Nouveautés
Mise à jour n°3 - Le forum s'est refait une beauté !
Merci à Sunrise pour cette superbe nouvelle version
Toutes les nouveautés.
Recrutement - Athena rejoint le staff en tant que modératrice !

Partagez | 

 Purpose found | Aodhan


Only the Icelanders can Walk on Ice.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t311-inna-for-the-laws-that-i-

Identity Card
Pseudo : Bouu. Messages : 192 depuis le : 10/05/2018 Avatar : Taylor Momsen Points : 577 A Reykjavik depuis : Fin novembre 2017 Âge du perso : 25 ans Emploi/études : Serveuse dans un fast food, modèle photo à ses heures perdues, trempe dans le trafic de drogue

MessageSujet: Purpose found | Aodhan   24.07.18 15:29
Purpose found



Parfois, je me demande si tout ce que j’essaie de faire ici a une réelle importance. Si finalement, cette nouvelle liberté trouvée dans la capitale islandaise n’est pas qu’un cadeau empoisonné. Si la Russie, enfermée dans ma chambre, invisible au monde extérieur, n’était pas où j’étais censée rester toute ma vie. C’est que je me dis en voyant le dernier client important que j’avais réussi à fidéliser me cracher au visage qu’il a trouvé un dealer bien mieux. Quelqu’un qui pouvait lui filer sa drogue sans même qu’il ne paît avec de l’argent. Il n’y a qu’Aleksy pour faire une telle chose. Et je ne suis pas encore prête à vendre mon corps pour pouvoir rivaliser. Je regarde ce traître s’éloigner, le fusillant du regard même si au fond, c’est l’impuissance et la frustration qui gagnent la bataille intérieure qui fait rage en moi.

Je rabats bien vite la capuche de mon sweat noir sur ma tignasse blonde avant d’enfouir mes main dans mes poches, mes doigts se refermant avec un goût amer sur la marchandise que je n’ai pas pu vendre. « Putain ! » Un juron qui sort sans retenu dans ma langue natale, résonnant dans cette ruelle sombre et déserte. Cette ruelle, une allégorie bien ironique de ma vie actuellement. Je ne sais plus quoi faire. Tout arrêter au risque de décevoir mon frère plus que tout ? Enfin accepter de travailler pour Aleksy ? Je crois que je préférerai encore me jeter sous un train que rendre service à ce connard. Et pourtant, ai-je seulement le choix ? Parce que ce n’est clairement pas avec mon salaire ridicule au restaurant ou les quelques billets que je touchent grâce à mes rares photos que je vais m’en sortir.

La panique s’insinue peu à peu en moi, s’infiltrant dans chacun des pores de ma peau, traître et étouffante. Je prends une grande inspiration pour tenter de calmer mes nerfs en friche. C’est à cet instant que je repense à cette soirée que j’ai passée avec James, quand l’alcool coulait dans mes veines. Quand tous ces soucis n’avaient aucune importance, où seul la musique résonnait en moi. Où j’aurai presque pu me prendre pour la reine du monde, libre et intouchable. Si seulement ce sentiment de puissance et de légèreté pouvait s’éterniser en moi à l’infini... Peut-être que c’est ce dont j’ai besoin maintenant, tout de suite. Peut-être que James a été une mauvaise influence. Mais je suis tellement au fond du trou que je crois que je m’en fiche.

Alors que j’attrape mon téléphone, prêt à supplier le blond de me sauver de cette angoisse, mon regard agrippe un mouvement rapide non loin de moi. Une silhouette. L’espace d’un instant, j’en suis presque à espérer revoir mon ancien client revenir, la queue entre les jambes et l’envie de drogue bien trop puissante. Pathétique. Bien sûr que ce n’est pas lui. Prudente, je m’avance doucement de cet homme qui semble m’observer. Je ne distingue pas réellement ses traits dans l’obscurité mais il a l’air plus âgé que moi et pourtant, son visage a quelque chose de légèrement familier. Comme un regard déjà croisé auparavant. « Pourquoi vous m’observez ? » Je m’arrête à quelques pas de lui, la curiosité piquée et l’intérêt soudainement réveillé. Peut-être un potentiel client, je ne suis pas prête à cracher sur de l’argent supplémentaire.


CODAGE PAR AMATIS

_________________


☽☽ Now all I need is someone to save me 'cause I am going down. And what I need is someone to save me 'cause I am going down, all the way down.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Administrateur

Identity Card
Pseudo : gavroche Messages : 47 depuis le : 17/06/2018 Avatar : Cillian Murphy Points : 320 A Reykjavik depuis : 10 ans Âge du perso : 36 ans Emploi/études : Chef cuisinier

MessageSujet: Re: Purpose found | Aodhan   26.07.18 23:21
Il y avait quelque chose qui finissait toujours par l’emmener dans ce genre de ruelles, comme un instinct, celui qui régit sa vie et le pousse à choisir la solution la plus violente, la plus dangereuse, la plus stupide. Le goût du risque, peut être. Ou juste le sentiment que tant qu’à vivre, il se doit de rester fidèle à ce qu’il a toujours été. Alors il suit les pas qui peuvent le mener jusqu’aux crimes, jusqu’aux histoires de nuit de la capitale sans histoires. Jusqu’à la face sombre de Reykjavik. Il n’était pas censé rentrer chez lui, d’ailleurs ? Il lui semblait s’être dit que le travail avait duré trop longtemps, et qu’il rêvait de son canapé et de son chat. Pourtant il était là, à marcher dans ces ruelles. Pourtant il s’arrêtait en voyant deux silhouettes au loin, en sentant que quelque chose se tramait. Pourtant il s’appuyait au mur, dans l’ombre, et il suivait la scène comme un film familier. Un instinct, probablement. Ou juste un flânage comme un autre.

Son nez se fronce en voyant une silhouette s’éloigner, l’autre trépigner. Il n’entend rien. Rien jusqu’à ce mot étranger, ce mot qu’il a déjà entendu, il y a bien longtemps, bien loin d’ici. Qui parle russe en Islande ? Les étrangers sont déjà suffisamment rares, mais les russes ? Etrange comme terre d’accueil. Il continue d’observer, figé comme une statue, chaque mouvement, chaque réaction. C’est une femme. Grande. Probablement jeune. Elle a l’air agitée, trop agitée. Enervée ? Inquiète ? Les deux, peut être. Ses yeux ne la quittent que pour regarder le cadrant de sa montre. Il fait nuit. Un deal de drogue, probablement. A cette heure là, dans ce genre de ruelles, en Islande, ça ne pouvait pas être bien pire. De la prostitution, peut être. Quoique. Il ne serait pas parti sans rien, si c’était ça, si ? Ce n’était pas vraiment son domaine d’expertise, après tout. Mais sa curiosité est titillée.

Il voit le téléphone percer la nuit, et il pense qu’elle va partir. Il ne lui courra pas après. Faire paniquer les dealeuses de drogue n’est pas forcément son occupation préférée. Peut être qu’il va rentrer, alors. Il se détache rapidement du mur en se disant qu’il devrait avant de trop se salir, vite, trop vite. Trop vite pour ne pas être repéré. Alors elle s’approche. Et alors qu’il était sur le point de tourner le dos avant qu’elle n’enregistre son visage, pour ne pas être mêlé à des histoires louches, pour éviter tout ce qui touche à l’illégal, il se fige. Parce qu’il n’y a pas seulement la Russie qui cloche. Il y a ces cheveux. Il y a ces yeux. Il y a ce visage de poupée de porcelaine. Alors il oublie de cligner des yeux, de respirer, et il fouille chaque centimètre carré de sa mémoire jusqu’à se souvenir des yeux. De ces yeux trop bleus qu’il avait vu, des années auparavant, au milieu du froid de la Sibérie et de la tristesse de la solitude, celle qui se dégageait de ces deux prunelles. L’oiseau en cage.

Inna ? Non, c’était impossible. Pourquoi ici, au bout du monde ? Mais Aleks était là, après tout. Il en avait entendu parler. Il l’avait vu, de loin. Le frère, aussi, probablement. Pourquoi pas la cousine, la sœur ? Des choses affreuses avaient dû se passer. Affreuses, ou une bénédiction pour elle ? Sa voix s’élève, et il doit prendre sur lui pour ne pas ouvrir la bouche et dire stupidement son nom. Elle était si petite, après tout. Si triste. Elle ne se souvenait probablement pas de lui. Il n’avait fait que passer. Pourtant il se souvenait encore à quel point elle l’avait réconforté sans le vouloir, à quel point ces grands yeux encore si innocents avaient réussi à mettre des bandages de fortune sur sa tristesse, à l’époque. « Si je te dis que je suis flic, tu vas faire quoi, maintenant que je sais à quoi tu ressembles et que t’as de la drogue sur toi ? » C’était dit sans méchanceté. La question était presque innocente. C’était encore une enfant.

Il avait essayé de ravaler son accent, mais n’y parvenait jamais vraiment, même après toutes ces années. Alors il sourit, à peine, en haussant les épaules. « Tu devrais faire plus attention à ça. Tu t’amuserai probablement pas beaucoup en prison. » Elle ne le sait probablement que trop bien. L’oiseau en cage, ici. Il se demande ce qu’elle est devenue. Il se demande si elle y arrive. Il se demande si elle le lui dira, un jour. Probablement pas. Il pourra toujours se renseigner. Tout le monde connaît tout le monde, dans les ruelles sombres.
(c) AMIANTE

_________________
sing, goddess, of the rage of Achilles
they turned him into a weapon and told him to find peace. ▬ puisqu'ici il n'y a qu'au combat qu'on est libres, de ton triste sommeil je t'en prie libère-toi. dans ce triste pays tu sais un jour ou l'autre faudra tuer le père, faire entendre ta voix. - s
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t311-inna-for-the-laws-that-i-

Identity Card
Pseudo : Bouu. Messages : 192 depuis le : 10/05/2018 Avatar : Taylor Momsen Points : 577 A Reykjavik depuis : Fin novembre 2017 Âge du perso : 25 ans Emploi/études : Serveuse dans un fast food, modèle photo à ses heures perdues, trempe dans le trafic de drogue

MessageSujet: Re: Purpose found | Aodhan   28.07.18 11:43
Purpose found



Cet inconnu dans la nuit, il ne me semble pas en être vraiment un. Et sans même m’en rendre compte, je me rapproche de lui, comme attirée par une force invisible. Sans vraiment comprendre pourquoi, ni comment un telle chose est possible, ce visage, je le connais. Ce regard qui me transperce, ces yeux à l’éclat déjà croisé auparavant. Comme un fantôme d’un passé lointain, d’un passé enfoui. Quelque chose de flou mais de bien présent. Et cet accent quand sa voix résonne entre nous, tel un échos familier dans cette ruelle déserte. Ses mots ont au moins le mérite de m’arracher un rire sans réel humour alors que je tiens toujours fermement la marchandise cachée dans la poche de mon sweat trop grand. « Qui te dis que j’ai de la drogue sur moi ? » Le mensonge est si évident que je n’essaie même pas de cacher l’éclat joueur dans mon regard. Je n’ai aucune intention de le convaincre qu’il a tort, lui comme moi savons que cela serait une perte de temps. J’observe l’homme en face de moi, étudiant trait par trait son visage plus âgé que le mien. « Et puis, tu n’as pas vraiment l’air d’un flic. »

Jeu dangereux. À tout moment, je peux me brûler les ailes. À tout moment, je peux tomber sur la mauvaise personne. Flic, personne mal attentionnée... Cette curiosité fraîchement trouvée me fera peut-être un jour défaut. Et pourtant, je suis la première à foncer tête baissée, parce que je n’ai jamais su mentir, ni cacher mes émotions. Parce que je dis toujours ce qui me passe par la tête et parce que je n’ai jamais su faire autrement. Je m’améliore pourtant, petit à petit au fil du métier, mais l’apprentissage est long. « Pourquoi envoyer en prison une jeune fille innocente que aime juste se balader la nuit ? » Je hausse les épaules, un ton un peu insolent dans ma voix. Moi aussi, j’ai du mal à cacher l’intonation dans mes mots qui prouve bien clairement que je ne viens pas d’ici et que cette langue m’est étrangère.

Deux étrangers dans la capitale islandaise, donc. Peu de chance que nous nous connaissions finalement, et pourtant. « J’ai l’impression de t’avoir déjà vu quelque part... Comme si c’était il y a longtemps. » Et je suppose que mes iris sans cesse braquer son son visage sont une preuve de la véracité de ma déclaration. Impossible pourtant, non ? Je ne suis pas à Reykjavik depuis très longtemps et je pense être capable de me souvenir de chacune des rencontres que j’ai fait ici. Il n’y en a pas eu tant que cela au final. Mais l’homme en face de moi, je ne peux pas l’avoir rencontré en Russie. Parce que l’accent qu’il arbore est clairement britannique et que je ne me souviens pas l’avoir entendu beaucoup dans ma vie. J’ai bien ce souvenir, quand j’étais encore si petite, encore si naïve, si innocente. Finalement, je le suis sûrement presque toujours autant aujourd’hui.

Je soupire alors que je n’arrive pas à replacer ce visage, de plus en plus frustrée par cette soirée qui enchaîne échec après échec. Je laisse planer un regard agacé et presque blasé sur son visage, plus que prête à rentrer chez moi et me morfondre dans mon lit. Histoire de commencer à me faire à l’idée que je vais devoir servir d’esclave pour le diable incarné si je veux survivre. « Laisse tomber, je dois confondre. T’as besoin de quelque chose ? » Je ne parle pas d’une quelconque direction ou d’un conseil inutile. Non, je fais bien allusion aux substances illicites en ma possession mais je sais que le message est passé correctement. Sait-on jamais. Après tout, il n’y a pas forcément grand monde qui traîne dans les rues vides de la capitale à une heure pareille à part les personnes en manque.


CODAGE PAR AMATIS

_________________


☽☽ Now all I need is someone to save me 'cause I am going down. And what I need is someone to save me 'cause I am going down, all the way down.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Administrateur

Identity Card
Pseudo : gavroche Messages : 47 depuis le : 17/06/2018 Avatar : Cillian Murphy Points : 320 A Reykjavik depuis : 10 ans Âge du perso : 36 ans Emploi/études : Chef cuisinier

MessageSujet: Re: Purpose found | Aodhan   01.08.18 22:51
Il détourne un peu la tête pour laisser le loisir à un sourire amusé de se faufiler sur ses traits en guise de réponse à l’éclat rieur dans son regard, à la provocation à peine voilée. C’est une grande fille, maintenant. Malgré la scène à laquelle il a assisté quelques secondes auparavant, il a l’impression, au moins là, qu’elle a réussi à se libérer, à s’affirmer, à devenir celle qu’elle était censée être. Que ses torts ne viennent que de sa jeunesse. Pas de son inexpérience. Pas de son manque d’affirmation de soi. Ca, il lui faudra sûrement plus de temps pour le comprendre. Pour l’instant, il est juste satisfait de voir que le petit oiseau a pris son envol, et qu’elle semble parfaitement se fondre dans cette vie. Celle de sa famille. Celle des ruelles sombres. « Un point pour toi. » Il ne dément pas. De toute façon, il n’a pas non plus envie de prétendre être ceux qu’il déteste tant.

Le rire fuit sa gorge avant même qu’il n’ait le temps de le voir venir, et il se flagelle mentalement pour cette soudaine apparition d’émotions et le manque de contrôle avant de constater avec surprise que son cerveau ne semble pas vouloir ordonner à son corps de rester neutre, avec elle. Peut être que c’est le passé commun. Peut être que c’est parce qu’il se sait déjà en bien meilleur état mental que quand il l’avait rencontrée, dans ce froid glacial de Sibérie. Peut être que c’est parce qu’elle est tout de même encore cette petite fille, à ses yeux. Pourtant c’est comme si elle le rencontrait pour la première fois, elle. Il devrait être comme avec les autres. Alors pourquoi en a-t-il si peu envie ? « Ils ont pas toujours besoin d’une bonne raison, je crois. » Fais juste un peu attention à toi. La prison ne t’irait pas au teint. Ou à l’âme.

La voix le sort de son introspection, et il cligne des yeux deux fois, puis trois, avant de la regarder de nouveau avec plus d’attention. Elle se souvient ? C’est impossible. Ou peut être que si ? A partir de quel âge est-ce qu’on se souvient, déjà ? Son cœur commence à battre un peu plus fort dans sa poitrine, et il doit lutter pour ne pas simplement se présenter, pour ne pas simplement lui poser toutes les questions qu’il se pose à son sujet. Non, Aodhan. Elle est libre. Elle n’a sûrement pas envie de se souvenir de tout ça. Elle ne se souvient probablement pas vraiment. « Je … » Sa voix meurt dans sa gorge, bien moins prompte à fuir que son rire. Le dire ? Ne rien dire ? Il ne sait plus.

Alors quand elle abandonne son visage frustré pour partir, quand elle lâche cette phrase qui doit lui être aussi naturelle que d’enfiler un pull, il sourit un peu, et il secoue la tête en la baissant à peine. Non. Il n’a besoin de rien. « Je ne faisais que passer. » Dans la ruelle comme dans sa vie. Pourtant alors qu’elle se détourne – ou lui, il ne sait plus vraiment déjà – il revoit la sensation de panique qui semblait voler autour d’elle après que ce client volage soit parti. Il se souvient qu’elle avait l’air plus perdue que si ça n’avait été qu’un client de routine. Qu’il l’avait reconnue parce qu’elle avait encore l’air de flotter dans un confort illusoire. Alors il parle, il laisse la voix s’élever de nouveau, il change de chemin pour marcher à ses côtés, quitte à s’arrêter si elle le fait.

« Inna ! » Il l’a rattrapée. Un soupir dépité s’échappe d’entre ses dents, et il hausse les épaules, comme s’il devait s’avouer vaincu. « On s’est rencontrés. Il y a longtemps. Je m’appelle Aodhan. Tu dois pas  te souvenir, t’étais encore petite. J’avais des affaires avec ton père. » Probablement pas le meilleur moyen de s’introduire, de sous-entendre qu’on a traîné avec ce genre de personnes. Il grimace un peu en se rendant compte de son manque de tact, puis chasse cette idée de sa tête aussi vite qu’elle est venue. C’est sa fille, après tout. Elle ne devait pas avoir beaucoup d’aprioris. « Je me demandais juste … Tu vas bien ? Je sais que c’est bizarre, comme question, mais tu … enfin, tu vas mieux ? » Parce qu’il se souvenait encore d’elle comme de quelqu’un de triste, de silencieux. De bloqué.
(c) AMIANTE

_________________
sing, goddess, of the rage of Achilles
they turned him into a weapon and told him to find peace. ▬ puisqu'ici il n'y a qu'au combat qu'on est libres, de ton triste sommeil je t'en prie libère-toi. dans ce triste pays tu sais un jour ou l'autre faudra tuer le père, faire entendre ta voix. - s
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t311-inna-for-the-laws-that-i-

Identity Card
Pseudo : Bouu. Messages : 192 depuis le : 10/05/2018 Avatar : Taylor Momsen Points : 577 A Reykjavik depuis : Fin novembre 2017 Âge du perso : 25 ans Emploi/études : Serveuse dans un fast food, modèle photo à ses heures perdues, trempe dans le trafic de drogue

MessageSujet: Re: Purpose found | Aodhan   03.08.18 7:54
Purpose found



Je lance un regard intrigué à cet homme qui s’esclaffe devant moi, comme si nous étions deux vielles connaissances face à une bonne blague. Quelle bien curieuse rencontre. Il n’est pas un flic, il n’est pas un simple passant surpris de tomber sur un deal ni effrayé par cette ruelle sombre. Qui est-il ? Sa mise en garde contre la prison, j’ai l’impression qu’il y a plus derrière. Comme s’il s’inquiétait réellement pour ma pauvre petite personne. « Je ferai plus attention. » Je hoche la tête, comme si une force extérieure me poussait à le rassurer. Me poussait à retenir ses paroles avisées et étrangement bienveillantes comme une mise en garde dans un coin de ma tête. Je finis par lui poser la question directement, parce que tourner autour du pot en silence n’a jamais servi à rien, et parce que ce visage attire bien trop ma curiosité.

Un soupir frustré m’échappe quand je me rends compte de mon erreur, qu’il ne semble pas me connaître. Encore un mystère non résolu. Au delà des réponses à mon trouble, il ne peut même pas m’apporter un peu d’argent. Il n’a besoin de rien. Alors je n’ai pas besoin de rester ici plus longtemps, à risquer de m’exposer à des risques inutiles. Après tout, c’est bien lui qui m’a dit de faire attention. « Bonne soirée alors. » Je lui souris un peu avant de passer mon chemin, baissant la tête alors que mes pas m’éloignent de l’échec que représente cette rue. Tandis que le visage de cet homme flotte encore devant mes yeux, mon esprit cherchant malgré moi à y attacher un souvenir tangible, je triture le téléphone dans ma poche. Partagée entre l’envie de tout repousser à demain, d’appeler James pour que les problèmes paraissent si insignifiants le temps d’une soirée. Et l’obligation d’appeler Aleksy, de lui annoncer sa victoire, de le supplier de me fournir de quoi me faire de l’argent.

C’est mon prénom, résonnant dans l’obscurité qui coupe court à mes pensées et à mes pas. Je pose un regard surpris sur l’homme qui m’a rattrapée alors que lui affiche un air presque résigné. Je l’écoute en silence, me sentant bien moins perdue quand enfin il avoue me connaître. « J’en étais sûre ! Je ne me rappelle pas vraiment mais ton visage me disait bien quelque chose. Et ton accent. » Je hoche la tête alors que mes yeux scannent une fois de plus ces traits devant moi. « Pourquoi ne pas l’avoir dit plus tôt ? Pourquoi vouloir le cacher ? » Parce qu’après tout, je ne me souviens pas réellement de lui, alors pourquoi tout ce mystère ? Peut-être parce qu’il n’assume pas avoir traîné dans des affaires peu légales. Travailler avec mon père, c’est rarement synonyme de bonté. « Tu traînais dans le trafic de ma famille ? » Au final, je n’ai jamais eu conscience de l’étendu du pouvoir des Ianaïev, ni de la diversité de leurs affaires. Il y a peut-être plus dans toute cette histoire que simplement la drogue.

Sa prochaine question me surprend et je ne peux empêcher le petit rire piqué au vif qui quitte les lèvres. Si je vais bien ? Si je vais mieux ? Quelle genre de question c’est, ça ? Je n’ai jamais réfléchi au sujet. « Je... » Je ne sais même pas quoi répondre, je ne sais même pas réellement s’il est au courant. De ce qu’il est arrivé à ma famille, à mes parents. « Mon père est mort tu sais. Enfin, tu dois sûrement être au courant si tu avais des affaires avec lui. » Je hausse les épaule, essayant de garder une attitude neutre alors qu’une multitude de questions est en train de m’assaillir à l’instant. Est-ce qu’il sait exactement ce qu’il est arrivé à mon père ? Est-ce qu’il sait exactement qui l’a tué et pourquoi ? Est-ce qu’il sait si ma mère est vivante ? A-t-il encore des contact avec ma famille restée en Sibérie ? Que fait-il ici ? « Je vais bien, je suppose. Je suis en vie, j’ai mon frère avec moi, les choses pourraient être pires. »Je souris faiblement avant de soupirer légèrement. Parce que maintenant qu’il m’a posé la question, je me rends compte que je ne vais pas forcément mieux. Que finalement, je regrette d’être entrée dans ce monde de brutes.


CODAGE PAR AMATIS

_________________


☽☽ Now all I need is someone to save me 'cause I am going down. And what I need is someone to save me 'cause I am going down, all the way down.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Administrateur

Identity Card
Pseudo : gavroche Messages : 47 depuis le : 17/06/2018 Avatar : Cillian Murphy Points : 320 A Reykjavik depuis : 10 ans Âge du perso : 36 ans Emploi/études : Chef cuisinier

MessageSujet: Re: Purpose found | Aodhan   05.08.18 22:07
Il la retient, parce qu’il y a quelque chose qui lui donne l’impression qu’il n’a pas le choix. Qu’il y a trop à rattraper, même si pourtant, ça ne le regarde absolument pas. Peut être qu’il s’était vraiment attaché à cette gamine, en quelques jours. C’est tout de même un comble. Alors il l’appelle, et il la rattrape. Alors il avoue qu’il la connaît, parce que son sourire flotte encore dans son esprit, et qu’il a envie de savoir. Qu’il a peut être besoin de savoir. Si la vie l’avait épargnée, elle, un petit peu. « L’accent nous vendra toute notre vie, ici. » Les sonorités de Sibérie dans la voix de la blonde résonnent encore à ses oreilles, et elles semblent presque plus familières que l’Islandais dans lequel il est plongé depuis si longtemps. Décidément, l’ironie.

Elle parle, et il secoue la tête avec un petit sourire. « Je me suis juste dit que t’avais sûrement autre chose à faire que discuter avec un type qui t’as vu quand t’étais toute petite. C’est tout. » Parce qu’il n’a aucune importance. Mais il est bien trop curieux pour garder tout de même le silence. Dommage. Ses mains s’enfouissent dans ses poches alors qu’il regarde autour de lui avant de marcher avec elle, tranquillement, comme s’ils se baladaient de cette manière tous les jours, et un petit sourire amusé flotte sur ses lèvres à sa question. « Pas vraiment. Enfin si, mais pas la drogue. C’était un arrangement un peu bordélique, une sombre histoire d’armes et d’explosifs avec ton oncle, pas très intéressant. » Enfin, ça dépendait sûrement du point de vue. Mais c’était loin d’être ce qui importait, maintenant.

Puis il demande si elle va bien, et ce qu’il reçoit en guise de réponse a le mérite de faire redevenir son visage neutre, pour cacher l’incompréhension, la réflexion, l’inquiétude. « Oui et non. On est plus en contact depuis un petit moment, mais j’en ai entendu parler, oui. Enfin, j’ai entendu ça comme une rumeur. C’est vrai, alors ? » Les Ianaiev anéantis. Alors ça. Le monde criminel devait vraiment être dans un plus sale état qu’il ne le pensait. « Qu’est ce qu’il s’est passé ? » C’est une question rhétorique, sûrement. Ca importe peu. Ca arrive à n’importe quelle famille un peu trop puissante.

Les derniers mots qui flottent entre eux auraient probablement dû lui donner de l’espoir, mais il est trop occupé à l’observer pour se laisser avoir aussi facilement. « Les choses peuvent toujours être pires, ça ne veut pas dire que tu vas bien. » Un petit sourire désolé étire ses lèvres, et il s’apprête à lui dire que ça ne le regarde pas, à s’excuser, et à la laisser tranquille. Mais au lieu de ça, ses yeux sont appelés par le néon d’un de ces cafés-restaurants ouverts à n’importe quelle heure, et il hésite plutôt à l’inviter boire un chocolat chaud. Ou un café. Ou peu importe ce que boivent les gens à cette heure de la nuit. « C’est les affaires qui vont mal, alors, je suppose ? Vu comme le type est parti. Vu le taux de criminalité de Reyk, je pensais que t’étais la seule à vendre. » Quoique. Il y a Aleks, après tout. Et son frère, apparemment.

Il se mordille la lèvre quelques secondes en hésitant, avant de reposer son regard sur elle et de sourire à peine, et pourtant le plus possible. « Tu veux … un café ? Quelque chose ? Ou t’as quelque part où t’es censée être ? Je voudrais pas te retenir, non plus. » Même si bon. En savoir plus ne serait pas de refus. Pour voir ce qui va mal. Pour avoir un nouveau truc à insulter pour quelqu’un d’autre. Et pour comprendre le manque d’éclat dans son regard.
(c) AMIANTE


_________________
sing, goddess, of the rage of Achilles
they turned him into a weapon and told him to find peace. ▬ puisqu'ici il n'y a qu'au combat qu'on est libres, de ton triste sommeil je t'en prie libère-toi. dans ce triste pays tu sais un jour ou l'autre faudra tuer le père, faire entendre ta voix. - s
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t311-inna-for-the-laws-that-i-

Identity Card
Pseudo : Bouu. Messages : 192 depuis le : 10/05/2018 Avatar : Taylor Momsen Points : 577 A Reykjavik depuis : Fin novembre 2017 Âge du perso : 25 ans Emploi/études : Serveuse dans un fast food, modèle photo à ses heures perdues, trempe dans le trafic de drogue

MessageSujet: Re: Purpose found | Aodhan   07.08.18 19:01
Purpose found



Cette soirée de misère prend une tournure toute particulière et je dois bien l’avouer, bien plus intéressante que prévue. L’accent britannique de cet homme a quelque chose de presque plus rassurant que l’islandais qui résonne autour de moi depuis de nombreux mois maintenant. « Pour être honnête, c’est agréable de rencontrer quelqu’un de nouveau pour autre chose qu’un deal. » Je laisse échapper un petit rire entre mes lèvres fines avant d’emboîter le pas d’Aodhan. Je ne me pose même pas de questions en le suivant, pas de craintes ni de méfiance. Peut-être est-ce à cause de ce sentiment de confiance, cette sensation de le connaître déjà plus ou moins. Et puis, il y a toutes ces questions qui me taraudent l’esprit à propos de ma famille dont il connaît peut-être les réponses. Mes espoirs s’envolent quelque peu quand il me révèle qu’il n’était pas dans le trafic de drogue. Celui des armes. Dire que j’en apprends encore plus sur les activités de ma famille maintenant que je ne suis plus à ses côtés à quelque chose de très frustrant. Parce que je n’étais jamais au courant de rien, toujours laissée de côté, gardée dans l’ombre et enfermée dans ma chambre. Obligée de tout découvrir et de tout apprendre par moi-même, à mes dépends.

Je lance un regard en coin à l’homme plus âgé à côté de moi, un peu déçue de contacter qu’il n’aura pas les réponses à mes questions. Qu’il n’est pas au courant de grand chose. « Le plus ironique dans toute cette histoire, c’est que tu en sais sûrement autant que moi sur ce qu’il est vraiment arrivé à ma famille. » Mes yeux rencontre les siens un instant, l’émotion voilant mes iris quelques secondes. « Mon père à été poignardé, je ne sais pas exactement pourquoi ni par qui, mais je suppose que ça devait bien finir par arriver. Je ne sais pas si ma mère a survécu. Mon frère et Aleksy sont également ici pour reprendre le flambeau. » Ma voix se fait un peu plus dure et cassante à la mention du nom de mon cousin. Quel connard. « J’espérais peut-être que tu en saurais plus sur ce qu’il est vraiment arrivé et sur comment sont les affaires en Sibérie, du moins ce qu’il en reste... Enfin, c’est du passé maintenant. » Je hausse les épaules en silence, un peu trop fatiguée pour feindre ce sourire faussement serein que j’ai appris à maîtriser au fur et à mesure des mois. Une certaine curiosité s’est tout de même réveillée en moi. Qui est Aodhan ? Comment un anglais s’est-il retrouvé en Russie puis en Islande ? Que fait-il maintenant ? Est-il toujours dans des activités peu légales ?

Nos pas vagabonds nous amènent dans un coin plus animé de la ville et je ralentis le rythme en même temps que mon acolyte. Sa prochaine question ne pourrait pas être plus ironique. Les affaires qui vont mal ? Les affaires vont bien en soit, mais pas les miennes. « Oh crois-moi, il y a peut-être peu de criminalité mais même des gens très bien ont leurs petites addictions. Pas besoin de tuer des gens pour être accro. Disons simplement que certaines personnes s’amusent à ruiner mon business et profitent de mon inexpérience. » Peut-être que je pourrai en dire plus à ce presque inconnu qui n’en est pourtant pas vraiment un. Mais pas dans cette rue, pas au milieu de ce froid ambiant et de cette nuit qui nous entoure de plus en plus.

Mes yeux suivent son regard qui se pose sur les devantures alentours alors que je réfléchis déjà à une excuse pour refuser poliment. Et puis, pourquoi pas après tout ? Discuter avec cet homme sorti de nulle part ne peut pas être pire que me morfondre sous ma couette. « Je ne dirai pas non à un chocolat chaud. » Il n’y a pas de saisons pour les chocolats chauds et j’ai besoin de me remonter le moral. Si je ne peux pas le faire avec de l’alcool ce soir, alors le chocolat fera l’affaire. J’attends d’être installée à une table tranquille et reculée, ma boisson réchauffant mes mains, pour reprendre la parole. « Et toi, alors ? Qui es-tu ? Qu’est-ce tu fais ici et comment tu t’es retrouvé en Sibérie puis à Reykjavík ? Tu aimes bien les climats froids ? » Je souris quelque peu avant de laisser mes iris curieux et bien plus animés que quelques minutes auparavant scruter ce visage rassurant.


CODAGE PAR AMATIS

_________________


☽☽ Now all I need is someone to save me 'cause I am going down. And what I need is someone to save me 'cause I am going down, all the way down.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Administrateur

Identity Card
Pseudo : gavroche Messages : 47 depuis le : 17/06/2018 Avatar : Cillian Murphy Points : 320 A Reykjavik depuis : 10 ans Âge du perso : 36 ans Emploi/études : Chef cuisinier

MessageSujet: Re: Purpose found | Aodhan   12.08.18 0:01
Il en sait plus ? C’est possible. Le contact s’est effrité avec les années et les risques d’être surveillé, mais même lui avait constaté qu’il n’avait presque plus de nouvelle des Ianaiev. Même lui avait eu le temps de comprendre que quelque chose de louche était arrivé. Les rumeurs étaient allées bon train, dans le milieu. Tous en prison. Tous assassinés. Tous entretués. Quelque part, il n’en avait pas eu grand-chose à faire. Il s’était inquiété momentanément pour les affaires de l’IRA, avant de constater qu’ils étaient retombés sur leurs pieds, que le contact infime suffisait toujours. Il s’était surtout inquiété pour elle, en fait. Sans poser de questions pour ne pas se mettre en danger. Pour ne pas la mettre en danger. Et quelque part, la revoir ce soir le confortait dans l’idée qu’il avait bien fait. Que ça n’aurait servi qu’à mettre le projecteur sur elle, si lui, surveillé, s’était renseigné. Même si c’était une enfant. Parce que parfois, un nom fait tout. Au moins, elle était en vie. C’est tout ce qui comptait.

« Je suis … désolé ? » Il ne savait pas vraiment. Devrait-il l’être ? Etait-elle triste ? Elle en avait l’air, un peu. Peut être pas assez, mais un peu. C’est un drame, après tout. Quelque chose bon à traumatiser n’importe qui. Pourtant il a plus facilement saisi la colère au nom d’Aleks que la tristesse à la mention de ses parents. Etrange. Comme quoi enfermer quelqu’un dans une cage ne fait pas tout. « De ce que je sais, le père d’Aleksy bidouille encore un peu. On a un lien avec lui, pour les affaires. Tout le reste c’est juste des bruits de couloir. J’étais même pas sûr qu’ils soient morts. Ou que vous soyez en vie, avant de voir Aleks de loin. Et toi maintenant. » A son tour, ses épaules se haussent. Le drame est peut être devenu normal, dans leurs vies. Peut être qu’à trop le créer, on s’y habitue, et on y vit.

Puis l’acidité qui sort de sa voix le sort de ses pensées, alors que ses yeux sont déjà perdus sur des néons, et un sourire amusé vient flotter sur ses lèvres. Certaines personnes, hein ? Peut être qu’il n’était pas le seul à avoir du mal à se faire à la présence du blond. Décidément, ce type n’était pas très doué pour se faire des amis, même dans sa propre famille. « Oh. Je vois. » Il sait comme elle que ce n’est pas le bon endroit pour parler de ça. Que n’importe qui pourrait entendre. Qu’ils doivent déjà paraître suffisamment étranges, avec le russe et l’irlandais de leurs accents, au milieu de la foule d’islandais. Qu’ils se font déjà suffisamment remarquer, et que si elle doit avoir l’habitude, lui est loin de l’avoir. Alors il propose, sans grand espoir, de s’abriter loin des regards. Il sourit un peu, un petit peu, parce qu’il a oublié comment faire plus, quand elle accepte.

Ses yeux regardent le fond de sa tasse à la recherche de la moindre tâche suspecte alors qu’il laisse la chaleur du chocolat se propager dans ses mains, quelques secondes, avant que la voix de la blonde ne résonne à nouveau dans la pièce et qu’un petit rire ne s’échappe de sa gorge à lui. « Oui voilà. J’en avais marre de la pluie chez moi, je me suis dit que la neige, ça faisait quand même de plus jolis paysages. » Ses iris rencontrent les siens, et il s’adoucit un peu plus en essayant de lui rendre son sourire bien trop naturel, sans grand succès. « Non, je suis un membre de l’IRA, on avait des ententes avec les Ianaiev pour nos armes, et c’est moi qui m’occupait de la liaison. Quand une de nos missions a mal tourné, on s’est tous dispersés, et j’en ai profité pour aller prévenir nos associés. Donc ton oncle. C’est là que je t’ai vue. » Dans sa tour d’ivoire. Il fait tourner sa tasse entre ses doigts comme un tic, pour répartir la chaleur équitablement. « Je suis resté un peu parce que j’étais fatigué, et quand je suis reparti, je me suis rendu compte que j’étais toujours recherché, alors je suis venu m’enterrer ici. Personne ne fouine à Reykjavik, tu dois être bien placée pour le savoir. »

Une gorgée, et la chaleur l’embrasse déjà. Oui, ils sont probablement en sécurité, ici. La propreté de l’endroit laisse à désirer, mais personne ne semble être capable de les entendre. « C’est pour ça que vous êtes là, non ? Sûrement pas pour monter un empire du crime. » Pas dans cette ville bien trop sécurisée, bien trop surveillé. Même lui a déjà du mal à prendre contact avec l’extérieur, et il n’est pourtant pas si loin que ça. Alors la Sibérie … « C’est Aleksy, qui te mène la vie dure, hein ? J’ai toujours dit qu’il avait une tête à claque, ce gosse. » Enfin presque. Peut être pas quand il était trop petit pour tout ça. Mais maintenant, sans hésitation aucune.
(c) AMIANTE

_________________
sing, goddess, of the rage of Achilles
they turned him into a weapon and told him to find peace. ▬ puisqu'ici il n'y a qu'au combat qu'on est libres, de ton triste sommeil je t'en prie libère-toi. dans ce triste pays tu sais un jour ou l'autre faudra tuer le père, faire entendre ta voix. - s
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t311-inna-for-the-laws-that-i-

Identity Card
Pseudo : Bouu. Messages : 192 depuis le : 10/05/2018 Avatar : Taylor Momsen Points : 577 A Reykjavik depuis : Fin novembre 2017 Âge du perso : 25 ans Emploi/études : Serveuse dans un fast food, modèle photo à ses heures perdues, trempe dans le trafic de drogue

MessageSujet: Re: Purpose found | Aodhan   Aujourd'hui à 7:47
Purpose found



Il est désolé. Il n’a aucune raison de l’être vraiment et puis, ses excuses sonnent plus comme une question dans tous les cas. Comme si lui non plus n’était pas certain que ce soient les mots les plus appropriés à la situation. Comme s’il n’était pas certain de mon chagrin. Cela fait bien longtemps que j’ai compris que mes émotions ont un sacré problème, que je ne suis pas capable de ressentir les choses comme une personne normale. Alors la mort du mes parents, je la vis beaucoup mieux que mes frère. Peut-être un peu trop bien. « Ne soit pas désolé. Après tout, ce n’est pas une fin si étonnante. » Je hausse les épaules en silence avant de le suivre jusqu’à un petit café encore ouvert à cette heure pourtant avancée. Ce n’est pas le meilleur de la ville, mais c’est bien mieux que de rester à discuter de tous ces sujets sensibles aux yeux et aux oreilles de tout le monde. Il semble vouloir continuer cette conversation et je dois bien avouer que moi aussi. Peut-être qu’il a des anecdotes intéressantes à partager. Peut-être simplement qu’il a des choses à m’apprendre, des conseils que l’expérience lui a transmise.

Je lève les yeux sur lui lorsque nous nous asseyons enfin à la petite table, nos tasses dans les mains. Je suis bien curieuse au sujet du britannique. Il en sait beaucoup trop sur moi et ma famille tandis que je ne sais absolument rien sur lui. Cela commence à être une habitude, ne rien savoir sur rien ni personne. Lorsqu’il parle enfin, je l’écoute avec toute l’attention du monde, me concentrant sur chacune de ses paroles. J’ai l’impression que tout est susceptible d’être une information cruciale, une étape supplémentaire pour comprendre les méandres de l’empire familial. « C’est quand même un comble, tu ne trouves pas ? Pour des gens comme nous, de venir s’enterrer dans le pays avec un des plus faible taux de criminalité. » Je souris sans réel humour avant de prendre une gorgée de mon chocolat chaud, laissant un silence planer entre nous alors que je prends la mesure de ce que vient de me dire Aodhan. « Tu fais quoi de la vie maintenant ? Je suppose que tu n’as plus aucun lien avec les armes. » Je garde mon ton bas et discret. Il n’y a plus grand monde dans le petit café mais je ne veux attirer aucune attention sur nous. Surtout quand j’ai encore de la marchandise sur moi.

Je souffle doucement sur le liquide brûlant, relevant les yeux vers l’homme en face de moi lorsqu’il reprend la parole. « Pour être honnête, c’est Anton qui a choisi de venir ici, pas moi. Je suppose qu’il se doutait que personne ne nous rechercherait ici. » Je hoche la tête en plongeant mes yeux dans les siens. Nous avons une certaine histoire commune finalement. Tous les deux finissant dans cette capitale pour garder profil bas. « Je pensais qu’il allait arrêter le trafic en venant ici. Profiter de cette nouvelle vie pour faire quelque chose de plus légal, ne pas attirer l’attention sur nous. Au lieu de ça, il m’a entraîné avec lui. » Je rigole doucement, ne regrettant pas réellement ce choix. Peut-être un peu. Pas vraiment. C’est toujours mieux que de rester enfermée chez moi, ignorante de tout.

Je sens mes muscles se tendre et un éclair de rage traverser mes iris lorsque Aodhan mentionne Aleksy. Une tête à claque ? Il est bien plus que cela. « Tu le connais bien ? » Rencontrer quelqu’un qui ne semble pas apprécier le blond, voilà de quoi remonter mon moral. Je ne peux pas en parler à mon frère, il semblerait qu’il soit son fan numéro un pour une raison que j’ignore. « Ce type, je... J’ai envie de l’envoyer loin d’ici, loin de moi. Il n’y a rien de bien chez lui. » Je soupire avant de reprendre quelques gorgées de mon chocolat chaud pour tenter de me calmer. Ce n’est pas le moment de faire une scène devant quelqu’un que je viens à peine de rencontrer. Enfin, de rencontrer à nouveau. « Il veut tout pour lui. Il me vole mes clients un par un pour que j’accepte de bosser pour lui. Et le pire dans tout ça, c’est que je ne vais pas avoir d’autre choix que d’accepter pour survivre. » Je baisse les yeux, un peu honteuse de ne pas avoir pu être assez forte pour faire mon petit bonhomme de chemin toute seule. « Donc si un jour l’envie te prend de vraiment lui mettre une claque, surtout hésite pas. De ma part. » Un petit rire m’échappe alors que je baisse de nouveau les yeux sur ma boisson.


CODAGE PAR AMATIS

_________________


☽☽ Now all I need is someone to save me 'cause I am going down. And what I need is someone to save me 'cause I am going down, all the way down.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Identity Card

MessageSujet: Re: Purpose found | Aodhan   
Revenir en haut Aller en bas
 
Purpose found | Aodhan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 06. you found me lying on the floor
» « Now I've finally found someone to stand by me. » Albus&Nara - terminé.
» RGSS-RTP Standard not found
» Happiness can be found, even in the darkest of times, if one only remembers to turn on the light.[terminé]
» We've found a kind of paradise, in a flowers bloom [Haramu] [ABANDONNE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Walk on Ice ::  :: The City-
Sauter vers: