Nouveautés
Mise à jour n°5 - Quelques petites nouveautés voient le jour !
Toutes les informations.
Un nouveau souffle pour WOI Le staff a changé, découvrez-le ici .

Partagez | 

 Drake Tobias Macnair | Andy Biersack


Only the Icelanders can Walk on Ice.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t125-drake-t-macnair-554-6672 http://walk-on-ice.forumactif.com/t127-drake-t-macnair-h-o-p-e-h

Identity Card
Pseudo : Miyu Messages : 996 depuis le : 20/04/2018 Avatar : Andy Biersack Points : 469 A Reykjavik depuis : 2 ans Âge du perso : 25 ans Emploi/études : Barman au Kaldi et Artiste, Fondateur d'un Groupe avec Bethany

MessageSujet: Drake Tobias Macnair | Andy Biersack   20.04.18 2:59
Drake Tobias Macnair
Too Much Is Wrong With Me


NOM > Macnair, qui lui vient de son père qu'il déteste tant. PRÉNOM(S) > Drake Tobias, qu'il aime tant et qu'il déteste tant. SURNOM(S) > Dray. Et le petit surnom que Esekiel lui donne « Darling ást » est un surnom que Drake doit encore s'y faire, n'étant pas habitué d'être une personne aussi importante aux yeux de quelqu'un. Mais il n'a que lui qui peut l'utiliser, je vous préviens ~ DATE ET LIEU DE NAISSANCE > 22 mars, 1992, en Angleterre, à Londres. AGE > 25 ans NATIONALITÉ ET ORIGINES > Anglais MÉTIER OU ÉTUDES > Aucune étude, il est devenu barman très jeune. ORIENTATION SEXUELLE > Bisexuel désormais accepté STATUT MARITAL> En couple avec Esekiel TYPE DE LOGEMENT > AppartementVIT AVEC > Esekiel ~ A REYKJAVIK DEPUIS > 2 ans SIGNES PARTICULIERS, TATOUAGES, CICATRICES ... > Plusieurs tatouages parcourt son corps, dont celui qu'il s'est fait avec son meilleur ami, Fenrir, qui est sans aucun doute l'un des plus précieux à ses yeux. Il a aussi des piercings qui parcourt son visage (lèvres, oreilles, sourcils). Des marques parcourt son dos, vestige d'anciennes douleurs du passé. GROUPE > JÓLNIR

Andy Biersack

Mon groupe
Oh Drake. N'aurais-tu pas, pour une fois dans ta vie, voulu appartenir à un seul groupe? Non, comme toujours, tu dois être dans la marge de la société, ceux que nous ne pouvons mettre dans une seule case due à leur facilité à appartenir à plusieurs. Ou plutôt, dans ton cas, à la difficulté à appartenir à une case. Car tu n'as jamais aimé ça, n'est-ce pas? Appartenir à un groupe. Tu es libre. Libre de penser, Libre de vivre, Libre d'exister. C'est pourquoi tout ça t'amener dans ce groupe des Artistes.
Pourtant, tu as des réactions extrêmes. Ta vie est menée par l'imprévisible, et à tout égard, nous aurons pu te mettre dans le groupe « Hekla ». Mais te voilà, dans le groupe des Artistes.

Drake, donc, aurait été classé facilement dans le groupe Hekla, il y a de ça quelque temps. Faire la fête, c’était son quotidien. Et ce l'est encore, d'un certain côté, sauf que depuis son retour de voyage, son côté artistique est de nouveau présent dans sa vie. Chanter, peinturer, s'exprimer par des mots rattachés ensemble... C'est rendu sa source d'inspiration. Libre penseur, il ne laisse personne décidé du chemin qu'il prendra. Il laisse le temps faire son oeuvre. Lunatique, ses pensées défilent et, marginal, personne ne le comprend réellement. Mais un artiste n'a pas besoin d'être compris. Il a besoin d'être écouté. Il apprécie la beauté de ce monde, quand celui-ci n'est pas voilé par son pessimiste. Lentement, mais sûrement, Drake s'aligne vers Jòlnir.
Derrière l'écran
Pseudo/nom > Miyu âge > 20 ans. Content, James? scénario/inventé ? > Inventé! comment as tu connu WOI ? >    que penses tu de WOI ? > IL EST PARFAIT une petite suggestion? > Je suis beau ~

   
Code:
<taken>Andy Biersack</taken> <a href="http://walk-on-ice.forumactif.com/u15"><img src="http://i66.tinypic.com/muy7td.jpg"></a> <yourname>Drake T. Macnair</yourname>


One > Il fumait et il buvait beaucoup. Cela fait en sorte que sa voix sonne plus rauque que l'ordinaire, car ces poumons commencent à souffrir de la fumer. Néanmoins, depuis son overdose il y a de ça quelques mois, Drake a commencé à réduire ces consommations, même si cela est toujours compliqué. Parfois, il y a des rechutes, et parfois, il a envie de tout recommencer. Parfois, il se dit que la vie, après tout, en vaut peu la peine...  Two > Artiste de nature, Drake a très longtemps repoussé tout ce qui était de son côté lunatique, de son côté maternel, pour faire plaisir à son père. Oublier ce qu'il était en Angleterre était un peu son but en venant en Islande. Oublier, en passant bière après bière jusqu'à se laisser mourir sous le flot de l'alcool. Puis, après son overdose et son voyage chez lui avec sa meilleure amie, il s'est enfin permis de vivre. Bien entendu, rien n'est simple. Au moins, il a tourné la page... Désormais, le plus dur, c'est de ne pas reculer. Fuir, comme il le faisait toujours. Il veut devenir l'Artiste qu'il a toujours voulu être. Indépendant, libre penseur, Créateur. Chanteur, Dessinateur, Peintre. Three > Son côté protecteur s'est accru depuis qu'il est arrivé en Islande. En côtoyant tant de gens qu'il s'est attachés à, il ferait n'importe quoi pour les défendre et les protéger, coûte à utiliser ses poings. Bagarreur, colérique, ça, Drake est toujours fidèle à ses caractéristiques. Four > Ses yeux sont d'une beauté inimaginable: D'un bleu gris reflétant la lumière du Soleil. Ils sont magnifiques à vous y plonger dedans Five > Il est très aguicheur. Dit comme un des meilleurs Barmans de la ville, il s'intéresse aux clients. Pas du genre à s'intéresse pour devenir copain avec eux, mais assez pour essayer de les garder le plus longtemps dans le bar où il travaille. Il est très à l'aise à parler avec les clients. Bien que son comportement est froid, il les écoutera toujours. Il est assez mauvais pour donner conseil, mais selon les clients, il est d'une bonne écoute.  Six > Drake est quelqu'un de difficile à devenir amis avec. Il est froid, rancunier, et même arrogant. Il peut se montrer très désagréable les premières fois que les gens vont le rencontrer. Néanmoins, il peut ce montrer très à l'écoute des problèmes, attentif, et même inquiet pour eux. Bien qu'il ne le laisse pas paraître, tous ceux qui rentrent dans son bar, il se fait la promesse que rien ne leur arrivera. Seven > Son comportement s'est, disons le, amélioré depuis son retour de voyage avec sa meilleure amie. Il est devenu plus libre d'être celui qu'il veux être, mais le fait qu'il essaie de se soigner fait en sorte qu'il peut être très désagréable et avoir de grandes poussées de colère.Eight > Autonome et mature, il sait gérer sa vie, malgré que cela ne paraisse pas au premier abord. Il serait avoir une vie stable, mais il ne le désire pas réellement. Vivre librement, c'est rendu son quotidien.  Nine > Malgré les apparences, Macnair est digne de confiance. Il ne divulguera jamais ce que vous lui dites. Ten > Il n'a jamais terminé ses études, trouvant vite l'école ennuyante et dénudée de sens, ce qui a énormément énervé son paternel.  Eleven > Il ne parle jamais de ce qui lui est arrivé en Angleterre, hormis à ses très proches amis. Parler de lui, ce n'est décidément pas son fort, et il préfère passer tout de suite à un autre sujet que de divulguer sa vie. Twelve > Il a accepté sa bisexualité récemment, quand il a commencé à réaliser l'amour qu'il portait pour Esekiel depuis déjà un moment. Cela le fait toujours étrange d'être désormais en couple avec un jeune homme aussi bon que Esekiel, et souvent, il se dira peu à la hauteur de ce que désire son petit-ami. Il a peur de l'entrainer dans sa folie qu'est son monde et, surtout, il a peur de le perdre. Une peur que Drake n'avait presque jamais ressentie et qui le rend vulnérable. Il l'aime, cela ne fait aucun doute, et c'est justement pour ça qu'il craint autant de le blesser. Thirteen >  N'étant pas très optimiste dans la vie, il essaie néanmoins de le devenir, ayant de gens du genre très « OUAIS » dans la vie. Je peux vous dire que c'est fatiguant, parfois, être optimiste. Fourteen >Il ne manque pas de confiance en soi à première vue. Dans ça, je veux dire qu'il serait étonnant de le voir se mettre à pleurer, car vous l'avez insulté. Loin de là. Il sait renvoyer les gens quand ceux-ci l'insultent. Mais il n'a pas confiance en ses talents ni en son avenir. Fifteen > Il est dû genre très aventurier, toujours prêt à découvrir de nouveaux horizons, et c'est ce qui l'amène à bouger un peu partout chaque jour. Il s'inspire de ces aventures pour peindre. Sixteen > La jalousie n'est décidément pas une chose qu'il connait, et il déteste cette caractéristique chez les gens.Seventeen > Attention aux jeunes enfants qui passe à ses côtés: Drake ne retient pas ces mots. Grossier, vulgaire, bruyant, il est excentrique à n'importe quel moment. Imprévisible, il peut bondir à tout moment ce qui rend les moments avec lui toujours... particulier Eighteen > Depuis qu'il a « pardonné » son père lors de son voyage, Drake essaie de vivre comme il l'a toujours souhaité. Mais c'est toujours compliqué de vivre quand tu as été brisé pendant tant d'années... Nineteen > Drake n'a pas vraiment peur de grand chose, si ce n'est que sa propre personne. Ce qu'il voit chaque matin, c'est son reflet dans le miroir. Cette... Chose qu'il ne reconnait pas. Ce démon qui le hante. Twenty > Drake à la désagréable manie de se blesser lui-même lorsqu'il ne se ressens plus « vivant ». Il va jusqu'à briser des choses, ou se poignarder la main avec un bout de verre pour ressentir la douleur et savoir qu'il est toujours bel et bien debout.

En savoir plus sur moi
codage kusumitagraph | lorelei sebasto cha pour Walk on ice

_________________
I have died everyday waiting for you. Darling don’t be afraid I have loved you
For a thousand years. I love you for a thousand more. Every breath, Every hour has come to this, One step closer.


Dernière édition par Drake T. Macnair le 28.07.18 15:48, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t125-drake-t-macnair-554-6672 http://walk-on-ice.forumactif.com/t127-drake-t-macnair-h-o-p-e-h

Identity Card
Pseudo : Miyu Messages : 996 depuis le : 20/04/2018 Avatar : Andy Biersack Points : 469 A Reykjavik depuis : 2 ans Âge du perso : 25 ans Emploi/études : Barman au Kaldi et Artiste, Fondateur d'un Groupe avec Bethany

MessageSujet: Re: Drake Tobias Macnair | Andy Biersack   20.04.18 3:00


This is the story of my life
Look into my eyes, it’s where my demons hide.

« Tu as toujours été ainsi. Dans la marge de la société, mise à part des autres enfants. Tu as toujours été ainsi, Drake. Tu ne voulais pas appartenir à un groupe, car tu voulais être libre de pouvoir faire tout ce que tu voulais, sans toujours de voir attendre l’avis du reste de tes membres. Tu voulais être libre de tes ailes, mais celles-ci l’ont finit par se replier sur toi pour t’emprisonner. Tu voulais être libre, mais le destin en a vu autrement.
Ça doit être de famille. Tu voulais être libre comme cette femme qui t’a tout donné. Tu voulais être libre, comme cette femme qui semblait vivre au gré du vent, sans se soucier du reste. Tu as toujours ressemblé beaucoup à ta mère. Les mêmes yeux, le même visage. Les mêmes talents. Et c’est ce qui m’inquiète le plus. Tu ressembles tant à ta mère. Tu es un portrait d’elle.
Finiras-tu comme elle? À tant lui ressembler, c’est ce qui m’inquiète le plus. Que tu finisses comme elle. »


« As a child you would wait and watch from far away… »

Tout débuta à Londres, en Angleterre. Alicia Tyller était un vrai prodige des arts : Autant une artiste de scène, qu’une artiste de portrait, elle pouvait autant bien manier le pinceau, qu’elle pouvait réaliser des arts sur des grandes murailles. C’était une femme accomplie dans plusieurs sortes d’Arts. Allant de la musique, au théâtre et au dessin, elle réalisait tant. Issue d’une famille de la petite bourgeoise, elle se maria à un homme complètement opposé à elle, mais dont leur opposition les a réunit : Un homme d’affaires, gérant sa propre entreprise de commerce. Cet homme s’appelait Jared Macnair. Il avait les priorités à la bonne place et, bien qu’il était plus que sérieux et beaucoup plus terre à terre que sa petite-amie, il ne pouvait que l’aimait plus que tout au monde. Ils se sont mariés quand la femme avait 19 ans et l’homme 24 ans. Et quelques mois à peine plus tard, leur premier enfant naissant : Jake Macnair. Un petit homme parfait, qui ramenait chez lui des notes excellentes et qui était d’un respect sans faille. 2 ans plus tard naquit la jeune Pénélope Macnair. D’une beauté semblable à celle de sa mère, elle était d’un calme légendaire et elle n’arrêtait pas d’offrir ses plus beaux sourires. Et ce n’est que 2 ans plus tard que notre acteur rentre en scène.

Avant de continuer, je tiens à ouvrir une large porte sur la vie d’Alicia Tyller. Femme exemplaire, celle-ci a toujours semblé heureuse aux yeux de ces enfants, donnant le meilleur d’elle-même pour rendre heureux les siens. Et elle l’était, heureuse, là n’est pas la question. Mais Alicia était aussi une femme très indépendante, prit dans un univers que peu de gens essayaient de comprendre. Longtemps, elle a essayé de tenir ses enfants loin de ce monde. Elle savait comment les gens de ce statut, les Artistes Marginaux, étaient vus dans notre société actuelle. Elle a réussi à protéger Jake, et Pénélope. Mais son petit dernier, dès qu’elle l’a tenu entre ces doigts chauds, elle a su que c’était trop tard. Ce gamin allait devenir comme elle. Alicia ne saura jamais ce qu’est devenu son fils, mais son instinct de mère l’avait déjà senti à l’époque : ce petit aurait un parcours difficile. Et au fond d’elle, elle se reconnut en lui. Alicia est née en étant dans un monde à part, ce qui l’a amené à avoir un parcours difficile. Diagnostiquée trouble de la personnalité limite, elle ne l’a jamais dit à aucun de ces enfants. Peut-être aurait-elle dû. Mais comment expliquer ça à un gamin de 5 ans? Et surtout comment aurait-elle pu se douter que Drake aurait été autant à risque de le développer? Oh si seulement elle avait pu vivre plus longtemps à leur côté… Si seulement elle avait pu être là.

« Into the fire… Put my hands into the fire… »

Le 22 Mars 1993 naquit le jeune Drake Tobias Macnair. Un enfant turbulent, mais tout aussi lunatique, Drake est l’enfant qui ressemble le plus à sa mère du côté personnalité. Alors que son frère et sa sœur ont plutôt pris de leur père, Drake est devenu le petit artiste de la famille très jeune. S’intéressant aux films dès son plus jeune âge, il apprit à parler plus vite qu’à marcher. Drake était un enfant très actif, qui aimait courir d’une pièce à une autre, mais qui pouvait, tout d’un coup, se perdre dans la contemplation d’une peinture pendant des heures. À cette époque, on pouvait dire qu’ils vivaient le parfait bonheur. Une famille comblée, aux ressources assez suffisantes pour eux tous. C’était ce petit moment de calme, avant la tempête, celui que nous aimons tous profiter quelques instants.

Mais un bonheur ne peut être éternel, surtout pas dans un monde comme le nôtre. Tobias, de son deuxième prénom, n’avait que 5 ans quand sa mère tomba gravement malade d’un cancer. À cette époque, le simple terme de cancer était complexe pour l’enfant, donc se rappeler de quelle sorte de cancer c’était encore plus complexe. Malgré toutes les tentatives de la sauver, son sort était fait : Elle allait en mourir. Et Tobias, qui était fortement attaché à sa mère, en fut complètement brisé. Il ce rappel de ces journées où il restait fortement accroché au chevet de sa mère, pleurant nerveusement de ne pas le laisser tomber. Sa mère l’a toujours mieux comprise que quiconque : venant du même monde, ils se comprenaient parfaitement. L’enfant était perdu sans elle.

Quelques jours avant que sa mère ne succombe, celle-ci prit son enfant dans ses bras pour lui expliquer une vérité qui restait marquée à jamais chez le jeune Drake :

« Drake, mon petit, mon tendre petit. Ce monde est vaste. Rempli de gens aux passés troublants, aux raisons inexpliquées, qui essayeront par tous les moyens de t’empêcher d’avancer. Le monde est rempli de gens qui n’essayeront même pas de te comprendre. L’art, comme plusieurs autres métiers, n’est pas encore bien vu. Ce que je faisais n’allait pas avec ce que la société attendait de moi. Je n’ai jamais eu un métier fixe, je n’ai jamais comblé les attentes de la société. Le gouvernement attend de nous que nous suivions un trajet bien tracé et accomplissions un travail… Avocat, Médecin, Professeur, Dentiste… Mais toi et moi, nous sommes différents. Nous sommes des artistes. Nous préférons notre monde à celui de la société. Et ça, certaines personnes ne pourront pas le comprendre. Ne laisse personne commander pour toi. Soit heureux, mais surtout, soit libre. Ne laisse jamais personne t’enfermer dans un monde que tu ne veux pas. Tu aurais parfois mal, tu te sentiras parfois seul, mais tu ne le serras jamais totalement, je te le promets. Il y a d’autres gens comme toi, des gens qui vont t’aimer. Des gens qui vont te comprendre… Mon petit Tobias, mon tendre Tobias… Soit fort. »

Le décès d’Alicia fut annoncé quelques journées plus tard. Et sa famille se brisa en même temps qu’elle fut enterrée. Drake est devenu incontrôlable, son père sombra dans le travail, Jake se renferma sur lui-même et Pénélope se bourra de travail à l’école. Plus les jours avançaient, plus cela devenait de pire en pire. La famille était brisée. Le jeune enfant ne comprenait pas. Âgé de 5 ans, il ne comprenait pas comment la femme la plus importante de sa petite existence avait pu le laissé tomber. Il ne comprenait pas pourquoi. Avait-il fait quelque chose de mal? Était-ce sa faute si elle était morte? Était-ce sa faute si elle n’était plus là pour s’occuper de ces enfants? En passant devant la chambre de sa mère, il regarda toutes les peintures, les tableaux, que jamais elle ne finira. Que plus jamais elle ne touchera. Que plus jamais elle ne peintura. L’enfant se sentit lentement tombé, s’écroulant sur le sol de la chambre en serrant les poings. Pourquoi? Qu’avait-il fait pour vivre ça? Qu’avait-il fait pour avoir une telle souffrance sur les épaules? Il se sentait mourir. Sa respiration était hachée, difficile, et plus rien n’était clair. Plus rien ne serait jamais clair. Plus rien ne serait désormais pareil. Tout était si froid.

« Look into my eyes, it’s where my demons hide. »

Drake continua de grandir et d’aller à l’école, mais la passion n’était plus, ni cette étincelle de bonheur dans ses yeux. Les professeurs le remarquèrent vite et essayèrent de prévenir le père. Celui-ci prit tous les moyens pour essayer de convaincre son fils de continuer à travailler. Le changeant plusieurs fois d’écoles, il remarqua vite que cela ne changeait rien. Drake ne faisait que se renfermer sur lui-même, se protégeant en dessinant nuit après nuit des peintures représentant sa mère. Car c’était la seule façon d’encore la voir, la seule façon de pouvoir percevoir son visage. La seule façon de pouvoir préserver son portrait, outre ses photos que son père avait fini par bruler une par une. La peinture était son seul moyen d’évacuer et de retrouver ce lien qu’il avait toujours eu avec sa mère. Autant cela lui faisait mal de la peindre, elle, mais autant c’était la seule façon de pouvoir encore voir son visage. De la sentir proche de lui, même si elle n’était plus. Il dessinait jusqu’à sentir ses mains trembler, jusqu’à tomber endormies, jusqu’à s’épuiser jusqu’à l’encre. Il dessinait jusqu’à ce que les bouts de ses doigts ne saignent, jusqu’à ce que sa tête lui fasse tant mal que dormir devenait la seule option. Il dessinait pour oublier sa douleur intérieure. Le jeune enfant avait été brisé, cette journée-là, et son père n’avait jamais pris la peine de lui expliquer ce qui s’était passé. Son père, en faite, à partir de ce moment-là, n’avait jamais repris la peine d’aimer son fils à nouveau. Le portrait de sa femme décédée. Il en avait désormais horreur. Il avait horreur de son propre fils. Voilà, la vérité. Jared Macnair était dégouté de son propre fils.

À 10 ans, son père le surprit, une nuit, en train de peindre sa mère. Fou de rage, le père de Drake prit le portrait et le brisa brusquement contre un mur, frappant le cadre à plusieurs reprises sur le mur. Les morceaux volèrent en éclats dans la chambre du jeune garçon, qui fixa son père sans le reconnaitre. Une énorme senteur d’alcool venait se rependre dans la pièce, allant jusqu’au nez de Drake qui se sentit toussoter. Cette horrible odeur venait vraiment de son père? Elle prit place dans sa chambre, se collant aux draps de son lit, alors que son père continuait de détruire tout ce qui avait en rapport à sa défunte femme dans la chambre de son fils. Drake hurla d’arrêter, s’agrippa au bras de son père en essayant de l’éloigner. Pourquoi faisait-il ça? Pourquoi? Qu’est-ce qu’il avait fait? Il cria, à s’en briser la voix. Et l’homme devant lui, qui ne pouvait pas être son père, le poussa brusquement sur le sol.

« Tu crois vraiment que cela va faire revenir ta mère? Elle est morte, morte! Et tes foutus dessins ne vont pas t’aider à avoir une vie meilleure! Tu n’es qu’un gamin, un gamin ridicule! Tu vas à l’école, mais tu n’écoutes rien! Tu te lèves le matin, mais tu n’as aucun but! Tu es un enfant qui ne fait rien de mieux dans sa vie que de s’accrocher au passé! Tu es ridicule, voilà ce que tu es!  Ta mère est morte, morte! Par ta faute! C’est ce que tu voulais entendre, non? Elle est morte par ta faute! Tu l’as tué! Et tu ne mérites pas de la dessiner, tu ne mérites pas de continuer à faire ce qu’elle faisait! Tu ne mérites rien, Drake Tobias Macnair! Trouve-toi un but, trouve-toi quelque chose à faire, mais arrête d’être un enfant!   »

Drake fixa son père, ses yeux baignés de larmes, en sentant lentement tout son corps trembler. Cet homme ne pouvait pas être son père. Cet homme ne pouvait  pas être celui avec qui il avait ri, danser, chanter. Cet homme ne pouvait pas être celui qui l’avait soulevé à sa fête de 3 ans et l’avait joyeusement fait voler dans la maison. Cet homme n’était pas celui qu’il avait tant aimé. Qui était-il? Pourquoi se sentait-il aussi mal? Pourquoi… Cet homme le repoussait, lui déchirer la peau, jusqu’à le faire saigner? Pourquoi cet homme le frappait…?

« A Monster. A Monster. I’ve Turned Into A Monster. »

Dans les prochaines années, Drake commença à se refermer sur lui-même. Sa carapace devenait de plus en plus épaisse au fil des années qui s’écoulait. Lentement, il délaissa sa peinture, sa musique, son art au complet pour se consacrer sur les études, bien que celle-ci était ennuyeuse. Il ne s’y forçait pas. Il n’avait que les notes de passage, rien d’exceptionnel. Il ne rentrait pas dans le portrait de la société : Il était différent. Anormal. C’est ainsi qu’on le définissait, non? Anormal. Du moins, c’est le terme que son père utilisait pour identifier son fils. La puanteur de l’alcool était rendue si habituelle à la maison que Drake avait commencé, lui aussi, à essayer d’en boire. Et au final, il avait commencé à en prendre une par semaine, deux par semaine… Après tout, si son père le faisait, ça ne devait pas être grave. Il commença à boire pour oublier, alors qu’il avait à peine 14 ans. Volant les boissons de son père, il s’enfuyait par la suite dehors pour parcourir les rues, sans se soucier de la dangerosité de celle-ci. Le danger le faisait sentir vivant. À l’école, les professeurs remarquèrent un jour les bleus sur les bras de Drake et d’une voix si insouciante que le jeune homme eut envie de les frapper, ils lui demandèrent si ça allait. Drake eut envie de rire à leur visage. Ça allait. Si ça allait? Qui s’en souciait après tout. Qui se souciait réellement de lui? Si ça allait ou si ça n’allait pas. Personne n’en faisait attention. Alors il ne répondit rien. Il avait 14 ans. 14 ans et déjà délaissé par la société. 14 ans, et il en avait marre. Personne ne se souciait de lui.

Si ce n’était qu’elle. Elle avait une écriture magnifique, pour son âge, et il n’avait point besoin de voir son visage pour savoir qu’elle était sincère. Elle était tout ce qu’il avait besoin, la seule personne de confiance qu’il pouvait compter sur. Rencontrée sur un tchat international, elle était d’une beauté exceptionnelle. D’une beauté intérieure. Douce, Attentive, Respectueuse, elle était tout ce que Drake désirait. Il n’avait besoin de personne d’autre qu’elle. Au début, elle ne parlait à peine sa langue. Mais cela ne dérangeait pas Drake. Avec elle, il pouvait parler des heures, sans jamais qu’elle ne le juge. Elle riait à ses blagues, elle l’écoutait et elle l’aimait. Elle lui disait « me love you » quand il allait mal et « funny boy » quand il lui racontait une blague. Elle était la légèreté, comparativement à toute sa vie. Drake lui apprit l’anglais, et lentement, ils commencèrent à communiquer plus facilement. Maddy. C’était son petit nom. Maddy. Sa petite bouée, sa protégée, sa vie. Elle était celle qui l’aidait à vivre. Elle était celle qui venait l’aider à respirer quand l’eau arrivait au-dessus de sa tête. Maddy était tout ce dont il avait besoin. Personne ne se souciait de lui, si ce n’était d’elle. Elle habitait loin, très loin, mais il se sentait proche d’elle plus que beaucoup d’autres personnes. Elle le comprenait mieux que quiconque, même quand les mots ne passaient pas. Comme si elle arrivait à lire en lui sans qu’il ne demande rien.

À 16 ans, il commença à prendre de la drogue. En plus de son besoin ardent de fumer et de prendre de l’alcool chaque semaine, il commença à se droguer, surtout avec du LSD, pour oublier la douleur de vivre dans un monde qui n’était pas pour lui, de vivre dans un endroit qui lui donnait le mal d’être. Avec une gang d’amis plus âgés que lui, ils se rejoignaient à la nuit tombée pour profiter de la noirceur et oublier leurs problèmes. La noirceur a toujours été un de ses meilleurs amis : La nuit, tu peux devenir une tout autre personne, personne ne t’en prendra en rigueur. Et dès qu’il rentrait, c’était la colère qui montait dans la maison. Drake criait après son père, son père lui criait après, sa sœur criait, son frère criait. Drake injuriait, détestait et insultait sa famille. Rien n’allait plus dans cette famille. Alors que son frère faisait des études en droit, sa sœur en médecine, lui n’arrivait même pas à avancer dans son secondaire. Son corps devient son propre art : Piercings, tatouages, marques. Il commença à changer de style vestimentaire complètement, se fondant mieux dans la nuit. Il changea aussi sa coupe de cheveux. Colère après colère, il n’arrêtait pas de crier après sa famille, de leur cracher au visage des insultes et comme quoi jamais ils ne pourraient le comprendre de toute façon. Cela continuait ainsi pendant des jours et des jours. Et il abandonna l’école la même année, laissant tout tomber. Il se rappelle encore du jour où il a abandonné l’école. Drake se rappelle la douleur lorsqu’il avait fracassé ses poings contre le miroir de la salle de bain. Lorsqu’il avait frappé, frappé, jusqu’à ce que ces jointures ne saignent, jusqu’à ce que la douleur atteigne son cerveau et lui fasse réaliser que tout son monde s’était écroulé. Et que personne, personne, n’y faisait attention. Et que la seule personne à l’aimer, elle était à des kilomètres de lui. Et la douleur était la seule façon de lui rappeler… qu’il était encore en vie malgré tout son désir de mourir.

« Je ne suis plus capable de vivre normalement. Je ne suis plus capable d’aimer, d’exister, de ressentir normalement. Je n’ai jamais fait le deuil de ma mère. Je ne veux pas la faire, car cela me montrera que je suis vraiment seul. J’ai fugué. Et je n’ai jamais revu cet homme qui m’a détruit. Je l’aimais, et je crois qu’au fond de moi, je l’aime toujours. Mon père m’a détruit, et je l’ai fui. Je me rappelle d’avoir bu ma première bière à 14 ans. Je me rappelle la première fois que je me suis drogué, je me rappelle la première fois qu’il m’a frappé. Je me rappelle surtout la première fois où j’ai commencé à me détester. Ou j’ai commencé à avoir peur de moi-même. Je me déteste. Je me déteste plus que quiconque. S’il y a bien une chose que je me rappelle de mon père, c’est qu’il m’a appris à me détester. Je suis une horrible personne. Je ne suis rien d’autre qu’une horrible personne. Je détruis tous ceux que j’aime. Quand quelqu’un s’attache à moi, je le repousse. Quand je me fais aider, je ris de la personne. Je frappe, je crie, je fais du mal à tout ceux qui osent poser sa main sur moi. J’ai tué ma propre mère. Je l’ai tué. Et j’ai fait du mal à mon père. Alors tu comprends… C’était normal que mon père commence à me frapper. C’était normal que parfois, je ne sente plus ces coups tellement que la douleur était puissante. C’était normal que je sente ma tête prête à exploser. C’est normal que mon quotidien devienne bientôt le fait de boire, de me droguer et d’oublier. C’est normal, car j’étais fait pour cette vie. Tout ça, je l’ai cherché. C’est ma vie. Tu ne peux rien faire contre ça. C’est normal… C’est normal, car je l’ai mérité. Et quand tu me dis que je devrais le détester, le haïr pour ce qu’il m’a fait, j’aimerais tellement en être capable. Tu sais pas combien j’aimerais… Mais j’peux pas. J’peux pas merde! J’peux pas le détester, car je le mérite! Je mérite ce qui m’arrive! Et je peux pas le détester, car c’tout c’que j’ai. Merde… Pourquoi j’ai l’impression que toute ma vie… ne tient à rien? J’en ai marre… J’ai peur, merde, faites quelque chose. J’ai tellement peur… »

« Ever since I could remember, Everything inside of me, Just wanted to fit in »

À 18 ans, plus rien n’allait. Drake passait plus de temps dehors qu’en dedans, fuyant souvent sa maison pour aller ailleurs. Il s’enfuyait chez des « amis » (des gens de sa petite troupe) ou sinon il sillonnait les rues toute la nuit en quête d’aventure. Il commença à apprendre le travail de serveur et de barman : S’il y avait bien un endroit où nous n’étions pas jugés, c’était dans un bar. Les gens étaient soient complètement saouls, soit totalement bienheureux, pour ce soucier des autres. Un endroit parfait pour se réfugier. Drake commença donc à travailler la nuit dans un bar du coin pour se ramasser de l’argent : Il n’avait décidément pas l’intention de vivre toute sa vie dans cette maison infestée de désagréables partenaires. Et puis, il se sentait bien, derrière son bar, à servir des gens tous bien différents les uns que les autres. Certains venaient pour cacher leurs peines, d’autres pour fêter leurs bonheurs, ou encore d’autres venaient pour essayer de digérer une grande nouvelle. D’autres étaient gênés de venir, d’autres étaient rendus des habitués du milieu. Le jeune Macnair ne pouvait s’empêcher d’apprécier tout ce qu’il découvrait dans ce milieu. De découvrir tous ces gens qui, à l’abri des regards de la société, s’effondrer dans l’alcool pour diverses raisons. C’était la partie qu’aimait le plus le jeune Tobias : Découvrir le vrai visage des gens. Caché derrière son bar, il pouvait observer tant de choses. C’est ce qui était merveilleux dans son boulot. Les gens ne se souciaient guère de qui il était, et lui, il pouvait explorer le visage des gens. Et dans le même temps, il continuait de garder contacte avec Maddy, la seule personne précieuse aux yeux du Barman. La seule qui avait de l’intérêt dans sa vie en ce moment. Drake était devenu froid, arrogant, prétentieux, et la vie était dénudée de sens. Et la seule personne qu’il aimait, c’était elle. Elle était tout son monde, et cela lui suffisait.

« I f I told you what I was, Would you turn your back on me? »

Finalement, à 23 ans, il décida de tout quitter, tout balancer, pour aller se réfugier en Islande. Sans une lettre, sans un mot, il prit ses maigres économies faites avec son travail et il partit. Comment s’était-il payé le billet d’avion? Facile : Il a volé de l’argent à son père. Non, je ne rigole pas, il l’a vraiment fait. Sans remord, sans regard en arrière, il est simplement parti vers sa nouvelle vie. Il avait trop mal pour continuer à vivre ainsi, et surtout, c’était la seule façon de faire pour littéralement tourner la page. Et s’oublier. Alors il laissa tout en arrière et coupa même les liens avec Maddy. Il voulait oublier le jeune Drake pour devenir l’homme arrogant et fier, qui allait faire sa vie dans un bar à oublier ses problèmes. Il allait faire la fête toute la nuit et dormir le jour. Il allait vivre sans vraiment sentir son cœur battre. Il allait s’oublier. C’est ce qu’il désirait en déménageant : S’oublier. Alors il se réfugia dans un pays froid, en espérant ainsi qu’il puisse s’oublier en paix. Il rejoignit un appartement en collocation avec un jeune homme prénommé Esekiel. Il se réfugia dans le monde de la drogue, des fêtes, et se perdit en devenant Barman au Kaldi. Et ainsi Drake commença sa nouvelle vie en essayant de tout oublier de ces douleurs passées. Sans succès. Car tout lui revenait toujours, comme un couteau en plein cœur. Par commencer par la jeune femme, Maddy…

Il fallait le faire, quand même, pour déménager pile dans la même ville que l’ange qui l’avait accompagné pendant tant d’années. Tourbillon qu’elle était, Drake n’eut pas de difficulté à savoir que c’était elle, et elle aussi le reconnut très bien. Et elle ne le laissa pas filer. Elle l’attrapa, elle le coinça, elle lui tourna autour, jusqu’à ce que Drake accepte finalement qu’elle reste dans sa vie. Au fond de lui, il devait se l’avouer, cela le rassurait. Il n’avait pas réellement envie de la perdre. Peu de chose était bon de son passé… Mais elle, elle l’était. C’était bien la seule personne qui l’avait réellement comprise. Elle avait toujours été là, quoiqu’il arrive, et Drake ne put que finir par accepter sa présence à ses côtés qui devient rapidement essentielle à sa vie. Elle l’était. Dans cette ville, il fit la rencontre aussi de James, un jeune homme aussi brisé que lui, avec qui il commença à se tenir pour se sauver d’un monde bien trop vaste à leurs yeux. Ils commencèrent à boire ensemble, à sortir dans les bars ensemble, et lorsque la solitude les effrayait tous les deux, c’était dans les bras de l’autre qu’ils se réfugiaient. Bientôt, ils trouvèrent une véritable oasis en l’autre, une paix que seul l’autre pouvait leur donner. Drake ne s’était jamais senti autant bien que dans les bras de James. Il y avait une douleur qu’il reconnaissait en lui et sa peur diminuer dès que sa chaleur pouvait venir effleure celle de James. Drake ne l’avouera que quelque temps plus tard que James fut sa première expérience. Il s’accrochait à lui, il l’aimait, il avait besoin de lui, et c’était un sentiment réciproque. Dans cette même ville, il rencontra des clients tous plus adorables les uns que les autres, dont ce jeune homme, Fenrir, qui allait devenir son meilleur ami. Il se rappelle encore cette soirée où ils ont commencé à discuter ensemble. Au début vu comme un simple client aux yeux du barman, Fenrir allait devenir bien plus important dans sa vie quelques mois plus tard. Un jeune homme qui était à tout opposé de lui : Souriant, généreux, optimiste. Fenrir avait une énergie remarquable que Drake admirait sans égale. Il adorait passer les soirées à parler avec lui, à rire, et surtout, il se sentait vivant autrement que par la douleur. Et il y a avait bien sûr Carron. Son adorable Carron, au cœur plus grand que la mer. Carron, son âme sœur, celui qui voyait le monde bien différemment que lui. Celui qu’il avait embrassé dans la foulée, car pendant un moment, Carron l’avait fait sentir Unique. Et ce sentiment, il l’avait tant aimé. Unique. Un mot qu’il n’avait jamais connut, mais que dans les yeux de Carron, il l’avait sentit. Carron l’avait rendu Unique, et pour ça, il ne l’oublierait jamais. Et dans toutes ces rencontres, il y a eu aussi des gens de passages, qu’ils l’ont poussé pour qu’ils continuent à avancer, malgré son désir ardant que tout cela cesse. Des gens qui ont continué à croire en lui même quand ce dernier ne le voulait plus.

« Et il avait marché, et marché sans savoir où il allait. Il avait marché et marché, sans savoir ce qu’il faisait. Et ce jusqu’à une ruelle qu’il connaissait bien où il se laissa tombé sur le sol, serrant son sac contre ses jambes. Et rien, aucun bruit, ne vient le déranger. Si l’alcool ne faisait rien, il devait passer à une autre vitesse. Il fouilla dans son sac, sa main effleurant finalement ce qu’il cherchait. C’était du LSD. Si vous vous demandez où il a eu ça, Drake ne s’en rappelle déjà plus, tellement ses souvenirs ont été embrouillés par l’alcool. Tout ce qu’il sait, c’est que ça, ça le ferra rire et peut-être oublier. Et les conséquences, il n’y pense pas. Tout ce qu’il veut, c’est que ces pensées s’arrêtent. Et il le prend. Il le prend et il oublie. Il prend cette drogue, et il se laisse lentement tombé sur le dos, se couchant pour observer cette nuit sans étoile. Et il finit par fermer les yeux, se laissant transporter par des rires incontrôlables, par les effets de la drogue, par les effets de tout oublier pendant un moment. Sa vision est troublée par des hallucinations, par des pertes de contrôle sur la réalité, mais il n’en fait que rire. Et dans ces délires, ses pertes de contrôles, ses hallucinations, c’est ainsi qu’il s’est rendu au milieu de la route. Quand il a retrouvé ses esprits, assez pour comprendre ce qui se passait, c’était dans cette route vide, couchée sur l’asphalte froid. Comment était-il arrivé jusque là? Il n’avait aucune idée, mais tout ce qu’il savait, c’est que désormais, il était là, étendu sur le sol, étendu au milieu d’une route. Et que l’effet de la drogue commençait à se modifier pour laisser placer à l’autre côté : celle de l’angoisse, la panique, les crises. La peur. Voilà un sentiment qu’il n’avait pas ressenti depuis longtemps. La peur… »

Quelques mois après son arrivée, Drake a fait une overdose qui le mena aux portes de l’hôpital de la ville. Amené par une de ces amies, il se rappelle vaguement de la douleur qui avait parcouru ce jour-là son corps, mais il se rappelle avoir eu cette envie ardante d’en finir. Cette overdose n’était qu’un moyen de cacher son envie de mourir. D’en finir. De tout balancer. Mais à la dernière minute, le temps s’était arrêté et avait permis aux médecins s’occupant de lui de le ramener. Et il se rappelle des visages de chacun, penché vers lui. Esekiel, toujours présent, son regard inquiet, bouillant de larmes et de haine… pas envers lui, mais envers sa propre personne, une haine de n’avoir rien vu venir. Carron, pris de panique d’avoir cru que Drake allait mourir. Et il y avait Mikaela, sa meilleure amie à l’époque, son regard se voulant rassurant, malgré son inquiétude. Une infirmière, qu’il avait connue jadis, et cette douce amie qui l’avait amenée jusqu’à ce lit d’hôpital. Il se rappelle encore de leur panique. Et du fait qu’il avait pensé, « Je suis venu dans un pays pour me faire oublier, mais au final, je ne me suis fait qu’aimer ».

« Tu as peur de la société, peur de ce qu’elle a fait de toi : Un monstre. Tu n’es qu’un monstre. Tu te drogues, tu te saoules, tu oublies, tu recommences. Tu recommences toujours. Regarde bien ce que tu es devenu, Drake. Tu es un être détruit, qui a perdu tout espoir d’un jour changer. Où es-tu réellement perdu pour toujours? Car là, à tes côtés, tes amis arrivent. Ceux qui se soucient de toi, malgré tout ce que tu as pu faire. Car tu n’es pas seul Drake, tu n’as jamais réellement été seul. Tu es à Reykjavik, et malgré ton caractère froid, tu es entouré d’amis. Car, même si tu te dis le contraire, tu restes quelqu’un avec un bon fond. Il faut juste… te redonner le gout de vivre et, ça, ça serra une longue démarche. Car pour le moment, tu es brisé, tu as peur, tu as mal, tu ne sais plus ce qui définit le vrai toi de celui que la société a créé. Où es-tu, qui es-tu? Tout ce que tu sais en ce moment, c’est que… Merde que tu les aimes tes amis. Merde que tu les adores. Tu ne te rappelles pas la dernière fois que tu as senti ton cœur autant aimé quelqu’un. Pas un en particulier, en ce moment, tu les aimes tous autant, car ils sont tous là pour une raison qui fait battre ton cœur : Pour toi. »

Et à partir de ce jour-là, Drake commença à réaliser qu’une partie de lui avait véritablement envie de vivre, malgré tout ce qu’il avait fait pour oublier sa vie. Et il réalise que rien ne pourra effacer son passé, rien ne pourra jamais lui faire oublier les horreurs qu’il a vécues. Il doit juste apprendre à vivre avec. Apprendre à vivre avec le fait qu’il est un gamin colérique, au passé troublé, qui s’est fait battre par son père pendant des années. Apprendre à vivre avec cette colère en lui, et à la contrôler. Apprendre à vivre avec, désormais, des amis proches de lui qui se soucie réellement de lui. Apprendre à vivre… Apprendre à vivre, tout simplement. Et c’est une chose bien compliquée, vous savez?

« And Now… Now what? I’m afraid of myself… But I want to live for myself. I want to live… for them. »

Suite à l’hospitalisation du jeune homme, Drake retourna lentement dans sa vie, essayant désormais de faire attention. Ces gestes étaient plus maladroits dans les prochaines semaines. C’est à ce moment-là aussi où son lien avec Fenrir s’approfondit. Il parla longtemps avec lui de ce qu’il avait vécu, de comment il s’était senti, de son overdose, de ce qu’il vivait désormais. Drake découvrit en Fenrir un ami exceptionnel et bientôt, un meilleur ami. Il se sentit en confiance avec lui : De plus, Fenrir était un des seuls à être capable de bousculer Drake sans que celui-ci s’énerve. Il y avait bien sûr aussi Maddy, mais il avait grandi avec elle. Fenrir fut le premier à le bousculer dans son amour pour Esekiel, dont il se privait depuis plusieurs mois par peur de le blesser. Après tout, il n’était qu’un monstre, non? Mais lorsqu’il alla se faire tatouer avec le jeune homme, Fenrir le confronta. Et cela marqua Drake par les paroles sages que lui lança son meilleur ami. Désormais, un loup aux yeux bleutés, comme les siens, recouvre son dos, signe de son amitié profonde envers le journaliste.

Par la suite, Drake partit à Londres avec Maddy où, ensemble, tous les deux se bercèrent dans les souvenirs douloureux de leur vie. Drake alla confronter son père et Maddy lui raconta la perte douloureuse de Erihel, sa petite-amie. Tous deux se soulagèrent à Londres, se reposant pour revenir bien plus reposés chez eux. Drake put aussi faire le deuil de sa mère, allant pour la première fois à la tombe de celle-ci. Ce fut une véritable source de réconfort. Il ne pardonna pas son père, mais il lui tourna définitivement le dos, tournant la page aussi sur cette partie de sa vie. Avec Maddy, il laissa enfin derrière lui cet homme qui l’avait laissé croire que c’était lui, le responsable de tout. Leur voyage dura quelques jours, avant qu’ils ne reviennent ensemble à la maison. À Reykjavik.

Désormais, le jeune barman est prêt à essayer de vivre. Retrouvant son appartement, son chez lui, au côté d’Esekiel, il lui avoua son amour et l’importance que le jeune homme avait désormais dans sa vie. Il lui fit part de ses excuses profondes pour être parti sans réellement le prévenir. Et lui promit de ne plus jamais partir loin de lui de cette façon. De ne plus jamais lui faire ça. Le jeune homme retrouva aussi son poste au Kaldi, se sentant bien en tant que barman. Retrouver Fenrir, James, Carron. Retrouver ceux qu’il aime. Et surtout, retrouver ces véritables passions. Il allait se replonger dans l’art. Il allait se replonger dans ce qu’il avait toujours voulu faire…
codage kusumitagraph | lorelei sebasto cha pour Walk on ice

_________________
I have died everyday waiting for you. Darling don’t be afraid I have loved you
For a thousand years. I love you for a thousand more. Every breath, Every hour has come to this, One step closer.


Dernière édition par Drake T. Macnair le 21.04.18 7:41, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Identity Card

MessageSujet: Re: Drake Tobias Macnair | Andy Biersack   20.04.18 3:01
Petit chaaaaat Bienvenuuue
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Identity Card

MessageSujet: Re: Drake Tobias Macnair | Andy Biersack   20.04.18 8:34
Ma loutre, mon bichon, mon meilleur ship du monde, bienvenue mille fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Identity Card

MessageSujet: Re: Drake Tobias Macnair | Andy Biersack   20.04.18 10:45
Le beau gosse refait surface
Bienvenuuue !!! Bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t89-james-morkson-little-lion-
Administrateur

Identity Card
Pseudo : gavroche Messages : 592 depuis le : 30/03/2018 Avatar : Jamie Campbell Bower Points : 1822 A Reykjavik depuis : toujours Âge du perso : 25 ans Emploi/études : réalisateur en animation

MessageSujet: Re: Drake Tobias Macnair | Andy Biersack   20.04.18 14:07
mais qui voilà ? BIENVENUE PETIT CHATON La fiche commence joyeusement j'adore La suiiiiiite

20 ANS ?

_________________
icarus is flying too close to the sun
is this how it feels to take a fall? icarus is flying towards an early grave. ▬ never regret thy fall, O icarus of the fearless flight, for the greatest tragedy of them all is never to feel the burning light. - OW
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Identity Card

MessageSujet: Re: Drake Tobias Macnair | Andy Biersack   20.04.18 14:24
OWUIIIIIIIIIIIIIIII Very Happy
Bienvenue sur le forum
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t125-drake-t-macnair-554-6672 http://walk-on-ice.forumactif.com/t127-drake-t-macnair-h-o-p-e-h

Identity Card
Pseudo : Miyu Messages : 996 depuis le : 20/04/2018 Avatar : Andy Biersack Points : 469 A Reykjavik depuis : 2 ans Âge du perso : 25 ans Emploi/études : Barman au Kaldi et Artiste, Fondateur d'un Groupe avec Bethany

MessageSujet: Re: Drake Tobias Macnair | Andy Biersack   21.04.18 7:42
JE VOUUUS AIMES FORT MES BÉBÉS D'AMOUR!
Et je tiens à dire que, après avoir pleurer et écrit une histoire de 5800 mots, J'AI ENFIN TERMINÉ! VICTOIRE!

LOVE SUR VOS FESSES!


_________________
I have died everyday waiting for you. Darling don’t be afraid I have loved you
For a thousand years. I love you for a thousand more. Every breath, Every hour has come to this, One step closer.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t89-james-morkson-little-lion-
Administrateur

Identity Card
Pseudo : gavroche Messages : 592 depuis le : 30/03/2018 Avatar : Jamie Campbell Bower Points : 1822 A Reykjavik depuis : toujours Âge du perso : 25 ans Emploi/études : réalisateur en animation

MessageSujet: Re: Drake Tobias Macnair | Andy Biersack   21.04.18 12:25


Validation
félicitations




CETTE HISTOIRE Mes yeux saignent de la taille mais ils pleurent aussi pas mal quand même Que quelqu'un mette Drake dans du papier bulle et sur un nuage tout de suite !

Enfin tu sais que j'adore Drake et ta manière d'écrire de toute façon, alors je chanterai pas des louanges trop longtemps. Bienvenue officiellement sur le forum, et il me tarde de stalker tout ça


Bravo ! Tu fais à présent officiellement partie de nos petits membres ! Tu peux donc débuter ta petite aventure parmi nous. Mais avant toute chose, il va te falloir passer par quelques petites étapes.

• Crée ta petite Fiche de liens pour te faire des amis ou même des ennemis ! Ce n'est jamais drôle d'être seul, après tout !

• Inscris ton petit personnage sur les différents listings afin qu'on sache où il habite et ce qu'il fait dans sa petite vie. Sans oublier le petit listing des multicomptes si ce n'est pas ton premier personnage.
• Vérifie que ton avatar a bien été ajouté au Bottin des Avatars et que ton prénom et ton nom aient été ajoutés au bottin des prénoms et au bottin des noms de famille. Si tu ne les y retrouves pas au bout de 48h, n'hésite pas à prévenir un membre du staff.

• Tu peux d'ores et déjà créer des Pré-liens ou des Scénarios si tu cherches des personnages en particulier pour ton bébé.

• Enfin n'hésite pas à faire un tour par le flood ou encore les jeux histoire de faire connaissance avec les autres petits membres. Tu peux aussi venir nous faire un petit coucou sur la chatbox si le coeur t'en dit ! Promis nous ne mordons (presque) pas!

Puisse ton aventure sur WOI être la meilleure de ta petite vie!
codage kusumitagraph | lorelei sebasto cha pour Walk on ice

_________________
icarus is flying too close to the sun
is this how it feels to take a fall? icarus is flying towards an early grave. ▬ never regret thy fall, O icarus of the fearless flight, for the greatest tragedy of them all is never to feel the burning light. - OW
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Identity Card

MessageSujet: Re: Drake Tobias Macnair | Andy Biersack   
Revenir en haut Aller en bas
 
Drake Tobias Macnair | Andy Biersack
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Event n°1 → Le bal de la Saint Valentin
» Renom et honneur du marine Walter C Drake
» Andy Murray ! Je ferais aussi bien que toi ! (libre)
» contre et dans la tempète... Que de plaisir... [PV Drake et libre ]
» Iceberg [...ou les chroniques de Bobby Drake] (Fiche terminée)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Walk on Ice ::  :: ID Cards :: Fiches validées-
Sauter vers: