Revenir en haut Aller en bas



 

Partagez|

T'as les boules, t'as les glandes | Bertel, Gilly et James

Aller en bas
AuteurMessage
Administrateur
avatar

is in Reykjavik, Iceland
come and chill out with us
http://walk-on-ice.forumactif.com/t67-bertel-fririkson-n-importe

Pseudo : pounou
Messages : 459
depuis le : 27/03/2018
Avatar : Vidar Villa
Points : 906
A Reykjavik depuis : ma naissance
Âge du perso : 25 ans
Emploi/études : Directeur des ventes chez Icelandic Glacial

MessageSujet: T'as les boules, t'as les glandes | Bertel, Gilly et James 03.07.18 10:27



T'as les boules

 
 Bertel, Gilly et James

Une main dans les cheveux, Bertel vérifiait une dernière fois dans la glace que tout allait bien. Ses cheveux étaient plaqués en arrière, son costume lui allait comme un gant et son nœud papillon était bien ajusté. Il sourit sûr de lui. Il avait drôlement hâte de revoir la brunette. La dernière fois qu’il l’avait vue, il l’avait vue nue. Il sortit de sa poche son téléphone, se pencha en avant pour récupérer un préservatif dans le petit meuble de la salle de bain et fit son plus beau sourire à la caméra en mettant en évidence le petit bout de plastique. Du Bertel tout craché. Il envoya ensuite la photo sur le groupe messenger qu’il avait avec ses potes de toujours. C’est qu’il avait besoin d’être encouragé. Il avait l’impression de jouer sa vie ce soir. C’était pas n’importe qu’elle fille. C’était LA fille dont il parlait depuis des mois sans jamais en avoir dévoilé le nom. Les yeux rivés sur son téléphone, il sourit aux remarques de ses amis et renifla d’un air satisfait la bonne odeur qui se dégageait de la cuisine. C’était la première fois qu’un étranger mettait les pieds chez lui. Il avait sortit le grand jeu : en plus du costume et du nœud papillon, il avait fait appel à un cuisinier chinois de renom. Pourquoi chinois ? Pour la starlette. Il se souvenait avec un peu d’amertume la façon dont elle avait parlé de l’asiatique à la patinoire et de la gastronomie chinoise. Il avait pensé à tout dans les moindres détails. Il avait dressé la table sur une nappe qu’il avait achetée à l’occasion, avait sortit les chandelles et avait dressé sur la table un bouquet de cent roses qu’il venait tout juste d’acheter chez le fleuriste. Quand on aime on ne compte pas, c’est ce qu’on dit non ? Bertel avait même fait l’effort de tout ranger et tout nettoyer à la maison. Il avait même demandé à Lukka de venir pour l’aider à bien faire et pour avoir un avis féminin sur son costume. Il était prêt jusqu’aux ongles. Même ses ongles avaient eu le droit à une manucure. Il ne restait plus qu’à attendre. Il aurait bien fumé une cigarette le temps qu’elle arrive, mais hors de question d’avoir fait tous ces efforts pour puer le tabac. Non. Bertel s’assit sur son canapé et trépignait d’impatience. En attendant l’élue de son cœur, il vérifia les messages de ses amis sur son téléphone et envoya à Gilly un smiley clin d’œil. Tout dans le sous entendu. C’était tellement plus excitant comme ça.



_________________


▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼

•Bertel a dit : buvez Icelandic Glacial, c'est bon pour la santé ! •
(c) Miss Pie

Revenir en haut Aller en bas
Administrateur
avatar

is in Reykjavik, Iceland
come and chill out with us
http://walk-on-ice.forumactif.com/t89-james-morkson-little-lion-

Pseudo : gavroche
Messages : 346
depuis le : 30/03/2018
Avatar : Jamie Campbell Bower
Points : 1330
A Reykjavik depuis : toujours
Âge du perso : 25 ans
Emploi/études : réalisateur en animation

MessageSujet: Re: T'as les boules, t'as les glandes | Bertel, Gilly et James 13.07.18 22:24

Il n’avait vraiment pas eu le choix. C’est ce qu’il se répète, debout dans les feuillages, comme un agent secret en mission. Non, vraiment, il se devait de faire ça. Quand son portable avait tinté et qu’il avait dû sortir son crâne endolori de son oreiller pour regarder, il ne pensait pas être ravi, loin de là. Mais en voyant la tête d’imbécile de son meilleur ami de toujours enfin prêt à conclure avec cette fille avec qui il le bassinait depuis bien trop longtemps, il n’avait même pas eu à réfléchir pour sauter du lit. Pour envoyer une quinzaine de gifs d’encouragements et des « t’es beau Bambi » ou des « je suis si jaloux d’elle » en rafale. Pour ouvrir une autre conversation à côté avec tout le monde sauf ledit Bambi et leur parler de ses intentions presque instinctives. Pour être fier de lui en voyant la montagne de notifications qui approuvaient son idée de génie.

Alors il avait tout fait très vite, pour une fois. La douche, le café, le vrai réveil, et l’arrivée dans ce petit bosquet duquel il pouvait l’observer. Duquel il pouvait s’assurer qu’elle n’était pas encore arrivée. Parce qu’il voulait savoir qui elle était, mais qu’il était important pour ça que Bertel ne soit plus en mesure de l’envoyer paître. Parce qu’il devait avoir un timing parfait pour ruiner tous ses espoirs. Parce qu’il ne serait pas un bon meilleur ami s’il ne profitait pas de la soirée de sa vie pour s’incruster comme un malpropre et raconter une dizaine d’anecdotes toutes plus embarrassantes les unes que les autres. Dans un sens, si elle restait, c’est que c’était la bonne, et qu’elle le méritait, aussi.

Pile la bonne heure. Enfin il se libère des feuilles et époussette ses vêtements pour en faire tomber la plus grande partie avant de se faufiler assez rapidement jusqu’à la porte d’entrée pour qu’il ne puisse pas le voir venir. Pour appuyer sur la sonnette doucement, délicatement, comme la femme qu’il s’est mis à imaginer aurait sûrement fait. Pour pouffer intérieurement de rire en voyant la porte s’ouvrir et battre des cils exagérément aussitôt. « Bonjour chéri. Tout ça pour moi ? Fallait pas, vraiment. » Le bruit de moteur lui indique qu’une voiture approche, et dans le doute, il se faufile à l’intérieur avant d’être vu, passant entre Bertel et la porte sans aucune considération pour l’expression sur son visage, osant même apposer un baiser bruyant sur sa joue.

« Surpriiiise ! Il fallait que je la vois, je suis sûr que tu comprends. Si je pense qu’elle le mérite je peux dire que je suis pressé et partir, dans tous les cas je vous laisse conclure, t’inquiètes. Mais il faudra m’assommer pour que je parte tout de suite. » Il riait doucement, déjà en train de réfléchir au meilleur endroit pour se cacher, finissant par abandonner l’idée et faire le tour de la table pour tout inspecter en lançant des sifflements impressionnés. Pour lorgner un meuble jusqu’à se hisser dessus et balancer ses jambes dans le vide. Pour sourire comme un imbécile heureux à Bertel alors que la porte s’ouvre.
(c) AMIANTE

_________________
icarus is flying too close to the sun
is this how it feels to take a fall? icarus is flying towards an early grave. ▬ never regret thy fall, O icarus of the fearless flight, for the greatest tragedy of them all is never to feel the burning light. - OW
Revenir en haut Aller en bas
T'as les boules, t'as les glandes | Bertel, Gilly et James
Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» T'as les boules, t'as les glandes, t'as les crottes de nez qui pendent ▬ le 22-02 à 17h08
» Boules de poils...(Pv:Patte du Passé,Patte de Neige et Serre d'Aigle)
» LE SENAT MET SOUS ENQUÊTE POUR CITOYENNETÉ TOUS SES MEMBRES ET LES MINISTRES
» IV. Faune d'Autremonde
» Gaylord Berkley

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Walk on Ice ::  :: Residential Area :: Appartements-
Sauter vers: