Nouveautés
Mise à jour n°4 - Quelques petites nouveautés voient le jour !
Toutes les informations.
Tumblr - Découvrez le Tumblr du forum ici.

Partagez | 

 Suis-moi et perdons-nous ensemble, c'est plus amusant! || Verde


Only the Icelanders can Walk on Ice.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t560-julian-k-nikulasson-i-ll-

Identity Card
Pseudo : Myxookiie Messages : 25 depuis le : 21/06/2018 Avatar : Blake Steven Points : 148 A Reykjavik depuis : 7 ans, donc depuis l'âge 18 ans Âge du perso : 25 ans Emploi/études : Agent de sécurité & Athlète de patinage artistique

MessageSujet: Suis-moi et perdons-nous ensemble, c'est plus amusant! || Verde   28.06.18 8:36
Le patineur avait fini ses « études » en tant qu’agent de sécurité depuis quelque temps et il avait déjà fait quelque endroit en remplacement pour congé de maladie avant de se trouver un endroit qui lui ouvrirait un poste à lui. Il mit un certain temps à trouver cet endroit. Il ne savait pas trop exactement parce qu’il n’avait jamais compté pour ne pas se démoraliser. Enfin bref, il avait finalement trouvé un endroit qui voulait de lui dans un poste plus ou moins permanent alors il avait directement sauté sur l’occasion pour finalement être embauché à l’Harpa. Il était déjà allé une autre fois outre pour aller remettre son CV et pour son entrevue, pour aller remplir les papiers d’embauche et toute la paperasse qui en découle en plus d’aller récupérer son uniforme d’agent de sécurité.

Aujourd’hui, c’était le grand jour ! Son premier jour à l’Harpa. Il avait revêtu son uniforme d’agent de sécurité et était parti à la salle de concert. Rendu sur place on lui remit une oreillette et un émetteur-récepteur radio mobile (talkie-walkie [pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer ?]) pour aller avec son gros « SÉCURITÉ » d’écrit dans son dos. Il se sentait tout de même nerveux. Il plaça bien le tout avant de discuté avec son supérieur de comment ça se passait en ses lieux. On lui avait également remis son horaire, qu’il rangea dans son sac avant de ranger toutes ses choses dans son casier personnel, gardant son téléphone dans sa poche, s’était toujours pratique si on devait appeler les secours rapidement.

Il resta de longues minutes dans le bureau du supérieur avant de le suivre pour faire le tour des employés pour se les faire présenter et se présenter par la même occasion. Ils firent le tour tranquillement, mais surement pour finir vers l’avant, au niveau des guichets.

« Verde? Je te présente Julian, notre nouvel agent de sécurité ! »
« Enchanté Verde ! », dit doucement le patineur artistique.

Le supérieur regarda un moment sa montre avant de jurer poliment.

« Je n’ai pas le temps de m’occuper de la visite des lieux, Verde tu peux t’en occupé ? Oui ? Merci ! », dit le supérieur avant de partir rapidement sans laisser la chance à Verde de répondre quoi que ce soit.

Julian regarda le supérieur partir l’air complètement indigné, la bouche entre-ouverte, les paupières grandes ouvertes, les bras le long du corps. Il secoua rapidement la tête tout en se faisant violence pour ne pas lancer un « ça te tuerait de vérifier si ça l’ennui ou pas, c’est juste du respect et du gros bon sens »… parce que franchement ça ne se disait pas à son employeur. Il tourna la tête vers Verde et remonta ses lunettes, les poussant sur son nez avec son index.  

« Si ça t’ennuie, j’irais demander à quelqu’un d’autre ou j’irais visiter moi-même. », dit-il doucement, prévenant.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t519-verde-lanero-554-5478 http://walk-on-ice.forumactif.com/t515-verde-bambi-et-le-chasseu

Identity Card
Pseudo : Froggy' Messages : 116 depuis le : 13/06/2018 Avatar : Matthew Hitt Points : 525 A Reykjavik depuis : 4 ans Âge du perso : 23 ans Emploi/études : Etude en art appliqué | Guichetier à l'Harpa

MessageSujet: Re: Suis-moi et perdons-nous ensemble, c'est plus amusant! || Verde   01.07.18 18:38

Suis-moi et perdons-nous ensemble, c'est plus amusant !
Júlían & Verde

« Les feuilles de trèfles sont un festin de roi. Elles font grandir les oreilles et fortifient les pattes. Mais c'est tellement mauvais à manger, que je préfère me passer de vitamines. »
Dix, seize, vingt-deux, trente-huit…

Les yeux rivés sur les billets de banque glissé entre mes mains, je compte. Je relève avec un ennui viscérale le total de la caisse centrale, patientant silencieusement jusqu’à l’ouverture de l’Harpa. Le temps se fait long, pour un samedi soir. Comme à chaque fois que je prends mon service à une heure aussi prématuré. Comme à chaque fois où, inquiet d’arriver en retard, je me pointe avec une avance considérable. Le monde est trop sombre, aujourd’hui. Le silence qui m’entours ne me fait voir aucune couleur, aucune douceur pour pouvoir m’émerveiller et m’occuper l’esprit. Alors je m’occupe, j’essai de tromper un peu cette lassitude qui commence déjà à pointer le bout de son nez. Bientôt, très bientôt, la foule commencera à s'agglutiner devant le comptoire, balayant cette obscurité lancinante pour m’offrir une palette arc-en-ciel du plus bel effet. Et bientôt, très bientôt, la musique recouvrira le noir de ce monde trop fade, trop triste pour être réel à mes yeux. C’est le bruit des pas frappant doucement le sol qui me tire de ma rêverie, alors que je relève le regard vers mon patron, et vers cette agréable couleur bleuté qui émane de ta voix. Un bleu profond, lancinant, exaltant. Une couleur qui devrait être froide, mais qui me semble agréablement chaude et rassurante. Le patron des lieux me lance un regard rapide avant de faire les présentations. Je m’entends vaguement bredouiller, tentant tant bien que mal de gérer mon malaise, de ne pas trop te montrer ma peur viscérale et ma maladresse.

« Oh, heu… enchanté. » Rapidement, je fourre les quelques billets restant au fond de la caisse, puis relève les yeux vers l’homme à nos côtés. Homme qui semble légèrement pressé par le temps, puisqu’il est en train de me refiler une partie de son travail sans la moindre considération pour le mien. « Hein ? Mais je... » Inutile de refuser, le voilà déjà parti. Un soupir las s’échappe de ma gorge, alors que je reporte mon attention sur toi dans une moue gênée. L’air choqué que tu affiches me ferait presque rire, si je n’étais pas déjà mortifié par ce malaise viscérale qui se gratte une place féroce dans mon esprit. Au moins, tu me sembles plus poli que notre employeur. Les lèvres pincées dans une mimique timide, je secoue légèrement la tête, incapable d'aligner plus de deux mots avec un inconnu. « Oh, je... » Mon regard se pose sur la caisse, puis sur toi, et à nouveau sur la caisse. Je referme le tiroir d’un coup sec pour enclencher la sécurité. J’inspire, j’expire. Allez Verde. Tu peux le faire. Ça ne devrait pas être trop compliqué de te montrer l'entièreté de l’Harpa, si ? Enfin… Si je ne me perds pas avec toi dans les couloirs labyrinthiques de l’endroit.

« Non, ça ira. Je vais m’occuper de toi. » Le rouge me monte soudainement aux joues, comprenant avec un cran de retard que cette phrase malhabile pourrait être interprétée dans le mauvais sens. « Enfin, je vais m’occuper de te faire visiter, je veux dire. » L’une de mes mains vient gratter naïvement l’arrière de mon oreille droite, alors que je m’extirpe rapidement de derrière le comptoir pour me placer à tes côtés. La visite commence ici, non ? Autant te demander ce que tu souhaites voir avant toute chose. « Tu...Tu veux commencer par quoi ? »

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t560-julian-k-nikulasson-i-ll-

Identity Card
Pseudo : Myxookiie Messages : 25 depuis le : 21/06/2018 Avatar : Blake Steven Points : 148 A Reykjavik depuis : 7 ans, donc depuis l'âge 18 ans Âge du perso : 25 ans Emploi/études : Agent de sécurité & Athlète de patinage artistique

MessageSujet: Re: Suis-moi et perdons-nous ensemble, c'est plus amusant! || Verde   16.07.18 20:52
Le jeune agent de sécurité regarda le jeune guichetier un moment avant de sourire très légèrement. Le jeune homme avait tellement l’air stressé qu’au bout d’un moment le jeune athlète se demandait s’il ne pouvait pas faire quelque chose pour l’aider. S’il ne pouvait pas faire quelque chose pour faire diminuer son stress. Il avait beau réfléchir, mais comme il ne le connaissait pas il ne savait pas exactement ce qui allait marcher alors il opta plutôt pour le mettre en confiance. Il le regarda tranquillement et détourna le regard un peu pour le gêner le moins possible. Pendant ce temps, il regardait un peu autour de lui comme si tout ce qu’il voyait était SUPER intéressant, la chose la plus intéressante du monde.

Quand le jeune homme lui adressa la parole, il se tourna tranquillement et lui fit un faible sourire, l’air désolé. Il secoua la tête tranquillement et s’étira un peu pendant qu’il terminait de fermer la caisse.

« T’en fais pas hein, j’ai compris ce que tu voulais dire ! T’en fais pas, ne stresses pas pour ça ! Dis-toi que, pendant ce temps, ça te fait une pause de clientèle ! »

Il sourit tranquillement et le regarda doucement. Il avait tellement l’air stressé que Julian veut absolument le détendre. C’était plus fort que lui. Il lui sourit doucement et enleva ses lunettes. Il les tendit à Verde.

« Dis… tu peux me dire si mes lunettes, son sale ou ça va encore? Je vois aussi loin que le bout de mon nez… ma vision est complètement nulle de proche »

Il pouffa de rire et attendit sa réponse tranquillement avant de soupirer et de remettre ses lunettes. Il commença à marcher tranquillement, regardant un peu autour de lui. Il se demandait pourquoi il était aussi… comment dire… renfermer ? Paniquer ? Voire même nerveux ! Il se le demandait vraiment. Mais dans tous les cas, il savait que s’était probablement désagréable pour le jeune d’à peu près son âge d’être prit là-dedans.

« Je ne sais pas trop par où commencer en fait ! N’importe où ! »

Il le regarda tranquillement et marcha alors que son talkie-walkie se mit à fonctionner, il sursauta tellement c’était fort et soudain. Il fronça des sourcils un peu et secoua la tête, il baissa doucement le son de cette boite à paroles. Il tira un peu la langue.

« Désolé, je ne savais pas que le son était aussi fort ! »

Il marcha tranquillement et regarda autour de lui. Ils croisèrent quelque collègue qu’il salua tout en se présentant avant de se tourner vers Verde.

« Dis… tu as un sport préféré, une activité que tu pratiques ? … Moi, je fais du patinage artistique depuis que je suis tout petit… oui, je sais… ce n’est pas très viril »

Il cherchait vraiment un moyen de faire la conversation.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t519-verde-lanero-554-5478 http://walk-on-ice.forumactif.com/t515-verde-bambi-et-le-chasseu

Identity Card
Pseudo : Froggy' Messages : 116 depuis le : 13/06/2018 Avatar : Matthew Hitt Points : 525 A Reykjavik depuis : 4 ans Âge du perso : 23 ans Emploi/études : Etude en art appliqué | Guichetier à l'Harpa

MessageSujet: Re: Suis-moi et perdons-nous ensemble, c'est plus amusant! || Verde   23.07.18 10:57

Suis-moi et perdons-nous ensemble, c'est plus amusant !
Júlían & Verde

« Les feuilles de trèfles sont un festin de roi. Elles font grandir les oreilles et fortifient les pattes. Mais c'est tellement mauvais à manger, que je préfère me passer de vitamines. »
Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai l’impression d’être plus à l’aise avec toi qu’avec n’importe qui d’autre.

Comme si ce bleu profond qui émane de ta voix apaise un peu de mon stress, de ma gêne habituelle. Mes yeux se bloquent dans les tiens, et j’échappe une moue légèrement boudeuse lorsque tu les détournes pour regarder ailleurs. J’ai beau en apprécier l’attention, ne pas pouvoir parler à travers mes iris émeraudes me frustre un peu. C’est une habitude si vieille que je ne parviens presque plus à communiquer autrement. D’un geste nerveux, je referme la caisse centrale pour reporter mon attention sur toi, un soupir légèrement fébrile s’échappant de mes lèvres fines. Les sourires doucereux que tu m’offres ont au moins le don d’alléger un peu de ma timidité maladive. Tu n’as pas l’air bien méchant, et si je me sais trop sensible pour juger les gens à leur juste valeur, trop idiot et facile à berner, je doute quand même de tes mauvaises intentions. À mes yeux, tu ne sembles être qu’une personne agréable, bien trop rare dans ce bas monde. Ma bouche s’étire dans un sourire discret lorsque ta voix reprend le dessus sur notre échange, alors que je hoche lentement la tête pour confirmer tes dire. « Ah, oui, ça me fera du bien. » Parce que les clients, parfois, je n’en peux tout simplement plus. Trop dirigiste. Trop mauvais. Trop cynique. Il me suffit d’un seul homme pour avoir l’air ridicule. D’une seule blague stupide que je ne comprends pas pour avoir envie de me cacher dans un trou de souris et ne plus jamais en ressortir.

Ta main me tend les lunettes bien en prise au creux de tes doigts et je papillonne un instant des paupières, comprenant avec un cran de retard ce que tu me demandes d’une voix invitante. Le bleu profond qui émane de ta personne me berce dans un carcan de chaleur, alors que je prends l’objet dans un geste légèrement hésitant. « Oh, oui bien sûr. » Mes iris émeraudes contemplent un instant les vitres épaisses, profitant d’un pan de mon t-shirt pour nettoyer les quelques salissures qui pourraient troubler ta vue, avant de te retendre les lunettes. « Tiens. Elles sont propre, maintenant. » Les lèvres étirées dans un sourire timide, je laisse un temps de doute me prendre le coeur. Par quoi est-ce que je pourrais bien commencer la visite ? « Le directeur t’as montré où étaient les vestiaires et la salle de pause ? » Probablement. Ou pas. Dans un cas comme dans l’autre, me voilà déjà parti dans le couloir réservé au personnel, le seul à être bloqué pour la foule de client qui commence doucement à s’amasser près de l’accueil. Finalement, je suis plutôt content de devoir te montrer l’Harpa. Ça m’évite de devoir m’assumer devant tout ces gens. Mes pas me guident rapidement le long du couloir, mais le sursaut violent qui me prend lorsque ma vision se voile d’un noir inquiétant est viscérale. Mes paupières se ferment par automatisme, le nez froncé dans une mimique idiote, alors que j’attends patiemment que ma vue retrouve une teinte correct.

« Oh, c’est pas grave. Ça m’a juste surpris. » Et ça m’a rendu presque aveugle pendant trois secondes, aussi. Mais ça, je ne vais pas m’amuser à te le dire à voix haute. Nos pieds nous guident rapidement vers la fin du couloir, près de la salle de pause, alors que nous rencontrons quelques collègues sur la route. Je te laisse te présenter, étant peu habitué à le faire à la place des autres. Et de toute manière, les autres ont l’habitude avec moi. Ils n’y font même plus attention. C’est un regard bouffé par l’intérêt qui se pose à nouveau vers toi lorsque ta voix brise le silence gênant qui s’était installé entre nous. « Du patinage artistique ? » L’éclat d’intérêt qui se glisse dans mes prunelles ne doit pas passer inaperçu, j’en suis parfaitement conscient. Et pourtant, je peine à retenir les mots qui s’échappent de mes lèvres sans me demander le moindre consentement. « Bien sûre que si, c’est virile. Rien que pour porter ses partenaires ou pour danser sur la glace, il faut une sacrée force et un vrai talent. Ceux qui disent le contraire sont des abrutis. » Les sourcils froncés dans une attitude sévère, je me rends compte avec un cran de retard de la facilité avec laquelle j’arrive à te parler. Alors je laisse la timidité reprendre lentement sa place sur mon visage, le regard à nouveau troublé par la gêne. « Enfin j’veux dire... Je suis pas très sportif. » Et je pense que ça se voit à ma carrure inexistante. « Je suis plus porté sur l’art en général. » Et à mes yeux, le patinage artistique est l’un des sports les plus beau à regarder. Entre la musique, les gestes nerveux et la beauté de l’acte, il y a de quoi happer mon attention. La curiosité maladive se gratte une place au creux de mon ventre, alors que je laisse libre court à ce sentiment idiot. « Ça doit demander une sacrée énergie. Tu fais ça en professionnel ou juste en amateur ? » Perdu au beau milieu du couloir, j’en ai presque totalement oublié les raisons de cet échange.

(c) DΛNDELION

_________________
Here's to us
I am beautiful with you, even in the darkest part of me. I stand naked before you now. No walls to hide behind, so here am I. You see all of my scars, still you are. I bare my soul and I'm not afraid.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t560-julian-k-nikulasson-i-ll-

Identity Card
Pseudo : Myxookiie Messages : 25 depuis le : 21/06/2018 Avatar : Blake Steven Points : 148 A Reykjavik depuis : 7 ans, donc depuis l'âge 18 ans Âge du perso : 25 ans Emploi/études : Agent de sécurité & Athlète de patinage artistique

MessageSujet: Re: Suis-moi et perdons-nous ensemble, c'est plus amusant! || Verde   10.08.18 4:01
En le regardant de plus près, il remarqua que son collègue pourtant si timide le regardait droit dans les yeux. Il remarqua également qu’il semblait frustrer qu’il détourne le regard. Il finit simplement par le regarder dans les yeux à nouveau en souriant. Il ne voulait pas vraiment le contrarier. Quand il prit les lunettes, il lui sourit un peu plus avant de regarder au loin avant de rester un moment surpris quand il les nettoya. Pourtant il lui avait simplement demandé si elle était sale, il les aurait nettoyées lui-même. Il les reprit et se les mit sur son nez avant de le remercier sincèrement.

« Oh wow ! Merci ! Elle devait être vraiment sale. Tu sais t’auras pu juste me dire si elle était sale ou propre, mais, franchement, un gros merci ! »

Il sourit un peu, et le suivi tranquillement. Il le regarda un moment légèrement amuser.

« Non, il ne m’a rien montré… il avait bien trop hâte de se débarrasser de moi… Il est soit bien occupé ou quelqu’un de vraiment spécial… j’hésite encore… »

Il hésitait parce qu’il ne l’avait pas assez observé pour se faire une idée claire de qui était ce phénomène qui était son patron. Au moins, malgré tout, il savait qu’il y avait au moins un employé adorable à l’Harpa, Verde. Il avait déjà le pressentiment qu’il s’entendrait à merveille avec ce petit bout d’homme malgré sa grande timidité. Cependant quand il eut le petit problème de son avec son talkie-walkie, il avait un espère d’acouphène pendant quelque temps. Il se tira un peu sur l’oreille comme si ça allait arranger quelque chose alors qu’en fait non.

« T’es sûr ? Parce que, moi, je suis presque sourd là ? », dit-il en secoua la tête.

Il tira la langue et marcha tranquillement avant de se mettre à parler de patinage artistique. Il le regarda un moment surpris de le voir avec autant d’entrain, mais d’un côté ça lui faisait plaisir, surtout qu’en plus il complimentait le sport. Il le regarda tranquillement.

« En professionnel. J’ai commencé à l’âge de 3 ans avec la danse. 4 soirs de patin et 1 de cours de danse par semaine. Je rêve depuis toujours d’aller aux Jeux olympiques… j’y serais probablement déjà allé si je ne m’étais pas sérieusement blessé sachant que j’étais espoir olympique depuis que j’avais 15 ans… heureusement par miracle je peux espérer à nouveau y aller un jour, mais c’est plus compliquer et je dois recommencer le classement au complet »

Il marcha tranquillement en compagnie du jeune homme.

« Si tu veux un de ses quatre je t’inviterais à venir voir une compétition, dès qui en a une à Reykjavik ou proche »

Il le regarda un moment et le suivit pour rentrer dans la salle des employés. Il se présenta au collègue présent, mais quand ils arrivèrent pour sortir deux personnes étaient en grandes discussions en plus de leur bloquer le chemin et ne semblait pas les voir. Julian commença à s’impatienter et se mit instinctivement à taper du pied, un peu comme le faisait le lapin dans Bambi. Ce cher Panpan.

« Excusez-nous ! On aimerait sortir ! », dit Julian.
« Oh pardon ! », dit une des deux personnes en se tassant.
« Merci ! »

Ils partirent tranquillement, marchant tranquillement avant de décider sans prévenir, il décida de tourner à une place en entrainant le guichetier avec lui. Ils entrèrent dans les vestiaires.

« Oh ! C’est ici les vestiaires ! Attends… on est dans le vestiaire des hommes ou des femmes là ? »

Puis quelqu’un cria et Julian lâcha un « Merde ! Pardon ! » avant de sortir rapidement avec Verde. Il le regarda et pouffa de rire très légèrement.

« J’aurais dû regarder un peu mieux… », dit-il en se retenant de rire.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t519-verde-lanero-554-5478 http://walk-on-ice.forumactif.com/t515-verde-bambi-et-le-chasseu

Identity Card
Pseudo : Froggy' Messages : 116 depuis le : 13/06/2018 Avatar : Matthew Hitt Points : 525 A Reykjavik depuis : 4 ans Âge du perso : 23 ans Emploi/études : Etude en art appliqué | Guichetier à l'Harpa

MessageSujet: Re: Suis-moi et perdons-nous ensemble, c'est plus amusant! || Verde   28.08.18 11:41

Suis-moi et perdons-nous ensemble, c'est plus amusant !
Júlían & Verde

« Les feuilles de trèfles sont un festin de roi. Elles font grandir les oreilles et fortifient les pattes. Mais c'est tellement mauvais à manger, que je préfère me passer de vitamines. »
Avec une pointe de soulagement greffé dans le coeur, je laisse un léger sourire s’armer sur mes lèvres. Tu ne sembles plus fuir mon regard, et aussi idiot que cela puisse paraître malgré ma timidité, ça m’aide beaucoup à à la combattre. Pouvoir lire tout un panel d’émotion dans les yeux des autres a toujours eut un côté fascinant, pour moi. Un côté rassurant, aussi. Mes mains nettoient machinalement tes lunettes, avant de te les rendre dans un geste, les joues empourprés par la gêne. « Oh, c’est rien. » Je n’ai pas vraiment l’habitude des remerciements, et le malaise clairement discernable sur mon visage doit certainement te le faire comprendre. Mes lèvres s'étirent rapidement lorsque tu reprends la parole, dans une mimique à la fois douce et amusée. Malheureusement pour nous, le patron de l’Harpa n’est pas un modèl. « Il est toujours comme ça, tu sais. Il a toujours l’air débordé, alors qu’en fait, il ne fait pas grand chose de ses journées. On prend vite l’habitude. » Ou on finit vite par l’ignorer, c’est selon. Personnellement, je privilégie la deuxième option. La visite s’écoule doucement, tout comme la conversation qui ne semble pas se tarir. Encore moins lorsque tu mets le patinage artistique sur le tapis. Étonnant, venant d’une personne aussi réservée que moi, mais je me sens à l’aise avec toi. Comme si le bleu profond qui émanait de ta voix avait un caractère apaisant. Doux. Agréable. Comme une promesse. Celle d’un échange qui sera de plus en plus facile, de plus en plus précieux.

J’écoute avec une attention toute particulière la suite de la conversation, riant stupidement devant ta répartie idiote. J’avoue que le bruit intense du talkie m’a rendu presque aveugle, mine de rien. Il y a plus agréable comme sensation. Nos pas nous guident à travers les couloirs, alors que je ne peux m’empêcher de te répondre d’une voix encourageante. « C’est vraiment dommage, mais je suis certain que tu pourras faire y faire quelque chose ! Les jeux olympiques, quand même. C’est un truc qu’on ne fait qu’une fois dans une vie. » Et je suis certain que tu y parviendras. En tout cas, et vu la facilité avec laquelle j’arrive à te parler, je ne pense pas me tromper en pensant être là pour te soutenir jusque là. Au moins. Pourtant, mon regard papillonne quelques instants, les yeux braqués dans les tiens, marqué par la surprise et le contentement que cette proposition fait naître en moi. « Vraiment ?! » Oups. Je crois que je viens de pousser une exclamation beaucoup trop forte pour pouvoir espérer masquer mon impatience. Super. Tu vas finir par me prendre pour un idiot fini. « Je veux dire... Oui, ce serait vraiment génial. » Je tortille maladroitement mes mains pour masquer ma gêne, arrêtant mon corps à quelques centimètres du tiens lorsque deux de nos collègues nous bloque le chemin. Le tapotement énervé de ton pied sur le sol m’arrache un sourire amusé, alors que tu me fais l’effet d’être Panpan dans l’histoire de Bambi. Peut-être que c’est moi, Bambi, d’ailleurs. Ce serait raccord.

Les lèvres pincées par l’amusement, je te laisse expédier les deux intrus, avant de me faire entraîner dans un autre couloir, celui des vestiaires. Mais lorsque tu tentes d’ouvrir l’une des portes, ma réaction est presque immédiate. « Non pas par..! » Ma main se bloque sur ma bouche dans un air choqué, alors que tu entres sans aucune considération dans la petite pièce. Les cries qui y résonnent me lacère les tympans. « Là. » Rapidement, nous sortons de la fosse au lion avant de nous faire assassiner à coup de chaussure, un rire franc et incontrôlable s’échappant de ma gorge. Merde. Je n’arrive même pas à le retenir. Je dois même me tenir les côtes tant la force de ce fou-rire est brutal. Maladroitement, alors que je tente de calmer l’hilarité qui se fraye une place au creux de mon ventre, je tapote ton épaule d’une main qui se veut rassurante. « Au moins tu sais où trouver le vestiaire des filles, maintenant, si jamais... » J’inspire lourdement, avant de te pointer la porte d’en face du menton, puis le bout du couloir. « Celui des hommes est juste en face. Et la salle de pause est au fond à droite. Viens, c’est l’heure de ma pause et tu ne devrais pas commencer avant une bonne demi-heure. Tu veux un café ? »



(c) DΛNDELION

_________________
Here's to us
I am beautiful with you, even in the darkest part of me. I stand naked before you now. No walls to hide behind, so here am I. You see all of my scars, still you are. I bare my soul and I'm not afraid.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t560-julian-k-nikulasson-i-ll-

Identity Card
Pseudo : Myxookiie Messages : 25 depuis le : 21/06/2018 Avatar : Blake Steven Points : 148 A Reykjavik depuis : 7 ans, donc depuis l'âge 18 ans Âge du perso : 25 ans Emploi/études : Agent de sécurité & Athlète de patinage artistique

MessageSujet: Re: Suis-moi et perdons-nous ensemble, c'est plus amusant! || Verde   28.09.18 19:24
Il y avait quelque chose chez le jeune homme que Julian ne détestait pas. Il avait envie de le serrer contre lui et de le protéger. Verde était l’image exacte, ou presque, que se faisait l’athlète des petits frères, enfin peut-être pas, une des deux images du moins. Dans tous les cas, il avait l’impression qu’il allait possiblement devenir assez proche de Verde assez rapidement. Il ne pouvait pas dire pourquoi, mais il le présentait. Il ne put s’empêcher de sourire un peu plus en le voyant autant enthousiasme.

« Eh ! Ne refrène pas ton enthousiasme comme ça ! Pas avec moi ! Et oui vraiment ! Et puis même, si tu veux des peluches, je t’en donnerais, vu que je les ramène toujours ! »

Il sourit doucement et lui fit un clin d’œil et marcha tranquillement en sifflotant avant que le désastre arrive. Il entra dans le vestiaire des femmes. Naturellement, il se ramassa des coups des femmes qui étaient tout près, mais aussi il reçut des chaussures par la tête. Il réussit à sortir de la en s’excusant sans arrête. Il sortit le plus rapidement qu’il pouvait, à croire que certaines lui bloquaient le chemin pour être certaine de pouvoir tout le frapper. Enfin bref, une fois dehors, il referma rapidement la porte et éclata de rire brusquement.

Il riait maintenant à gorge déployée. Il riait de bon cœur. Il secoua la tête avant de poser sa main sur son épaule en riant, passant sa main libre sur ses yeux. Il secoua une fois de plus la tête et écouta ce qu’il lui disait et pouffa un peu de rire.

« Ouais… mais bon je ne pense pas vraiment en avoir besoin de savoir où il se trouve ! »

Il tourna tranquillement la tête et écouta ce que lui disait toujours Verde, il sourit tranquillement. Il hocha de la tête avant de s’étirer et de mettre une des chaussures qui était sortie en même temps que lui du vestiaire des dames près de la porte. Il se releva et sourit de toutes ses dents. Il se retenait de ne pas encore une fois éclater de rire et sourit tranquillement.

« Oui, allons-y ! Et ouais pourquoi pas un café ! »

Il marcha tranquillement avec Verde en souriant. Il décida de rester avec lui jusqu’à ce qu’ils doivent lui-même aller à son poste de travail quand il ne faisait pas ses rondes. Ils arrivèrent dans la salle des employer. Quand il arriva pour se payer le café, Julian l’arrêta et sourit.

« Je te le paye, pour m’excuser de t’avoir presque explosé les tympans ! »

Il sourit tranquillement et lui paya le café en lui demandant ce qu’il prenait, laissant la machine le faire. Il mit ses mains dans son dos tranquillement.

« Je me demandais, est-ce que tu as juste ce travail là où tu es aussi étudiant ? »

Il essayait de faire la discussion pour apprendre à le connaitre. Il regarda la machine à café et prit le café de Verde et lui donna tranquillement.

« Tiens ton café ! »

Il paya tranquillement pour son propre café, s’étirant un peu.

« Eh… si jamais t’as du mal avec des clients…, appelle-moi okay ? Je sais que parfois il peut en avoir des vraiment super relou. »

_________________

Take a piece of my heart and make it all your own, So never will I ever let you go
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t519-verde-lanero-554-5478 http://walk-on-ice.forumactif.com/t515-verde-bambi-et-le-chasseu

Identity Card
Pseudo : Froggy' Messages : 116 depuis le : 13/06/2018 Avatar : Matthew Hitt Points : 525 A Reykjavik depuis : 4 ans Âge du perso : 23 ans Emploi/études : Etude en art appliqué | Guichetier à l'Harpa

MessageSujet: Re: Suis-moi et perdons-nous ensemble, c'est plus amusant! || Verde   04.10.18 10:27

Suis-moi et perdons-nous ensemble, c'est plus amusant !
Júlían & Verde

« Les feuilles de trèfles sont un festin de roi. Elles font grandir les oreilles et fortifient les pattes. Mais c'est tellement mauvais à manger, que je préfère me passer de vitamines. »
Il y avait quelque chose, chez Julian, qui te mettait à l’aise.

Son sourire, le bleu profond de sa voix, son naturel doux et avenant. Tu ne savais pas vraiment quoi, mais ta timidité maladive en était grandement soulagé. Comme si, au fond, tu étais déjà persuadé que tout se passerait bien avec lui. Qu’il ne te ferait pas de mal. Qu’il ne serait pas un danger, pour toi et ta naïveté stupide. Alors tu esquisses un sourire de plus en plus large, de plus en plus franc à mesure que la conversation s’écoule. Tu laisses même un éclat de malice se loger dans ton regard d’émeraude lorsqu’il te promet déjà une montagne de peluche qui viendront agrandir ta collection. Tu le sais, pourtant, cette affection pour tes petites boules de poil en coton n’a jamais aidé à te rendre très crédible. Pas assez masculin. Pas assez viril, du point de vu de beaucoup. Mais devant lui, en tout cas, tu te fiches bien de ce stéréotype en carton. « Ce serait vraiment gentil, Julian. J’en ai déjà beaucoup trop, mais je suis sûre que je leur trouverais une bonne place, chez moi. » Enfin, chez ta tante. Ça revient au même, elle les a toujours trouvé adorable de toute façon. Ton chat Pistache, beaucoup moins par contre. Lui, il s’amuse encore à chasser la moindre petite peluche qui stagne un peu trop longtemps sur ton lit. Sans doute parce que hé, c’est lui qui est censé faire office de peluche vivante, pas ces morceaux de tissu stupide à l’effigie d’animaux.

Et puis vient le désastre, et avec lui, ton rire étouffé entre tes lèvres fines. C’est rare de te voir aussi ouvert, aussi pétillant de franchise et d’honnêteté devant quelqu’un et pourtant, tu ne retiens pas la cascade d’amusement qui te prend le corps lorsque Julian manque de se ramasser un bout de chaussure sur le coin de la tête. Son rire rejoint le tien, alors qu’il referme enfin la porte derrière lui, alors que tu finis par lui proposer un café bien mérité après un échec aussi cuisant, alors que tu ne cherches qu’à prolonger un peu plus votre discussion, par curiosité, par intérêt un peu mal placé. Parce qu’il t’intrigue, Julian. Tu as envie d’apprendre à le connaître. Tu as envie d’en savoir plus sur son compte et, l’espace d’un instant, l’espace de quelques secondes, tu te dis qu’il ne t’en voudra sûrement pas de te montrer aussi désinvolte. Vos pas vous guident tout naturellement vers la salle de pause, et c’est un regard surpris qui glisse sur lui lorsqu’il te propose de payer ton café. « Oh, ce n’est pas... » Tu n’as même pas le temps de finir ta phrase que déjà, voilà que Julian insère la pièce dans la machine, te laissant affiché une moue légèrement gêné pour l’occasion. Même si le jeune homme te met à l’aise, il y a des choses qui ne change pas. « ...nécessaire. Merci Julian. » Tu lui indiques rapidement ce que tu prends, acceptant le gobelet fumant entre tes doigts cagneux.

« Oh, je suis étudiant en art appliqué en fait, mais je... » Tes lèvres se pincent quelques secondes, ta tête se penche légèrement sur le côté, tes yeux se baissent presque instinctivement sur le sol de la salle de pause. « Disons que je ne sais pas si je vais continuer. J’ai l’impression de stagner là-bas. Ce n’est peut-être pas fait pour moi, les études. » Parce que tu es un électron libre. Parce que t’enfermer dans un carcan, dans des codes trop bien établi, ça te frustre bien plus que tout le reste. Parce que tu as déjà eu quelques propositions dans des galeries d’art aussi, et que tu te dis qu’au fond, tu pourrais très bien réussir à t’en sortir sans l'université. Peut-être. C’est une option envisageable, en tout cas. Une option qui te plait de plus en plus.


(c) DΛNDELION

_________________
Here's to us
I am beautiful with you, even in the darkest part of me. I stand naked before you now. No walls to hide behind, so here am I. You see all of my scars, still you are. I bare my soul and I'm not afraid.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Identity Card

MessageSujet: Re: Suis-moi et perdons-nous ensemble, c'est plus amusant! || Verde   
Revenir en haut Aller en bas
 
Suis-moi et perdons-nous ensemble, c'est plus amusant! || Verde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Amusons nous ensemble en Noerphilie [1 personne]
» Jill Silversmth - Je suis fille des torrents, soeur des rivières. Et nous tournons, tous ensemble dans un cercle, une ronde à l'infini.
» Je suis un peu Perdu..
» Je suis l'ombre qui hante tes nuits [Livre 1 - Terminé]
» " Ce qui ne nous tue pas, nous rend plus fort ! " Ouais bah à ce stade là, j'suis hulk ! - ALIX

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Walk on Ice ::  :: Flashback & Flashforward :: Flashback-
Sauter vers: