Nouveautés
Mise à jour n°4 - Quelques petites nouveautés voient le jour !
Toutes les informations.
Tumblr - Découvrez le Tumblr du forum ici.

Partagez | 

 « You're My Little Princess' » ['Thena]


Only the Icelanders can Walk on Ice.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Identity Card
Pseudo : Miyu Messages : 131 depuis le : 19/06/2018 Avatar : Martin Garrix Points : 387 A Reykjavik depuis : Toujours ~ Âge du perso : 25 as Emploi/études : Avocat My Little Prince, My Little Love.


MessageSujet: « You're My Little Princess' » ['Thena]   18.07.18 22:50
You're stuck in my head and I can't get you out of it. Quel journée, tout de même. Épuisé, le jeune avocat recula lentement sa chaise de son bureau pour venir appuyer son dos contre le dossier, rejetant la tête en arrière. Il s’entend soupirer pendant des longues secondes alors que tout son corps relâche enfin la pression retenue pendant toute la journée. Non seulement il a dû voir Aodhan aujourd’hui, c’était aussi sa première rencontre avec une nouvelle cliente au sujet de son mari qui la battait. Un dossier lourd de charge émotive, mais dont Elì était reconnaissant de pouvoir s’occuper. Cette femme méritait justice, comme tout le monde. Elle méritait que cet homme paye pour les souffrances occasionnées dans sa vie. Et dans celle de leur fils. Chaque fois qu’il avait un cas semblable à celui-ci, Elì ne pouvait que penser à la chance qu’il avait eu d’avoir ces parents. Ils s’étaient séparés, et Elì en avait longtemps souffert, par peur d’être inutile, d’être rendu le deuxième enfant que plus personne ne voulait, mais… Jamais ses parents n’avaient été violents envers lui. Jamais ils n’avaient été sur le point de lever le poing. Jamais. Ni eux, ni son beau-père. Sur ce point là, il sait qu’il avait eu une chance grandiose. Ses doigts souffraient de toute l’écriture qu’il avait tapée depuis le début de sa journée. Son esprit était épuisé par les aveux de la femme et par les critiques de Aodhan. Il était si épuisé de ces nombreuses nuits d’insomnies. Il ferma les yeux un court moment, passant ses doigts sur les marques présentes depuis désormais quelques années sur ses bras. Les marques de l’incendie où il a sauvé sa sœur. Cet incendie qui a tant détruit de choses, pour en reconstruire des nouvelles. Comme la perte d’Athena.

Le gout amer traversa ses lèvres alors que le jeune avocat se redressait dans son siège pour prendre son cellulaire, fixant un long moment le contact « Princess’ » dans ces contacts. Athena. Cela faisait des années qu’il l’aimait, des années qu’il ne pouvait pas passer à côté d’elle malgré tous ces efforts. Quand elle était partie pour ce performer dans sa danse, il avait cru pouvoir passer à autre chose. Mais elle hantait toujours ses rêves. Elle était toujours là. Il l’avait aimé plus que n’importe qui. Mais leur relation n’avait pu durer longtemps, Elì horriblement blessé de passer toujours en deuxième vis-à-vis Finn. Et désormais, Athena était revenue en ville et il n’avait toujours pas eu le courage de la contacter. Que devait-il lui dire? Que devait-il faire? Athena… Sa chevelure de feu, ses grands yeux pétillants, sa douceur et sa grace… Tout lui avait manqué d’elle. Il devait tourner la page, mais tout le ramenait toujours… À elle. Il passa ses mains sur son visage, soupirant lentement en ramenant son cellulaire dans sa poche. Il se leva. Sa journée était finit, il était l’heure de partir.

Il prit son manteau, léger vu que dehors, il faisait assez beau cette journée-là, puis il sortit lentement après avoir souhaité une bonne soirée à ses collègues. En sortant dehors, son regard s’attarda sur une jeune femme plus loin, qui semblait en confrontation avec un homme. Et vous connaissez Elì et son sens de la justice. Son côté guerrier. Son côté aussi « oh de la merde, allons voir ». Bref, son don de s’attirer des ennuis. Il tourna les talons en allant les rejoindre, et plus il s’approchait, plus il reconnaissait cette chevelure rousse. Ça ne pouvait pas vraiment être…
Mais le « CLAC » sonore qui retentit quand la demoiselle frappa la joue de l’homme lui confirma que, oui, c’était bel et bien Athena qui se tenait devant lui, devant son regard ébahit qui se transforma rapidement en rire qu’il ne pouvait retenir. Il s’approche de la scène, le rire toujours prit dans sa gorge.

« Désolé, Monsieur, mais je crois que vous vous en êtes prit à la mauvaise personne. » Le jeune avocat posa son regard sur l’homme en face de Athena, fier de voir cette joue bientôt rouge dû à la gifle de la demoiselle. Elle n’a pas changé. « Je vous prierais de bien continuer votre chemin, car je ne l’arrêterais pas si elle veux vous frapper une deuxième fois. » L’homme fixa un moment Elì, puis grogna brusquement avant de tourner les talons. Il est furieux, bien-sûr.  Elì regarda l’homme partir un moment, replaçant ses cheveux en soupirant, avant de prendre son courage à deux mains pour se tourner vers Athena. « Tu n’as pas changé. Toujours aussi forte, ‘Thena. », dit le jeune avocat en riant, venant poser avec douceur sa main sur son épaule. Il se demande ce qu’elle pense de lui, maintenant. Ce qu’il a le droit ou pas le droit de faire. Où est rendue leur amitié?
Ou même si elle l’a oublié, avec le temps…
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t97-athena-never-enough
Administratrice

Identity Card
Pseudo : Moose || Melissa Messages : 546 depuis le : 20/04/2018 Avatar : Katherine McNamara Points : 1240 A Reykjavik depuis : Toujours. Âge du perso : 25 ans Emploi/études : Ballerine reconnue

MessageSujet: Re: « You're My Little Princess' » ['Thena]   23.07.18 20:56
You're my little princess'


feat. Athena & Elí

Ça semblait être une journée typique, à première vue. Te lever, faire ton jogging matinal après un bon petit déjeuner. Allez faire quelques courses, aussi. Rien de cette journée ne sortait de l'ordinaire. Rien de cette journée ne semblait destinée à se faire exceptionnelle. Tout était du plus banale, vraiment. Quand tu avais mis les pieds en dehors de ton appartement, que tu avais barré ta porte, tu ne t'attendais pas à ce que la journée se ramasse comme elle l'était présentement.

Un être, un inconnu. Tu ne savais pas qui c'était, mais il était lourd. Du genre vraiment lourd. Pas même un fan. Heureusement, d'ailleurs, sans quoi ce serait sans doute assez problématique pour le remettre en place. Non, juste un type en pleine rue. C'est pourtant rare, en Islande. Ces gens qui agissent de la sorte en plein trottoir. Des paroles mal placées, une main aux fesses. Le genre de chose que tu n'as jamais connu à Reykjavik. La ville avait-elle changée pendant ton absence? Ça te surprendrait gravement. Les policiers se promènent toujours autant sans leurs armes, après tout. Il y a toujours ce côté d'une quelconque liberté qui y prône. Alors lui, tu ne sais pas d'où il sort. Mais en peu de temps, il te fait perdre patience et ta voix résonne. C'est dans des situations de la sorte que tu remercies le ciel de ne pas être célèbre comme une actrice de la télévision. D'être une célèbre danseuse, mais qu'encore faut-il s'intéresser à la danse pour te connaitre. Ou au minimum se faire trainer de force à un ballet pour voir ta chevelure de feu en chignon sur la scène. Parce que non seulement si tu étais célèbre comme les acteurs du grand écran, tu aurais des gardes du corps pour tes moindres allés et venus. Chose que tu aurais horreur, toi qui adore ta liberté, ta capacité de ne pas être confinée à tes gestes. Non seulement ça, tu serais également surveillée à la moindre chose. Le seul faux pas et tu ferais la une du journal. Ou d'internet, de Facebook, va savoir. Et des faux pas, tu en fais souvent. Comme celui que tu t'apprêtes à faire là, maintenant, tandis que tu lèves la voix contre l'inconnu qui se fait harcelant. Et sans même que tu ne parviennes à te contrôler, c'est un retour en enfance comme avec Bertel au lycée. Un bruit résonne, émanant de ta main qui heurte la joue. S'il y a bien une chose que tu ne tolères pas, c'est bien le harcèlement. Alors ça sort de toi, tu claques la joue fortement sous la colère qui bouille en toi. Tu n'es pourtant pas des plus violentes.
Tu n'arrives même pas à frapper cette personne que tu détestes du fond de tout ton âme. Mais il avait poussé trop loin, cet inconnu.

Ton regard est braqué sur l'étranger, prise dans cette colère, en ayant oublié les alentours pendant un instant. À force de lui gueuler d'arrêter, de te lâcher et te laisser tranquille, ça avait rapidement fermé ta vision autour de toi pour te concentrer que sur la figure en face. Sauf qu'un rire te ramène à la réalité. Tu crois au départ que c'est l'homme qui a encaissé le coup qui se met à rire. Il est peut-être fou, qui sait? Mais non. Son visage forme tout sauf un rire, se retrouvant plutôt dans une grimace de douleur, de colère. Tes sourcils se froncent un peu sous la confusion. Puis une voix. C'est une voix à tes côtés. Une voix pourtant douce, que tu reconnaitrais facilement d'ailleurs malgré les années. Certes, elle était un peu plus grave à cause de la puberté, de l'âge adulte qui avait gagné son corps. Mais tu pouvais savoir qui il était avant même que ton regard ne capte sa forme physique. Elí. Ce jeune garçon que tu as toujours voulu aimer, que tu as pourtant essayé. Sauf que ton coeur ne lui appartenait pas. Ne lui a sans doute jamais appartenu, peu importe à quel point tu avais ces sentiments envers lui. Il y avait toujours Finn qui venait se mêler à tes pensées. Tu t'en es toujours voulue. Tu aurais sans doute pu être en couple avec lui pendant longtemps, si ce n'était pas de ça. Peut-être le seriez-vous encore. Peut-être seriez-vous mariés, qui sait. Mais non. Il fallait que ton coeur appartienne à quelqu'un trop aveugle, trop inconscient pour voir tout cet amour que tu étais prête à lui donner.

Tes lèvres s'étirent dans un sourire amusé lorsque tu l'entends prévenir l'homme des possibilités de ton geste. Parce qu'il te connait, il sait que c'est risqué que tu le fasses une seconde fois si l'inconnu persiste. Ton regard revient vers l'homme qui toise un moment ton ex petit ami, qui grogne et qui finit par partir. Puis, un soupire de soulagement te quitte lorsque tu le vois tourner les talons, partir. La main du jeune homme s'appose à ton épaule, ses paroles te provoquent un petit rire tandis que tu détournes finalement la tête de l'inconnu pour le regarder. Il n'avait pas changé. Du moins, pas réellement, pas à tes yeux. Il y avait toujours ces traits, cette beauté que tu avais su apprécier chez lui. « Certes, mais il ne serait pas parti sans ton intervention, cependant! » Ton sourire s'étire, tandis que sans réfléchir, tu viens passer tes bras autour de lui dans une étreinte amicale. Tu as toujours été tactile, ce n'est pas nouveau. Lui-même le sait. Tu le serres doucement contre toi avant de te reculer un peu, gardant tes bras sur chacun de ses bras, prenant quelques secondes pour l'observer. Tu sais pourtant que cela fait longtemps, des années, que vous ne vous êtes pas vus. Tu ne sais même pas si tu as encore le droit de l'enlacer comme tu viens de le faire. Mais c'était automatique. Tes pouces caressent brièvement les bras, légèrement, avant de relâcher. « Elí. Je ne m'attendais pas à te revoir, ça fait si longtemps...» Pendant un bref instant, tu es prise de cette nostalgie, de tout vos bons moments passés ensemble. Et à quelque part, tu sais que tout ça s'est sans doute perdu. Parce qu'à ton retour, tu n'as pas même osé le contacter. Par honte de ton geste malgré le temps passé, parce que tu as présumé qu'il t'avait sans doute oublié, aussi. Si seulement tu savais.
made by guerlain for bazzart

_________________

let the stars align
Someone in the crowd could be the one you need to know. The one to finally lift you off the ground. If you're the someone  ▬ ready to be found
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Identity Card
Pseudo : Miyu Messages : 131 depuis le : 19/06/2018 Avatar : Martin Garrix Points : 387 A Reykjavik depuis : Toujours ~ Âge du perso : 25 as Emploi/études : Avocat My Little Prince, My Little Love.


MessageSujet: Re: « You're My Little Princess' » ['Thena]   27.07.18 6:33
You're stuck in my head and I can't get you out of it. Son cœur en était éternellement prisonnier. Prisonnier d’un amour dont il ne pouvait se permettre de désir, d’un amour dont, il savait, n’avait aucune chance de fleurir. Ils avaient essayé pourtant, tout les deux, essayé de s’aimer malgré tout. Mais c’était impossible, quelque chose entre eux ne fonctionnait pas, et de tout, le regard d’Athena finissait toujours par revenir sur Finn. C’était impossible, entre eux, et Elì se sentait de plus en plus désemparé, perdu. Car autant les deux avaient continuer leur vie, chacun de leurs côtés pendant des années, autant son cœur était resté accroché à cette image angélique que représentait la danseuse. Pourtant, il avait essayé de passer à autre chose. Sortir dans des bars, sortir entre amis (Et amies) après une semaine d’école, ou encore simplement se plonger dans des études intensives. Son voyage en Afrique l’avait aussi aidé à se plonger dans un autre univers complètement et, pendant un moment, il avait enfin cru l’avoir oublier. Mais en revenant chez lui, les images d’Athena lui était revenue, et son amour pour elle l’avait saisit, surpris même. Comme s’il n’était maudit à aimer éternellement la même fille qu’il ne pouvait pourtant pas désiré. Peut-être qu’il était destinée à n’aimer qu’elle. Il sentit sa gorge se serrée à cette pensée. Elì ne faisait pas tout au monde pour avoir une petite-amie, mais il ne voulait pas vivre toute sa vie seul. Comme tout le monde, il désirait connaitre l’amour et pouvoir vivre sa vie à côté d’une personne. Comme tout le monde, il désirait être en couple un jour. Il ne voulait pas être simplement destinée à aimer une personne dont il ne pouvait avoir autre qu’une douce amitié. C’est pourquoi il n’avait pas essayé de la contacter pendant que la jeune femme était à l’étranger : Il avait essayé de l’oublier, sans succès. Et désormais, il avait honte de reprendre son téléphone pour lui envoyer un message. Honte d’avoir couper les liens pendant autant de temps.

Mais comme si la vie voulait que ces pas reviennent vers la demoiselle, une fois sortie de l’immeuble, le voilà tombant sur une scènes des plus surprenantes : La lionne frappant un homme qui l’avait sans doute suivit, jusqu’à l’intimider de sa présence. Un rire se glissa sur ses lèvres qu’il ne peut retenir en voyant la jeune femme frapper l’homme : Non, elle n’avait pas changer. Le même tempérament, la même confiance, … le même caractère qui l’avait fait tombé amoureux d’elle, jour après jour. Là-dessus, elle n’avait aucunement changé, et il dû l’avouer, sur le coup, il en échappa un doux soupir conquit alors qu’il venait rapidement la rejoindre pour l’aidé avec cet homme. Car tout le ramenait toujours à elle, et qu’il ne pouvait pas continuer son chemin sans s’assurer que Athena allait bien. C’était ainsi, il avait toujours voulu le bien de la rousse, et ce n’était pas une chose qui était prête à changer. Il rigola au commentaire de Athena une fois l’homme parti, ce tournant pour faire fasse à la rousse.

Alors qu’ils se font face, le jeune homme ne peux s’empêcher un léger hoquet de surprise quand Athena le prend dans ces bras : Non pas qu’il soit étonné que Athena le fasse, elle avait toujours été tactile, mais il était étonné que cette dernière, non seulement se rappel de lui, mais… veuille encore le prendre dans ces bras. Et surtout, la sentir dans ces bras lui fit remonter plein de souvenirs en tête. Oh combien il l’avait aimé. Les bras de l’avocat vinrent rapidement se refermer autour de la taille de la jeune femme pour venir la prendre avec force dans ces bras, enfouissant sa tête dans les cheveux de feu de la danseuse. Elle sent comme dans ces souvenirs… Elle sent bon… Puis ils se séparent, très lentement, comme pour ne pas briser cette douceur qui s’est installé en eux, alors que Elì glisse ses mains sur les avant bras de la demoiselle. « Je ne m’attendais pas à te revoir non plus. Tu… Tu m’as tellement manqué, Princesse… », dit-il en usant de ce petit prénom qui lui avait toujours réservé. Son regard parcourra un moment Athena, s’assurant qu’elle n’était pas blessée. « Cet homme ne t’a pas fait mal, au moins…? » demanda-t-il inquiet. Il glissa ses doigts sur ses joues, pour venir tasser les mèches rebelles en souriant. « Je viens de finir ma journée de travail. Tu voudrais qu’on aille s’installer dans un petit café du coin? »

©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t97-athena-never-enough
Administratrice

Identity Card
Pseudo : Moose || Melissa Messages : 546 depuis le : 20/04/2018 Avatar : Katherine McNamara Points : 1240 A Reykjavik depuis : Toujours. Âge du perso : 25 ans Emploi/études : Ballerine reconnue

MessageSujet: Re: « You're My Little Princess' » ['Thena]   03.08.18 20:28
You're my little princess'


feat. Athena & Elí

C'était impossible pour toi de l'oublier, ce gars-là. Peu importe avec les années qui ont passées, il restait quelqu'un d'important à tes yeux. Certes, vous n'aviez pas repris contact quand tu étais partie, ni même quand tu es revenue en ville. Mais ça ne changeait rien au fait que tu l'appréciais et qu'il restait quelqu'un que tu n'oublierais pas. Peu importe à quel point tu t'en veux de tout ce que tu as fais, ce que tu lui as fais subir en tentant d'oublier. C'était ton premier petit ami, malgré tout. On ne l'oublie jamais, ça. Pourtant tu aurais tant voulue que les choses se placent, que ça fonctionne. Sauf que non, tu te devais d'être amoureuse de quelqu'un d'autre sans être capable de décrocher. Si tu savais qu'il était dans la même situation que toi, envers toi? Loin de là. Tu étais certaine qu'il avait passé outre votre relation, au-delà des sentiments portés l'un envers l'autre. Que tout ça, c'était délaissé derrière. Avec la graduation, avec l'école et tout ce qui s'était passé. Loin, dans le passé. Dans les histoires à raconter au lieu de vivre. En aucun cas tu le croyais encore amoureux. Le savoir, tu te serais sans aucune doute sentie encore plus mal, mais tu aurais aussi chercher à t'éloigner. Pour ne pas lui faire davantage de mal, pour l'amener à guérir.

Au final, vous vous êtes retrouvés via un homme, un inconnu. Situation désagréable qui te mettait le feu au ventre au point de laisser une claque voler et s'étendre contre la joue de la personne en face de toi. Puis il était arrivé, comme un chevalier, comme il l'avait toujours fait. Tu n'avais jamais douté qu'il tenait à toi, qu'il voulait ton bien. Ce n'est pas pour rien que tu avais craqué pour lui malgré l'acteur. Que tu avais pris la décision d'accepter de sortir avec lui. Parce que c'était une bonne personne, que tu savais que tu serais bien traitée. Et pourtant, tu n'as pas su te laisser emporter pleinement dans sa douceur et sa tendresse, dans sa protection. Non, ton regard déviait toujours ailleurs. Idiote. Tes bras viennent l'enlacer, sans savoir si tu en avais réellement le droit. Parce qu'il t'a manqué, malgré tout. Tu le serres doucement et tu es rassurée de le sentir en faire de même. Tu te serais sans doute sentie coupable qu'il te repousse alors qu'il sait, pourtant, que tu es quelqu'un de tactile. L'étreinte se termine et ton nez se plisse d'amusement, un petit sourire aux lèvres en l'entendant utiliser ton surnom. Ce petit surnom qu'il t'a donné au courant de votre relation, mais qu'il n'a jamais cessé d'utiliser depuis. C'était agréable, comme si les temps n'avaient pas vraiment changés. Comme si tu n'étais jamais partie pour la Russie, au final.

Son regard t'observe en moins de deux, semblant chercher la moindre blessure, t'amenant un léger rire. Toujours inquiet, celui-là. Alors que vraiment, il n'y avait aucune raison de l'être. Tu as toujours été assez indépendante et ta sécurité, tu as toujours trouvé moyen de t'en occuper toi-même. Certes, il y avait parfois des cas hors de ton contrôle. Lorsque tu croisais une personne qui parlait bien trop rapidement une langue que tu connais peu et qui envahi ton espace personnel -on dit merci à ton désormais frère de coeur d'avoir été là, à ce moment-là -, mais en dehors de ça, tu gérais. Tu avais une bonne répartie et comme démontré il y a quelques minutes à peine, une bonne main pour donner des gifles. Ses mains atteignent ton visage, tes lèvres s'étirant dans un sourire. Tes mains rejoignent les siennes, s'y posant doucement. « Ne t'en fais pas, il n'a rien fait. C'est plutôt lui qui a pris cher, en fait. » Tu serres lentement ses doigts et les retirent de ton visage, rabaissant tes bras. Et tes index ne font que tenir les siens en crochets. Un petit geste simple pour ne pas briser le contact tout de suite, un sourire restant à tes lèvres. Tu hoches la tête à sa question, le regard brillant et tu es déjà en train de le prendre par la main pour l'amener vers un petit café pas trop loin pendant que tu lui réponds. « Bien sûr ! J'ai tellement de choses à te demander, d'ailleurs. À commencer par ta journée de travail! » Grand sourire, tu es toute contente de pouvoir rattraper le temps perdu. C'était longuement dû, d'ailleurs. Après tout ce temps, vous aviez fait beaucoup de chemin chacun de votre côté. Tu voulais tout savoir, maintenant qu'il était là, devant toi. Avait-il voyagé, depuis ? Avait-il réussi à poursuivre le métier qu'il souhaitait? Était-il dans ce métier là, d'ailleurs? Tellement de choses à demander, tant d'années à rattraper. Alors que pourtant, tu agissais avec lui comme si cela ne faisait pourtant qu'une semaine que tu ne l'avais pas vu. Il avait cette facilité à te mettre à l'aise. Ou était-ce toi qui rendait les choses plus simples? Tu ne savais pas exactement, à tes yeux c'était lui, la cause de tout ça. De cette sensation d'être légère, comme s'il n'y avait aucun problème sur tes épaules, aucun poids relié à tout l’ambiguïté de votre relation, au final.
made by guerlain for bazzart

_________________

let the stars align
Someone in the crowd could be the one you need to know. The one to finally lift you off the ground. If you're the someone  ▬ ready to be found
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Identity Card
Pseudo : Miyu Messages : 131 depuis le : 19/06/2018 Avatar : Martin Garrix Points : 387 A Reykjavik depuis : Toujours ~ Âge du perso : 25 as Emploi/études : Avocat My Little Prince, My Little Love.


MessageSujet: Re: « You're My Little Princess' » ['Thena]   09.08.18 3:12
You're stuck in my head and I can't get you out of it. Ils ont toujours été ainsi et le temps ne semble avoir rien effacé de leur liaison. Elì a toujours été proche de Athena et vice versa. Autant affectueux et tactile envers les leur, il fut naturel pour les deux jeunes de venir se prendre dans les bras malgré la distance, malgré l’ambigüité de leur relation et malgré le temps écoulé depuis leur dernière fois où ils s’étaient vus. En les voyant user de leur petit surnom, de leur rire, et de leur sincérité, nous pourrions être amené à croire que rien ne les avait jamais séparé. Elì c’était toujours inquiété pour elle, et cela ne changerait sans doute pas aujourd’hui. Athena avait été littéralement sa princesse. Lorsqu’il était sortit avec, il hésitait beaucoup dans la vie, sur ce qu’il devait ou ne devait pas faire. Il travaillait fort, et avait souvent peur de l’échec. Athena était venu apporté durant ces deux mois de la tranquillité, mais surtout de l’amour comme jamais il n’avait vécu avant.

Et depuis, malgré leur séparation dans un commun accord, il ne pouvait penser à quelqu’un d’autre qu’elle. Il l’aimait. Plus que tout, elle était sa princesse et il s’était fait un devoir de veiller sur elle, même si jamais plus elle ne l’aimerait comme lui l’aimait. Même si la douleur est présente, il ne le laisse pas paraitre. Athena mérite d’être heureuse, et il sait qu’il n’en serra jamais capable. Elle a besoin de Finn, qu’il ne l’accepte ou non n’y changera rien. Alors il ne fait que la serrer dans ces bras avec toute la force du monde, car elle lui a manquait. Car malgré tout ce qu’il tente de faire, il ne l’a jamais oublié. Ces bras la rapprochent de son corps, ses lèvres se posent contre le dessus de sa tête, avant qu’il ne se sépare d’elle. Elle est sa princesse. Et qu’importe le rôle qu’il endosse dans sa vie, il le prend si c’est pour rester proche d’elle. Malgré la douleur.

Les mains de la jeune femme effleurent celle de l’avocat, et il se sent lentement sourire. Elles sont si douces. Pendant un moment, il veut les tenir longtemps, ne jamais les lâcher, garder cette chaleur contre la sienne, mais il finit par les laisser tomber, souriant. « Il a prit très cher, même! Il le méritait, il faut avouer. », souffla l’avocat, avant de tourner les talons en faisant signe à la demoiselle de le suivre lorsque celle-ci accepte de l’accompagner au petit café proche des cabinets d’avocats. Il s’y glisse à l’intérieur et Elì vient doucement aidé la demoiselle à retirer son manteau, avant de s’assoir devant elle. « Je crois que nous avons tout les deux pas mal de choses à nous raconter, n’est ce pas princesse? » Ils prennent les menus, Elì remerciant la serveuse en souriant, avant de se tourner vers Athena. La serveuse était magnifique, mais ces yeux ne regardaient qu’elle. « Je travail en tant qu’avocat désormais. J’ai finis mon stage il y a de ça quelques temps et je peux donc désormais exercer mon métier à tout les jours. J’adore ça! », son regard se met à briller de passion pour son travail. « Je me sens vraiment à ma place, Athena. J’adore aider les autres, trouver justice et égalité pour ceux qui en ont besoin. Je me sens vraiment utile à la société et je sens que je fais quelque chose de bien. Mes parents sont très fiers de moi! Oh et tu devrais voir Layla! Elle a encore grandit! », dit-il en souriant joyeusement. « Elle s’est mit à la danse, à l’école. Elle adore ça! Une vraie petite ballerine! Il faut dire, elle t’a toujours admirée. Je peux la comprendre sur ça… », souffla-t-il.

« Toi, raconte moi ton voyage. Raconte moi tes prouesses! » Il veux tout savoir sur elle. Ce qu’elle a accomplit, ce qu’elle a vu, ce qu’elle a entendu. Il veux tout savoir sur ce qu’elle a vécue en étant loin de lui. Ils passent rapidement leurs commandes, avant que le regard de l’avocat ne s’attarde à nouveaux sur les traits magnifiques de la rousse. Rien ne le ferra oublier ce visage… Peut-être qu’il est maudit.

©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t97-athena-never-enough
Administratrice

Identity Card
Pseudo : Moose || Melissa Messages : 546 depuis le : 20/04/2018 Avatar : Katherine McNamara Points : 1240 A Reykjavik depuis : Toujours. Âge du perso : 25 ans Emploi/études : Ballerine reconnue

MessageSujet: Re: « You're My Little Princess' » ['Thena]   22.09.18 16:52
You're my little princess'


feat. Athena & Elí

C'était comme un retour dans le passé, malgré le temps qui s'était égrainé avec les années. Comme si tu redevenais la petite Athena qui n'était pas encore partie en Russie, qu n'avait pas voyagé et était devenue célèbre. C'était comme si tu venais mettre en pause tout ça et redevenait l'étudiante qui était tombée amoureuse de lui, qui appréciait le temps que tu pouvais passer à ses côtés malgré que ton coeur soit envahi par quelqu'un d'autre. Toute la pression, celle des médias, de l'ampleur qu'avait prise ta carrière, tout ça c'était devenu secondaire et tu te sentais... Toi. Non pas que tu ne te sentais pas toi-même dans ton métier. Loin de là. C'était toute ton oeuvre, tout ton être qui se trouvait là-dedans. Sauf que parfois, sous le poids des entrainements que tu fais sans cesse, sous toute l'attention que tu apportes à ton corps qui se voit relié à ton métier, tu arrives à l'occasion de t'oublier. De faire des choses pour toi, uniquement, non-relatives au ballet. Tu fais du jogging pour rester en forme, tu vas à tes entrainements pour ne pas perdre la main, tu vas au gym pour prendre soin de ton corps et renforcer tes muscles... Il n'y a bien que le temps passé avec tes amis proches qui t'amène à décrocher un peu de tout ça et parfois, c'est nécessaire semblerait-il. Pourtant, malgré tout ça, tu ne sais pas. Tu ne sais pas qu'il n'a pas passé au travers de votre rupture. Pas réellement, du moins. Tu ne sais pas qu'il est encore accroché de façon ferme à la chaleur de ta peau, de la douceur de tes mains. Alors dans cette inconscience, tu agis avec lui comme tu le ferais avec n'importe quel ami. Tactile, douce, souriante. Et donc, tout semble normal lorsqu'il vient t'aider à retirer ton manteau comme un gentleman. Ce ne sont que des traces du passé, n'est-ce pas? Que des parcelles restées de cette proximité que vous avez partagés il y a de cela longtemps. Un ex reste un ex, peu importe ce qui en est. Et lorsque tu redeviens ami avec ton ex-petit ami, ce n'est que normal qu'il y ait de la douceur supplémentaire qui s'y mêle, non? Tu crois. Tu en es persuadée, même. Alors tu prends place le plus simplement du monde après l'avoir remercié, acquiesçant aux paroles de ton ex après avoir remercié la serveuse. Elle était magnifique, la jeune femme et ton regard soutient son visage un peu plus longtemps que permis, juste pour l'admirer un peu plus avant de revenir vers celui qui se place devant toi. Tu l'écoutes, attentivement, curieuse. Ses paroles te font sourire alors que tu l'entends parler avec autant de passion, autant de joie. Tu n'as pas même encore posé les yeux sur ta carte, trop captivée. « C'est merveilleux que tu sois désormais avocat ! Je suis tellement contente pour toi et je sais que tu as fais le meilleur choix. C'est tellement... Tellement toi, Elí! » Tu lâches un petit rire, le sourire collé aux lèvres qui ne fait que s'adoucir lorsqu'il te parle de Layla. « Oh, c'est vrai? Tu me diras lorsqu'elle fera son spectacle! J'adorerais pouvoir y assister et la féliciter! » Tu réponds, toute heureuse, un sourire plus tendre s'armant à tes lèvres lorsqu'il te complimente. Tu observes brièvement la carte avant de revenir vers lui lorsqu'il reprend parole.

« Comme tu sais, je suis partie en Russie pour mieux me former. Mais après... Après, si tu savais comment tout est arrivé si rapidement. C'était difficile, là-bas, à l'école. Sauf que j'ai persisté et un coach très réputé est venu assister à la performance. C'est là que tout a changé. Il m'a choisie pour être sous sa tutelle et m'a fait déménager aux États-Unis en me promettant un grand avenir. Quelques complications, j'ai dû le laisser tomber, mais j'ai découvert Rafaël. C'est grâce à lui que je suis partie en tournée, autant aux États-Unis qu'en Europe! Je n'ai pas forcément pu visiter pleinement les villes, mais c'était tellement... Tellement enrichissant. » Ton regard pétille de bonheur, de joie de vivre et de passion. Tu n'allais pas lui raconter, cependant, ce qui est arrivé avec Yorick. Que tu couchais avec lui et qu'au final, c'était un homme marié. Hors de question. Il viendrait croire que tu as réussi à déménager aux États-Unis parce que tu as offert ton corps et franchement, c'était loin d'être le cas. Il te faisait oublier Finn, tout simplement. Tu y as cru, longtemps, jusqu'à voir sa femme débarquer. Tu ne voulais pas relever ce sujet non plus, tu préférais te concentrer sur le positif pour ne pas amener une mauvaise image de toi envers ton ex. « On viens tout juste de terminer la tournée de Giselle et là... Là je me repose ici en attendant la prochaine tournée qui me volera à Reykjavik. » Tu délaisses un petit rire, la commande désormais prise en charge. Il n'avait pas réellement changé, l'avocat. Il avait seulement grandit, tu avais l'impression. Toujours ces même traits, ce même sourire et ces même beaux yeux. « Tu es sur un contrat, présentement? Ça te demande beaucoup?»
made by guerlain for bazzart

_________________

let the stars align
Someone in the crowd could be the one you need to know. The one to finally lift you off the ground. If you're the someone  ▬ ready to be found
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Identity Card
Pseudo : Miyu Messages : 131 depuis le : 19/06/2018 Avatar : Martin Garrix Points : 387 A Reykjavik depuis : Toujours ~ Âge du perso : 25 as Emploi/études : Avocat My Little Prince, My Little Love.


MessageSujet: Re: « You're My Little Princess' » ['Thena]   25.09.18 0:01
You're stuck in my head and I can't get you out of it. Ça a toujours été vous, de vous rapprochez, d’être tactile, l’un envers l’autre. Elì a toujours été ainsi avec elle, et Athena l’était aussi avec lui. Cela n’a pas changé, malgré la séparation, malgré le détachement, malgré les années l’un éloigné de l’autre. Cela ne les a pas empêché de s’aimer, malgré la distance, de penser l’un à l’autre, et sans doute beaucoup plus dans le cas d’Eli qui, malgré toute sa volonté, n’a jamais su effacer ce doux amour qu’il éprouve pour la demoiselle assise devant lui. Elle a été, pendant un moment, sa plus grand force, sans exagération. Lorsque l’école était un vrai calvaire pour lui, Athena était là, toujours à ses côtés, comme une présence bien plus significative, à cette époque, que ces parents. Puis il y a eu aussi l’incident, et même si à cet époque, il ne sortait plus ensemble, Athena a été d’un grand soutient, face au feu qui a ravagé la vie de Elì. Les marques de brulures sur ces bras sont encore présentes, même des années plus tard. Sa peur aussi, qui l’empêche de s’approcher trop du feu, même celui d’un feu de camp. Il l’a aimé, Athena, il l’a aimé plus que tout, et ce séparé d’elle lui est toujours si difficile.

La revoir, son sourire, ses cheveux de flamme, son regard brillant, il se rappel chaque moment passé à l’aimer, à l’avoir embrassé, une chose qu’il ne pourra plus jamais faire désormais. Il est loin de son monde, maintenant, et cela le blesse bien plus qu’il ne le montre. Détruit. Détruit. Et jamais Eli ne lui a avoué combien il en avait souffert. Car Athena est une ange, une demoiselle qui tente toujours de faire le bien, et il sait combien cela l’aurait blessé. Il le sait même très bien, alors qu’il porte son regard sur elle, la carte du menu en main, sachant déjà ce qu’il va prendre. Un rire lui échappe devant les commentaires de la belle rousse. « Oui, j’ai trouvé vraiment une branche qui me correspond! J’adore ce que je fais, je trouve ça… Je trouve ça super de pouvoir aidé autant les gens, de les défendre, tu sais? Tout le monde devrait avoir le droit d’être défendu, et je me sens bien… à ma place. » Le prénom de sa sœur s’échappe, doux, souriant, alors qu’il y a de ça quelques années, il aurait prononcé ce nom avec haine. Désormais, sa relation avec sa sœur de 10 ans sa cadette est plus forte que tout. C’est sa protégée, son trésor, sa petite demoiselle. « Oh bien-sûr! Elle serait tellement contente de te revoir, surtout si tu l’encourages! », dit Elì en souriant. « Ça serait vraiment gentil de ta part. »

L’avocat l’écouta parler de ces prouesses, le faisant sourire tendrement, l’écoutant sans jamais s’ennuyer. Elle parle si bien, sa voix lui fait rappeler les souvenirs qu’il partage avec elle. Il est tellement fier d’elle. Elle a un véritable talent, un avenir prometteur, mais surtout, elle aime ce qu’elle fait ça ce voit. « Je suis tellement content pour toi, ‘Thena! Tu es devenu célèbre, et tu rayonnes dans cette univers, ça ce voit. Ça m’a manqué, de pouvoir te regarder danser. Tu es tellement magnifique quand tu es… toi-même. » Le jeune homme la regarda un moment, soupirant tendrement. Oui, elle l’était, magnifique. « J’ai hâte de pouvoir te revoir danser… » , souffla-t-il, avant de commander, tout comme Athena. Quand elle lui pose à nouveau une question, l’avocat se tortille un peu sur sa chaise, soupirant lentement. Aodhan. « Uhm. Oui, depuis quelques temps, je suis sur un gros contrat. En faite, lorsque j’étais stagiaire, j’ai été… un client m’a été confié, et je travail toujours auprès de lui, encore aujourd’hui. Disons qu’il me demande beaucoup. » Comme ces éphémères, ces aveux… Il lui demande plus que « beaucoup ». « C’est un homme assez… problématique, mais je ne compte pas l’abandonner. Il a besoin de moi, même s’il ne le sait pas. » Et ce, même s’il te frappe parfois, même s’il te crie dessus, même s’il n’est jamais content. « J’ai aussi une femme, en ce moment, qui vit de la violence conjugale. Elle a un enfant… », dit lentement Eli, souriant tristement. « Elle veux seulement vivre, tu sais? Elle en a marre de devoir fuir cet homme, marre d’avoir peur. », dit lentement l’avocat. Et il est prêt à tout pour elle, aussi.

Leur commande arrive, et il est déposé devant eux, alors que Elì remercie la serveuse en souriant, prenant son café lentement. Sa drogue, littéralement. Ses insomnies, puissantes. Le café l’aide à tenir debout. « Toi? Tu as des plans pour ces prochaines semaines? Tu as revu certaines personnes, depuis ton retour ici? » Un rire se glisse sur ses lèvres. « Tu as revu Esekiel? Tu as un peu vu le genre de petit-ami qu’il a? C’est tellement amusant les voir ensemble. », dit Elì en riant, secouant la tête. Il avait toujours été très proche d’Esekiel. À une époque, il avait été prêt à tout, absolument tout, pour sauver la vie du jeune homme. Et le jeune avocat avait toujours été prêt à tout pour le bonheur d’Athena… et ce même encore aujourd’hui.
©️ 2981 12289 0

_________________

Can't Help Falling In Love With You. Again And Again.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t97-athena-never-enough
Administratrice

Identity Card
Pseudo : Moose || Melissa Messages : 546 depuis le : 20/04/2018 Avatar : Katherine McNamara Points : 1240 A Reykjavik depuis : Toujours. Âge du perso : 25 ans Emploi/études : Ballerine reconnue

MessageSujet: Re: « You're My Little Princess' » ['Thena]   08.10.18 17:19
You're my little princess'


feat. Athena & Elí

Tu te doutes bien, qu'il a souffert de votre rupture. Qu'il a eu mal, en te laissant. C'était visible, après tout. Tu aurais sans doute été tout aussi détruite, à sa place. De devoir mettre fin à une relation parce que sa petite amie avait les yeux et le coeur ailleurs. Ça ferait mal à n'importe qui qui était ne serais-ce qu'un peu amoureux de sa partenaire. Tu t'en veux cependant de lui avoir fait subir une telle chose. Ce n'est pas toi, ça. De faire mal aux autres ainsi, de jouer sur les sentiments. Tu pourrais éloigner la pensée, te dire que c'est simplement parce que tu étais jeune et innocente. Mais non. Tu continues de t'en vouloir, de ça. On a tous des gestes du passé que l'on regrette, qui nous restent en tête. Que peu importe le temps qui passe, on se dit que nous n'aurions pas dû faire une telle chose. Toi, c'est ça. Pourtant, tu ne regardes pas vers l'arrière. Tu fonces de l'avant, toujours. Tu laisses le passé derrière toi, tu détournes ton attention vers l'avenir, vers le futur, vers ta carrière. Pourtant, ça, ça reste. Tu es simplement reconnaissante, à dire vrai, que ça n'a pas affecté votre relation. Que vous êtes apte à vous parler comme si rien ne s'était passé.

Son regard est brillant, luisant de passion lorsqu'il parle. Ça te fait plaisir de le voir ainsi. Il a toujours tout donné dans ses études, toujours tout fait pour bien réussir. Et maintenant, c'est le cas. Il est où il veut être, il est à sa place. Tu ne l'aurais pas vu ailleurs, tu ne l'aurais pas vu échouer non plus. Pas sans se battre, du moins, pour avoir ce qu'il désire. Alors tu es heureuse de le voir t'en parler ainsi, avec cette passion dans le regard, cette détermination. Le regard de quelqu'un qui est épanoui. « Bien sûr que tu es à ta place, Elí. Elle est nulle part ailleurs, je le sais! » Ton sourire est grand sur tes lèvres, réellement heureuse ainsi. Et sa petite soeur, qui entreprend de la danse, qui t'admirait, que tu adorerais pouvoir voir à l'oeuvre. « Mais bien sûr que je viendrais l'encourager! Je suis sûr qu'elle est talentueuse! » Un petit rire délicat quitte tes lèvres. Tout semble si simple, désormais. Comme s'il n'y avait aucune pression, aucune douleur. Comme si tu n'étais pas encore en train d'attendre après celui qui ne viendrait jamais à toi. Comme si le temps loin de l'autre n'avait jamais eu lieu entre vous deux. Comme si vous étiez que deux amis qui se retrouvaient après l'école pour prendre un chocolat chaud après une longue semaine et discuter de tout et de rien. La simplicité. Ça t'avais manqué, à dire vrai.

Tu en rougis presque lorsqu'il se met à te complimenter de la sorte, à te dire à quel point tu rayonnes, que tu es magnifique dans ton univers. Tu replaces timidement une mèche derrière ton oreille, davantage par réflexe qu'autre chose. Un geste inconscient alors que tu sais que pour quelqu'un tel que lui, quelqu'un qui passe son temps à fouiller au travers de la vérité et des mensonges, à analyser les gestes des autres, tu présumes que c'est rendu automatique et qu'il le constate. Qu'il sait, sans doute, que ça te gêne un peu. Ça a toujours été le cas, après tout. Trop modeste pour recevoir des compliments, même de tes fans. Que tu ne sais pas quoi dire face à de telles paroles, comme toujours. « Je trouverai moyen de t'avoir des billets, à la prochaine représentation, si tu le souhaites. » Ta voix se veut douce, quand tu lui parles. Parce que ça te touche réellement, de tels compliments. Parce que tu les sais vrais, de sa part. Ce ne sont pas des mots dit en l'air, rien que pour plaire. Il parle avec son coeur, comme il le fait toujours si bien.

Ton attention est redoublée lorsqu'il se met à te parler de ses clients, de ses gros dossiers. Toujours dans l'anonymat, toujours sans trop donner de détails, comme à l'habitude. Après tout, c'est le côté professionnel, ça. Il ne peut pas tout te dévoiler, ça doit rester dans la confidentialité. Tu acquiesces ici et là de la tête, en l'écoutant, un peu triste sur certaines phrases. « Ça ne doit pas être facile de devoir gérer des situations comme ça... De ne pas se laisser emporter par de la colère ou une émotion quelconque. De rester neutre... Je t'admire tellement, pour ça! Je n'y arriverais pas. » Parce que tu es trop franche, trop spontanée, pour contenir ce genre d'émotions. Il suffisait de te voir à ton retour en ville, avec James. Les insultes, les coups bas, ça n'avait pas pris beaucoup de temps avant que les choses n'éclatent, que vous deveniez feu et glace. Il est imbécile, tu es trop directe. La colère et le magnétisme avait pris le dessus. Alors te retrouver devant une personne dans le besoin, qui demande de ton aide, envers qui tu te dois de rester professionnelle, ne pas insulter la personne dans le tord, ne pas sauter aux conclusions rapidement? C'est mort. Tu ne saurais pas. Devant le juge, devant la personne qui aurait fait du tord, sans doute ton questionnement aurait rapidement dérivé pour des attaques plus personnelles. Tu ne supportes pas l'injustice. Tu ne supportes pas que les gens puissent vouloir ou fassent du mal aux autres.

Ton thé est servi et tu le gardes entre tes doigts, volant de sa chaleur. Tu as toujours été plutôt thé que café. Autant parce que tu n'en apprécies pas le goût que vu toute l'énergie que tu dépenses, c'était inutile d'en plus chercher à te garder debout toute la nuit. Tu avais besoin de quelque chose qui t'apaise et même si la caféine reste présente dans tes thés, l'effet n'est pas le même. Il y a quelque chose, dans les odeurs, dans son goût, qui vient te calmer, qui vient t'empêcher de trop stresser. Non seulement ça, c'était bon pour la santé. Une ballerine malade, c'est inutile. Tu te devais d'avoir un métabolisme fort. Un sourire amusé se porte sur tes lèvres à ses questions, surtout lorsqu'il en vient à mentionner son petit ami. « Drake? Oui, je les ai vu ! Ils sont adorables, ensemble. Peu importe à quel point ils sont tellement différents l'un de l'autre ! » Tu ris un peu à ton tour. « J'ai revu Ese', donc, mais aussi Mattías et Bertel! Et... Finn, également. Mais il n'est que de passage, je crois. » Tu mentionnes l'acteur avec une petite hésitation, ne voulant pas chercher à ramener trop de mauvais souvenirs, ne pas créer de jalousie ou amener une mauvaise discussion. Puis, tu ne sais rien de la durée de sa venue en ville. Tout semblait incertain, à votre rencontre. Il donnait l'impression qu'il allait bientôt repartir. Malheureusement. « Mais comme je suis en attente d'un nouveau contrat, j'y vais au jour le jour, je dois avouer. Je continue de m'entraîner, ça ne change pas, ça... Tu me connais! Mais en dehors de ça, pas grand chose. » Tu dérives rapidement vers le reste, afin de justement ne pas laisser le sujet de Finn s'étirer. Tu souffles sur le liquide chaud de ta tasse afin d'en prendre une gorgée, en appréciant le goût et la chaleur. « Et toi, tu as vu d'autres personnes? »
made by guerlain for bazzart

_________________

let the stars align
Someone in the crowd could be the one you need to know. The one to finally lift you off the ground. If you're the someone  ▬ ready to be found
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Identity Card
Pseudo : Miyu Messages : 131 depuis le : 19/06/2018 Avatar : Martin Garrix Points : 387 A Reykjavik depuis : Toujours ~ Âge du perso : 25 as Emploi/études : Avocat My Little Prince, My Little Love.


MessageSujet: Re: « You're My Little Princess' » ['Thena]   17.10.18 7:02
You're stuck in my head and I can't get you out of it. Longtemps, il s’est vraiment cru maudit. Et désormais assit devant la demoiselle, à attendre son rire, à voir son regard brillait, il se dit qu’il est en effet maudit à aimer Athena comme il n’a jamais été capable d’aimer quelqu’un d’autre par la suite. Athena, elle est magnifique, non seulement ça, mais elle a un humour, une intelligence et une douceur propre à elle. Elle était là pour panser ses blessures, pour soulager ses peines, et pour écouter ses difficultés rencontrés. Elle, à travers tout les autres, elle avait été là en force, et ne l’avait jamais réellement laissée. Athena était comme ça : Toujours penser aux autres, avant de penser à elle-même. Et c’est sans doute ce qui retenait depuis tout ce temps Elì de vouloir dire la vérité. Si Athena savait qu’il l’aimait toujours, que ses pensées se tournaient toujours vers elle, elle se sentirait si mal, Athena étant ce qu’elle était, une fille douce, qui voulait le bien des autres. Et à ses commentaires, le jeune homme ne pouvait pas s’empêcher de sourire un peu plus, sentant son cœur battre un peu plus vite. Nulle part ailleurs. Sa place n’était nulle part ailleurs. Comme toujours, sans le savoir, Athena trouvait les mots pour le rassurer, comme si elle avait toujours su lire en lui ces moindres craintes. Sa crainte de ne pas être à la hauteur, de ne pas être suffisant, sans doute parce que cette crainte, elle était aussi vécue par la rousse. « J’espère bien. Je me demande souvent si je fais assez, si… Je suis assez, tu sais? Si je suis vraiment la personne qu’il leur faut pour les défendre. Je fais de mon mieux, bien-sûr, mais parfois… Je doute. » Avec tendresse, la main de l’avocat vient se joindre à celle de la rousse, alors que ses doigts caressent lentement les doigts de la demoiselle. « J’aimerais beaucoup, oui... Je viendrais te voir, je suis certain que tes pas se sont améliorés, même si je ne pensais pas ça possible. Tu m’as toujours fasciné quand tu dansais. », dit Eli tendrement, ses doigts caressant la paume de main de la jeune femme.

« Ce n’est jamais facile bien au contraire. Cela m’a prit du temps à… m’adapter, et encore aujourd’hui, lorsque je fais face à une cliente en proie avec autant de difficulté, je dois tout faire pour garder mon calme. C’est difficile, mais… Je sais que je fais ça pour la bonne cause. » Son regard se perd un moment dans celui de la rousse, avant de venir lentement replacer ses mèches rousses derrière ses oreilles, souriant un peu plus. Elle n’a pas changé. Cette même aura de douceur ce dégage toujours de la demoiselle. Le jeune avocat la laisse par la suite boire son thé, faisant de même avec son café en riant doucement, approuvant rapidement de la tête à ses paroles. Il ne peut cependant pas s’empêcher de tirer la langue un peu quand elle évoque Bertel, et encore plus avec Finn, détournant le regard rapidement, avant de relever les yeux vers elle. « Aller le jour au jour, c’est bien aussi. Ça te permet de te focaliser sur le présent et de profiter à fond. Et oui, je te connais, tu as toujours voulu te surpasser… » Pour ça, ils se ressemblaient.

« J’ai revu James, même si j’aurais voulu passer à côté. Et Sören aussi, quoique lui, il a vraiment bien grandit. Il a changé, en bien, ça fait plaisir à voir. », dit doucement Elì en reposant son café sur la table. « Sinon, j’avoue être prit beaucoup dans mon travail. Je crois qu’entre toi, moi ou Esekiel, nous avons toujours été doué pour se surcharger de travail. », dit-il en riant. Un doux silence de quelques secondes se place entre eux, avant que l’avocat ne reprenne la parole, plus tendre désormais. « J’ai voyager, dans les dernières années. Avec mon beau-père. » Dit le, Elì. Dit le, que tu ne penses qu’à elle. « Tu m’as beaucoup manquée… Je crois que… » Non, il ne peut pas lui dire. Elle va s’en sentir tellement mal. « Je suis bien ici. Avec toi, avec Esekiel… Je me sens mieux ici. »

©️ 2981 12289 0

_________________

Can't Help Falling In Love With You. Again And Again.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t97-athena-never-enough
Administratrice

Identity Card
Pseudo : Moose || Melissa Messages : 546 depuis le : 20/04/2018 Avatar : Katherine McNamara Points : 1240 A Reykjavik depuis : Toujours. Âge du perso : 25 ans Emploi/études : Ballerine reconnue

MessageSujet: Re: « You're My Little Princess' » ['Thena]   Aujourd'hui à 0:25
You're my little princess'


feat. Athena & Elí

Tu n'es pourtant pas quelqu'un d'aveugle, en temps normal. Tu finis toujours par comprendre que quelqu'un ressent des sentiments pour toi, qu'il y a cet attachement un peu différent des autres. Sauf qu'avec Elí, c'est difficile de le voir, de le comprendre. Parce que vous avez été si proche que tu as cette impression. Celle que ce n'est qu'une trainée de poudre qui suit les années suivantes à votre relation. Que ce n'était que ce qui en était resté, au final. Toute la douceur, le côté tactile. Cette complicité qui se mêle à vos caractères respectifs. Tu ne prends pas conscience que lorsqu'il te voit, qu'il te regarde, qu'il est encore amoureux. Que tu parviens encore à faire battre son coeur, malgré toutes ces années passés l'un loin de l'autre. Après l'avoir déçu en aimant une autre personne que lui, tandis que tu t'étais mise en couple avec lui. Tu es complètement aveugle, cette fois, pour une rare fois. Toi, tu vois ce repas comme de simples retrouvailles avec un ami, un ex. Comme quelque chose d'innocent, deux vieux amis qui rattrapent le temps perdu. Une amie qui réconforte son ex face à ses insécurités qu'il te transmet, parfois sans le savoir. Tu l'écoutes avec cette attention, cette douceur, un léger sourire aux lèvres. Un sourire un peu affecté par ses dires, mais qui cherche à se faire réconfortant. « Tu t'inquiètes trop, Elí. Si tu fais de ton mieux, si tu donnes tout ce que tu as, alors ce sera toujours suffisant. Je n'ai aucun doute que tu te donnes corps et âme chaque fois et rien qu'en faisant ça, avec toutes tes bonnes intentions, tu es la personne qui leur faut. » Tu le laisses attraper ta main, caresser tes doigts. Tu es si aveugle, Athena. Si inconsciente.

« Je n'y parviendrais pas. Pas aussi bien que toi, c'est certain. Ça a dû être une sacrée adaptation pour te rendre jusque là, difficulté ou non! » Tu lui admets finalement, un sourire étirant tes lèvres alors qu'il vient replacer des mèches pour dégager ton visage. Puis, c'est un petit rire lorsque tu le vois tirer grimace lors de ta mention de Bertel, bien que tu culpabilises légèrement lorsqu'il en fait de même pour Finn, regrettant aussitôt tes paroles. Tu ne peux qu'approuver ses paroles, pourtant, ensuite. Bien entendu qu'il comprenait ça. Vous étiez tellement similaires là-dessus, après tout. Vivre l'instant présent, que ça. Attendre ce que demain nous apporte. C'est à ton tour, au final, de grimacer tandis qu'il parle de James. Tu en oublies parfois qu'il était dans votre école, comme tu ne l'avais jamais croisé dans le bâtiment avant. Ce n'est que plus tard, bien plus tard, que tu as eu le malheur de faire sa connaissance. Puis, tu hoches la tête en mention de Sören. C'est vrai qu'il avait bien grandit. « Oui, à croire que nous ne sommes pas capable de faire autre chose que travailler! Mais c'est sans doute parce que l'on aime autant ce que l'on fait. » Tu souris doucement, laissant le petit silence se placer, prenant une gorgée de ton thé jusqu'à ce qu'il reprenne parole. Tu l'écoute alors, jusqu'à sa brève hésitation, rien que pour sourire plus grandement lorsqu'il avoue préférer être ici. « C'est vrai que ça fait du bien de se poser de nouveau dans sa ville. Ça me manquais, l'Islande. Mais, c'est ce que tu as fais, alors? Après que je sois partie? Mon départ en Russie t'a inspiré, c'est ça? » Tu le taquines, te moque légèrement alors que tu laisses un rire se former de nouveau hors de ta gorge.  Tu fronces le nez sous l'amusement, sous la preuve de la blague rien que pour reprendre parole ensuite, toute attentive désormais à ce qu'il allait répondre ensuite. « Tu as voyagé où, exactement? » Tu ne savais pas. Tu avais tellement passé de temps loin de tout le monde que tu n'avais aucune idée qu'il avait décidé de prendre les voiles et partir à l'aventure, lui aussi. Et ça t'intriguais, vraiment! Tu avais envie de tout savoir, tout connaître. Tu avais envie de rattraper le temps perdu, au final. Peu importe à quel point les choses n'ont pas changées. Peu importe à quel point tu ignores que tout est comme avant. Que tu détiens son coeur et que tu n'es pas apte à lui donner le tien.
made by guerlain for bazzart

_________________

let the stars align
Someone in the crowd could be the one you need to know. The one to finally lift you off the ground. If you're the someone  ▬ ready to be found
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Identity Card

MessageSujet: Re: « You're My Little Princess' » ['Thena]   
Revenir en haut Aller en bas
 
« You're My Little Princess' » ['Thena]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Walk on Ice ::  :: The City-
Sauter vers: