Nouveautés
Mise à jour n°5 - Quelques petites nouveautés voient le jour !
Toutes les informations.
Un nouveau souffle pour WOI Le staff a changé, découvrez-le ici .

Partagez | 

 Mikjàll Esrasson | Sam Claflin


Only the Icelanders can Walk on Ice.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t840-mikjall-whatever-it-takes

Identity Card
Pseudo : Miyu Messages : 91 depuis le : 06/09/2018 Avatar : Sam Claflin Points : 270 A Reykjavik depuis : Toujours ~ Âge du perso : 29 ans Emploi/études : (Le Meilleur) Journaliste

MessageSujet: Mikjàll Esrasson | Sam Claflin   06.09.18 23:52
Mikjàll Esrasson
Les opinions sont libres, les faits sont sacrés.


NOM > Esrasson, dont il aime la prononciation pour le simple fait que cela lui rappel son attache en Islande, malgré tout ses voyages. Le nom de famille qu'il aime, car cela le rattache à une des personnes qu'il aime le plus: Sa petite soeur. PRÉNOM(S) > Mikjàll, qui lui vient de son père, qui contre tout attente, voulait un prénom qui sortait de l'ordinaire. Avec chance, personne ne s'appellerait ainsi autre que lui. Puis, il faut l'avouer, le jeune homme aime bien son prénom. SURNOM(S) > Mik' , Mikky, 'Jall... DATE ET LIEU DE NAISSANCE > Le 2 Avril, 1989, Reykjavik.  AGE > 29 ans, et il tend les mains vers sa trentaine, comparativement à la majorité de ces amis qui reculent en voyant ce chiffre arrivé. Lui, ça ne lui fait pas peur. Il le voit d'un bon oeil, son 30. NATIONALITÉ ET ORIGINES > Islandais de pur souche. Même s'il regrette beaucoup de choses, il aime que ses pas le ramène toujours à la maison. MÉTIER OU ÉTUDES > Le jeune homme a accomplit plusieurs années intensives en tant que journaliste. En effet, après des années d'études en internationale, Mikjall est vu comme un des meilleurs journalistes recensés en 2018. Il ne laisse rien se barrer devant son chemin, et il ferait n'importe quoi pour avoir des réponses. Dès ces 18 ans, il est partit découvrir son monde avec un appareil photo et un crayon/calepin. Il n'aurait jamais cru que cet arrivé à Paris ne change autant sa vie... Il a aussi fait journaliste de guerre pendant quelques mois.  ORIENTATION SEXUELLE > Bisexuel assumé depuis maintenant de nombreuses années. Sortir avec des filles, avec des gars, il ne se prive de rien tant qu'il peut ressentir au moins quelque chose. Néanmoins, depuis son retour de Paris, son coeur ne bat plus autant qu'avant. Seul une personne hante son coeur... Du moins, c'est ce qu'il croit.  STATUT MARITAL > Célibataire, en couple, célibataire... Mikjall ne reste jamais très longtemps en couple avec quelqu'un, cherchant quelque chose qu'il n'a pas ressenti depuis maintenant plusieurs années. De retour en Islande, peut-être que cela changera? TYPE DE LOGEMENT > Un petit loft dont il adore décorer à ses goûts du mois. VIT AVEC > Seul, car il n'aime pas vraiment la présence éternelle de quelqu'un dans sa vie. A REYKJAVIK DEPUIS > Il a toujours habité à Reykjavik, mais il est de retour chez lui après plusieurs mois d'absence il y a de ça seulement quelques jours. SIGNES PARTICULIERS, TATOUAGES, CICATRICES ... > Mikjàll a un tatouage d'une plume d'écriture, fine, sur le haut de son torse. Elle représente sa passion en tant qu'écrivain. Le jeune homme a aussi une cicatrice, à peine quelques centimètres, sur le ventre, du côté droit, souvenir d'une blessure durant ces quelques mois dans un pays en guerre.GROUPE > Hekla

Sam Claflin

Mon groupe
Mikjall, c’est celui qui est guidé par sa plume et son appareil photo. Mikjall,  c’est celui qui cherche la vérité, peu importe le prix que cela peut lui couter. Mais avant tout, c’est un jeune homme imprévisible, amusé de chaque situation qui peuvent lui donné avantage. C’est un homme qui aime profiter de la vie, particulièrement depuis les évènements de Paris, qui ne se soucie aucunement du lendemain ni des conséquences de ces gestes posés, ce qui fait un de ces plus grands défauts. Il n’a conscience que bien plus tard des conséquences créées par ses actions et, encore, parfois il n’a aucune conscience que cela était mal. Braver les interdits est rendu une habitude pour lui, et il aime sentir les regards désapprobateurs sur lui. Ce n’est pas un mauvais type, Mikjall, c’est juste quelqu’un qui a mal tourné. Ce n’est qu’un cœur, perdu entre plein d’autres cœurs. Ce n’est qu’un cœur oublié. Ce n’est pas un mauvais garçon, c’est juste sa façon de vivre. Un jour à la fois, une minute par minute, une seconde à chaque pas. Il ne se rappelle même pas la dernière fois qu’il a eu cure de ce que les autres pensaient de lui.  
Derrière l'écran
nom/pseudo > Miyu âge > 20 ansscénario/inventé ? > Scénario de Athena, Pré-Lien de Fenrir. COMBOOOOO comment as tu connu WOI ? > POUETPOUET COUCOU. que penses tu de WOI ? > JE SUIS RENDU À QUATRE COMPTES, ÇA LE DÉCRIT BIEN NON?veux-tu un parrain ? Je veux Aodhan une petite suggestion? > Oui, j'aimerais que vous arrêtiez d'être parfaits, merci

 
Code:
<taken>Sam Claflin</taken> <a href="http://walk-on-ice.forumactif.com/u123"><img src="http://i66.tinypic.com/muy7td.jpg"></a> <yourname>Mikjàll Esrasson</yourname>


One > Mikjall ne voyage jamais sans son appareil photo et son calepin. S'il écrit encore à la plume, c'est simplement pour se doux sentiment de nostalgie que cela provoque en lui, vu que c'est ainsi qu'il a commencé ses études en journalisme. Son appareil photo recueille pour lui tout souvenir important. C'est sans aucun doute son objet fétiche, il ne s'en sépare presque jamais. Ayant parcouru le monde avec cet appareil, il sait que tous ces souvenirs seront marqués dans sa mémoire grâce aux nombreuses photos qu'il a prises. Parfois, revenir en arrière lui rappelle par quoi il est passé pour devenir un des meilleurs journalistes de 2018. Son nom est désormais connu comme étant un journaliste remarquable, et ce, encore plus depuis son retour de Syrie où il a était un des journalistes les plus actifs pour rapporté ce qui ce déroulait dans ce conflit. Si une de ces peurs centrales est d'oublier, son appareil photo l'aide à apaiser cette peur. Two > Mikjall a grandi à côté d’une petite rousse prénommée Athena qui est, sans aucun doute, celle avec qui il a gardé le meilleur lien familial. Il ferait n’importe quoi pour la protéger, quitte à mettre parfois son joli minois en danger. Malgré ces nombreux voyages, il a toujours essayé d’être là dans la majorité de ces concerts, lui apportant souvent un bouquet de ces fleurs préférées. Qu’elle l’appel « Mickey » l’agacer, étant petit, désormais, ça le rend nostalgique. Elle est bien une des seuls à qui il ne peut rien cacher, avec Fenrir et Aodhan. Elle est sa raison, mais surtout, elle est celle qui le connait mieux. Et elle est celle qui a le plus remarqué l’énorme différence entre l’ancien et le nouveau Mikjall. C’est la première à avoir compris que quelque chose s’était détruit en son frère, durant cette année à Paris… Mais quoi? Même son frère en semble perdu. Athena est sa raison première qui démontre bien que Mikjall n’est pas qu’un mauvais type. Three > Mikjall ne ressent plus de la sympathie pour les autres depuis les évènements de Paris. Ou du moins, il fait comme s’il ne la ressentait plus, se déconnectant souvent de ces propres sentiments pour accomplir un travail bien fait, et surtout, parce qu’il ne sait plus comment avoir accès à ce jeune homme qu’il était avant, plein d’entrain et optimiste. Quelque chose s’est brisé en lui, à Paris, et il n’arrive plus à retrouver ce qui lui manque, ce qui le rend parfois (souvent) apathique. Seuls ces quelques vrais amis le verront autrement que ce visage provocateur et amusé. Fenrir, Athena, Preston, Aodhan et Rajan sont les seuls qui, pour le moment, arrivent à le faire réagir et déclencher en lui une réaction émotive bien plus humaine que de rester de glace. Pour les autres, il peut semblé distant, ou bien, simplement du genre à s’amuser d’un rien. Aidé les autres ne lui vient pas aussi naturellement que sa sœur, bien au contraire, et ressentir la douleur d’autrui est vu comme une faiblesse à ses yeux. Même être triste lui-même, il ne l’a pas ressenti depuis longtemps. Four > Mikjall est un oiseau. Toujours sur son départ, il ne reste jamais très longtemps au même endroit. En tant que journaliste, bouger fait partit de leur quotidien, et son aventure a débuté par Paris, puis il est allé au Canada, en France, il est revenu en Islande, il est reparti vers la Russie… Bref, je peux vous dire que le jeune homme en a fait des voyages avant de revenir posé pied sur sa ville natale. Malgré tous ces voyages, il se sent à la maison simplement que ces pieds retouchent le sol de l’Islande. C’est ici qu’il se sent à son mieux, qu’il se sent vivant. Il adore chaque petite chose qui fait de Reykjavik une des meilleures villes où habiter (selon lui).  Five > Bien qu’il soit du genre à tout faire pour arriver à ses fins, Mikjall ne parlera jamais vraiment de lui-même. Autant il fait tout pour trouver la vérité, pour tirer les bonnes informations aux personnes, quitte parfois à utiliser des moyens très peu « sains », il ne redonnera jamais la pareille en s’ouvrant aux autres. Oh bien sûr, son âge, son parcours professionnel, ses intérêts, il peut vous en parler, mais tout ce qui est plus personnel? Vous aurez beau le provoquer, l’insulter, ou encore, vouloir le faire craquer en utilisant une information sur lui, cela ne fonctionnera pas. Lui aussi, il sait jouer à ce genre de jeux, et lui aussi, il peut briser votre belle image à un claquement de doigt, s’il trouve une vérité compromettante. Mais si vous voulez mon avis, il ne vous dira jamais rien, à moins qu’il en décide de lui-même autrement.  Six > Le jeune journaliste ne sait pas vraiment ce qui s’est passé avec lui, durant Paris. Il se rappelle la douleur, il se rappelle de Aodhan, de la souffrance de ne plus le voir, mais après… C’est comme si les connexions en étaient brisées. Comme si quelque chose, une pièce du puzzle était manquante. Tout ce qu’il sait, c’est que suite aux évènements de Paris, quand il est revenu chez lui, quelques semaines à peine plus tard, il n’était plus du tout le même jeune homme qu’auparavant. Son optimiste, son entrain, c’était comme si on le lui avait arraché. Mikjall tient un journal intime, où il raconte tout son parcours de vie, mais même ce passage brumeux, son journal ne l’explique pas. Comme si même lui, à ce stade de sa vie, ne savait plus comment écrire ces pensées tellement elles étaient confuses. Il se rappel de Aodhan, de sa présence, de ses confessions, de ces collègues lors des événements de Paris, mais il ne se rappel pas des émotions en découlant. Comme s'il avait voulu cacher quelque chose, ou refouler quelque chose. Depuis il a repris son journal, et il le tient toujours à jour de chaque évènement dans sa vie. Ce dernier commence toujours par « Cher Forgotten Heart ». Sans savoir vraiment à qui il s’adresse… Seven >  Le jeune homme n’a plus parlé avec ces parents depuis plusieurs années, si ce n’est que des appels téléphoniques d’à peine quelques minutes. Son parcours professionnel, mais surtout personnel, l’a amené à s’éloigner d’eux dus à tout ce qu’il a vécu à leur côté, un peu par la faute. Autant Athena croit qu’il était leur chouchou, ce qui était vrai durant une époque, autant désormais, c’est tout le contraire. Surtout pour sa mère, dont il n’a plus adressé la parole depuis quelque temps, ne parlant qu’à son père au téléphone.  Eight > Petites informations en vrac : Le jeune homme adore, et sait assez bien, chanté. Sa couleur préférée est le vert émeraude depuis désormais plusieurs années. Il a déjà été amoureux, mais jamais son cœur n’a été autant prit que par les magnifiques yeux de Fenrir (du moins, c’est ce qu’il pense). Il adore faire la fête le vendredi soir. Il est du genre à vouloir atteindre la vérité absolue. Dû à son parcours en tant que journaliste de guerre durant les derniers mois, il a appris à se défendre (obligatoire), il sait donc comment ce protéger, et il peut frapper à des endroits stratégiques pour blessé gravement une personne. Il a suivi la formation RCR et peut donc appliquer les premiers soins. Il a l’alcool (trop) heureux. Il adore les animaux, en particulier les chiens. Il parle bien: Anglais, Islandais, Espagnol, Russe, Français et Arabe. Nine > Il se considère bisexuel depuis plusieurs années : en tant que tel, Mikjall est même du genre romantique. Ce n’est pas le corps qui l’importe en premier, mais bien la psychologie de la personne. Même si cela ne parait pas au premier coup d’œil, Mikjall ne met pas des inconnus dans son lit, et il se soucie de la personne avec qui il est. Bien qu’il a l’amour difficile (il ne tombe pas facilement sincèrement amoureux.), il a déjà été en couple quelquefois, et ce, surtout pour ne plus se sentir horriblement seul. Mais cela ne veut pas dire qu’il voulait blesser la personne avec qui il était : Il prenait soin des gens avec qui il a été en couple. Ten > Il ne tombe pas facilement malade. Depuis qu’il est revenu de Syrie, les conditions là-bas l’ont rendu plus fort physiquement, et surtout plus résistant. Désormais, il doit chaque jour courir pendant une bonne heure pour se sentir bien, étant habitué à faire plus de sport en Syrie qu’ici. Son corps en a désormais besoin pour se sentir bien, et il lui arrive aussi de s’entrainer dans une salle de musculation. Bien que pour les quelques premières semaines, il devra faire attention avec sa blessure… Eleven > Les qualités de Mikjall : Attentif, Observateur, Loyal à ses principes, Rieur, Romantique, Intelligent, Travaillant, Autonome, Ambitieux, Courageux, Franc, Extraverti, Malin, Ordonné dans ces affaires, Tenace, Aventurier, Protecteur. Twelve > Les défauts de Mikjall : Apathique, Rancunier, Froid, Égoïste, Prétentieux, Autoritaire, Pessimiste, Têtu, Jaloux, Franc (oui, il va dans les deux catégories), Peut être blessant, Sournois, Renfermé, Provocateur, Peu soucieux de sa santé physique/mental, Irréfléchi quand il est sur une enquête importante, Ne pense pas aux conséquences.

En savoir plus sur moi
codage kusumitagraph | lorelei sebasto cha pour Walk on ice


Dernière édition par Mikjàll Esrasson le 09.09.18 17:58, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t840-mikjall-whatever-it-takes

Identity Card
Pseudo : Miyu Messages : 91 depuis le : 06/09/2018 Avatar : Sam Claflin Points : 270 A Reykjavik depuis : Toujours ~ Âge du perso : 29 ans Emploi/études : (Le Meilleur) Journaliste

MessageSujet: Re: Mikjàll Esrasson | Sam Claflin   06.09.18 23:52


This is the story of my life
Un métier où l’on passe une moitié de sa vie à parler de ce que l’on ne connaît pas et l’autre moitié à taire ce que l’on sait


Whatever It Takes
La naissance de Mikjàll à Reykjavik fut durant le mois d’Avril, où la température froide était moins présente cette journée-là. Ce fut une naissance normale, sans problématique, alors que l’enfant était bientôt posé dans les bras de la mère qui souriait. Ce fut le père, après rapide consultation avec la mère, qui choisit le nom qu’ils allaient approprier à cet ange. Sans se douter que ce nom pourrait, d’ici plusieurs années, être lu dans plusieurs journaux pour ses exploits reconnus en tant que journaliste. Ce fut une enfance normale qu’eux le jeune homme. Grandissant à côté d’une petite princesse, il fut celui à toujours s’occuper d’elle, dès le premier jour où il la prit dans ces bras. Dès que ses yeux se posèrent sur la petite silhouette frêle qu’était sa bébé sœur, il se promit de la protéger, quoiqu’il arrive dans le futur, car elle était, sans aucun doute, son meilleur ancrage. Il n’aurait pas pu avoir plus raison que ça. C’était un temps bénit, le collègue. Mikjàll était un garçon talentueux, très talentueux et intelligent. Il ramenait les meilleures notes à la maison, était le plus beau trésor de ces parents et il avait une sœur parfaite. Mik’ avait tout pour être heureux.  

C’était un garçon populaire, lors de sa scolarité. Étant assez beau physiquement, et étant du genre à s’amuser avec les autres, cela attiré bien sûr les regards sur sa personne. Et il adorait ça, se sentir aimé. Comme souvent, en faite, les adolescents aiment se sentir aimer. Eh bien, pour Mik, c’était réussi. Il était aimé de la majorité des étudiants, et certains, le détestait carrément. Oh, ça ne le dérangeait pas vraiment. En faite, Mik n’a jamais prêté attention à ce que les autres pensaient de lui négativement. Tant qu’il était heureux dans sa situation et avait une petite gang avec laquelle sa tenir, il était heureux, le gamin. C’était aussi le jeune garçon qui défendait les autres, qui critiquait les jeunes insouciants qui manquaient une journée sur deux de cours, et celui qui riait bruyamment dans la cafétéria quand les regards se posaient sur lui. À cette époque, Mik était un garçon énergétique, sympathique et au regard assez bienveillant. Il fut souvent élu président de classe, et c’était lui qui organisait les soirées à la fin de l’année. Toujours ayant des notes impeccables, il y avait de quoi rendre fiers ses parents et attisait une certaine jalousie chez sa petite sœur, dont il n’en avait aucune conscience. À cette époque, tout ce qui l’importait, c’était de vivre. Oui, il se la péter un peu. Oui, c’était un gamin un peu trop énergétique. Mais il se souciait des autres : Mieux, il était bienveillant envers ceux qui avaient besoin d’aide. C’était, au final, une époque bénite…

Bien-sûr, tout adolescent qui se respecte et qui voulait affirmé son autorité et ce dire « ouais j’suis trop cool! » c’est déjà battu une fois ou deux. C’est arrivé à Mikjàll, mais il n’était pas un grand bagarreur. Il préférait utiliser ses mots, comme aujourd’hui. Puis il en a connu des morveux, comme James qui, bien qu’il était dans une classe pour plus jeune, avait sa sale réputation partout. Oh James. Comme il adorait pouvoir le mettre hors de l’école en le fixant avec un certain dégout apparent. Mikjall aimait bien se faire écouter. Aussi, il rencontra Skellig, un jeune homme qui avait environ le même âge que lui. Le courant ne passa aucunement entre eux, et rapidement Mikjall commença à le détester. Un conflit d’adolescent vous savez, rien qui était vraiment important à cet âge-là… Mais si seulement ils avaient su où cette haine allait les amener, des années plus tard. Mais en gros, le passage de sa scolarité jusqu’à ces 18 ans se passa à merveille. Athena grandissait à ses côtés, et il n’y avait pas une semaine qui passait sans que Mik’ essaye de glisser des fausses araignées dans le lit de sa protégée. Il n’y avait pas une soirée qui passait sans que les deux se chicanent pour avoir la plus grande part du gâteau. Et surtout, il n’y avait pas un moment sans que Mik ne pense à elle et à l’amour qu’il portait envers sa petite ange. Et s’il avait pu, il l’aurait protégé envers et contre tout… Tout le temps. Il la voyait aller, sa petite sœur. Tomber amoureuse, sortir avec des gars, danser, rire, s’inquiéter pour son ami cancéreux, tombé amoureux du même garçon pendant des années… Il l’a vu grandir, Athena. Et chaque jour, il la trouvait encore plus merveilleuse, sans se douter que l’amour que lui portaient ses parents était si immense qu’elle rendait jalouse Athena… Il n’a jamais rien vu. Et bien que désormais, il soit apathique, faire du mal à Athena n’a jamais été son but. Et n’a jamais été désiré. 18 ans, ça passe vite dans une année. Le voilà déjà, prêt à voler de ces propres ailes.

2007 | « On dit qu’on n’oublie jamais le premier regard de celui qui prendra notre cœur. Ce qui est certain, c’est que moi, je n’oublierais jamais le tien. Froid, mais sage. Arrogant, mais faux. Sincère, mais mystérieux. Et surtout, magnifique. » Journal de Mikjàll

S’étant inscrit à 18 ans dans la faculté de journalisme, le jeune Mikjàll devient bientôt l’un des meilleurs de sa classe. Pour montrer aux élèves le dur métier que pouvait être le journalisme, cinq élèves furent choisis dans le programme pour un stage en France, à Paris précisément. Mikjàll fut bien entendu choisi parmi eux, et ces parents en étaient très fiers. Après tout, quelle fierté de voir son fils être un des meilleurs de la classe et, en plus, choisit pour faire un stage. Mikjàll prépara donc ces bagages, le regard brillant, après avoir promis à sœur : « Je reviens vite. Attend moi, princesse, je te reviendrais vite. » Puis quelques jours plus tard, il était parti, son premier voyage qui allait commencer une grande carrière, mais surtout, une grande misère. Il atterrit à Paris et, heureusement pour lui, il avait un certain talent à apprendre une langue étrangère. Avec l’aide de leur professeur, les cinq jeunes apprirent le français.

« Bonjour. Je m’appel Mikjàll, je suis stagiaire en journalisme. Vous êtes bien Aodhan? Aodhan O’Flahertie? »

Ce fut leurs premiers mots échangés, alors que l’homme, emprisonné depuis un moment à Paris, relevé les yeux vers ledit stagiaire. Mikjàll lui sourit, son regard brillant de joie de pouvoir rencontrer un homme avec un passé aussi lourd. Il était encore optimiste, le jeune, et surtout confiant. Sûr que cet homme n’était pas seulement un monstre. Sûr qu’il y avait autre chose que les gens ne s’attardaient pas à voir. C’était sur lui que le stagiaire voulait faire son rapport. Sur lui qu’il voulait comprendre. « Je veux comprendre ce qui vous a amené ici, Aodhan… Je ne veux pas que vous m’expliquiez ce vous avez commis, ça, la presse s’en charge amplement… Je veux comprendre pourquoi vous l’avez fait. Je veux… Je veux comprendre ce que ça vous fait, d’être derrière ces barreaux. » Le pourquoi. Le pourquoi qui sonnait si creux. La passion dans les yeux de Mikjàll sembla amuser le plus âgé. Mais il ne lâchait pas l’affaire, le gamin. Jusqu’à s’en rendre malade. Jour après jour, il allait voir Aodhan et essayait de le faire parler, ou du moins, de le comprendre. Chaque jour, il se sentait de plus en plus prisonnier de ce regard envoutant. Tout de Aodhan l’appelait. Ça le rendait malade. Il ne dormait plus, il mangeait peu, il était obnubilé par cet homme au caractère si mystérieux. « C’est ce que vous croyez? Que certaines personnes sont juste purement méchantes? Ou est-ce qu’on vous a dit que c’était ça, votre destin? » Il continuait, continuait. Et plus les jours passaient, plus Mikjàll sans le savoir commençait à se comporter comme Aodhan : Il rentrait dans son jeu pour essayer de le saisir. Regard calme, sans jamais exprimer la moindre émotion. Léger froncement de sourcil, sourire provocateur, rire sans joie. Ils jouaient tous deux à un jeu : Le perdant était celui qui craquerait en premier. Puis, bien que la majorité d’entre vous dirait que c’était malsain, et je vous l’accorde, cet homme apportait quelque chose en Mik’ que ce dernier n’avait jamais ressenti avant. Impossible de savoir quoi, impossible de trouver le mot. Il apprit des choses sur Aodhan, mais jamais il n’allait en faire part. Ça allait être leur secret. Le leur.

2008 | « Je crois que ce jour-là, je fus maudit. Maudit à aimer ton regard pour l’éternité. » Journal de Mikjàll

Après plusieurs mois à vivre ainsi, ces professeurs remarquèrent que le tout devenait bien trop sérieux pour le stagiaire, qui prenait trop à cœur chaque moment avec le criminel. Ils décidèrent d’un commun accord, après avoir appelé les parents du jeune homme, de le renvoyer chez lui. Sans vraiment le prévenir, sans lui laisser faire ses adieux. Du jour au lendemain, on l’arracha à ce monde, et il fut envoyé dans un avion, de retour en Islande. Ce fut un changement brusque pour le jeune homme, bien trop brusque, alors que ces parents, sa mère particulièrement, viennent lui crier dessus qu’il était passé à côté de la chance de sa vie. Il en fut vite malade. Le jeune homme s’enferma dans sa chambre pendant plusieurs jours, refoulant sa rage, sa tristesse, sa honte, tout ce qui était dans ce genre d’émotion. Il se sentit ne crier de frustration, jusqu’à… Plus rien. Le vide, enfin. La paix de ces émotions. Il n'en oubliait rien de ces moments passés à Paris, de ces moments avec Aodhan ou avec ces collègues. Il n'en oubliait rien de ces confessions. Mais ces émotions, ressentit durant son parcours à Paris, s'envolèrent lentement, un par un. Car il ne voulait plus rien ressentir. Sans savoir, Mikjàll venait de changer à jamais : Adieu, le petit garçon sympa. Adieu, jeune homme bienveillant et plein d’entrain. Désormais, son cœur ne brillerait jamais plus de cette même flamme. Il en avait eu trop mal. Il allait devenir comme Aodhan : Car le criminel avait raison. Ce monde, il ne méritait pas autant de bonté. Se refermant sur lui-même, sa petite sœur le remarqua rapidement, et malgré que le jeune journaliste continue de sourire avec elle, et ce fût bien la seule à cette époque, elle savait que quelque chose s’était brisé. Il ne se laissait plus croire à un avenir, il n’était plus optimiste, il n’aidait plus aussi facilement les autres. Apathique. C’était le début du déclin.

2011 | « Tu vas me manquer. Tu étais la seule qui m’empêché de ne pas sombrer. Qu’est-ce que je vais faire sans toi…? » Journal Mikjàll

Cette année-là, ce fut le grand départ de Athena pour la Russie, pour se performer en danse. Et aucun des deux ne savait quand elle reviendrait. Cela brisa Mikjàll et le peu de conscience qui lui restait.  Il lui fit ces adieux, un sourire aux lèvres, embrassant sa joue, comme pour lui promettre qu’il allait bien aller. Mais c’était faux. Un autre masque que Aodhan lui avait appris à porter. Tout va bien aller. Alors qu’il avait de la retenir, de la supplier de ne pas partir. Incapable de vivre seul dans cette maison où sa mère était toujours furieuse après lui, et ayant terminé ces études en journalisme haut la main, Mikjàll partit en direction du Canada. Là-bas, il suivit des cours de langue pour l’anglais et l’espagnol, tout en faisant des petits articles pour les journaux locaux. Ayant toujours été doué pour apprendre les langues, cela lui fut rapidement facile de communiquer avec tout le monde au Canada. La majorité de ces bosses pour qui il travailla le trouvèrent excellent. Après quelques mois, il plia bagage à nouveau et partit vers la France à nouveau, allant cette fois plus vers Marseille. Chaque fois, c’était une nouvelle expérience, et chaque fois son nom était de plus en plus connu. Les gens aimaient ces articles. Et surtout, les bosses adoraient son travail bien fait. Certains le trouvaient étrange à être toujours un peu séparé de lui-même, mais il remplissait bien sa job, alors personne ne se souciait à savoir comment il allait réellement. Et au final, même Mikjàll s’oublia et arrêta de penser à comment il allait réellement. Tout ce qui lui importait, c’était de faire savoir la vérité. D’enfin pouvoir servir à quelqu’un, d’être utile. Il était sans doute en train de perdre la tête, mh? Aucune idée. Tout ce qu’il savait, c’est qu’il adorait son métier. Et chaque jour, il ouvrait son journal et commençait sa nouvelle journée par « Cher Forgotten Heart ». Sans savoir pourquoi. C’était un automatique, depuis qu’il avait commencé ce journal. Il y passait quelques mois, puis changé à nouveau de place, comme s’il avait peur que, s’il restait à une même place pendant trop longtemps, il s’en accroche trop. Qu’il commence à ressentir quelque chose. Oui, il avait peur. Peur de s’attacher. Ce n’est qu’à ces 24 ans qu’il revient en Islande, mais il ne resta pas longtemps vers ses parents. Ceux-ci ne le reconnaissaient plus, et lui non plus, ne les reconnaissaient plus. Sa mère le fixait avec honte, alors que son père essayait de son mieux de l’aider. De lui dire qu’il pouvait toujours ressentir. Que le jeune garçon qu’il était lui manquait. N’arrivant pas à vivre dans le même endroit qu’eux sans étouffer, il se prit un loft à côté. Puis il visita une des villes voisines à la sienne, qui l'avait appelé pour un travail : Bakkagerði.

2014 | « J’ai peur de m’attacher. J’ai peur d’aimer, de ressentir à  nouveau quelque chose, et d’être brusquement retiré à nouveau. J’ai peur de me laisser rire, sourire. J’ai peur de faire preuve d’empathie. J’ai peur que cela me blesse. J’ai appris à vivre comme je suis désormais : Froid, Égoiste, Prétentieux, Amuser, Provocateur. J’ai apprit à vivre ainsi. Je suis bien ainsi. Mais tu es arrivé dans ma vie. Et brusquement, je me suis remise en question. Je me suis demandé… Qu’est-ce que ça serait de vivre sans avoir peur de s’attacher? Qu’est-ce que ça serait de vivre à tes côtés? » Journal de Mikjàll

Quand il avait 25 ans, le jeune homme sortait avec une demoiselle charmante, dont il ressentait un attachement particulier, mais sans plus. Il en prenait néanmoins soin, et l’aimait autant que son cœur pouvait aimer quelqu’un à ce moment-là. Il la laissait pleurer dans ces bras quand elle avait envie, il la protégeait des gens et, surtout, il faisait attention à elle. Ce n’était pas une relation qui allait durer, et Mikjàll le savait. Il n’était pas doué pour garder une relation longtemps. C’était surtout un besoin qu’il avait pour ne pas sentir la solitude peser sur ses épaules. Ils eurent des hauts et des bas, comme chaque couple, mais jamais il n’aurait cru que leur relation finisse aussi fatidiquement. Dans la famille de la demoiselle, elle avait un petit frère de 20 ans, à cette époque. Fenrir, de son prénom. Déjà à cette époque, Mikjàll se savait bisexuel et l’assumait même pleinement sans remords. Ce n’était pas une chose qu’il essayait de se cacher. Et son regard fut pris par celui de Fenrir, fasciné par la bonté de ce garçon. Toujours souriant, Fenrir dégageait une telle aura que Mikjàll n’avait pas ressentie depuis des années. Il se sentait bien à ses côtés, sincèrement bien ce qui lui était assez rare. Fenrir lui donna une nouvelle raison de sourire, de rire, et surtout, de ressentir quelque chose de vrai. Lui qui s’était coupé de toutes émotions depuis son retour de Paris, il se sentait vivant à ses côtés. Ce fut fait naturellement, sans que Mikjàll ne pense aux conséquences envers la sœur de Fenrir, ou même pour Fenrir. Il ne pensait aucunement à elle, n’avait aucun ne remord, aucun regret, car il ne savait plus ce que ça faisait d’en avoir. Il se sentit seulement bien une fois qu’il fut contre Fenrir et que son corps put se blottir contre le sien. Il ne sentait plus le froid contre lui. Ils firent l’amour, trahissant par le fait même la confiance que la jeune femme leur portait. Et même si quelques jours après, Mikjàll essaya de se pardonner, ces pardons n’étaient pas complets en sachant qu’il ne regrettait aucunement d’avoir été dans les bras de Fenrir. La jeune femme le gifla assez violemment avant de partir. Le journaliste encaissa en silence, avant de revenir auprès de Fenrir, de cette unique personne qui comptait pour lui à ce moment. Pendant environ 1 an, ils restèrent ensemble, s’aimant plus que jamais Mikjàll n’avait aimé quelqu’un. Il se rappelle encore de leur nuit d’amour, de ces baisers, de ces caresses, mais surtout de cette aura rassurante que Fenrir dégageait naturellement. Si son cœur ne pouvait plus aimer correctement, Fenrir faisait en sorte que sa compagnie, son cœur puisse agir à nouveau normalement. Même s’il restait un peu apathique, en présence du jeune homme, il l’était bien moins. Il était bien plus humain, bien plus vivant. Et pendant un moment, Mik’ eu cru à un avenir. Il crut qu’il avait enfin trouvé quelqu’un avec qui il pourrait être stable. Ce fut l’une des plus belles années de sa vie, celle dont il a écrit tant de bons souvenirs dans son journal. À sa compagnie, il oubliait même parfois la douleur qu’Aodhan avait laissée dans son cœur.

Après un an de relation, malheureusement, Fenrir lui annonça qu’il allait déménager à Reykjavik pour accomplir ces études en journalismes. Cela amusa Mikjàll qui se revoyait en Fenrir, des années auparavant. Il le laissa y aller, lui promettant de garder contact avec lui, et de revenir le voir une fois qu’il reviendrait dans sa ville d’origine. Après un dernier baiser, il le laissa partir, lui souhaitant sincèrement de trouver ce qu’il cherchait là-bas. Gardant son numéro de téléphone toujours en main, il ne passait pas une semaine sans le contacter. C’était son attache.

2016 | « Un des sentiments plus puissants que l’amour, c’est bien la haine. »  Journal de Mikjàll

27 ans, et toujours autant de rancœur en soi. Mikjàll était du genre à garder toujours beaucoup de rancœur pour les gens qu’il avait détestés, et surtout, il était du genre à préparer tout un coup pour faire payer une personne, même une comme Skellig qui, au fond, n’avait pas vraiment fait grand-chose, hormis ne pas l’apprécier. Mais Mik’ le gardait en haine, et en voyant sa compagnie, sa vie en faite, allait si bien, il en fut peut-être jaloux. Ce qui est certain, c’est qu’il ne pensa aucunement aux conséquences de ces gestes. Il est très rare que Mik’ fasse de la fausse-information : Ça a bien dû être la seule fois qu’il usa de ces compétences en journalisme pour rependre une fausse rumeur. Il lui arrive, je l’avoue, d’utiliser des vraies informations pour faire craquer quelqu’un : D’user de confidence pour faire en sorte que la personne parle… ou ne parle pas. Mais de là à inventer une information? C’est la seule fois que ça lui est arrivé, et c’était pour faire couler la compagnie de Skellig. Sans penser aux compétences, ronger simplement par la rancœur et la jalousie, il rependit comme une poudre une fausse rumeur dans un de ces articles et laissa le drame arrivé. Il ne savait pas encore que quelque temps plus tard, il allait s’en vouloir… plus que jamais.

2017 |« Un meilleur ami n’a pas besoin de tout connaitre de toi pour t’aimer. Il t’aime, comme tu oses te montrer. Un meilleur ami, c’est celui qui fait cesser le temps, qui fait ressortir le meilleur de toi, et qui te prouve que le reste n’a pas vraiment d’importance. »Journal de Mikjàll

Nouvelle-Zélande, voilà sa nouvelle destination pour ces débuts 28 ans. Là-bas, il fut contacté pour parler de certaines entreprises et en faire la promotion. Donner son avis en tant que journaliste, quoi. Et sincèrement, il n’aurait jamais cru aimer autant un homme comme Preston. Après tout, il avait tout de détestable, ce type, à passer par son air de prétention presque supérieur à la sienne, et surtout ses vêtements bien tenus chaque matin, sans aucune imperfection dans ses cheveux finement coiffés. Le genre de type qui voulait être bien vu, quoi. Il avait tout de détestable, mais à la fois, c’est sans doute pour toutes ces imperfections que Mik’ commença à l’apprécier, adorant le décoiffer à chaque fois qu’il le voyait. Autant Mikjàll était du genre très provocateur, extraverti et adorait s’amuser d’un rien, Preston était bien plus calme et introverti que lui. Le contraire a fini par s’attirer. Chaque moment passé avec Preston le faisait rire, et oh combien cela faisait du bien d’arrêté de penser pour simplement rire. Ils passèrent beaucoup de temps ensemble durant l’année que Mik’ fut en Nouvelle-Zélande. Il se souciait peu de quel genre de famille venant Preston, ce souciait peu de l’apparence que son meilleur ami voulait donner : Il l’aimait comme il était. Puis avoir un meilleur ami, ça l’aidait vraiment. Après Fenrir, ce fut le deuxième avec qui il garda contacte, malgré ces voyages. C’est pourquoi, après un an, il prit son numéro de téléphone pour pouvoir lui écrire, tout en lui disant de venir s’installer en Islande, quand il pourrait, il y serait bien. Il n’aurait pas cru que son souhait se réalise si vite.

2018 | « Le conflit syrien, même un rapport de 40 pages ne pourrait pas résumé le désastre, l’ampleur et l’horrible réalité qui a saisi cet endroit. Rien ni personne ne put faire un résumé de ce qui se passe là-bas avec toute l’horreur qu’on y retrouve. Je ne suis qu’un journaliste, un journaliste de guerre. » Journal de Mikjàll

Étant vu comme l’un des meilleurs journalistes de son époque, Mikjàll fut proposé d’intégrer les quelques rares journalistes de guerre qui allait, pendant quelques mois, pouvoir effleurer le conflit syrien pour rapporté des faits concernant les nombreux conflits qui étaient en cours. Le journaliste, toujours soucieux de faire de son mieux son travail, accepta presque immédiatement. Avant d’aller en Syrie, il suivit une formation en tant que soldat pour pouvoir se défendre, au cas ou, car rien n’était sur en Syrie. Il apprit aussi l’Arabe et eut son cours de premiers soins. Il prit l’avion et atterrit sur place, toujours escorté par une équipe militaire. Là-bas, il rencontra l’armée de Syrie, ainsi que les forces de défense nationale. C’est là-bas qu’il eut son expérience là plus horrible. Parfois, il n’avait même pas le courage de sortir son appareil photo, bien trop horrifié par la scène. Les vomissements, les cauchemars, sans compter le manque d’air dès que du gaz chimique était relâché, les picotements, et les douleurs. Des attentats à la bombe étaient très souvent présent, et bien d’autres horreurs que même les textes de Mikjàll n’arrivaient pas à décrire. Mikjàll y resta pendant environ 5 mois qui furent, sans contester, les pires mois de sa vie. Il y serait resté deux mois de plus s’il n’était pas arrivé l’accident. Alors que les seuls qui étaient au courant de ce qu’il faisait étant Preston et Fenrir, le jeune homme fut appelé à venir assister des militaires pour rapporté des faits par la suite. S’habillant avec la tenue militaire pour se protéger, il suivit le reste de ces collègues.  

Il était en train de prendre des photos quand les premiers d’étonnements résonnèrent, le faisant se redresser rapidement, rangeant son appareil en sécurité. Les militaires, déjà armes à la main, furent prêt à attaquer les rebelles. Par un réflexe purement humain, dont Mik se demande encore pourquoi il l’a fait, il a voulu sauver un enfant. Il la ressentit bien, la vive douleur à son ventre, lui criant qu’il était en train de perdre du sang. Une balle perdue, c’est si vite arrivé. Tachant ces vêtements, il réussit à amener l’enfant en sécurité. Le reste de ces souvenirs sont plutôt flous, brouillés par la douleur. Son collègue, un journaliste qui était avec lui, dit l’avoir entendu murmurer « Foutu réflexe humain » avant de s’évanouir. Il fut amené à l’abri, et lorsqu’il fut stable, il fut ramené au pays le plus proche pour aller dans un hôpital se faire proprement soigner. Les deux semaines qui suivirent l’attaque, lui fut très flou, surtout droguer par les médicaments.

Présent | «  Enfin de retour chez moi, je crois avoir mérité un peu de repos, non? Et surtout, j’ai tant de choses à rattraper ici. J’ai tant de choses à comprendre, à faire… Je dois m’arrêter un moment. Je dois respirer. » Journal de Mikjàll

Après les deux semaines de convalescence, Mik put reprendre son téléphone et contacter Fenrir et Preston. La douleur lui faisait toujours tirer la langue, et il devait toujours prendre des médicaments, mais il n’était plus en danger de mort. Son appareil photo en main, il regarda les dernières photos, un souvenir amer lui traversant les lèvres. Si Mik fit certains articles sur le conflit en Syrie, la majorité resta prise au fond de sa gorge, incapable d’exprimer tout ce qu’il avait vu. « Désolé de t’avoir inquiété. Je rentre bientôt à la maison, je t’expliquerais tout. », envoya-t-il à Fenrir, fasse aux inquiétudes du jeune homme. Pliant bagage, le jeune homme reprit l’avion et rentra enfin chez lui, à Reykjavik. Il reprit son loft, installa ses choses et souffla enfin. Reposant son appareil photo sur la tablette, il regarda ses nombreux courriels, offre d’emploi, avant de tourner la tête vers la photo de sa petite sœur, toujours présente proche de son ordinateur. Il avait tant à rattraper. Que ce soit revoir sa sœur, Preston, Fenrir… Et surtout…
Retrouver la trace de Aodhan, si le temps lui permettait.
Soufflant une dernière fois, il rejeta sa tête vers l’arrière, avant de rire un peu, posant sa main sur son visage en laissant sortir la panique qui avait pris son cœur depuis les derniers mois. Non, vraiment, cette idée d’être journaliste de guerre, ça n’avait pas été sa plus brillante idée…
codage kusumitagraph | lorelei sebasto cha pour Walk on ice


Dernière édition par Mikjàll Esrasson le 09.09.18 17:56, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Identity Card

MessageSujet: Re: Mikjàll Esrasson | Sam Claflin   06.09.18 23:55
Rebienvenuuuue
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Identity Card

MessageSujet: Re: Mikjàll Esrasson | Sam Claflin   07.09.18 2:23
Rebienvenue love
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Identity Card

MessageSujet: Re: Mikjàll Esrasson | Sam Claflin   07.09.18 7:08
Pas toi

Tu m'as manqué

Edit : oh et, j'avais pas vu, mais tu as mis deux bâtons (||) dans le titre, tu peux en enlever un stp ? Il n'en faut qu'un I love you


Dernière édition par Áslaug Jakobsdóttir le 07.09.18 21:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t137-berenice-z-metanova-love-
MEMBRE Bérénice

Identity Card
Pseudo : Hinou Messages : 500 depuis le : 19/04/2018 Avatar : Alicia Vikander Points : 940 A Reykjavik depuis : Toujours Âge du perso : 26 ans Emploi/études : Professeur de littérature

MessageSujet: Re: Mikjàll Esrasson | Sam Claflin   07.09.18 10:08
MAIS QUELLE FAIBLESSE

Rebienvenuuuuue
Moi je shippe avec Ao

_________________
A nouveau
ce décor d'insomnie et d'alcool, et la durée de la nuit qui vous pèse dessus, lourdement, de toutes les idées qu'on évite, de toutes les pensées perdues, la danse de ceux qui ont peur de dormir, peur de ne pas dormir.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t326-bethany-l-williams-542-0904 http://walk-on-ice.forumactif.com/t325-bethany-it-hurts-less-to-
Administratrice

Identity Card
Pseudo : Moose || Melissa Messages : 557 depuis le : 11/05/2018 Avatar : Ruby Rose Points : 1733 A Reykjavik depuis : Un an, après avoir quitté Londres Âge du perso : 29 ans. Emploi/études : Barmaid au Kiki Queer Bar, future bassiste.

MessageSujet: Re: Mikjàll Esrasson | Sam Claflin   07.09.18 20:06
J'essaie d'arrêter la perfection, mais c'est loin d'être facile. Désolée

Merci d'avoir fait un ultime combo et mêlé le scénario de ma Athe à ton Mickeyyy (oui le surnom reste, au final)

Courage pour la fiche! ♡

_________________

heart attack
You make me glow, but I cover up, won’t let it show. Make me so nervous, that I just can’t hold your hand. So I’m puttin’ my defenses up, 'cause I don’t wanna fall in love. ▬ 'Cause when it comes to you, I’m never good enough
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Identity Card

MessageSujet: Re: Mikjàll Esrasson | Sam Claflin   07.09.18 20:59
AH ! LE FAMEUX ! Hâte de voir ce que tu vas faire exactement !
RE BIENVENUTAGE SUR TA FACE !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t840-mikjall-whatever-it-takes

Identity Card
Pseudo : Miyu Messages : 91 depuis le : 06/09/2018 Avatar : Sam Claflin Points : 270 A Reykjavik depuis : Toujours ~ Âge du perso : 29 ans Emploi/études : (Le Meilleur) Journaliste

MessageSujet: Re: Mikjàll Esrasson | Sam Claflin   07.09.18 23:29
Nat et Ollie Full love!

Aslaug -> BONJOUR MADAME. Avoue que tu avais hâte de me voir
(Je change ça )

Bérénice -> JE SUIS SI FAIBLE TU AS VU ÇA?
Le ship va un jour apparaître, continuer de Ship ça va nous donner de la puissance

Bethany -> Tout pour ma petite ange!
Arrête cette perfection

Priya -> LE FAMEUX, LE VRAI, LE BEAU
MERCI MA BELLE

_________________
Hold, hold on, hold onto me 'Cause I'm a little unsteady. A little unsteady. But if you love me, don't let go. If you love me, don't let go
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t114-soren-ketillson-513-3944 http://walk-on-ice.forumactif.com/t112-soren-pour-un-pote-j-pour
Modérateur

Identity Card
Pseudo : Froggy' Messages : 980 depuis le : 21/04/2018 Avatar : Cole Sprouse Points : 2225 A Reykjavik depuis : Toujours. Âge du perso : 24 ans. Emploi/études : Infographiste / Dessinateur relativement suivi sur Twitter

MessageSujet: Re: Mikjàll Esrasson | Sam Claflin   08.09.18 18:58
Citation :
Il a déjà été amoureux, mais jamais son cœur n’a été autant prit que par les magnifiques yeux de Fenrir



T'es pas beau. Vas t'en et laisse moi Fenrir stp

( KSJHNFJDJFEHJFF JE SUIS DEJA TELLEMENT HYPE ET JOIE OMG, MIK EST BEAUCOUP TROP COOL MAIS MON COEUR PLEURE DEJA POUR SÖREN JE JSEHFSBFSDBF                              )

_________________
I'm not giving it up
I can't forget the taste of something that's real. Step into my closet and maybe you'll find something that'll scare you, something that you like. + buckaroo.


Béré et son amour des nuisettes ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t788-jesse-li-wei-everybody-ne

Identity Card
Pseudo : Pandore Malone Messages : 169 depuis le : 26/08/2018 Avatar : Jordan Connor ♥ Points : 13 A Reykjavik depuis : un mois Âge du perso : 22 ans - 17/09/1995 Emploi/études : P^rcheur

MessageSujet: Re: Mikjàll Esrasson | Sam Claflin   08.09.18 21:55
rebienvenuuue !!
j'adore Sam en vava j'le vois pas souvent **

_________________
Oh, if I could go back in time
When you only held me in my mind
Just a longing, gone without a trace


Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Identity Card

MessageSujet: Re: Mikjàll Esrasson | Sam Claflin   08.09.18 23:16
Rebienvenue, encore un bon choix d'avatar.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t840-mikjall-whatever-it-takes

Identity Card
Pseudo : Miyu Messages : 91 depuis le : 06/09/2018 Avatar : Sam Claflin Points : 270 A Reykjavik depuis : Toujours ~ Âge du perso : 29 ans Emploi/études : (Le Meilleur) Journaliste

MessageSujet: Re: Mikjàll Esrasson | Sam Claflin   08.09.18 23:21
Sören tu es si faible. Tu peux aussi partir si tu veux, je vais bien m'occuper de Fenrir.
(JE T'AIME TOI-MÊME TU SAIS J'ai trop hâte )

Jesse, Eliiii Merci mes amours! Si vous voulez un petit lien, on pourra s'en trouver un ensemble!

_________________
Hold, hold on, hold onto me 'Cause I'm a little unsteady. A little unsteady. But if you love me, don't let go. If you love me, don't let go
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Identity Card

MessageSujet: Re: Mikjàll Esrasson | Sam Claflin   09.09.18 12:33
@Mikjàll Esrasson Je ne peux pas te valider tan que je n'ai pas l'aval de @Preston Wood et d'@Athena Esradóttir (on m'a dit que Fen était déjà d'accord, donc c'est bon pour lui)
Et juste, il y a une petite incohérence dans ton histoire
Tu as écrit que Mik n'avait aucun souvenir de Paris et qu'il ne pouvait même pas se fier à son journal parce qu'il n'avait rien écrit dedans quand il était en France, mais dans ta bio tu as mis des extraits de ce journal à Paris. Et s'il ne se souvient plus de rien, comment peut-il vouloir retrouver Ao ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Identity Card

MessageSujet: Re: Mikjàll Esrasson | Sam Claflin   09.09.18 18:37


Validation
félicitations




Je sais même pas quoi te dire tellement c'est perf par contre il y en a une qui fait la gueule la... t'auras intérêt à te faire pardonner


Bravo ! Tu fais à présent officiellement partie de nos petits membres ! Tu peux donc débuter ta petite aventure parmi nous. Mais avant toute chose, il va te falloir passer par quelques petites étapes.

• Crée ta petite Fiche de liens pour te faire des amis ou même des ennemis ! Ce n'est jamais drôle d'être seul, après tout !

• Inscris ton petit personnage sur les différents listings afin qu'on sache où il habite et ce qu'il fait dans sa petite vie. Sans oublier le petit listing des multicomptes si ce n'est pas ton premier personnage.
• Vérifie que ton avatar a bien été ajouté au Bottin des Avatars et que ton prénom et ton nom aient été ajoutés au bottin des prénoms et au bottin des noms de famille. Si tu ne les y retrouves pas au bout de 48h, n'hésite pas à prévenir un membre du staff.

• Tu peux d'ores et déjà créer des Pré-liens ou des Scénarios si tu cherches des personnages en particulier pour ton bébé.

• Enfin n'hésite pas à faire un tour par le flood ou encore les jeux histoire de faire connaissance avec les autres petits membres. Tu peux aussi venir nous faire un petit coucou sur la chatbox si le coeur t'en dit ! Promis nous ne mordons (presque) pas!

Puisse ton aventure sur WOI être la meilleure de ta petite vie!
codage kusumitagraph | lorelei sebasto cha pour Walk on ice
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Identity Card

MessageSujet: Re: Mikjàll Esrasson | Sam Claflin   
Revenir en haut Aller en bas
 
Mikjàll Esrasson | Sam Claflin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Emily Browning & Sam Claflin crackship #002
» [M] Sam Claflin ⊰ Le second frère, le pote de connerie
» Help ; galère d'avatar
» (M) Sam Claflin - Arthur Weasley
» Petit Bricolage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Walk on Ice ::  :: ID Cards :: Fiches validées-
Sauter vers: