Nouveautés
Mise à jour n°3 - Le forum s'est refait une beauté !
Merci à Sunrise pour cette superbe nouvelle version
Toutes les nouveautés.
Recrutement - Athena rejoint le staff en tant que modératrice !

Partagez | 

 What's wrong, Kitty? | PV Maddy


Only the Icelanders can Walk on Ice.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t325-bethany-it-hurts-less-to-
Modératrice

Identity Card
Pseudo : Moose || Melissa Messages : 314 depuis le : 11/05/2018 Avatar : Ruby Rose Points : 1342 A Reykjavik depuis : Un an, après avoir quitté Londres Âge du perso : 28 ans. Emploi/études : Barmaid au Kiki Queer Bar

MessageSujet: What's wrong, Kitty? | PV Maddy   Lun 6 Aoû - 18:54

Bethany & Maddy


Il était tard pour la plupart des autres. Pour les créatures qui vivent de jour, celles qui sont considérées comme normales. Pourtant, c'est habituel. Minuit. Heure qui te semble raisonnable, même. Tu étais chez toi, tranquille, à laisser ta basse raisonner tout bas. Pour une fois, tu faisais attention. Chose rare, dans ton cas. En même temps, ce n'était pas tant pour les voisins que tu avais mis le son bas. Tu n'avais simplement pas envie de l'entendre vibrer fortement dans tes tympans, profitant de cette sorte de tranquillité dans ton appartement. Puis, Litchi était tout juste à côté, ça aidait à ton jugement, ça. Tu étais au sol, quelques feuilles près de toi. Feuilles de composition, plus précisément. Un besoin de te changer les idées, de te vider l'esprit. Ce trekking t'avait atteint bien plus que ce que tu anticipais. Et pas qu'au niveau physique, forcément. Tu y as laisser tomber des barrières, tu as lentement commencé à étaler ta toile. Sauf que tu as pris cher, malgré tout. Toute cette attention, bien qu'elle soit fausse, s'est mise à peser sur toi. C'est pas nouveau, pourtant. Tu le sais. Tu sais bien que tu ne mérites pas ce genre d'attention, que ce soit de la manipulation ou non. Alors tu composais, tu transmettais tout ce qui se tramais à l'intérieur de ta tête sur le papier afin de te libérer, de remettre de l'ordre dans ta tête. Afin de remonter tes barrières plus solidement maintenant que tu savais à quoi t'attendre. Afin de t'assurer qu'il n'atteigne pas ton cœur par accident.

Sauf qu'au bout d'un moment, c'est assez, c'est trop. Se baser sur les douleurs, ça finit par saturer et tu te dois de sortir. De quitter ton appartement, le silence qui s'y trouve. Sortir, aller quelque part. Peut-être trouver quelqu'un? Tu hésites encore. La chaleur d'un corps étranger ne ferait sans doute pas de mal en ce moment. Tu verrais bien sur le moment, en fait. Tu enfiles un jeans, change de haut pour un haut à manches longues, plus chaud, pour ensuite mettre un manteau simple. Ça fait un an que tu es déménagée en ville, mais tu ne t'es pas encore complètement adaptée au climat. Et cette nuit? Elle te semble froide, du moins, c'est ce que ton corps te dit. Tu prends tes choses essentielles, t'assure que ta boule de poils ait nourriture et eau, puis quitte ton appartement. En peu de temps, tes pieds te guident vers le port. Non, pas de bar. Pas ce soir. Un simple moment à toi, à tes réflexions. C'est ce que tu as besoin, au final. Pas de manipuler un inconnu, pas de composer en ramenant le mal intérieur, pas d'écouter le silence de ton appartement en cajolant Litchi. Un moment de réflexion au bord de l'eau, à observer les vagues. Un endroit vide de présence où tu pourras crier si le besoin se fait important. Peu importe, au final. Juste un endroit calme, paisible, qui n'est pas tâché de souvenirs comme ton domicile.

Cependant, les souvenirs ne semblent pas prêts à te laisser tout de suite. Parce que tu la vois, là. Pensive, assise, les même modifications habituelles sur son corps. Corps que tu as toujours été apte à apprécier, d'ailleurs. Tu l'as toujours trouvée belle, avec ses cheveux foncés, ses yeux perçants, sa silhouette fine. Puis, il y avait ce côté particulier de ses modifications de corps après tout. Ça, ça ne rate pas les regards. Encore moins le tiens. Dès le premier regard, tu avais voulu en savoir plus, observer davantage, plus loin. Maddy. Celle qui a partager quelques soirées avec toi, que ce soit autour d'un breuvage alcoolisé, à une fête, dans ton lit. Elle s'est mêlée à ton mode de vie un moment avant que tu ne constates son caractère. Cette petite fougue qui avait creusé ta curiosité. Alors tu as voulu la voir réagir, tu as joué avec le feu. Et tu t'es brûlée, gravement, mais t'as rigolé. Après tout, fallait s'y attendre d'une telle réaction à force de lui voler la moindre de ses conquêtes, à force de peser sur cette corde sensible sans arrêt. Ça avait fini par lâcher, éclater. Tant pis. Au moins, tu avais eu ce que tu voulais, elle n'avait simplement pas eu la force de rester à tes côtés par la suite. Parce qu'elle s'était mise à te détester. C'était sans doute mieux ainsi. Tu aurais sans doute fini par t'attacher à son joli visage pour simplement te faire détruire lorsqu'elle aurait voulu clair dans ton jeu, dans qui tu es. Lorsqu'elle aurait vu que tu n'es que ton caractère n'amène que de la déception, au final.

Quelque chose capte ton attention bien plus que ce regard pensif, cependant. Bien plus que tout le reste, même. Son bras. Il était dans le plâtre, désormais. Ce gros bloc blanc qui contraste avec ses courbes bien tracées, avec la noirceur de ses vêtements, de ses cheveux. Qui se perd un peu dans la pâleur de sa peau, aussi. Peut-être qu'au lieu de trouver quelqu'un, que de te tourner vers la réflexion, il était préférable de trouver distraction, finalement? De repousser encore un peu le tout dans ton esprit, de remettre à plus tard les plans contre lui, les défenses à poser dans cette petite bataille en arrière-plan de votre échiquier habituel. En trame de fond de ce jeu où personne ne cherche à faire tomber réellement le roi. « Hey Kitty. » Son surnom quitte tes lèvres comme autrefois, avec autant d'aise, autant de facilité. Parce que ce surnom lui est sien, tu ne l'utilises pas avec d'autres. Tu sais pourtant qu'elle ne t'aime pas, qu'elle s'est mise à te détester depuis tes gestes. Ça n'empêche pourtant pas ta voix de se faire douce, tranchant le silence aisément. Puis, si elle tentait quoi que ce soit d'agressif dès le départ, tu avais une belle faiblesse juste là, sous tes yeux, blanc contrastant avec le reste d'elle. « Qu'est-ce qui s'est passé, t'as oublié de retomber sur tes pattes? » Ton timbre de voix est légèrement moqueur, mais pas forcément méchant. Il l'est rarement, de toute façon, sauf lorsque vient le temps de blesser réellement. Ton menton désigne le plâtre, un petit sourire aux lèvres, les mains dans les poches de ton manteau. Après tout, tu n'allais pas lui demander dès le départ pourquoi elle semblait si pensive, pourquoi quelque chose ne semblait pas aller. Chaque chose en son temps. D'abord, tester les eaux.

_________________

save your apologies

So the hearts keep breaking, and the heads just roll.  ▬ You know that's how the story goes
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t405-maddy-oskardottir-don-t-l
Administratrice

Identity Card
Pseudo : pounou Messages : 141 depuis le : 26/05/2018 Avatar : Grace Neutral Points : 458 A Reykjavik depuis : mes 18 ans Âge du perso : 26 ans Emploi/études : Illustratrice jeunesse et enfant

MessageSujet: Re: What's wrong, Kitty? | PV Maddy   Mar 7 Aoû - 2:36

what's wrong kitty ? ★ Maddy ft Bethany

Assise sur le banc, le regard à l’horizon et bercée par le son des vagues, la culpabilité te rongeait. Tu redoutais le moment où Jill verrait l’hématome sur ton visage et le plâtre sur ton bras. Son père t’avait dit que ça ne changerait rien, que Jill t’aimais d’un amour inconditionnel mais tu ne pouvais pas t’en empêcher. Tu en voulais à Annel. Quand tu repensais aux premières fois où tu avais fait preuve de violence, c’était à lui que tu pensais. A son caractère de dragon, ses cris, ses coups. Il avait forgée une nouvelle Maddy. Une nouvelle toi plus colérique et plus excentrique. Une Maddy qui n’arrivait pas toujours à gérer ses émotions. Et quand tu regardais en arrière, quand tu pensas à tes ex, à tes amis, tu te disais qu’on n'avait jamais rien fait pour t’aider. Jusqu’à Fanny. Il avait fallut que tu lui donnes un coup dans le visage pour te rendre compte toi-même que quelque chose clochait. T’en avais payé le prix. T’avais ressenti une honte si profonde en toi. T’en avais toujours les marques, là, quelque part au fond. Si bien que tu en avais parlé qu’à deux personnes : à Drake d’abord, ton meilleur ami, celui à qui tu faisais confiance les yeux fermés, puis à Jill. Et c’est ça qui te mitraillait les intestins. Tu lui avais dit que tu étais violente par moment et que t’avais levé la main sur ton ex. Ça t’avait demandé tellement d’effort de lui dire ça et s’il n’y avait pas eu cette dispute entre vous, tu n’aurais peut être jamais craché le morceau. Et c’était un amour ton baleineau, elle t’avait pas jugée, pas montrée du doigt, rien. Elle t’avait dit que ça arrivait, qu’elle n’avait pas peur de toi et qu’elle t’aimait. Les yeux plein de larmes, tu avais juré que c’était une erreur. Mais maintenant. Maintenant que tu étais en morceau parce que avais à nouveau déconné avec Aleksy, tu ne savais pas si elle allait te croire. Et tu ne pouvais pas lui en vouloir, à sa place tu aurais pris les jambes à ton cou.

Tu tirais sur ta cigarette. T’y avais mis principalement du tabac, mais il y avait aussi un peu marijuana. Ça te soulageait la douleur dans le visage et les côtes. Ça te soulageait la douleur dans la tête. Qui allait te croire maintenant quand tu dirais que tu avais arrêté tes conneries ? T’avais tellement mal dans le ventre rien que d’y penser. Il y en avait tellement qui allaient être déçus de toi. Toi évidemment, mais aussi Jill, Drake, ton frère.. Tu ne comptais même pas prévenir tes parents, t’avais le rouge aux joues rien que de penser à ce qu’ils allaient penser de toi. Tu voulais devenir toute petite et te cacher le temps que l’hématome disparaisse et que la fracture guérisse. Pour ça aussi que t’étais là sur ton banc en face de mer. Pour penser, mais aussi et surtout pour éviter que Jill ne te voie. Tu as sursauté quand tu as entendu une voix à côté de toi. Plongée dans les remords, tu n’avais même pas entendu la brunette s’approcher de toi. Dans d’autres circonstance, tu aurais probablement soupiré et joué la garce, mais tu étais trop fatiguée pour te montrer agressive. Tu t’es contenté de lever les yeux et de dire cette toute petite onomatopée, la voix triste. « Oh. » Tu t’es presque aussitôt replongée dans tes pensées, le regard sur l’horizon. Tu ne t’attendais pas à ce qu’elle s’intéresse à toi ou à ton plâtre et la comparaison aux chats t’arracha un sourire. « On peut dire ça. » Tu tournais en même temps la tête vers elle, dévoilant sans t’en rendre compte les blessures sur ton visage. Elle était habillée normalement, jean, tshirt, veste, pas de maquillage. Ça te faisait un peu sourciller, tu avais plutôt l’habitude de la voix plus sexy. T’en concluais qu’elle ne revenait pas de boite. Tu te demandais même si, comme toi, elle n’était pas venue chercher le silence apaisant de la mer. Mais la tête encore trop dans tes pensées, tu ne creusais pas la question, ni même ne lui la posait. Tu la regardais sans trop la voir, le regard perdu à mille lieues d'ici et tu pensais encore à Jill.




_________________


La réponse à toutes mes questions s'endort à côté de moi.On dit qu'le temps détruit mais l'temps n'est pas notre ennemi parce que plus j'te connais et plus j'me sens béni, assez béni pour t'emmener à l'église, dire au prêtre : "Oublie l'truc où la mort nous sépare, on va rester dans cette vie".
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t325-bethany-it-hurts-less-to-
Modératrice

Identity Card
Pseudo : Moose || Melissa Messages : 314 depuis le : 11/05/2018 Avatar : Ruby Rose Points : 1342 A Reykjavik depuis : Un an, après avoir quitté Londres Âge du perso : 28 ans. Emploi/études : Barmaid au Kiki Queer Bar

MessageSujet: Re: What's wrong, Kitty? | PV Maddy   Mer 8 Aoû - 1:52

Bethany & Maddy


Maddy, tu sais qu'elle ne t'apprécie pas. Plus, du moins. Depuis que tu as rigolé quand elle a décider de se fâcher, quand elle est venue sortir les griffes finalement. C'est tout ce que tu voulais, voir ce qu'elle avait dans le ventre. Puis, ça a mal viré. Fallait s'y attendre. Faire le pas de trop, celui qu'il ne faut pas, c'est commun chez toi. Normalement, elle est toujours sur la défensive lorsque tu la vois, lorsque vos chemins se croisent. Là, c'est tout autre chose lorsque tu t'approches d'elle. Parce que tu te souviens de ces moments passés ensemble. Elle t'a vue de bien des façons, Maddy. Avec un peu trop d'alcool dans le corps, avec des vêtements bien plus aguichants aussi. Loin de ces vêtements simples que tu portes ce soir. Non pas que tu ne parviens pas à sortir sans maquillage et décolleté, loin de là. C'est juste sans doute la façon dont elle t'a le plus souvent vue. Ça ou une tenue plus décontractée, mais toujours dans le but de plaire un minimum. Là, tu voulais simplement être confortable. À quelque part, cette sensation de détente au creux de bras réconfortants, rassurants, ça te manquait. Alors tu compensais par quelque chose de plus agréable à porter. Mais le problème n'est pas là. Parce que Maddy, normalement, elle a plus d'entrain. Elle parle plus, bouge plus, réagit. Il y a toujours cette petite fougue en elle que peu importe son avis sur ta personne, tu savais apprécier. Sauf que là, c'est un son qui t'accueille. Un regard un peu perdu qui semble tomber ailleurs à la fraction de secondes.

Sauf que tu n'avais pas vu le plus important, au loin. Encore moins dans la noirceur ambiante. Tu n'avais pas vu ce qui était à son visage. Des hématomes, assez présents d'ailleurs. Signe d'une bataille avec quelqu'un, c'était assez visible. Tes sourcils se froncent, ton sourire disparaissant, ne portant même pas attention à sa prochaine remarque. Tu restes silencieuse un moment d'ailleurs tandis que tu observes les marques, une après l'autre, sans trop savoir quoi dire sur le coup. Tes doigts finissent par bouger et tu effleures avec une quelconque délicatesse l'une des parties heurtée à son visage. Que du bout des doigts, à peine frôlé. Tu sais que tu n'as pas les gestes délicats, donc tu fais attention. Tu ne voulais pas lui faire mal, après tout. Tu n'as jamais réellement voulu, d'ailleurs. Tu ne faisais que jouer. Tu avais beau ne pas trop te soucier de l'avoir blessée, au final, au niveau du coeur, tu n'aurais jamais levé la main sur elle. Tu n'aurais jamais cherché à lui faire du mal physique de la sorte. Tu soupires un peu, ton bras retombant. Hors de question de la laisser comme ça, dans cet état, toute seule. Peu importe ce qu'elle en disait, au final, tandis que tu viens prendre place à ses côtés. Ton regard se perd un moment sur l'horizon, tandis que tu t'allumes une cigarette et tire dessus pour la première fois, pour finalement ramener tes iris à elle. « Qu'est-ce qui s'est passé? » À quelque part, tu espères une connerie. Du genre qu'elle est tombée, s'est cassée le bras pour ensuite se heurter le visage. Sauf que tu sais, par les marques, que c'est loin d'être aussi stupide. À quelque part, ça te fâche, même. Que quelqu'un veuille lui faire du mal au point de l'amener à un bras cassé et des bleus de la sorte.

Il y a une partie de toi qui veut la réconforter, ne sachant même pas si elle en avait besoin. De la voir là, pensive, heurtée, tu présumais que oui. Sauf que tu n'as aucune idée de comment faire une telle chose. Tu n'es pas douée, là-dedans. Dans la compassion, la douceur, le réconfort des autres. Pourtant, il y a étrangement ce besoin qui se creuse à ton ventre. Tu ne sais pas si c'est la fatigue ou simplement parce que tu es dans un mauvais état d'esprit, va savoir. Tes prunelles l'observent, en silence, cherchant la bonne chose à faire. La chose logique, celle qui te semble te faire le plus de sens du moins. Tu es pourtant capable de fausser l'empathie, la compassion. Mais c'était toujours dans un but premier, toujours pour parvenir à des fins de manipulation. Là, c'était un peu plus... Vrai. Réel. Alors tu la contemples le temps de trouver quoi faire, quoi dire. Puis, tu passes ton bras autour de ses épaules, faisant attention à son plâtre afin de poser un baiser tendre à sa tempe. Si tu as le droit? Probablement pas. Si ça se trouve, elle allait se fâcher contre toi, t'engueuler. Tu espères presque qu'elle le fasse, même. Parce que comme ça, ce serais une preuve qu'elle n'est pas brisée et que tu n'as pas à la réconforter, qu'elle n'en a pas besoin. Sauf que pour l'instant, en attendant sa réaction, ton pouce caresse lentement son épaule. « Je sais pas ce que tu as, mais... Je suis là. D'accord? C'est pas la meilleure compagnie, mais je ne te laisse pas seule. » Ta voix s'était faite plus douce encore que la précédente, cherchant à être rassurante. Tu sais que tu es sans doute la dernière personne qu'elle voulait voir. Et tu la comprends. Tu ne voudrais pas de ta compagnie non plus. Sauf que tu étais là et tu ne comptais pas partir. Pas maintenant.

_________________

save your apologies

So the hearts keep breaking, and the heads just roll.  ▬ You know that's how the story goes
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t405-maddy-oskardottir-don-t-l
Administratrice

Identity Card
Pseudo : pounou Messages : 141 depuis le : 26/05/2018 Avatar : Grace Neutral Points : 458 A Reykjavik depuis : mes 18 ans Âge du perso : 26 ans Emploi/études : Illustratrice jeunesse et enfant

MessageSujet: Re: What's wrong, Kitty? | PV Maddy   Ven 10 Aoû - 1:11

what's wrong kitty ? ★ Maddy ft Bethany

Tu avais habitué la brunette à tout autre chose que le calme qui se dégageait de toi. Tu la tolérais. Tu avais le regard sur l’horizon et tu ressassais les mauvais souvenirs, nostalgique de la toi douce et confiante. Tu ne dis rien quand elle s’assit à côté de toi. Tu ne remarquais même pas la peine dans ses yeux quand elle découvrait tes hématomes. L’angoisse de revoir Jill te soustrayait à la rancoeur que tu avais pour la brune. Tu posais inconsciemment une main sur ton ventre pour calmer la douleur dûe au stress. Tu aurais voulu être incapable d’agressivité. Les yeux plongés sur l’océan, la lumière de son briquet finit par attirer ton regard. Tu savais qu’elle fumait pour avoir été proche d’elle, mais tu n’avais pas l’habitude de la voir faire. Finalement, tu te demandais si elle se sentait bien elle aussi, mais aucun mot ne voulait sortir de ta bouche. C’est elle qui repoussa le silence confortable entre vous. Tu soupirais, baissais les yeux et regardais ton plâtre. « Je m’en suis prise à plus fort que moi. » Tu ne faisais pas exprès d’être évasive mais ce soir, tu avais trop de regrets pour t’ouvrir à cœur ouvert. Tu en avais marre d’être impulsive et d’être cette maman lionne qui s’en prenait aux vilains.

« Beth… » Tu ne l’as pas vu venir, pourtant tu fermais les yeux et tu laissais la brunette embrasser ta tempe. Tu ne bougeais pas non plus quand elle te dit qu’elle était là pour toi. Tu regardais dans le vide. Tellement de choses passaient dans ta tête, tu ne savais plus où tu en étais. Tu finis par soupirer et tu plongeais tes yeux dans les siens. Pour ce soir au moins, tu voulais mettre entre parenthèses la rancune et revenir en arrière, quand elle te souriait avec tendresse et te disais que tu étais jolie. « Il y a ce type qui a vendu des amphétamines à un ami. C’était il y a… un an ? Ça m’a mise en colère et j’ai été le voir, je l'ai menacé tu sais, juste pour le dire d’arrêter. Il ne m’a pas écoutée. Il en a vendu à mon meilleur ami qui a fait une overdose et j’ai appris hier qu’il essayait encore d'en revendre à mon premier ami, tu sais, l'ami d'enfance, et il essaie de le mettre dans son lit, il lui dit qu’il a des sentiments pour lui. » Tu soupirais. En parler te rendait tellement triste. Tu avais l’impression de ne rien pouvoir faire, d’être inutile. Tu tenais à Julian et à Drake comme à la prunelle de tes yeux. Tu voulais les défendre. La suite, t’arrivais pas à la dire, mais il ne fallait pas être intelligent pour comprendre que tu t’en étais prise à lui. Puis Bethany te connaissait, elle savait que derrière ta voix douce, il y avait la Maddy impulsive. La cigarette entre tes lèvres, tu tirais une nouvelle taffe et baissais le regard sans calculer que tes yeux tombaient sur ses cuisses fines. Ça te rappelait que derrière la Bethany froide et calculatrice, il y avait cette anglaise, qui venait d’arriver et qui étais capable de douceur. Tu finis par la regarder à nouveau dans les yeux. Les caresses qu’elle faisait sur ton épaule étaient agréables, mais tu retirais sa main, et la tenait entre vous. « Et toi ? » Tu priais pour qu’elle ne te pose pas plus de questions en tournant l’attention sur elle. T’avais l’impression que tu allais te mettre à pleurer si tu parlais de Jill. Et puis mine de rien, t’avais envie de savoir pourquoi elle aussi elle était venue chercher le calme de la mer.




_________________


La réponse à toutes mes questions s'endort à côté de moi.On dit qu'le temps détruit mais l'temps n'est pas notre ennemi parce que plus j'te connais et plus j'me sens béni, assez béni pour t'emmener à l'église, dire au prêtre : "Oublie l'truc où la mort nous sépare, on va rester dans cette vie".
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t325-bethany-it-hurts-less-to-
Modératrice

Identity Card
Pseudo : Moose || Melissa Messages : 314 depuis le : 11/05/2018 Avatar : Ruby Rose Points : 1342 A Reykjavik depuis : Un an, après avoir quitté Londres Âge du perso : 28 ans. Emploi/études : Barmaid au Kiki Queer Bar

MessageSujet: Re: What's wrong, Kitty? | PV Maddy   Sam 11 Aoû - 22:45

Bethany & Maddy


Ce n'était pas Maddy, tout ça. Ce n'est pas celle que tu es habituée de voir. Il n'y a pas cette même énergie, cette aura qu'elle dégage normalement. Cette confiance et cette rancoeur à ton sujet. Là, elle était perdue. Et blessée, qui plus est. Tu n'aimais pas ça, pas du tout. Tu n'arrives pas à faire tourner tes pensées en fonction de quelqu'un qui voudrait lui faire du mal réellement, au point de lui casser le bras. Au point de l'abîmer de la sorte. Parce que Maddy, elle est jolie. Elle sort du lot avec ses modifications au niveau du corps, c'est vrai. Sauf que ça ne l'empêche pas d'être belle et si douce à regarder. Ce n'est pas pour rien que tu l'as amenée jusqu'au creux de ton lit, de tes bras. Pour vous y perdre, à quelques reprises. Tu adorais la voir réagir, l'entendre, pouvoir glisser tes doigts à sa peau. Alors quel diable souhaitait la défigurer de la sorte? Tu avais besoin de savoir. Puis, elle réagissait si peu. Tu ne pouvais pas la laisser seule. C'est inconscient, comme geste, comme pensée. Tu refuses de l'admettre, mais il y a la crainte que son agresseur soit peut-être encore dans le coin. Tu l'espères presque, histoire de lui rendre le moindre coup qu'il a pu porter à la jeune femme.

Tu laisses les volutes grises s'échapper de tes lèvres. Tu fumes pourtant si rarement. Qu'en cas de besoin, que lorsque tu dois te détendre. C'est rarement juste parce que tu en apprécies le goût. L'un des rares vices dans lequel tu n'es pas tombé, d'ailleurs. Tu en as déjà assez plein les bras avec l'alcool, au moins la cigarette ne s'y mêlait pas. Mais là, ce soir, c'était nécessaire. La douleur était trop présente. Tu suffoquais dans toute cette attention non-méritée que tu savais fausse. Tu suffoquais à l'idée de t'attacher ne serais-ce qu'un peu à ce gars-là. À l'idée de le savoir en avantage sur ta personne. À défaut de boire, de te plonger dans l'alcool ou ta musique, tu avais besoin de prendre du temps seule et sortir te changer les idées. Puis, boire toute seule comme une alcoolique dans ton appartement, c'est pathétique. Sauf que tu ne t'attendais pas à tomber sur elle, encore moins dans cette situation et pendant un moment, un court instant, ton côté égoïste se dissipe et ton attention se tourne vers elle. Elle s'en est prise à plus fort qu'elle, elle dit. En même temps, elle est toute petite, la demoiselle. Elle a de la force, tu n'en as jamais douté, mais elle reste toute petite. Sauf qu'elle n'était pas idiote au point de s'affronter à Monsieur Muscle, alors tu cherches à comprendre dans sa brève explication, les sourcils un peu froncé. Tu finis par passer un bras autour d'elle, tu poses un baiser à sa tempe. Ton surnom l'échappe et ça te fait légèrement sourire contre sa peau. Pour une fois, ça te fais du bien d'entendre ton prénom. Le vrai. Pas Lilith. Pas Hailey. Beth. Tu auras beau détester ce prénom-là, il peut parfois s'avérer réconfortant comme en ce moment. Comme si c'était une toute autre personne. Pas la Lilith qui a merdé quelques jours plus tôt. Pas la Hailey qui brise des coeurs à tout va. Juste Bethany.

Puis, l'explication. Elle te donne finalement un peu plus de détails sur la situation, sur comment elle en est arrivée à se battre avec quelqu'un de plus fort qu'elle. Ton pouce caressait toujours lentement son épaule, la laissant garder son regard dans le tien. Sans y amener de barrière, rien. Que du réconfort. À croire que tu t'adoucis. Ou qu'au fond tu tiens à elle. Tu préfères ne pas te pencher sur la question, c'est trop compliqué, tu as assez subi. Elle n'est pas elle, tout simplement, et ça t'agace. Voilà. Inutile de chercher plus loin, tandis que tu l'écoutes. Un connard. C'est à ça, qu'elle a eu affaire en fait. Un connard qui a fait du mal à des gens à qui elle tient. Ça te ramène vite fait au coup de poing que l'homme a donné pour te défendre, même si pauvrement exécuté. Tu élimines aussitôt cette information de ton esprit en ramenant focus sur la jeune femme. « Et donc, tu es allé voir cette personne et les choses se sont envenimées? Il a pris cher, lui aussi? » Tu replaces distraitement une mèche derrière l'oreille de l'illustratrice, un petit sourire aux lèvres. Parce qu'elle a des griffes, ta Maddy. C'est impossible que l'autre s'en soit sorti sans rien, sans aucune marque. Tu ne la surnommes pas Kitty pour rien, après tout. Douce comme un chaton, mais ce même esprit réactif, prête à lever les pattes si nécessaire.

Ta main est retirée de son épaule, s'amenant entre vous deux. Tu la serres doucement, mais ça ne t'empêche pas ton geste comme sur l'épaule. Ton pouce appose des caresses contre le dessus de sa main, ton regard pourtant toujours fixé à ses iris. Tu ne sais pas être délicate autrement. Ta douceur, elle se trouve toujours dans les gestes qui mènent vers autre chose, vers la chambre à coucher. Vers cette fausse idée de couple, de réconfort plus intime. Parce que tu ne connais que ça, en réalité. L'attention, au final, se trouve détournée vers toi. Tu n'aimes pas trop, beaucoup moins même. Tu n'aimes pas être le sujet de la conversation contrairement à ce que d'autres pourraient croire. Tu soupires un peu, tout bas. Tu tires une nouvelle fois sur ta cigarette, le temps de rejeter la fumée, le temps de trouver comment expliquer la situation, comment trouver les bons mots. Tu finis par hausser un peu les épaules. « J'avais besoin de me changer les idées. Il se passe trop de choses en même temps. J'ai tenté de composer, mais au final j'avais besoin d'être ailleurs. » Tu gardes l'explication simple. Un peu évasive, mais qui répond pourtant à sa question. Tu n'allais pas lui dire que c'est parce que tu n'arrivais pas à supporter le silence de ton appartement. Ou parce que tu avais l'impression de suffoquer par ton domicile taché de souvenirs agréables qui sont pourtant si faux. C'était inutile de lui laisser savoir tout ça. Mais surtout, le sujet n'était pas là. C'était toi qui cherchait à la réconforter. Pas l'inverse. Tu avais eu assez d'attention ces derniers jours. Assez de douleur, de moments de faiblesse. Tu ne pouvais pas te permettre de craquer davantage. Parce que si le masque venait à craquer, tu ne savais pas si tu allais être capable de le reconstruire correctement. « Mais ne parlons pas de moi. C'est plutôt toi, qui m'inquiète. Avec ton plâtre et tout ça. » Tu lui serres un peu plus la main, toujours aussi tendrement, afin de lui transmettre la dites inquiétude. « Ça va aller, Kitty? » Une question un peu idiote, mais tu préfères le demander franchement. Parce qu'elle est forte, mais pas invincible. Personne ne l'est, après tout. Vous êtes tout de même là, toutes les deux brisées même si de façons différentes.

_________________

save your apologies

So the hearts keep breaking, and the heads just roll.  ▬ You know that's how the story goes
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t405-maddy-oskardottir-don-t-l
Administratrice

Identity Card
Pseudo : pounou Messages : 141 depuis le : 26/05/2018 Avatar : Grace Neutral Points : 458 A Reykjavik depuis : mes 18 ans Âge du perso : 26 ans Emploi/études : Illustratrice jeunesse et enfant

MessageSujet: Re: What's wrong, Kitty? | PV Maddy   Hier à 0:06

what's wrong kitty ? ★ Maddy ft Bethany

Les paroles de Franz auraient du te rassurer, et elles l’avaient fait, un peu, elles avaient adouci ton cœur, mais t’avais toujours cette angoisse au ventre. T’avais l’impression de tout gaffer dans tes relations amoureuses. Tu ne pouvais pas encaisser une nouvelle rupture, tu te remettais à peine de ta séparation avec Fanny. Puis Jill. Ça faisait longtemps que vous vous tourniez autour, que, sans être en couple, vous vous aimiez. C’était pas un secret, à ses attentions, t’avais toujours su qu’elle tenait à toi et c'était aussi vrai dans l'autre. Elle te faisait du bien avec ses cheveux bleus, son accent britanniques et son rire de baleine. Elle était tout ce qui te fallait. Vous preniez votre temps, vous n‘aviez d’ailleurs toujours pas fait l’amour ensemble, et ça te rassurait de savoir que vous vous attendiez l’une, l’autre, que vous ne brûliez pas les étapes. T’espérais ne pas avoir érigé un obstacle entre vous avec cette bagarre parce que t’avais besoin de son sourire et de ses mots tendres. Tu ne voulais pas devoir t’en passer. Alors t’essayais de faire confiance en son père, de croire que ça ne changerait rien, que tu te faisais toute une montagne de rien du tout. Il t’avait même dit qu’avec ton visage tout bleu et ton bras cassé, Jill allait encore plus t’aimer et s’occuper de toi. T’espérais que ce soit vrai, et t’espérais qu’elle ne se force pas. En fait, c’est à toi que tu faisais peur, pas à elle, mais ça, t’étais incapable de t’en rendre compte.

Ça te faisait bizarre d’être avec Bethany dans un moment comme ça mais malgré sa maladresse et son malaise évident, ça te faisait du bien. En la regardant fumer, en fumant toi-même, tu te rendais compte qu’avec votre guerre stupide, tu n’avais jamais pris le temps de savoir comment elle allait. Tu t’étais enfermée dans l’idée que c’était une pute quand en vérité, vous aviez partagé des moments tendres. Tu ne t’étais pas juste attachée à son corps, mais aussi à l’humain, à son sourire adorable, à son humour et à ses câlins. Ça t’inquiétais de la voir fumer, et de t’imaginer que sans toi, elle serait toute seule sur ce banc. Tu ne l’avais jamais vue pensive, triste ou nostalgique. Tu ne connaissais pas grand-chose d’elle en fait, si ce n’était sa douceur et son énergie. Ça te peinait. Elle t’écoutait attentivement, ça te rappelait vos discussions sur l’oreiller, et tu sentis des frissons te chatouiller quand elle remit une de tes mèches en place. C’est vrai qu’ils étaient super longs tes cheveux. Tu les attachais souvent dans de longues tresses, mais t’en avais eu ni le courage, ni l’envie ce soir et tu regrettais avec le vent. Ils venaient courir sur ton visage, des fois sur ta cigarette, si bien que tu prenais peur qu’ils s’enflamment, et des fois, souvent en vérité ils faisaient n’importe quoi. Son attention te fit sourire, puis tu hochais la tête à sa question. Tu n’avais pas blessé Aleksy comme il t’avait blessée, mais tu avais réussis à lui mettre des coups. « Je crois que je lui ai cassé le nez. » Tu laissais le silence prendre le relais, puis tu ajoutais, à mi voix comme si tu avais honte « Je lui ai mis des coups dans les côtes, et je lui ai laissé des traces avec mes ongles. » Tu ne tirais aucune fierté là dedans, vraiment. Tu baissais la tête en prenant soin de tenir tes cheveux cette fois, et tu tirais une longue latte sur la tige incandescente.

Tu poussais ensuite un peu la main de Beth de ton épaule et tu la tins entre vous. Tu lui retournais la question. Tu voulais savoir si elle allait bien et tu ne voulais pas que vous parliez que de toi. Tu trouvais adorable la façon dont elle caressait tes petits doigts qui dépassaient du plâtre. Malgré sa gêne, tu trouvais qu’elle savait s’y prendre, et même si ton cœur était toujours lourd, tu te sentais mieux avec ces caresses. « Trop de choses ? … » Tu la regardais avec un air triste. Tu savais qu’elle n’aimait pas beaucoup parler d’elle alors tu n’insistais pas. Puis, en la connaissant, tu te disais que c’était sûrement des histoires de mecs et de filles qu’elle a mis dans son lit et qui n’étaient pas contents. Puis non, tu grimaçais. Des histoires comme ça, elle en avait tout le temps et pour autant, tu ne l’as jamais vue comme ça. Tu ne comprenais pas et elle était tellement douce avec toi, tu avais envie de lui rendre la pareille. « Ça peut pas s’arranger ? » Ta voix était vraiment douce, rien à voir avec le ton que tu avais l’habitude de prendre quand tu lui adressais la parole en soirée, mais Bethany repoussait la question et te demandait si tu allais t’en sortir. Tu hochais la tête au ralentit. Tu fumais la dernière latte de ta cigarette et la jetais loin de toi. Ton regard se perdit une millième fois au large et tes pensées se remplirent de plein de petites têtes de Jill. Ah Maddy, tu tenais tellement à elle. T’avais envie de le dire à Beth, elle était tellement douce, c’était dur de mentir, mais est-ce que tu pouvais vraiment lui ouvrir ton cœur ? Tu craignais qu’elle utilise tout ça contre toi. Tu avais perdu la confiance que tu avais en elle depuis des mois et tu venais déjà de lui dire des gros trucs. Tu soupirais. « Mh. » Tu avais trop peur de lui dire la vérité, puis ça te pesait tellement, tu voulais pas craquer devant elle.





_________________


La réponse à toutes mes questions s'endort à côté de moi.On dit qu'le temps détruit mais l'temps n'est pas notre ennemi parce que plus j'te connais et plus j'me sens béni, assez béni pour t'emmener à l'église, dire au prêtre : "Oublie l'truc où la mort nous sépare, on va rester dans cette vie".
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t325-bethany-it-hurts-less-to-
Modératrice

Identity Card
Pseudo : Moose || Melissa Messages : 314 depuis le : 11/05/2018 Avatar : Ruby Rose Points : 1342 A Reykjavik depuis : Un an, après avoir quitté Londres Âge du perso : 28 ans. Emploi/études : Barmaid au Kiki Queer Bar

MessageSujet: Re: What's wrong, Kitty? | PV Maddy   Hier à 1:20

Bethany & Maddy


Tu n'aimes pas réconforter les gens. C'est loin d'être ta tasse de thé. Tu n'es pas très habile, tu finis toujours par dire le truc de travers, le mot de trop. Ce n'est pas pour rien que mentir, c'est plus facile. Parce que tes paroles sont plus calculées, elles sont faites pour plaire. Mais lorsque vient temps d'être un peu plus honnête, un peu plus réelle, tu te retrouves dans une situation plus délicate. Rien que tu ne parviens pas à te sortir, pourtant. Sauf que tu t'en sors avec un peu plus de douleur que si tu avais simplement mis un masque sur ton visage. Et pourtant, te voilà, là, en train de chercher à réconforter quelqu'un qui, pourtant, te déteste clairement. Parce que tu avais été trop curieuse et que tu avais fais le geste de trop, que tu avais été trop loin. Elle te le faisait savoir régulièrement, d'ailleurs, dans ses paroles agressives. Elle n'hésitait pas à te dire de dégager, de t'en aller. Sauf que toi et le jeu, c'est sans doute la seule histoire d'amour que tu te permets parce que tu ne fais qu'annuler ses paroles en riant et tu imposes ta présence. Pour la faire réagir, souvent. Pour t'amuser un peu à ses dépends. Ça t'arrive de tout simplement l'ignorer ou de hausser les épaules pour t'occuper ailleurs. Sauf que tu l'as bien compris, peu importe à quel point tu lui as ris au visage la première fois qu'elle t'a fait comprendre que ça ne pouvait pas continuer, qu'elle en avait marre que tu lui voles ses conquêtes. Mais tu étais pourtant là, à la réconforter au mieux possible avec ton manque d'agilité. Et dire qu'au départ, tu venais chercher le réconfort et le côté paisible de l'eau, du port. Tu étais bien loin du compte, finalement.

Tu cherches à savoir. Tu n'as aucune idée que vous avez pourtant un ennemi commun. Que c'est le russe qui lui a fait du mal, à ce chaton. Tu ne sais pas comment tu réagirais, d'ailleurs, à la simple idée qu'il ait levé le poing sur quelqu'un envers qui tu as été proche un jour. Quelqu'un avec qui tu as pourtant passé de beaux moments, des rires, des petits moments de bonheur. Ça viendrait sans doute te fâcher, ça. Parce que déjà que tu n'aimais pas le savoir dans la ville, savoir qu'il avait levé les mains sur elle au point de lui casser le bras... On ne brise pas tes jouets. Peu importe à quel point elle te déteste, tu n'as pas terminé avec elle. C'était hors de question de lui faire du mal. C'était aussi un mécanisme de ton esprit, sans aucun doute, pour te faire croire que tu n'étais pas attachée à elle. Mais dans l'inconnu de son agresseur, tu parvenais à lâcher un petit rire. Quelque chose de doux, qui se veut rassurant au mieux de tes capacités lorsque tu l'entends. Et tu la vois se battre avec ses cheveux, à cause du vent. Tu relâches doucement sa main afin de replacer au mieux les longs cheveux ébènes dans son dos, de lui dégager le visage. Surtout que les mèches passaient près de sa cigarette. Tu ne voulais pas que ça prenne feu, cette belle chevelure. Tu n'avais pas d'élastique, cependant. Impossible de faire mieux, ramenant tes doigts contre les petits bouts qui dépassent de son plâtre. « Je suis certaine que c'était amplement mérité, Kitty. T'as pas à avoir honte. » Il n'y avait sans doute pas de quoi être fier dans des situations pareilles, mais selon ce qu'elle t'avait expliqué, le gars, il méritait.

Le sujet s'amène sur toi. Tu n'aimes pas. Tu étais là pour te changer les idées, non pas de parler à coeur ouvert de tout ce qui te tracasse. Pourtant, tu aurais pu lui mentir. Lui inventer une connerie sur la raison de ta venue au port au beau milieu de la nuit. Mais tu lui as dis une partie de vérité. Juste assez pour lui laisser savoir la raison de ta venue, trop peu pour qu'elle sache ce qui en était. Sauf que Maddy, elle sait. Elle sait que pour toi, quand ça ne va pas, ce n'est pas parce que tu t'es fais rejeter par quelqu'un. Que ce n'est pas parce que tu as merdé avec une inconnue que tu as viré de chez toi et que tu as dû subir les répercussions. Elle sait que si quelque chose t'affecte, ne serais-ce qu'un peu, c'est parce que c'est quelque chose de bien plus grand que ça. Et c'était pourtant une accumulation de choses ici et là. Des bombes que tu n'as pas réussi à désamorcer à temps, des pluies de problèmes que tu n'es pas parvenue à contrôler comme tu aurais dû. Mais ta source principale n'avait qu'un prénom. Qu'un seul. Il était le problème tout comme la solution. Et cette façon de chercher en toi toutes tes nombreuses failles, de tirer tes cordes sensibles une à une, c'était difficile à supporter. Parce que normalement, c'est toi qui joue sur l'inconscience de la cause des autres, sur le fait qu'ils ne savent pas qu'ils se font manipuler. Lui, il sait que tu es une grande manipulatrice. Alors il cherche. Il cherche plus loin que les autres. Il cherche à te connaître, sans doute pour parvenir à trouver ce qui t'a rendue ainsi. Et tu ne t'es jamais réellement confrontée à ça. À quelqu'un qui manipule tout autant. Il suffit de mêler tout ça au reste pour créer un bazar dans ton esprit de calculatrice.

« Trop de choses. Des mauvaises rencontres, de vieux démons qui cherchent à sortir... » Tu souffles un rire. Ça te faisait étrange d'en parler, même en restant vague. Ton regard s'amène un instant sur les doigts dépassant du plâtre, que tu cherchais à tenir ne serais-ce qu'un peu par guise de réconfort. Puis tes lèvres s'étirent. Comme s'il n'y avait plus aucune douleur, comme si tu étais forte. Le sourire que tu abordes chaque fois, comme si tu n'avais aucun souci dans ta vie. « Ça va s'arranger. Ça se replace lentement, j'avais juste besoin d'un peu d'air. » Parce que tu ignorais le moindre de ses messages, parce que tu faisais au mieux pour ne pas craquer. Tu finirais par retomber sur tes pattes. Tu en as l'habitude. Tu aimerais pourtant, parfois, avoir cette capacité à parler à coeur ouvert sans avoir la crainte de ces répercussions, de la douleur qui vient avec. Mais ça bloque, chaque fois. Pas sans détruire ce bouchon d'émotions que tu avais accumulé depuis ces années, à force de tout retenir. Ton coeur d'artichaut restait bien enseveli sous cette couche épaisse de glace que tu avais construire au fur et à mesure. Alors au lieu de chercher à percer, par peur de ce que donnerait le résultat, tu détournes le sujet. Tu le ramènes vers elle, vers la principale raison qui fait que tu es assise là sur le banc avec elle au lieu de t'assoir n'importe où ailleurs. Chercher à la réconforter, te distraire de tes propres pensées. Mettre ton côté égoïste un peu de côté pour porter ton attention sur quelqu'un d'autre. La réponse de Maddy se fait pourtant peu convaincante. Il y a quelque chose. Elle bloque, elle aussi. Sans doute parce que c'est toi qui lui pose la question. Tu la comprends. Tu ne sais pas comment tu réagirais à détenir une quelconque information précieuse entre tes doigts indélicats.

Pourtant, la réponse ne te plait toujours pas. Parce qu'il y a bel et bien quelque chose. Alors à défaut de creuser, de lui sortir les mots de la bouche comme elle ne semble pas vouloir te les offrir, tu te tournes vers du réconfort supplémentaire. L'aider sans savoir ce qu'elle a. Sauf que toi, tu n'as pas de nombreuses façons d'aider les gens. C'est toujours par des gestes un peu trop intimes et tu sais pourtant son avis à ton sujet. Tu sais que tu passeras sans doute pour une obsédée de le lui proposer. Pour une fille qui ne pense qu'à ça, qu'à un contact plus charnel, que ce soit sexuel ou non. Mais à quelque part, tu te dis que si ça te réconforte, ça peut l'aider aussi. À quelque part, tu te dis qu'au moins de cette façon tu saurais ce que tu fais. Embrasser, caresser, tu sais être tendre là-dessus, plus habile. Pas même besoin que les gestes soient obscènes. Tu sais, pourtant, que votre relation maintenant, ce n'est plus ça. Cependant, c'est la seule chose qui te vient en tête, là, maintenant. La serrer dans tes bras, embrasser sa nuque, ses lèvres, sa joue. Laisser tes mains se perdre sur ses hanches dénudées de tissus. C'est la seule chose qui te vient en tête pour la réconforter et lui enlever cet air triste au visage. Tu hésites, encore un peu, replaçant encore une fois les cheveux en guerre contre le vent afin de lui dégager sa nuque, d'y laisser ta main, de caresser délicatement la peau de ton pouce. « Est-ce que tu veux que je dorme avec toi? » Ta voix se fait un peu plus douce encore, cherchant son regard qui s'était de nouveau perdu ailleurs. Tu savais que par cette simple question, elle saurait tes intentions, elle saurait ce que tu suggères. Mais tout de même, tu poses tes lèvres à son épaule, avec une tendresse qu'elle connait pourtant de ta part. Tu n'avais aucune idée si elle allait se fâcher ou non. Encore une fois, tu te retrouvais à espérer qu'elle te rejette et qu'elle se fâche. Comme ça, tu saurais qu'elle ne va pas si mal que ça. Comme ça, tu saurais que tu l'as peut-être aidée un minimum et que tu n'aurais plus à te sentir anxieuse de ne pas savoir comment la consoler.

_________________

save your apologies

So the hearts keep breaking, and the heads just roll.  ▬ You know that's how the story goes
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Identity Card

MessageSujet: Re: What's wrong, Kitty? | PV Maddy   
Revenir en haut Aller en bas
 
What's wrong, Kitty? | PV Maddy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 03. What's wrong with you ?
» ✿ Maddy Bow/ L'histoire d'une vie
» [1616] Right way to do Wrong.
» Kitty cat Babs in distress [Shawn]
» Keith Graham ~ Love all, Trust a few, do Wrong to none. [FINI]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Walk on Ice ::  :: The City :: Port-
Sauter vers: