Nouveautés
Mise à jour n°3 - Le forum s'est refait une beauté !
Merci à Sunrise pour cette superbe nouvelle version
Toutes les nouveautés.
Recrutement - Athena rejoint le staff en tant que modératrice !

Partagez | 

 Breakfast talk | Elì


Only the Icelanders can Walk on Ice.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t85-fenrir-they-don-t-need-to-

Identity Card
Pseudo : Bouu. Messages : 547 depuis le : 19/04/2018 Avatar : Grant Gustin Points : 1721 A Reykjavik depuis : L'été 2013 Âge du perso : 24 ans Emploi/études : Journaliste pour un journal local et tient un blog sur le paranormal

MessageSujet: Breakfast talk | Elì   19.07.18 9:16
Breakfast talk




Il y a bien ce bruit qui me sort plus ou moins de ma torpeur au beau milieu de la nuit auquel je n’accord sûrement pas l’attention que j’aurai dû. Mon téléphone qui m’indique que j’ai reçu un message, ou plusieurs, après avoir oublié de le mettre sur vibreur. Un petit grognement m’échappe et je me contente d’enfouir un peu plus mon visage dans le cou de mon petit ami et de resserrer un peu plus mes bras autour de lui. Avant même de trouver le courage de regarder qui peut bien m’écrire à cette heure ci, j’ai regagné le monde des rêves. Ce n’est que le lendemain matin, en me réveillant dans un lit vide, que j’attrape enfin mon téléphone. Sören est parti tôt ce matin, allant voir sa sœur très certainement pour encore faire les cents coups avec elle. Il n’y a aucun intérêt pour moi à traîner dans le lit plus longtemps s’il n’est pas là et c’est avec une moue un peu triste que je me lève finalement. Un message d’Elì. À quatre heures du matin. Encore. Ce garçon ne dort jamais, tournant au café jour et nuit. Depuis que je le connais, pas si longtemps que cela pour être honnête, je suis presque certain qu’il n’a pas dû faire une seule nuit de plus de huit heures. Et oui, pour quelqu’un qui aime dormir dix heures par nuit comme moi, c’est inconcevable. Et je m’inquiètes pour lui. Je m’empresse de lui répondre, l’invitant à venir prendre le petit déjeuner chez moi. Je sais qu’il n’habite pas très loin et j’ai envie de voir ce qui le tracasse en ce moment. Parce qu’il y a forcément quelque chose, je peux le sentir.

Un simple passage de doigts dans mes cheveux pour tenter de paraître plus coiffé, et plus réveillé, fera l’affaire. Je m’empresse d’enfiler un teeshirt, qui part le plus grand des hasards se trouve être celui de Sören, l’odeur familière faisant naître un grand sourire sur mes lèvres, avant de me diriger vers la cuisine. J’en profite pour nourrir Okami et faire une pause câlin avec elle. Je n’ai jamais vu un chien autant en demande d’affection et je dois bien avouer que sa petite tête me fait craquer à chaque fois. Je m’attaque ensuite aux toasts, au bacon et aux œufs brouillés. Je sors beurre, confiture et tout que ce qui traîne dans les placards et qui est comestible. Sans oublier le café bien sûr, parce que c’est d’Elì dont on parle. Et je ne pense pas que qu’il est déjà pris un petit déjeuner sans café. Enfin, lorsqu’il prend le temps de prendre un petit déjeuner du moins. J’ai vraiment envie de le mettre à l’aise et de m’assurer que tout va bien pour lui. Quoi de mieux qu’un samedi matin pour faire cela. Quand j’entends la sonnette de la porte retentir, je m’empresse d’aller ouvrir la porte avec un grand sourire. « Salut Elì ! » Je le prends rapidement dans mes bras avant de m’écarter pour le laisser entrer. « Je me suis dis que ça faisait un petit moment qu’on avait pas vraiment eu l’occasion de se poser et de parler toi et moi. Et quoi de mieux pour ça qu’un petit déjeuner ? Fais comme chez toi ! » Je me dirige vers le bar qui sépare le salon de notre cuisine, servant une tasse du breuvage sombre et amer pour mon ami avant de faire de même pour moi.



CODAGE PAR AMATIS

_________________

CADENCE OF MY HEART
Lies above, so below. Free will is all I care to know. We praise the world to pave the way to our graves, to our graves. The only path that I'll walk down is the one my heart lives, one my heart lives.


Dernière édition par Fenrir Úlrikson le 02.08.18 18:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Identity Card
Pseudo : Miyu Messages : 92 depuis le : 19/06/2018 Avatar : Martin Garrix Points : 206 A Reykjavik depuis : Toujours ~ Âge du perso : 25 as Emploi/études : Avocat

MessageSujet: Re: Breakfast talk | Elì   26.07.18 6:09
Breakfast Talk
Yeah, I'll be good, I'll be good. For all of the times that I never could. ••• Les messages envoyés à Esekiel, Verde et Fenrir clignotent un moment devant ses yeux, avant qu’il ne lâche son téléphone, celui-ci tombant sur son lit. Sa gorge se noue lentement, alors qu’il glisse ses mains dans ses cheveux sombres, agrippant quelques mèches entre ces doigts alors qu’il se retourne dans son lit pour revenir ramener ses jambes contre son torse. La marque rougeâtre sur sa joue parait toujours, souvenir de cette après-midi où Aodhan et lui ce sont encore crier dessus. Un crie de trop, un coup partit. Avec le temps, Elì devrait être habitué. Et s’il ne lâche pas l’affaire, c’est parce que, au fond de lui, il a finit par apprécier Aodhan : Oh c’est un criminel, un homme froid ayant déjà du sang sur les mains. Mais Elì a aussi apprit à le connaitre, aux dépends de l’homme, à connaitre ce qui fait de lui désormais la personne qu’il est. Et d’une certaine façon, il veux le sauver : Et il sait que ce n’est pas en l’envoyant en prison que cela va l’aider. De tout façon, il n’aurait rien pour l’envoyer en prison. Cet homme est doué pour cacher ces crimes : Toujours suspectés, jamais emprisonné. Mais Elì a apprit à l’apprécier, et c’est l’un des clients qu’il veux le moins laissé tombé.

Et même si à première vue, nous pourrions croire que c’est cette marque rouge qui le fait pleurer, ce n’est pas ça.  C’est autre chose, de bien plus lointain et profond. Qui a laissé une marque bien plus… forte. Il est 4h du matin, et ces pensées le rattrapent au galop. Il se sent incapable. Incapable. Cette peur de l’échec, cette peur horrible et tenace de tomber dans l’échec le reprend comme souvent à chaque mois. Chaque fois que le doute le prend, la peur de l’échec embarque, brulant son corps de sa présence, pourrissant ses pensées. L’empêchant de dormir, encore plus que d’habitude. Cette peur revient de loin : Elle revient de ce qu’il a fait à sa mère, à sa sœur. Elì ne veut plus jamais vivre un échec, il ne veut plus jamais faire souffrir les autres par sa présence. Il a honte de ce qu’il a fait dans le penser, honte de ce qu’il a fait à sa mère, à sa sœur. Il a honte de ce qu’il a été. Cette peur de l’échec est liée à cette honte qu’il a de lui-même, de ce qu’il a fait.

Le jeune avocat ne sait même plus vers quelle heure il s’est endormit, sa main tendue vers son téléphone. Il ne sait même pas s’il a vraiment dormit tant ses pensées lui étaient troubles. Il se rappel juste de s’être levé vers 8h le lendemain matin, regardant le message laissé par son ami, Fenrir. Un sourire se glisse vers ces lèvres, le premier depuis hier. Fenrir. Autant Elì a vécu avec Athena et Esekiel et les deux ont donc toujours su un peu tout ce qui lui arrivait, autant avec Verde, sa relation est de plus en plus unique et intense qu’il se confie facilement à lui… Autant avec Fenrir, c’est le premier ami qu’il a envie de se confier. Qu’il a envie de parler. Fenrir est le premier à tout savoir de Elì car l’avocat a fait le choix de ce confier : Ils n’ont pas grandit ensemble, n’ont pas vécu ensemble. Elì se confie, car c’est ce qu’il veut. Il a fait le choix de tout dire à Fen’. C’est la première fois que Elì vit ce genre de relation, et sincèrement, il n’aurait pu avoir mieux que Fenrir pour remplir ce rôle. Il l’aime tellement. C’est un peu comme son grand frère, malgré leurs âges. C’est pourquoi il ne décline aucunement l’offre, allant rapidement s’habiller et se faire une toilette avant de se diriger vers l’appartement de Fenrir et Sören.

Arrivé devant la porte, le jeune avocat toqua, et sourit immédiatement quand Fenrir vient l’ouvrir, passant la porte en prenant son ami dans ces bras. « Je suis bien d’accord! Merci beaucoup pour l’invitation, Fenrir… », dit Elì sincèrement, le regard brillant. Sa joue doit encore être rouge, mais au moins, elle ne l’est pas autant que hier. Il retire ses souliers et suit son ami dans la cuisine. « Sören n’est pas là? Oh et … En passant, très beau tee-shirt, Fen. Je ne savais pas qu’il était à toi? J’aurais juré que la dernière fois, c’était Sören qui le portait. », dit l’avocat en gloussant de rire, le regard brillant de malice. Parce que après tout, personne ne peut cacher quelque chose à un avocat. Il prit sa tasse de café en remerciant le journaliste, portant ses lèvres à la tasse. Le café vient le réchauffer, le faisant soupirer de bien être. Il se laissa lentement tomber sur une des chaises présente, glissant sa main dans le pelage de Okami en souriant, attendrit. « Désolé de t’avoir écrit vers 4h du matin. Je ne voulais pas déranger ton sommeil… » Il garde le silence un moment, buvant son café avant de lever les yeux vers Fenrir, souriant lentement. « Je n’arrivais pas à trouver le sommeil, pour changer. »
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t85-fenrir-they-don-t-need-to-

Identity Card
Pseudo : Bouu. Messages : 547 depuis le : 19/04/2018 Avatar : Grant Gustin Points : 1721 A Reykjavik depuis : L'été 2013 Âge du perso : 24 ans Emploi/études : Journaliste pour un journal local et tient un blog sur le paranormal

MessageSujet: Re: Breakfast talk | Elì   28.07.18 11:49
Breakfast talk




Je m’inquiètes toujours pour Elì, peut-être trop même. Je m’inquiète de le voir si souvent préoccupé par quelque chose qu’il en perd le sommeil. Je m’inquiète de le voir tellement plongé dans son travail qu’il en oublie presque sa vie et son bien-être. Je m’inquiète comme un grand frère s'inquiéterait pour son petit frère. Ironique quand on sait qu’il a un an de plus que moi. J’ai toujours été le plus jeune de la famille, je n’ai jamais eu personne à protéger comme je le ferais avec quelqu’un qui pourrait partager mon sang. Jamais avant qu’Elì ne croise mon chemin. Et ce matin, après ce message reçu au milieu de la nuit, mon inquiétude est revenue en grande force, prêt à tout pour comprendre ce qui tracasse mon ami. C’est donc avec un grand sourire, un câlin et un petit déjeuner de luxe que je l’accueille dans l’appartement. C’est seulement en fermant la porte, mes yeux se posant instinctivement sur le jeune avocat, que je remarque la première chose anormale. Cette marque rouge sur sa joue. « Tu t’es fait mal ? Qu’est-ce qu’il s’est passé ? » Je fronce les sourcils alors que j’effleure du bout des doigts l’hématome sur sa joue, comme pour prendre la pleine mesure de la blessure. « C’est douloureux ? Tu veux que j’aille te chercher de la glace ? » Je pose un regard soucieux sur lui, peu rassuré de le voir blessé même si cela ne semble pas trop grave.

Une fois mes craintes apaisées, je me dirige vers la cuisine ouverte, prêt à servir les cafés, Elì sur mes talons. « Non, Sören est pas là, il est parti voir sa sœur. » Mon sourire se fige quelque peu en entendant ses prochaines paroles et je sens presque immédiatement mes joues s’empourprer, témoignant d’une gêne que j’essaie de repousser. Pris la main de le sac. Quelle idée d’avoir un pote avocat ! Je jette un coup d’œil à ce traître de teeshirt, passant rapidement une main gênée dans mes cheveux. « Oh euh... Non, j’ai dû prendre le sien sans faire exprès ou quelque chose comme ça... Bref, tu veux du sucre ou du lait avec ton café ? » J’ai sûrement déjà dû faire plus subtil comme changement de sujet mais peu importe. Je nous sers rapidement une tasse du liquide brûlant avant de m’asseoir sur la chaise à côté de lui. « Mange Elì, je suis sûr que tu ne te souviens même pas de la dernière fois où tu as pris le temps de te poser et de déguster un petit déjeuner ! » Je rigole doucement avant de m’emparer d’un pancake et de la bouteille de jus d’orange.

Il est temps de me remettre en quête de ma première mission. Comprendre ce qui le tracasse. « Non ne t’excuse pas, c’est moi qui suis désolé de pas avoir répondu avant. » Je soupire, un peu coupable de m’être si lamentablement rendormi avant de m’être assuré que mon ami allait bien. Je l’observe quelques secondes, me demandant s’il va accepter de s’ouvrir à moi aujourd’hui. « Pourquoi tu n’arrivais pas à dormir ? Encore un client ? Ou alors, tu as quelque chose de plus personnel qui te prends la tête ? » Je lui lance un coup d’œil qui veut tout dire. Qui veut dire « je sais que quelque chose t’empêche de trouver le repos, tu ne sortiras pas d’ici avant d’avoir craché le morceau ».



CODAGE PAR AMATIS

_________________

CADENCE OF MY HEART
Lies above, so below. Free will is all I care to know. We praise the world to pave the way to our graves, to our graves. The only path that I'll walk down is the one my heart lives, one my heart lives.


Dernière édition par Fenrir Úlrikson le 02.08.18 18:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Identity Card
Pseudo : Miyu Messages : 92 depuis le : 19/06/2018 Avatar : Martin Garrix Points : 206 A Reykjavik depuis : Toujours ~ Âge du perso : 25 as Emploi/études : Avocat

MessageSujet: Re: Breakfast talk | Elì   30.07.18 7:15
Breakfast Talk
Yeah, I'll be good, I'll be good. For all of the times that I never could. ••• La relation entre Elì et Fenrir s’est presque fait automatiquement, comme si les deux jeunes étaient fait pour s’entendre, pour s’entendre tellement bien qu’Elì viendrait à se confier à lui comme s’il était devenu un livre ouvert. Ce qu’il n’était pourtant aucunement. Il n’était habituellement tout, sauf ça. Athena et Esekiel devait tout faire pour le faire parler et, si ce n’était pas du fait qu’ils avaient grandit ensemble, sans doute qu’ils n’en connaitraient pas autant sur lui. Verde et Fenrir étaient les seules personnes que Elì avait toujours fait le choix de se confier. Que tout ce qui leur disait, c’est parce qu’il avait ENVIE de leur dire. Fenrir, c’était une confiance absolue, et aveugle même, à cet homme qui arrivait à rassurer ces craintes mieux que quiconque. Comme un grand frère. Verde, c’était… c’était si différent. Verde, c’était la douceur de sa voix, ses mains contre les siennes, la timidité sur son visage, son rire très bas… Verde, c’était toute cette sensation de bien être quand il était avec lui qui le poussait à tout lui dire. Et ce besoin ardent de le mettre en garde et de le protéger. Pour ne jamais qu’il le perd. Et encore une fois, cette fois-là, c’est la douceur de Fenrir qui le fait lever les yeux vers son ami. Le journalisme a toujours été si doux avec lui. Il ferme les yeux un peu au contact de ces doigts sur sa joue, secouant la tête. « Non, la douleur n’est presque plus depuis hier. Merci, Fen’… », murmura Elì, avant de s’expliquer. « Disons que hier, sans entré dans les détails car je ne peux pas parler de mes dossiers, un de mes clients n’a pas aimé ce que je lui ai dis. Et voilà la conséquence. Ce n’est rien, d’ici deux jours, ça va avoir disparut. Ça fait mal sur le coup, mais je n’en garderais aucune séquelle. »

Allant dans la cuisine avec son ami, il s’installa sur la chaise, après avoir bien salué Okami comme il se doit. Prenant sa tasse entre ces doigts, il hocha de la tête. D’un certain côté, cela le rassurer que le colocataire de son ami ne soit pas là. Il appréciait Sören, mais pas assez pour confier ces plus grandes peines devant lui. Ce n’était pas contre lui, mais disons que leur passé scolaire l’empêché de lui faire une pleine confiance. Le liquide chaud lui réchauffe la gorge, alors qu’il soupire de bien être. « Fenrir. Est-ce que tu essayes vraiment de mentir à un avocat? », murmura le jeune homme en souriant. « Je ne prend rien avec mon café, et tu le sais. », rajouta-t-il. « Bref, ta vie amoureuse ne concerne que toi. Je ne m’en mêlerais pas, ne t’en fait pas. À moins que ce soit Sören qui ne veut pas quelqu’un s’en mêle. Qu’importe. Tant que tu es heureux, je suis heureux pour toi aussi. Et en voir par ton sourire, tu l’es. », dit Elì en souriant tendrement. Trop observateur, mais surtout, il savait beaucoup de chose. En tant qu’avocat, comprendre les gens, les analyser, les observer, ça faisait partit de son habitude. Habitude qui pouvait vite devenir malsaine quand cela touchait de trop proche la vie privée d’un avocat, venant toucher ces relations avec ces amis. Elì savait très bien qu’il avait cette manie de trop observer les gens et que cela énervait ces amis qui désiré un certain espace. Il essayait de travailler ce défaut, mais ce n’était pas simple quand ton métier concernait justement l’observation. « Je… Oui, bon, tu n’as pas tort. », soupira l’avocat en posant lentement sa tasse, commençant à manger un peu, même s’il la faim n’était pas présente. Le rire de Fenrir le fait sourire, riant à son tour.

« Tu ne pouvais pas répondre à 4h du matin, Fenrir. À 4h du matin, les gens normaux dorment. », dit Elì en riant. Il secoua la tête, avant que son regard ne s’assombrisse un peu à la question du journalisme. Car il ne peut lui mentir. « Non, ce n’était pas un client… », murmura Elì en secouant la tête, avant de venir porter son café à ses lèvres. Il a honte. Honte de parler de ce qu’il était avant. Honte de ce qu’il était… Honte de lui-même. « J’ai honte, Fen’. J’ai honte de mon passé et de ce que j’ai été… de ce que j’ai fais. » dit lentement l’avocat en regardant devant lui. « Je… La dernière fois, je t’avais parlé de ma peur du feu, tu te souviens? L’incendie, chez moi… » Il prit une grande respiration. « Mais je t’ai pas tout raconté. Et… » Merde. Il ne sait pas par où commencer. Il a jamais parlé de lui. Il n’a jamais eu besoin de parler de ça. Il n’a jamais… « Je sais pas par où commencer Fen’… », dit Elì en sentant lentement sa voix tremblé. Non, il ne sait pas… Il ne sait rien…

©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t85-fenrir-they-don-t-need-to-

Identity Card
Pseudo : Bouu. Messages : 547 depuis le : 19/04/2018 Avatar : Grant Gustin Points : 1721 A Reykjavik depuis : L'été 2013 Âge du perso : 24 ans Emploi/études : Journaliste pour un journal local et tient un blog sur le paranormal

MessageSujet: Re: Breakfast talk | Elì   31.07.18 6:43
Breakfast talk




Un long soupir quitte mes lèvres quand mon ami m’explique l’origine de cette marque rouge sur sa joue. Je n’aime pas cette situation. Pas du tout. « Elì... Tu laisses déjà tes clients te voler ton sommeil, les laisse pas non plus te faire mal physiquement. C’est pas normal, tu devrais pas avoir à encaisser ça. » Je sais bien que c’est sûrement plus complexe comme histoire, que l’avocat ne peut pas tout me dire et ne peut pas vraiment m’en parler. Parce qu’il y a le secret professionnel, parce qu’il y a des choses que je ne pourrai sûrement jamais comprendre. Cela ne m’empêchera pas de m’inquiéter pour lui et de toujours être là quand les choses deviendront trop lourdes à supporter pour son esprit torturé. Comme aujourd’hui. Alors je peux au moins lui offrir ce petit déjeuner et une compagnie attentive et compréhensive.

Je ne peux empêcher le rouge d’affluer dans mes joues quand Elì repère bien trop vite que le teeshirt que je porte n’est pas le mien. Et même si j’essaie de le cacher du mieux que je puisse, cette trahison de la chaleur dans mon visage est sûrement la plus grand preuve qu’il a raison. Ses paroles tendres m’arrachent un sourire sincère et je n’essaie même plus de nier les faits. Parce qu’Elì a raison et qu’il le sait, et parce que tenter de le contredire serait le prendre pour un idiot. Ce qu’il est loin d’être. « Merci. Et oui, je suis heureux, mais assez parlé de moi. » Je prends place à ses côtés, attrapant au passage quelques petites choses à manger et commençant à aborder le sujet des insomnies de mon ami.

Pas un client. Je m’en doutais et en même temps, cela ne fait que grandir l’inquiétude que je ressens pour l’homme à côté de moi. Parce qu’en plus de son travail qu’il doit gérer, le voilà à devoir également s’occuper de troubles plus personnels. Mon cœur se serre quand sa voix troublée et inquiète s’élève entre nous, presque comme une preuve de la panique naissante en lui. « Calme-toi Elì, ça va aller. » Ma ton est calme, comme pour contrer l’inquiétude que je sens naître dans le sien. Je me tourne sur mon siège pour lui faire face avant de gentiment poser une main sur la sienne, comme pour le rassurer. Lui faire comprendre qu’il n’y a aucune raison d’avoir peur de me dire quoi que se soit. « Tu sais que tu peux tout me dire, je suis là pour t’écouter. Pour t’aider si je peux. » Je lui souris sincèrement et tendrement, mes yeux ancrés dans les siens. « Commence par où tu te sens le plus à l’aise, par ce qui te vient naturellement à l’esprit. Ça va aller. J’ai tout mon temps. » Je hoche la tête pour le convaincre qu’il n’y a aucune raison de paniquer.



CODAGE PAR AMATIS

_________________

CADENCE OF MY HEART
Lies above, so below. Free will is all I care to know. We praise the world to pave the way to our graves, to our graves. The only path that I'll walk down is the one my heart lives, one my heart lives.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Identity Card
Pseudo : Miyu Messages : 92 depuis le : 19/06/2018 Avatar : Martin Garrix Points : 206 A Reykjavik depuis : Toujours ~ Âge du perso : 25 as Emploi/études : Avocat

MessageSujet: Re: Breakfast talk | Elì   09.08.18 1:26
Breakfast Talk
Yeah, I'll be good, I'll be good. For all of the times that I never could. ••• Il ne devrait pas, mais il le doit pour Aodhan. Il refuse de le laisser tomber, pas maintenant. Jamais, même. Il ne veut jamais le laisser tomber. Il veut combattre pour lui et le sauver, car il sent qu’il y a toujours quelque chose à sauver chez ce criminel. Que Aodhan n’est pas destiné à finir sa vie derrière des barreaux. Il est destiné à mieux. Il le sent, au fond de lui. Il a envie de tout dire à Fenrir, de lui expliquer la vérité, mais ces mots restent coincé. Car il ne peut pas. Il n’a aucun droit de parler de lui. Elì n’a aucun droit de parler de ce qu’il sait, de ce que Aodhan lui a révélé. Il doit juste encaisser, même si cela fait en sorte qu’il se retrouve blessé. Même si cela finit par le détruire. « Je sais, mais je te promet que je fais attention. Ce n’est pas normal, mais ce client n’est pas normal, Fen… J’aimerais t’en dire plus, mais le secret professionnel m’interdit d’en dire plus. » Il soupira lentement, haussant les épaules avant d’aller s’assoir avec son ami. La conversation finit par changer de sens, se retrouvant à toucher le couple de Fenrir.

Le jeune avocat ne peut s’empêcher de rire en voyant les joues rougies de son ami, et il secoue la tête pour essayer de cacher le rire qui le prend. Il ne réussit pas, et Elì rit pendant un moment, alors qu’il pose sa main sur son visage. « Je voie, je voie! Alors c’est tant mieux, pour tout le monde! Si Sören te fait du mal, je me ferais une joie d’aller lui parler. » Elì ne frappe pas, il n’use jamais de violence, mais ces mots sont bien plus fort que n’importe quel autre coup qu’il pourrait faire. Mais comme Fenrir le dit si bien, il fallait changer de sujet et l’avocat savait très bien quel sujet allait être mit sur la table. Son insomnie.

Son regard glisse vers le journaliste, sa voix se brise, la panique monte, alors que Fenrir vient rapidement s’approcher de lui. Sa main se pose sur le sienne, et le regard de Elì se pose dans celui de Fenrir, son meilleur ami, son frère, son protecteur. Sa voix est calme, et elle vient lentement apaiser les craintes montant chez l’avocat. Celui-ci ferme les yeux un moment, prend une grande respiration, avant d’essaye de détendre ses muscles comprimés. « D’accord… je vais essayer de commencer par le début… Dit moi, si je te perds… C’est la première fois que je… je me confie… », murmura lentement l’avocat. Il garde le silence un moment, cherche ces mots. « J’ai… Je suis né dans une famille aimante, et j’ai toujours eu beaucoup de respect pour ma famille. Ma mère et mon père étaient tous pour moi. Mon père a toujours été très… indulgent avec moi, mais jamais méchant. Oh jamais! Il était même l’homme le plus protecteur que tu peux rencontrer. Il voulait que j’aille un bon futur et me poussait donc à réfléchir à mon futur travail bien tôt dans ma vie. Déjà à 15 ans pour te donner une idée, je savais ce que j’allais faire. Mon père voulait que j’aille une bonne vie. », dit Elì en souriant. « Mais… J’avais 9 ans quand mes parents ont décidé d’un commun accord de se séparé. Les disputes fusaient depuis un moment et ma mère voyait un autre homme. Ça m’a complètement détruit et… J’en ai longtemps voulu à ma mère de nous avoir fait ça. Je suis donc gardé… je suis resté très proche de mon père durant cette période là. J’ai… » Il ferma les yeux, tremblant, avant de sentir les larmes lui monté aux yeux. « j’ai tellement honte, Fen… J’ai tellement honte. Pendant un moment, j’ai détesté ma propre mère. J’ai tellement… je me déteste tellement… » Il posa ses mains sur ses yeux, sanglotant silencieusement. « Quand ma mère tomba enceinte, ce fut le coup fatal. Je me sentais trahit…! »


©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t85-fenrir-they-don-t-need-to-

Identity Card
Pseudo : Bouu. Messages : 547 depuis le : 19/04/2018 Avatar : Grant Gustin Points : 1721 A Reykjavik depuis : L'été 2013 Âge du perso : 24 ans Emploi/études : Journaliste pour un journal local et tient un blog sur le paranormal

MessageSujet: Re: Breakfast talk | Elì   11.08.18 11:10
Breakfast talk




C’est frustrant de ne pas savoir. De ne pas pouvoir être au courant des affaires professionnelles délicates d’Elì et de ce fait, de ne pas pouvoir réellement l’aider. Je sens bien que cela n’est pas forcément facile pour lui non plus, je vois bien dans son regard la bataille intérieure qu’il mène entre vouloir s’ouvrir à moi et la retenue que lui impose son métier. Ses prochaines paroles me le confirme et je hoche doucement la tête, compréhensif. J’espère simplement qu’il ne laissera personne dépasser les limites du raisonnable avec lui, simplement sous couvert du secret professionnel. Mais je fais confiance à Elì, il sait ce qu’il fait et ce client a l’air assez important pour lui. Je n’insiste donc pas plus sur le sujet alors que nous nous installons à table, la discussion prenant une direction bien plus gênante pour moi. L’attention de l’avocat me touche cependant et je lui souris à ses mots, reconnaissant. Si je suis prêt à courir après tous ceux qui pourraient lui faire du mal, je sais qu’il ferait exactement la même chose pour moi.

Assez parlé de moi cependant, il est temps de passer aux choses sérieuses. Et si Elì a accepté de venir ici ce matin, je sais qu’il est prêt à s’ouvrir à moi sur ce qui peut bien lui prendre la tête à ce point. J’amène le sujet doucement, je ne veux surtout pas le brusquer ou le forcer à me raconter ses soucis. Qu’il accepte de me parler est déjà une très belle marque de confiance et je ne compte pas lui forcer la main. Alors quand je sens la panique monter lentement en lui, je tente comme je peux de le rassurer. De le calmer et de lui montrer qu’il n’a pas à avoir peur avec moi. Finalement, il se débloque et commence à reprendre la parole de façon plus posée. Je l’écoute en silence, un petit sourire attendri naissant sur mes lèvres quand je l’entends ainsi parler de son père. Son admiration est vraiment belle.

Ma main toujours sur la sienne, je la sers gentiment quand je sens l’émotion de mon ami au fur et à mesure de ses paroles. Un petit soupir triste quitte mes lèvres quand je plonge mes yeux dans les siens. « Elì, tu ne peux pas t’en vouloir toute ta vie pour ça. Tu avais neuf ans, c’est normal d’avoir ce genre de réaction. À cet âge là, nos parents sont certainement les personnes en qui nous faisons le plus confiance. C’est normal que tu aies ressenti cette sensation de trahison. » Je sens mon cœur se serrer en voyant les larmes dans ses yeux, doucement couler sur ses joues. Je m’empresse de lui tendre un mouchoir. « Ne te déteste pas pour ça. Personne ne peut t’en vouloir, pas même toi, tu as juste réagi comme tu l’as fait par amour pour ta mère. » Doucement je passe mes bras autour de lui pour tenter d’apaiser son chagrin. Un câlin, cela fait toujours du bien.



CODAGE PAR AMATIS

_________________

CADENCE OF MY HEART
Lies above, so below. Free will is all I care to know. We praise the world to pave the way to our graves, to our graves. The only path that I'll walk down is the one my heart lives, one my heart lives.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Identity Card

MessageSujet: Re: Breakfast talk | Elì   
Revenir en haut Aller en bas
 
Breakfast talk | Elì
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bill Clinton : Talk is Money (al konprann se piyay!)
» How to talk with me.
» Blabla Dodo / Sleep Talk
» Thranduil - Do not talk to me of dragon fire. I have faced the great serpents of the North
» « I wanna talk tonight until the mornin' light » ► Ft. Cléanthe (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Walk on Ice ::  :: Residential Area :: Appartements-
Sauter vers: