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Identity Card

MessageSujet: Re: Nice to meet you, I guess ? ft Bertel and Gílly   
Revenir en haut Aller en bas
 
Nice to meet you, I guess ? ft Bertel and Gílly
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nice to meet you again - Matthew&Zoella
» 07. Hi, I'm Glenn ! Nice to meet you !
» Heeeeee, dude ! It's nice to meet ya again ! | Mercedes Ferrès.
» «Hello my name is... Nice to meet you.»
» Nice to meet y... Whait I'm not.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Walk on Ice ::  :: Residential Area :: Appartements-
Sauter vers: