Revenir en haut Aller en bas



 

Partagez|

Oh mon beau camion-pouet-pouet ! – feat. Sexcellence

Aller en bas
AuteurMessage
Membre du mois
avatar

is in Reykjavik, Iceland
come and chill out with us
http://walk-on-ice.forumactif.com/t221-gilly-vagnasdottir-no-pai

Pseudo : Xerxes
Messages : 298
depuis le : 28/04/2018
Avatar : Bridget Satterlee
Points : 540
A Reykjavik depuis : toujours, j'y suis née
Âge du perso : 23 ans
Emploi/études : actrice de télé-réalité (RIP vos cerveaux) et mannequin

MessageSujet: Oh mon beau camion-pouet-pouet ! – feat. Sexcellence 27.05.18 21:51


dis camion


Vite vite viiiite ! Gilly se magnait le train comme si elle était prise d’une envie de pisser insupportable. La totale, entre le tortillement dans l’ascenseur, et l’appuyage frénétique contre le bouton… comme si cela ferait monter la boite de conserve plus rapidement ainsi. Et dès que les portes s’ouvrirent, elle fila dans le minuscule interstice pour foncer droit chez elle. La journée avait été plus que longue, et plus que chiante également. Modeling, ficelage pour un futur tournage de l’émission dans un autre coin riche du globe, contrat, maquillage, sport blablabla. Naze. Mais rester suspendue à son portable à papoter avec Sexcellence en fixant un date le soir même pour un nouveau jeu qu’il avouait être ‘du tonnerre’ l’avait faite tenir. Et maintenant qu’il était l’heure, et qu’elle était même en retard, Gilly s’enfermait chez elle pour retirer ses fringues qui allaient trainer là des plombes, enfiler son pyjama pikachu et allumer son PC de combat. Depuis leur mésaventure dans le bar, cette rencontre fortuite saupoudrée de bière pour Sexcellence, les choses n’avaient pas changé. Pas vraiment. Il y avait pourtant des moments où Gilly allait taper son véritable nom sur Instagram. Le visage de James Mörkson lui semblait alors bien plus sympathique qu’autrefois. Disons, qu’il avait maintenant de l’intérêt. Et elle riait toujours devant cette tête de lutin capricieux et son sourire communicatif. Ce visage ne lui allait finalement pas si mal, à Sexcellence !

Mais le moment n’était pas à ça, il n’était pas à la vie réelle. Une fois les fesses confortablement posées dans son canapé, le PC sur ses genoux en tailleur, il n’y avait plus qu’à enfiler son casque sans fil dernier cri et à appeler l’ami du bout de l’écran.

Bon je te préviens je suis prête, en forme, à FOND !

Les salutations, c’était pour les faibles. Et puis à force de parler via message H24, c’était comme s’ils ne se quittaient jamais. Gilly bondit quand même de son canapé pour ouvrir son frigo et se sortir une bière, de quoi manger aussi. Qu’y avait-il de mieux dans la vie que son pote, le houblon et la charcut’ ?

On fait quoi alors ? C’est quoi ton super jeu ?! J’espère un truc flippant, je meurs d’envie de me faire pipi dessus dans mon beau pyjama pika-pika. Surtout qu’à chaque fois tu me promets de couiner comme un goret, j’attends ça avec im-pa-tience !

Et puis, si c’était elle qui chouinait de trouille, elle aurait au moins de quoi essuyer ses larmes avec de la charcuterie… et ça c’était quand même une très bonne chose.



©️️ nightgaunt


_________________
Sometimes I wonder when you sleep Are you ever dreaming of me ? Sometimes when I look into your eyes I pretend you're mine, all the damn time  'Cause I like you Is it cool that I said all that ?

   
'Cause I know that it's delicate
Revenir en haut Aller en bas
Administrateur
avatar

is in Reykjavik, Iceland
come and chill out with us
http://walk-on-ice.forumactif.com/t89-james-morkson-little-lion-

Pseudo : gavroche
Messages : 346
depuis le : 30/03/2018
Avatar : Jamie Campbell Bower
Points : 1330
A Reykjavik depuis : toujours
Âge du perso : 25 ans
Emploi/études : réalisateur en animation

MessageSujet: Re: Oh mon beau camion-pouet-pouet ! – feat. Sexcellence 02.06.18 12:57

Il était rentré chez lui trop vite, quittant la réunion pour un projet de groupe sans dire un mot, en trombe, sans merci ni merde. Ca n’avait aucune importance, de toute façon. Il avait un date avec Boobinator, et l’heure approchait bien plus vite que prévu, mais pas encore assez. Il fait en une demi heure le trajet de 45 minutes jusqu’à chez lui, appuie aussitôt sur le bouton de la machine à café, et dégaine son téléphone pour envoyer un « Bouge ton cul mocheté » poli en guise d’alerte du temps qui passe avant d’appuyer sur le contact qui colle à l’occasion : le livreur de pizza.

Buvant son café d’une traite, la suite vient naturellement : le frigo est ouvert, la bière finit vite dans sa main, l’autre s’occupe d’ouvrir la porte pour que le livreur apporte la pizza jusqu’à lui – parce qu’il ne faudrait tout de même pas qu’il se déplace en plus de ça – et il fonce chercher son ordinateur spécial jeux et convo. En quelques minutes, il est bien installé sur ses genoux, allumé, le jeu en fond et la page d’appel en évidence devant ses yeux. Un seul nom : Boobinator. Même si depuis, il a appris la vérité. Même s’il avait fini par associer le visage terrifié du pub à celui qui avait orné les fonds d’écran de portable de Bertel pendant si longtemps. Parce que de toute façon, cette fille qui passait à la télé, à qui il manquait un cerveau, ce n’était pas son amie virtuelle. Le lien ne se ferait jamais. Même si à cause de cette rencontre fortuite, il lui arrivait d’allumer la télé pour la voir bouger, même si avec de la persévérance, il avait accepté de voir qu’elle jouait un rôle, même si tout collait bien trop aux déplacements professionnels et aux plaintes sur le travail. Il ne voulait pas fouiller plus loin. Gilly, ce n’était pas Boobinator. Et Boobinator, ce n’était pas Gilly.

La sonnerie résonne dans son casque bluetooth au moment où un billet trouve le chemin de la main tendue du livreur, et il appuie rapidement sur le bouton pour décrocher en riant aussitôt que la voix si familière tonne dans ses oreilles. Une bière, une pizza, Boobinator, un jeu stupide. La soirée parfaite.

« T’as plutôt intérêt, parce que je vais te mettre MISERE ! »

Le regard perdu du livreur est chassé d’un mouvement de main distrait, et il décapsule sa bouteille avant d’aller cliquer sur le bouton partager du jeu qu’il avait déniché. Une perle.

« Oooooouh, arrête de parler de ton pyjama ça m’excite ! Tu vas avoir la peur de ta vie t’en fais pas. C’est un chef d’œuvre. Un jeu du dernier cri. Tout le monde a-do-re. Y’a un background profond, des personnages développés, c’est vraiment LE jeu du moment. »

Le sourire hilare qui flotte sur ses lèvres s’entend, mais ça n’a aucune importance. Boobinator est bien placée pour savoir que plus le jeu est stupide, plus ils s’amuseront.

« Voilà envoyé ! Je te laisse découvrir la bête bébé. »

Il rit déjà en avance, à l’idée de Boobinator qui lit un résumé plus stupide que beaucoup de ceux qu’il a déjà envoyé, à l’idée de l’entendre jurer comme un charretier alors que son personnage conduit un camion, à l’idée de la nuit qu’ils vont passer ensemble. Un morceau de pizza enfourné dans la bouche, il se permet tout de même de parler. Pas de chichis entre eux, tout de même.

« Je saurai pas dire pourquoi mais ce jeu m’a tout de suite fait penser à toi. »
(c) AMIANTE

_________________
icarus is flying too close to the sun
is this how it feels to take a fall? icarus is flying towards an early grave. ▬ never regret thy fall, O icarus of the fearless flight, for the greatest tragedy of them all is never to feel the burning light. - OW
Revenir en haut Aller en bas
Membre du mois
avatar

is in Reykjavik, Iceland
come and chill out with us
http://walk-on-ice.forumactif.com/t221-gilly-vagnasdottir-no-pai

Pseudo : Xerxes
Messages : 298
depuis le : 28/04/2018
Avatar : Bridget Satterlee
Points : 540
A Reykjavik depuis : toujours, j'y suis née
Âge du perso : 23 ans
Emploi/études : actrice de télé-réalité (RIP vos cerveaux) et mannequin

MessageSujet: Re: Oh mon beau camion-pouet-pouet ! – feat. Sexcellence 02.06.18 15:03


dis camion


Le pouvoir de cette voix sur Gilly était véritablement imposant. Il avait suffi qu’il commence à raconter n’importe quoi et à communiquer son énergie pour que l’actrice laisse un sourire immense s’installer sur son visage. Une expression radieuse également, qu’il ne pouvait sans doute pas s’imaginer de là où il était. Et Gilly se sentait tellement soulagée que malgré la rencontre fortuite, les choses n’aient pas changé d’un poil entre eux deux. Ça, c’était inespéré après tout. Mais l’un comme l’autre avait sans doute fait des efforts pour garder cette ligne de conduite, ne pas vriller vers la vie réelle et les visages qu’ils avaient aperçu pour mettre une personnalité toute autre dessus. Mais non… Bien que Gilly se doutait que son ami devait faire comme elle, de temps en temps poussé par la curiosité au point de déborder pour chercher un nom sur les réseaux sociaux, rien n’avait bougé. Ils étaient toujours les mêmes, et le naturel qui se dégageait à présent dans leurs appels après les instants un peu tendu après l’épisode du bar rendait à Gilly son ami le plus précieux.

L’entendre répondre à l’appel puis lui présenter le jeu la laissa silencieuse, bien qu’elle se pinçât les lèvres d’impatience. Cette raillerie facile à percevoir dans la voix du Sexcellence lui indiquait bien l’ironie de sa phrase pour attiser la méfiance de sa comparse. La méfiance, mais aussi une impatience qui força Gilly à se dandiner dans son pyjama jaune pour accélérer la cadence jusqu’à rejoindre son pc. Elle lança presque son assiette de charcuterie sur le canapé avant de sauter sur un coussin, prête à la fight. Et surtout à voir ce qu’enfin, le sale petit traitre lui avait encore dégoté comme grosse connerie.

Aloooors la bête… Qu’est ce que tu vas encore me faire faire.

Ne jamais avoir honte de rien avec lui aidait beaucoup. S’il n’y avait ni honte ni mauvais esprit de c compétition, c’était plus facile. Et il n’y avait pas de cela entre-deux. Juste une entente forgée dans la confiance et leur drôle d’humour, le sens de l’idiotie aussi. Ainsi que l’indéniable volonté d’être heureux l’un en présence de l’autre, le plus simplement possible. Il y eu alors un silence, uniquement entaché par un bruit de mastication fort peu élégant du coté de Gilly qui venait d’engouffrer une tranche de saucisson. Le temps qu’elle n’ouvre la fenêtre de partage, et ne tombe déjà sur l’image illustrant le jeu. Mastication suspendue. Ses yeux suivirent les lignes du résumé avec une frénésie guidée par l’impatience, jusqu’au terme des mots.

MAIS TU ES SERIEUX ? Petit con vaaaaaaaaaaa !!

Suivit d’un éclat de rire gras, le cri de Gilly s’accompagna d’une claque sur la cuisse, trop forte d’ailleurs à en croire le petit couinement qui suivit. C’était du délire… Un jeu comme ça existait vraiment ? L’actrice secoua alors ses mains comme une enfant impatiente avant de les jeter sur son clavier pour ouvrir le jeu en partage, et foncer vers les options lui permettant de customiser son camion. Deux tranches de saucissons plus tard, elle lançait la bouche pleine.

Mais j’y crois pas, j’y crois pas ! Tu vas me faire jouer à ça, t’es impossible ! Oh putain les customs ! Je vais te pimp my ride version camion, tu vas voir comme je vais être swag dedans… alors déjà … les produits à transporter. Produit radioactif… quelle bonne idée ! Ou alors des vaches… on va voir si c’est costaud comme bête ! Tant que c’est pas des clandestins du Mexique sur une route aux Texas.

A peine lancée et déjà à fond dedans. Cette fois il ne s’agissait même pas de compétition ou de stratégie. Avec un peu de chance, Gilly n’allait pas voir son personnage tué à chaque minute du jeu pour se prendre une balle juste quelques secondes après être revenu d’entre les morts. Là il s’agissait de conduite, alors okay… c’était carrément faisable. Gilly se balança un moment le temps d’attraper sa bière et d’en descendre une partie avant de retourner customiser son camion, devenu déjà très beaucoup moche.

Je te jure qu’on va voir que nous sur l’autoroute. Déjà hâte de faire une compétition du plus beau klaxon sur une aire de repos. Et entre deux pipis, on pourra peut-être se toucher à la machine à café.

Elle se marrait déjà à l’idée de polluer le jeu et son réseau avec le n’importe quoi qui les caractérisait si bien tout les deux. Sexcellence et Booninator allaient encore faire déferler une imbécilité toute particulière sur un jeu déjà bien engrainé sur le sujet…




©️️ nightgaunt


_________________
Sometimes I wonder when you sleep Are you ever dreaming of me ? Sometimes when I look into your eyes I pretend you're mine, all the damn time  'Cause I like you Is it cool that I said all that ?

   
'Cause I know that it's delicate
Revenir en haut Aller en bas
Administrateur
avatar

is in Reykjavik, Iceland
come and chill out with us
http://walk-on-ice.forumactif.com/t89-james-morkson-little-lion-

Pseudo : gavroche
Messages : 346
depuis le : 30/03/2018
Avatar : Jamie Campbell Bower
Points : 1330
A Reykjavik depuis : toujours
Âge du perso : 25 ans
Emploi/études : réalisateur en animation

MessageSujet: Re: Oh mon beau camion-pouet-pouet ! – feat. Sexcellence 04.06.18 20:28

La surprise si naturelle de Gilly le fait mourir de rire un peu plus chaque seconde. Véritablement, en voyant ce jeu, il n’y avait qu’elle qui s’était imposée à son esprit. En temps normal il serait sûrement passé à côté en riant simplement de ces gens qui perdaient leur temps aussi bêtement, mais avec Boobinator, rien n’était du temps perdu, et certainement pas le jeu le plus stupide et le plus simple que la planète n’ait pu inventer. Ses réactions sont déjà mythiques, alors qu’il s’étouffe avec sa bière en entendant le claquement et le couinement de douleur qui suit, se moquant allègrement de sa compagne de beauferie sans méchanceté. Sans filtres.

« Arrêêêêêêête, t’es folle de joie ! »

Les clics familiers du clavier dans son casque lui suffisent à lancer le jeu, et son premier réflexe est le même que celui de son acolyte. Sans se concerter, ils se retrouvent toujours à s’attarder sur les détails les plus stupides auxquels ils peuvent penser. Peut être que leurs cerveaux détraqués pensent de la même façon. Ce ne serait pas étonnant. Son rire est continu en entendant les commentaires de la joueuse, et il fouille les customs une par une pour être certain de ne pas en louper en gigotant sur place, mâchouillant sa pizza comme si sa vie en dépendait.

« Mais grave, après on va se faire arrêter par l’immigration, et à tous les coups tu vas te faire expulser parce que t’es moche, ce serait con. Oh putaaaaain, on peut mettre du jaune, je vais faire pikachu version camion et l’appeler Boobi. Avec une dédicace dessus, en rose pailleté : pour toi bébé. »

Il bidouille, il boit, il mange, bercé par les bruit que Boobinator émet en faisant la même chose, comblé dans son jeu stupide et les bruits peu élégant qu’ils laissent échapper sans se soucier de quoique ce soit. Le camion commence peu à peu à prendre forme, bien trop flashy et bien trop laid pour ce monde, et il allume une cigarette avant de s’étouffer dans son rire quand la malheureuse se remet à parler, toussant de tout son soûl pour laisse s’échapper la fumée qui s’est coincée dans sa gorge.

« Oh chérie, ton romantisme me rend toute chose. Et t’as manqué de me tuer, pour changer, mais ça c’est un détail je suppose ! »

Bien trop emballé par les heures qui allaient venir à se contenter de rouler sur l’autoroute et vouloir rentrer dans le camion plein de vaches de son amie, il enfourne des chevaux et des poules dans son camion avant de lancer le jeu, explosant aussitôt de rire à la vue de celui qui est à l’arrêt à ses côtés.

« Noooooon mes yeux saaaaaaignent ! »

Se calmer devient déjà difficile, alors qu’il appuie avec insistance sur les touches pour que le camion démarre au quart de tour, l’imaginant aller le plus vite possible alors qu’il n’arrive pas à dépasser les 50 à l’heure.

« Tu m’auras jamais sale paysaaaaaanne ! Putain c’est quoi ce con ? CASSE TOI DE MON CHEMIN ! Boobinator je suis bloqué par un tracteur putain ! »

Happé par le jeu, déjà, prenant très à cœur le coup monté du monde contre lui, parce qu’après tout, c’est probablement un coup de la CIA, le sourire ne quitte plus son visage, bien trop bercé par le bonheur et le calme qui l’habitent, malgré ses jambes qui remuent déjà dans tous les sens, à l’idée de la présence même virtuelle de son amie de toujours.
(c) AMIANTE


_________________
icarus is flying too close to the sun
is this how it feels to take a fall? icarus is flying towards an early grave. ▬ never regret thy fall, O icarus of the fearless flight, for the greatest tragedy of them all is never to feel the burning light. - OW
Revenir en haut Aller en bas
Membre du mois
avatar

is in Reykjavik, Iceland
come and chill out with us
http://walk-on-ice.forumactif.com/t221-gilly-vagnasdottir-no-pai

Pseudo : Xerxes
Messages : 298
depuis le : 28/04/2018
Avatar : Bridget Satterlee
Points : 540
A Reykjavik depuis : toujours, j'y suis née
Âge du perso : 23 ans
Emploi/études : actrice de télé-réalité (RIP vos cerveaux) et mannequin

MessageSujet: Re: Oh mon beau camion-pouet-pouet ! – feat. Sexcellence 06.06.18 22:26


dis camion


Bien évidemment qu’elle était folle de joie ! Il n’y avait qu’à voir le soin tout particulier que Sexcellence avait mis dans le choix du jeu de ce soir, et qui s’étalerait loin dans la nuit. Mais bien sûr, il n’y avait pas d’intérêt à disserter là-dessus, et avec lui il était toujours bien plus amusant de hurler son désespoir ou son engouement avec l’indélicatesse et la grossièreté qui leur était coutumière. Comme toujours, il suffisait que l’un ouvre la bouche pour que l’autre rebondisse sur ses imbécilités avec encore plus de vigueur. La partie de ping pong ne faisait que commencer, et déjà Gilly était déjà hilare. Et ce malgré la charcuterie qu’elle se tapait pour couper court à quelques fou-rires le temps de mâchouiller. Et puis alors qu’il customisait à son tour en faisant le moindre commentaire sur ses intentions délurées, Gilly riait silencieusement pour ne pas en rater une miette. Un rire qui ressemblait à un sifflement très bas et lui coupait le souffle mais tant pis… ce qu’il disait était tellement magique.

NON ! Un camion à mon image mais j’en crève ! Pitié, fais-lui au moins du bonnet E à ce camion Boobi ! Qu’il ait plus de chances que moi de séduire avec un décolleté d’enfer sur la route du cul !

Elle sentait déjà le rouge lui monter aux joues, à force de trop rire. Et cette douleur significative aux zygomatiques… Ils allaient sans doute être encore plus intenables -si c’était possible- que sur un jeu qui demandait de la concentration et du doigté. Là, le seul doigté dont elle ferait preuve, serait celui d’honneur qu’elle adresserait à Sexcellence à travers l’écran quand il ne manquerait pas de défoncer son beau camion au détour d’une provocation gratuite. Puis voila qu’il avait manqué de crever en direct, le con…

Bah alors petiot ? On tient plus la cigarette, ou ses propres conneries ? Et ouais c’est carrément un détail … comme ce que je suis en train d’ajouter sur mon monster truck de l’enfer. L’art et la beauté résident dans le détail…

Et voila que déjà les deux horreurs apparaissaient dans le jeu. Un éclat de rire gras explosa après un léger silence, le temps de réaliser cette immondice que venait de lui dédier Sexcellence. Pour sûr, elle ne pourrait jamais le perdre de vu sur la route, son engin ! Quand au sien, il était à vomir de la même manière avec ses chatons sur fond galaxie, ses motifs tranches de saucissons, la tête de Trump-le-facho-fâché au-dessus de la cabine et une gigantesque bite dessinée à la main -et sans aucun talent- sur le côté droit de la remoque. Sur laquelle était bien évidemment tagué un grandiloquent « Made in Sexcellence » qui signifiait : ‘S’il te plait ne renverse pas mon camion qui t’aime et te flatte l’égo’. Mais le traitre jaune s’en alla bien vite sur la route alors que Gilly galérait encore avec les manips du jeu. Trouver les touches associées lui prit un certain temps, si bien qu’elle força l’allure aux commandes de son immonde bolide alors que son comparse déclarait déjà être aux prises avec un tracteur.

Bien fait pour ta tronche, fallait m’attendre…

Mais loin d’être rancunière, elle imita un moment le son d’un bolide -tout en étant à 85 max…- le temps de voir le pikamion grossir sur l’écran en s’en approchant. Elle n’avait plus qu’à patienter le temps d’arriver sur le côté… mais hésita un moment à faire sa bêcheuse pour tracer sans l’attendre. Mais non, le Boobi avait des ennuis, Gilly répondrait présente envers et contre le tracteur. Gros accent Américain dans la voix, elle fit patienter son acolyte en se mettant à chanter le générique de Walker Texas Ranger version country leader price… (va savoir pourquoi).

For the Eyes of a Ranger are upon YOUUUUUUUUU ♪ Any wrong you do, he's gonna SEEEEEEEE ♫ For that's where the Ranger's gonna be … C’est ma ville… c’est mon territoire ! Dégage de cette road et vas donc hey kéké, avec tes roues même pas motrices de tracteur fruitier* !

C’était sans doute la plus lourde imitation de cow-bow qui soit… mais s’en suivit une manœuvre délicate et chanceuse qui permit à Gilly de passer entre le Boobi et le bas-côté de la route. Jusqu’à filer un coup de volant qui envoya le tracteur dans le décor.

BOOOOOOOOOOOOOOM ! Oh putain le vol plané ! Il ira pas faire ses récoltes le pécore du bitume. Oh putain MES VACHES !

Panique à bord, elle checka rapidement la santé des mammifères avant de trouver une conduite plus tranquille et d’ajouter encore avec son accent Amerloque :

Mes vaches et la route, ma vie. J’ai toujours rêvé d’être un gros camionneur gay.




*ceci est une insulte agricole…


©️️ nightgaunt


_________________
Sometimes I wonder when you sleep Are you ever dreaming of me ? Sometimes when I look into your eyes I pretend you're mine, all the damn time  'Cause I like you Is it cool that I said all that ?

   
'Cause I know that it's delicate
Revenir en haut Aller en bas
Administrateur
avatar

is in Reykjavik, Iceland
come and chill out with us
http://walk-on-ice.forumactif.com/t89-james-morkson-little-lion-

Pseudo : gavroche
Messages : 346
depuis le : 30/03/2018
Avatar : Jamie Campbell Bower
Points : 1330
A Reykjavik depuis : toujours
Âge du perso : 25 ans
Emploi/études : réalisateur en animation

MessageSujet: Re: Oh mon beau camion-pouet-pouet ! – feat. Sexcellence 16.06.18 23:22

Rire. Il n’arrive pas à arrêter de rire, alors que le camion prend forme sous ses doigts et qu’il essaie d’ajouter des protubérances ressemblant de plus ou moins près à des seins. Un bonnet E. Faisable. Mécaniquement, son cerveau lui murmure que la femme qu’il a vue dans le pub n’avait pas un bonnet E, mais il décide de l’ignorer totalement.

« Bonnet E en chemin madame, Boobi va m’aider à pécho du routard, je te raconte même pas ! Il sera toujours plus utile que toi qui ruine cette nuit qui aurait pu être utilisée à bon escient en me faisant jouer un camionneur bedonnant. »

S’envoyer des piques, c’est si simple quand l’autre sait qu’on n’est pas sérieux. Parce qu’il n’aurait échangé pour rien au monde une partie de jambe en l’air contre cette soirée avec Boobinator. Parce que c’était ironiquement bien plus sincère, bien plus utile, parce que c’était idiot. Ca vidait encore mieux la tête de toutes les mauvaises choses.

« Oh mon dieu … Tu permets que j’aille vomir un tout petit peu ? »

Le fou rire ne risque pas de le quitter, alors que ses yeux admirent l’immondice sortie tout droit du cerveau de Gilly, chaque détail noté dans son cerveau, et un screenshot rapidement pris pour l’ajouter à sa collection d’horreurs du dossier « Boobinator » de son ordinateur, au milieu de quelques images de personnages ridicules, de scènes de massacre avec le personnage de son amie mort devant la porte d’entrée. Au milieu des quelques captures de sons de ses cris et de ses rires pareils à ceux d’un cochon qu’il ressortait comme une bande son lorsqu’elle osait oublier qu’il les avait conservés précieusement. Une montagne de souvenirs, pour quand la drogue attaque trop et fait oublier. Alors il double clique sur la bande son nommée « cri de jeu d’horreur 4 », et la voix stridente de Boobinator résonne dans son casque comme dans son micro pour applaudir la découverte des camions alors qu’il n’a toujours pas arrêté de rire. Parfait son pour ce moment. Bravo James.

« T’es vraiment une salope, moi qui ai tout fait pour toi, qui t’ai tout appris ! Ingrate ! »

Son cœur bat à cent à l’heure par réflexe alors qu’il appuie sur toutes les touches comme un taré pour essayer de libérer son camion ou au moins renverser le tracteur avant que celui de sa nouvelle ennemie ne vienne détruire son score, tapant du pied par terre comme si la pédale d’accélérateur était vraiment là, prête à lui venir en aide. Il ne peut pas perdre si facilement, il en va de son honneur. Mais la chanson qui se met à résonner dans ses oreilles lui fait lâcher prise sur la pédale imaginaire et les larmes dans ses yeux prouvent son fou rire alors qu’il la suit en essayant de chanter le plus mal possible pour faire honneur à tous les paysans américains de la planète.

« EEEET C’EST UN TOUCH-DOWN POUR TRUMP LA BITE, UN TOUCH-DOWN MONUMENTAL, COMME ON EN AVAIT PAS VU DEPUIS UNE DEMI DECENNIE, PATRICK LE PAYSAN EST A TERRE, EEEEEET … »

PikaBoobi a vite fait de faire rouler ses quatre roues à répétition sur la forme qui est tombée du tracteur volant, alors qu’il ignore totalement la possibilité de faire autre chose que réduire en charpie un paysan innocent.

« Aaaaaah, ben heureusement qu’elles vont bien José, je m’en serai voulu de t’avoir coûté ton bétail ! »

Aussitôt dit, il vérifie rapidement le sien, et constate qu’il a réussi à ne perdre qu’un poussin dans la bataille. Si les chèvres sont en vie, tout va bien.

« Pour fêter ça … »

Lui aussi a pris l’accent Texan cowboy le plus cliché qu’il peut prendre, finissant sa bière d’un cul sec avec l’espoir de réussir à en sortir un rot, jurant quand il échoué lamentablement, et se vengeant en fonçant nez de PikaBoobi en avant sur l’immondice de Boobinator. Un coup sec, juste assez pour enfoncer un peu la toile, pour risquer de blesser une vache ou deux, et il appuie frénétiquement sur les touches pour prendre la fuite, passer devant elle et rouler vers l’horizon.

« IL MANQUE UN CENTIMETRE A CETTE BITE POUR MA DEFENSE ! »

Être loyal, c’est surfait.
(c) AMIANTE

_________________
icarus is flying too close to the sun
is this how it feels to take a fall? icarus is flying towards an early grave. ▬ never regret thy fall, O icarus of the fearless flight, for the greatest tragedy of them all is never to feel the burning light. - OW
Revenir en haut Aller en bas
Membre du mois
avatar

is in Reykjavik, Iceland
come and chill out with us
http://walk-on-ice.forumactif.com/t221-gilly-vagnasdottir-no-pai

Pseudo : Xerxes
Messages : 298
depuis le : 28/04/2018
Avatar : Bridget Satterlee
Points : 540
A Reykjavik depuis : toujours, j'y suis née
Âge du perso : 23 ans
Emploi/études : actrice de télé-réalité (RIP vos cerveaux) et mannequin

MessageSujet: Re: Oh mon beau camion-pouet-pouet ! – feat. Sexcellence 17.06.18 14:14


dis camion


C’était sa propre voix qu’elle venait d’entendre là ? Un doute, un gros doute et la suspicion se faisait déjà certitude après qu’un silence ait suivit le hurlement provenu du micro de Sexcellence. Une voix stridente qui ressemblait un peu trop beaucoup à la sienne, et qui non seulement était dégueulasse, mais avait aussi et surtout réussit à la faire sursauter violemment. Alors Gilly avait échappé une insulte, un simple « enfoiré » qui s’était terminée dans un frémissement de rire parce que, quand même… il était con d’avoir ressorti un truc pareil ! A croire qu’il gardait la compilation des pires bruits qu’elle pouvait faire en game. Entre les rires de beaufs, les cris de truie apeurée ou les hurlements d’ogre aux insultes fleuries, ce n’était pas rare qu’il vienne ponctuer leurs nuits de jeu par quelques jingles bien placés ! Mais là… ciel, ses fesses avaient vraiment fait bravo. Le jeu camion-pouet-pouet n’était pas le genre de chose qui la laissait sur ses gardes. Alors totalement décontractée, elle avait flippé. Mais la trouille et l’humiliation -très relative- avaient boosté la bête pour la laisser appuyer sur le champignon et dégommer l’asphalte jusqu’à sauver le Pikaboobie de sa mauvaise passe. Et se fut particulièrement difficile de ne pas s’écrouler sur son clavier, quand le Sexcellence avait décidé de faire écho à la chanson du ranger. Encore plus pas la suite, avec ses airs de commentateur sportif qu’il savait si bien imiter à force de subir les matchs avec Gilly.

Un bruit sec de clavier indiqua quand même que Gilly avait merdé à force de rire. Sa main avait dérapé, laissant son camion bifurquer dangereusement vers le bas-côté et elle s’exclama dans une sorte de bouillie de syllabes ressemblant à votz es llllllllll PUTE ditz efrfqkj alors qu’elle tentait de redresser la situation… et reprendre à la suite de son acolyte :

EEEEEET VOILA QU’IL SE FAIT BOUILLIE D’AVOINE ! REGARDEZ COMME IL EST BIEN APLATIT SUR LE BAS COTE ! RETROUVEZ-LE BIENTÔT DANS LA COLLECTION DES MEILLEURES CARPETTES ET PEAUX DE BÊTES A PLACER DEVANT VOTRE CHEMINÉE ! Le zèbre ? RINGARD ! Quoi de plus romantique que de faire l’amour sur un paysan aplatit devant un bon fire des familles ?!

Bon sang, elle n’en pouvait déjà plus. Son ventre lui faisait diablement mal, mais c’était une douleur réconfortante et agréable, comme celle de ses joues. Depuis le temps, cette sensation de joie sereine et de bonne humeur intense, elle l’associait à Sexcellence avec qui tout était juste rire et connivence. Même maintenant que son visage pouvait être placé sur sa voix, il restait le même. Et sans concession, Gilly continuait de casser une barre véritable sur les rebonds qu’il lui offrait à chaque instant.

Écoute Juan-Dónald, j’va bien p’rend’garde à mé vache s’tantôt !

Passant de l’accent Texan à celui d’un gros paysan Islandais, Gilly fronça les sourcils aux mots suivants, qui ne lui disaient vraiment rien qui vaille. Pour fêter ça. Quoi, qu’est-ce qu’il allait faire ? Surtout que dans le silence qui suivit, Gilly chercha dans les sons du casque à comprendre ce qu’il allait faire. Si seulement il avait pu décapsuler une canette ! Mais il préparait un truc le sale chien de la casse.

C’est moi où ça pue du cul violent là ?

En parlant de cul, voila que celui de son camion en était tapé méchamment. Elle poussa un cri très bref sous le choc, puis le même un peu plus long, et plus colérique.

Quoi ?! Tu oses espèce de petite crotte jaunâtre ?! Résidu de gastro que tu es ! TU VAS ME LE PAYER !

RIP les vaches. De toute manière c’était bien la dernière chose qui l’intéressait, et il y avait fort à parier que même avec toutes les précautions du monde, elles seraient toutes mortes avant la fin du jeu. Alors Gilly poussa un cri de guerre, et força sa bête à accélérer un maximum.

Elle est PARFAITE ma BITE ! Et si tu ne te la prends pas par derrière, tu vas la voir fendre le bitume devant toi ! PLEURE, RÉCLAME LA ! Parce que c’est la plus belle que tu verras à jamais gros naze de noob !

Sur ce, elle jura entre ses dents avant de pousser un « YAHOUHOUUUUUU ! » très sonore pendant que son camion prenait une envolé massive sur la barrière de sécurité qui séparait le double sens de la route fictive. Dans une cacophonie de beuglement de vaches, la machine de guerre eut la force d’atterrir non sans se prendre une bonne dose de dégâts et commencer à rouler à contre sens jusqu’à éjecter une voiture et finir par dépasser le Pikaboobie qui restait sur la bonne voie. Un rire hystérique, ponctué d’un engouffrement de charcuterie, et Gilly rebondissait des fesses sur son canapé en lâchant :

Allez CIAO VIEUX GAAAAAARS ! Je taille la route tel un dieu du bitume ! Toi, vas nettoyer les chiottes !

C’était en faisant n’importe quoi, qu’on devenait n’importe qui, que lui disait toujours son père pour l’empêcher de vivre. Mais là, avec Sexcellence, c’était une manière de vraiment être elle-même, d’être ce quelqu’un qu’appréciait son ami plus si virtuel que ça. Le faire rire, c’était ce qu’il y avait de meilleur dans sa vie, probablement.


©️️ nightgaunt


_________________
Sometimes I wonder when you sleep Are you ever dreaming of me ? Sometimes when I look into your eyes I pretend you're mine, all the damn time  'Cause I like you Is it cool that I said all that ?

   
'Cause I know that it's delicate
Revenir en haut Aller en bas
Administrateur
avatar

is in Reykjavik, Iceland
come and chill out with us
http://walk-on-ice.forumactif.com/t89-james-morkson-little-lion-

Pseudo : gavroche
Messages : 346
depuis le : 30/03/2018
Avatar : Jamie Campbell Bower
Points : 1330
A Reykjavik depuis : toujours
Âge du perso : 25 ans
Emploi/études : réalisateur en animation

MessageSujet: Re: Oh mon beau camion-pouet-pouet ! – feat. Sexcellence 21.06.18 19:04

Sa voix de marchande de tapis provoque en lui une hilarité qui ne fait qu’augmenter, alors qu’il commence à avoir du mal à respirer, rire et fumer en même temps. Qui a besoin d’un spectacle comique ou d’un ami irl quand on peut avoir Boobinator au bout du fil qui imite un vendeur de marchés en train d’essayer de vendre un paysan écrasé sur le bas côté avec un accent de ranger stupide ? Tous ces fous rires, grâce à elle, tout de même. Ces fois où il ne pouvait pas se permettre de sortir parce qu’il ne voulait pas affronter le monde mais qu’il y avait toujours cette voix au bout du clavier, au bout du micro. L’avoir vue ne changeait rien. Ca ne pouvait rien changer. Elle serait toujours la voix dans ses oreilles avant d’être cette fille à la télé. Lier les deux semblait trop difficile. Impossible, même.

« Je t’avoue que j’suis pas sûr d’avoir tout compris là, je suis peut être paysan routier mais j’viens de la hôôôôôte moi monsieur ! »

La menace tombe, et sa réaction manque de le faire mourir de rire tant elle est naturelle, sans complexe, rapide, spontanée. Oui, ça pue du cul violent. Heureusement qu’il a un plan bien en tête pour massacrer le camion hideux et sauver l’honneur de son pénis, sinon il ne se serait jamais remis de ce fou rire là, qu’il garde dans sa gorge le temps de faire les manœuvres, le temps de fuir, le temps de tout. Mais les insultes l’achèvent, et son rire est un mélange suspicieux de pleurs et de crise d’asthme alors que les larmes coulent sur ses joues pour essayer de le calmer. Fumer avec Boobi en convo a toujours été une épreuve de vie ou de mort.

« Ah putain … Ah putain je vais crever … Aaaah, achevez-moi … »

Il appuie comme un fou sur la touche d’accélération, mais il voit dans ses rétroviseurs virtuels le camion se rapprocher dangereusement. Son fou rire n’aidant rien, voir l’immondice quitter la route pour aller à contre sens lui met un coup de pression qu’il ne se pensait pas capable de ressentir, et il a l’impression de jouer sa vie en essayant de ne pas se faire avoir … sans succès.

« Ta femme va te tuer quand elle apprendra pour toutes ces pauvres petites vaches, gangrelat répugnant que tu es ! Gros plein de morve ! Fils de chèvre des prairies ! Sac de mucus ! »

La bière est vite décapsulée, et il boit de longues gorgées pour se donner du courage, en essayant de ne pas baver partout face à l’impossibilité de boire qui va avec le fou rire, et échoue une fois de plus lamentablement, se retrouvant trempé de mousse en quelques secondes.

« Putaaaaaaaain, mon canapéééééé ! »

C’est un cri de rage alors qu’il essaie de doubler le camion et s’en retrouve incapable, bloqué au même kilométrage qu’elle. Lâcher du leste. En quelques coups nerveux sur son clavier, les poules sont expulsées du camion, avec un cheval, et l’accident derrière Pikaboobi est loin d’être fait pour des yeux innocents. Avantage : il prend de la vitesse. Inconvénient : pas encore assez. Alors il appuie sur son klaxon comme un demeuré.

« Arrête de faire le con Morris, faut qu’on aille faire le plein, on peut quand même pas bouger ces petites beautés sans leur donner à manger de temps en temps ! J’sais pas pour toi, mais moi mon réservoir va être à sec, et je compte pas me crasher sur l’autoroute en guise de fin de jeu ! »

Un mouvement de volant sec manque de lui faire rentrer dans un pauvre automobiliste innocent sur la ligne de droite. Peu importe. L’aire d’autoroute est bien plus importante que les humains, et de toute façon, vu les dégâts dans la ménagerie de son fourgon, il n’est clairement plus à ça près.

« En plus j’suis sûr que la police va nous suivre sinon ! ET Y’A SÛREMENT DE LA BINOOOOUZE ! »

Il est garé en quelques secondes à peine, mais reste aux aguets, s’attendant presque à voir Trump Bite débouler directement dans l’immeuble qui lui fait face.
(c) AMIANTE


_________________
icarus is flying too close to the sun
is this how it feels to take a fall? icarus is flying towards an early grave. ▬ never regret thy fall, O icarus of the fearless flight, for the greatest tragedy of them all is never to feel the burning light. - OW
Revenir en haut Aller en bas
Membre du mois
avatar

is in Reykjavik, Iceland
come and chill out with us
http://walk-on-ice.forumactif.com/t221-gilly-vagnasdottir-no-pai

Pseudo : Xerxes
Messages : 298
depuis le : 28/04/2018
Avatar : Bridget Satterlee
Points : 540
A Reykjavik depuis : toujours, j'y suis née
Âge du perso : 23 ans
Emploi/études : actrice de télé-réalité (RIP vos cerveaux) et mannequin

MessageSujet: Re: Oh mon beau camion-pouet-pouet ! – feat. Sexcellence 23.06.18 12:17


dis camion


Le con ! Il avait vraiment cru possible de l’arnaquer à ce point-là ? Même pas en rêve. Car s’il y avait quelque chose qu’il devait savoir maintenant, à force de jouer avec elle des heures durant sans plus maitriser le temps, c’était que Boobinator ne renonçait jamais. Les actes suicidaires et débiles ne se soldaient que rarement par une réussite totale. Au mieux, c’était juste tellement con qu’ils passaient les minutes suivantes à s’étouffer sur leurs claviers, et au pire… bah c’était qu’un jeu après tout ! Mais voilà, le pitbull ne lâchait jamais l’affaire (en Game du moins…) et l’affront fait à Trumpy-la-Pine avait laissé Gilly dans un état de berserk enragé prêt à tout pour la victoire. Où au moins lui faire une leçon d’envergure. Et à croire l’asphyxie à l’autre bout du fil, il était déjà à point, le Sexcellence. Il était même ultra cuit ! Mais elle l’était aussi, même si la concentration et l’esprit combattif l’empêchait de rire aux éclats comme il le faisait, même si c’était difficile de résister à quelque chose d’aussi communicatif. Non, présentement c’était une question de fierté ! Alors Gilly s’accrochait à ça et continuait de mâchouiller son morceau de saucisson avec un sourire de débile mental. Même si elle s’esclaffa d’un rire porcin vraiment pas sexy en l’entendant à son tour enchainer les insultes les plus crades possible.

Woh woh WOOOOH ! Laisse les chèvres où elles sont, tu veux ?!

Même plus la force de rire, même plus ça pour l’instant. Partagée entre lui faire sa fête quitte à massacrer son beau camion, ou simplement le battre à plate couture, c’était difficile de savoir trancher. Mais elle riait pourtant, avec plus de mesure… ce qui promettait indirectement à Sexcellence qu’elle était en train de trop réfléchir pour que ça sente la rose pour lui… Mais pas suffisamment pour que le bruit dégueulasse d’un liquide échappé de sa bouche ne passe inaperçu. Une vraie vieille dame ce mec… A noter : trouver son adresse et lui faire livrer deux kilos de biberons et de bavoirs. Et Gilly le ferait.

To bide or not to bide, entre boire et conduire il faut choisir… Tapette.

Pourtant il prenait de la vitesse l’abruti ! Le Pikaboobie faisait une embardée et elle échappa un cri de rage. Parce que les imbéciles sur sa voie ne l’esquivaient pas, et qu’à défaut de le faire elle-même avec son camion pine, devait les éjecter et que cela la ralentissait à chaque fois ! Et le klaxon de Sexcellence martyrisa ses oreilles dans le casque au point qu’elle en couina pour hurler.

Ta gueule ! Mais ta gueule !!

Ce à quoi elle ajouta un coup de son propre klaxon… qui émit un bruit de canard pas spécialement frais.

Ah… j’avais légèrement oublié ce détail…

La déception. C’était quand même très loin d’être aussi agressif qu’elle l’avait imaginé. Mais un nouveau rire émergea à l’entendre à nouveau. Même si c’était blasant, parce qu’il n’avait pas tort ! Il fallait faire le plein… sauf qu’elle était sur la mauvaise portion de route et qu’il allait sans doute falloir buter quelques vaches pour rejoindre son acolyte. Alors elle prit de la vitesse pendant qu’il disparaissait vers une aire d’autoroute pour voler vers la possibilité de picoler virtuellement. Il fallait engager la même manœuvre que précédemment : dérapage, envolée sauvage, atterrissage.
« Allo la polliiiiiiiiisse y’a des chauffards qu’est qu’ils n’arrêtent pas de renverser les tracteurs et les paysans ! » L’appel crédible. Mais attends-moi vieux ! Je te jure que si tu ne m’attends pas, tu pourras allez voir ailleurs pour te faire sodoculer dans les toilettes !
Totalement hilare, Gilly penchait dangereusement sur le côté, IRL. Il fallait vraiment se forcer à respirer pour ne pas étouffer, et même la faim semblait s’envoler. C’était comme ça à chaque fois, il fallait manger vite avant que ça ne démarre sinon, elle oubliait. Là encore plus que d’habitude alors qu’elle récupérait la bonne portion de route et prenait la sortie de l’aire auto pour retrouver l’immondice jaunâtre visible à des kilomètres. Quitte à accélérer quand il fallait freiner, quitte à rentrer dans le lard du Pikaboobie par esprit de vengeance et cruauté envers les animaux heureusement fictifs … chose qu’elle ne parvint même pas à faire puisque Trumpy se prit sauvagement la barrière de sécurité la plus solide du monde pour s’écraser dessus.

MAIS NON MAIS QUOI ??! Mais je … je … QUOI ??!

Hystérique derrière l’écran, elle en jeta son casque pour offrir un son de défaite totale et une tentative de pianotage sur clavier pour rattraper le coup. Mais c’était trop tard… les dommages étaient trop importants et le camion couché sur le côté laissait deviner le peu de survivantes à l’arrière. Alors après une minute à rager loin du casque, Gilly le passa à nouveau sur sa tête pour lâcher bien trop prêt du micro, mode saturation totale.

Mes vaches sont décédées…


©️️ nightgaunt


_________________
Sometimes I wonder when you sleep Are you ever dreaming of me ? Sometimes when I look into your eyes I pretend you're mine, all the damn time  'Cause I like you Is it cool that I said all that ?

   
'Cause I know that it's delicate
Revenir en haut Aller en bas
Administrateur
avatar

is in Reykjavik, Iceland
come and chill out with us
http://walk-on-ice.forumactif.com/t89-james-morkson-little-lion-

Pseudo : gavroche
Messages : 346
depuis le : 30/03/2018
Avatar : Jamie Campbell Bower
Points : 1330
A Reykjavik depuis : toujours
Âge du perso : 25 ans
Emploi/études : réalisateur en animation

MessageSujet: Re: Oh mon beau camion-pouet-pouet ! – feat. Sexcellence 25.06.18 19:48

Les chèvres peuvent bien aller se faire voir chez les grecs. Il ne peut pas se permettre dans son âme et conscience de perdre contre Boobinator. Elle savait à peine manier une manette en temps normal, ce n’était tout de même pas sur un stupide jeu de conduite de camion qu’elle allait lui mettre la misère. Il y avait un temps et une heure pour que l’élève dépasse le maître, et ce moment n’était pas arrivé. Pour l’instant, elle était forte en commentaires de match, et il était fort en jeux, aussi stupides soient-ils. Il se devait de lui mettre misère le plus vite possible, s’il voulait pouvoir se regarder dans un miroir demain matin, et pouvoir se moquer allègrement d’elle jusqu’à la fin de ses jours. Le manque de réaction trop brutale face à son rire ne lui dit rien qui vaille, mais il fait vraiment de son mieux pour ne pas mourir étouffé, avant de penser à gagner. Heureusement, son cerveau ne peut pas penser à deux choses en même temps.

« Elle va se calmer la ricaine des bas quartiers hein ! »

Accélérer lui donnait une nouvelle bouffée de courage, et il tartait sur le bouton qui permettait de pousser encore la voiture en priant pour que ni le moteur ni le reste des animaux n’explosent sous la pression exagérée. Il doit gagner. Gagner. Sinon il ferait le mauvais perdant pendant des semaines. Heureusement que ce serait tout aussi amusant. Il part dans l’optique de klaxonner plus fort encore face au refus de Boobinator, mais le retentissement de son klaxon à elle le coupe net dans son élan, et il décide plutôt de perdre son souffle en recommençant à rire. Il va mourir, à cette allure, mais mon dieu que ça aura valu le coup.

« Oh mon dieu, ce bruit m’a fait bander. Même en camion t’es bonne quand tu cries Boobi. »

La beaufitude à son apogée, et ils en étaient probablement aussi fiers l’un que l’autre. Autant empirer le cas en allant se taper une binouze au pmu de la station du coin, n’est ce pas ? Son rire ne cesse pas, se calme simplement pour lui permettre de voir ce qu’il fait de son Pikachu à seins, pour l’autoriser à se garer presque sans accroc, même si un mystérieux voyant rouge semble s’allumer qui n’est pas l’essence. Il a sûrement perdu une roue. Qui a besoin de quatre roues, de toute façon ?

« Oh non enfin tu me brises le cœur Gérardinou, je n’attend que toi, je suis en train de prendre une dose de Poppers et tout juste pour t’accueillir comme il se doit ! »

Mais son hilarité nouvelle est coupée net par le choc quand l’immondice à bite rentre violemment dans une barrière de sécurité. Mais non. Elle n’avait quand même pas réussi à se prendre ça, n’est ce pas ? Il était en train de rêver. C’était impossible. Le cri dans ses oreilles le fait sursauter et réaliser que si, c’est bien vrai, Boobinator a réussi à renverser son camion de la manière la plus stupide qui soit. Il remercie le ciel d’avoir arrêté de manger et boire en entendant le bruit du casque qui choit et les cris hystériques de son ami, parce que le fou rire qui le prend à ce moment là manque déjà de lui faire faire tomber son ordinateur de ses jambes. Il doit même se redresser tant une envie pressante d’uriner vient logiquement se rajouter à tout ça, et il est presque persuadé que ses abdos n’ont jamais été aussi durs qu’en cet instant précis.

« Oh non mais merde … »

Incapable de parler alors que le dépit dans sa voix ne fait qu’empirer son propre fou rire, il tape nerveusement sur son clavier pour repartir dans le dossier Boobi, pour fouiller jusqu’à trouver le fichier audio qui retentit à plein volume dans leurs deux casques, à savoir un [i]« MAIS ENCULEEEEEEEEEEEE ! »[/color] féroce probablement destiné à un arbitre ou un autre à la base, mais qui semble coller bien trop facilement à la situation.

« Mais t’es … mais t’es tellement nulle … mais … »

Il n’en revient toujours pas de la facilité avec laquelle les vaches ont perdu la vie. Boobinator ne le déçoit vraiment jamais. Pour la peine, il relance le fichier audio trois fois, bien trop amusé simplement par le fait d’entendre l’insulte en admirant le spectacle du camion immonde les quatre roues en l’air.

« Est-ce que … Est-ce que ça veut dire que t’as perdu ? Je suis même pas sûr que le jeu ait envisagé la possibilité que quelqu’un fasse ça, putain … T’es une déesse … »

Il ne se calmera probablement jamais.

« Attend putain … Putain je vais me pisser dessus … Mon dieu … »

L’ordinateur est posé presque brutalement sur la table basse alors qu’il part soulager sa vessie prête à exploser à cause du fou rire, et il remercie l’invention des casques sans fil pour ne pas avoir à couper court aux plaintes de Boobinator. Leur stade d’intimité est probablement déroutant pour le commun des mortels, mais il est ô combien agréable pour eux.

« Ce pipi c’est grâce à toi, merci de tout mon cœur, vraiment ! »
(c) AMIANTE

_________________
icarus is flying too close to the sun
is this how it feels to take a fall? icarus is flying towards an early grave. ▬ never regret thy fall, O icarus of the fearless flight, for the greatest tragedy of them all is never to feel the burning light. - OW
Revenir en haut Aller en bas
Membre du mois
avatar

is in Reykjavik, Iceland
come and chill out with us
http://walk-on-ice.forumactif.com/t221-gilly-vagnasdottir-no-pai

Pseudo : Xerxes
Messages : 298
depuis le : 28/04/2018
Avatar : Bridget Satterlee
Points : 540
A Reykjavik depuis : toujours, j'y suis née
Âge du perso : 23 ans
Emploi/études : actrice de télé-réalité (RIP vos cerveaux) et mannequin

MessageSujet: Re: Oh mon beau camion-pouet-pouet ! – feat. Sexcellence 25.06.18 22:14


dis camion


Ricaines de bas quartiers ou bien hurleuse qui fait bander, peu importait les répliques de Sexcellence, c’était à s’en tordre jusqu’aux larmes. Et le cumul de tout cela, de toute cette énergie qu’ils mettaient ensemble à faire n’importe quoi de chaque côté de l’écran et dans un but commun, c’était une manière plutôt efficace d’oublier un peu la vraie vie. Pas étonnant que bien des gens se perdent dans une vie virtuelle trop intense ou plus importante que le monde réel. Surtout s’ils avaient un comparse comme lui. Mais ça, elle en doutait Gilly. Un Sexcellence, il ne pouvait bien y en avoir qu’un seul que le monde ne puisse supporter ! Mais cette vérité était loin derrière elle, maintenant que son parfait camion s’était viandé. Qu’il s’était pris la raclée du siècle mode Trumpy VS Fence. Qu’il avait été vaincu par K.O sismique et se roulait par terre (jeu de mot involontaire – se ROULE…) comme un sale gosse en plein caprice. Ou comme Sexcellence en plein caprice… ou crise de démence post-bad trip. La défaite était totale. Les vaches étaient mortes. Et la rage de Gilly ne pouvait pas être plus puissante alors qu’elle remettait sur ses cheveux mal coiffé, le casque précédemment jeté par terre. Mais l’hilarité du gars au bout du file lui arracha quand même un rire, à elle aussi. Puis une fou-rire, en l’entendant parler avec une voix aussi détruite que la sienne… mais c’était rien, en comparaison de la crise qui précéda le jingle audio.

Sa propre voix encore pleine d’exaspération et de colère, tant et si bien qu’elle s’imaginait avec la bave écumant de ses lèvres et une veine ignoble et palpitante lui barrant le front… Sans doute issus d’un match, le son. Et le connard avait enregistré ça encore, en traitre ! Mais trop décédée pour pouvoir l’insulter, Gilly se contenta de repousser l’ordinateur pour se coucher sur un coussin et étouffer dedans ses rires de cochons, les bras autour d’un ventre douloureux.

T’es vraiment qu’un gros tas de … un tas de trous du cul !

Bien sur le son et l’insulte très foireuse avaient été étouffé par le coussin mais sans doute pas assez, tandis qu’elle couinait en riant, d’une voix bien trop aiguë proche de l’asphyxie et que la voix ignoblement rageuse se faisait entendre encore plusieurs fois d’affilée. Qu’il l’achève… pitié, qu’il l’achève maintenant. La répétition était immonde, et pour le coup Gilly trouva avec grande peine le courage d’ouvrir à nouveau les yeux pour laisser une larme perler au bord de son œil droit. On ne pouvait même pas dire qu’elle était crevée, ou bourrée… non non. Elle devait son état à la présence de Sexcellence au creux de ses oreilles. Et même s’il avait l’air d’un parfait crétin IRL, la vérité c’était que désormais, sa Boobie ne pouvait plus se passer de lui.

Mais chut ! Arrête ! Je suis certaine qu’il y a plein de gens qui se font avoir avec des barrières comme ça ! Putain c’est pas juste, regarde… le truc on dirait du carton et c’est plus puissant qu’une barre d’iridium… j’suis dèg.

De loin, elle observait le gros plan de Trumpy-Pine, totalement dévasté par la barrière, et le champ de vaches mortes qui lui sortait du derrière. Une cata. Sauf qu’au milieu de l’écran, un cercle lumineux apparu avec le mot « Respawn » inscrit à l’intérieur. Et le sourire de Gilly se fit plus fort, tandis qu’elle revenait vers l’écran sans attendre, satisfaite d’entendre Sexcellence déclarer qu’il voulait pisser. Timing parfait. L’actrice attendit quelques secondes, attentive aux bruits dans le casque pour s’assurer qu’il quittait bien son pc avant de cliquer pour renaitre de ses cendres bétaillères. Le temps de vérifier que toutes les vaches étaient vivantes, de faire un plein rapide à la pompe et voila qu’elle reprenait la route en catimini… Non sans faire mine de se gausser un peu en attendant son comparse qui se faisait entuber sévère.

Grâce à moi ? Mais attends je suis quoi au juste dans ce compliment-là ? Un antidote aux infections urinaires ?

Et elle riait de la même manière que si elle n’était pas en train d’accomplir un acte de haute trahison. Elle cherchait à minimiser à fond les bruits de clavier alors que ventre sur son canapé, les yeux sur l’écran, elle engageait une percée héroïque sur le bitume. Et l’autre laissait encore sa vessie se vider.
C’est tellement doux, d’entendre le chant de ton ruisseau mon Sexcellou !
Mais dans sa voix, il était facile de percevoir que quelque chose de tramait. Volontairement, elle prenait un ton de félonne, moqueuse et énigmatique. Puis après un bref silence qui devait avoir gentiment mis la puce à l’oreille du pisseux, Gilly glissa en guise de piste ultime :

On the road again ♫



©️️ nightgaunt


_________________
Sometimes I wonder when you sleep Are you ever dreaming of me ? Sometimes when I look into your eyes I pretend you're mine, all the damn time  'Cause I like you Is it cool that I said all that ?

   
'Cause I know that it's delicate
Revenir en haut Aller en bas
Administrateur
avatar

is in Reykjavik, Iceland
come and chill out with us
http://walk-on-ice.forumactif.com/t89-james-morkson-little-lion-

Pseudo : gavroche
Messages : 346
depuis le : 30/03/2018
Avatar : Jamie Campbell Bower
Points : 1330
A Reykjavik depuis : toujours
Âge du perso : 25 ans
Emploi/études : réalisateur en animation

MessageSujet: Re: Oh mon beau camion-pouet-pouet ! – feat. Sexcellence 04.07.18 22:42

Le fou rire au bout du fil lui rappelle que la vie vaut la peine d’être vécue. Ca paraît exagéré, quand il le pense comme ça, mais pourtant, pour quelqu’un qui n’arrive à vivre que dans l’instant, ces longs moments où tout n’est qu’insultes, boutades, goinfrage, beuverie et rires, ils valent de l’or. Et pas le genre d’or qu’il peut avoir n’importe où. Il s’évade de son corps, de sa vie, bien moins dangereusement qu’avec la drogue ou la boisson. Encore que Gilly est un peu une drogue, au fond. Quelque chose qui vous plonge dans un monde parallèle où tout est absurde et où la seule chose qu’on peut entendre, c’est ses reniflements de cochons et ses rots dignes du concours de beaufitude de Nioufville. Tous ces bruits qui ne collent absolument pas au visage trop parfait de celle qu’il voit encore parfois passer sur son écran de télé. Comme quoi les apparences sont vraiment beaucoup trop trompeuses.

« OH MON DIEU. JE SUIS OU-TRE. »

Crier et prendre sa plus belle voix de drama queen avait été difficile sous ses abdos qui avaient enfin décidé de se former et sa respiration qui elle avait totalement foutu le camp, mais pour que ce rire béni dure plus longtemps, il aurait vendu son âme. Alors il appuie comme un dégénéré sur ce gingle qu’il aime tant, celui qu’il avait mis en réveil une fois juste pour exploser de rire quand il avait sonné alors qu’il était loin de dormir, rompant tout le charme du moment. Ca valait largement le coup, pour avoir cette image de camion écrabouillé, pour ne plus réussir à s’empêcher d’aller vider sa vessie, pour pleurer de rire comme rarement, sauf avec elle.

« Mais ta gueuuuuuule, je te jure que j’en peux plus, ça fait maaaal ! »

Ses reins hurlaient le martyre, torturés par son rire qui ne pouvait pas s’arrêter, tenté par les remarques dépitées de Boobinator au bout de la ville, ou de la terre, qu’importe ? Alors il ne se doute de rien. Il lui fait confiance, presque aveuglément. Alors que si on lui demandait en général, il dirait sûrement que Boobinator est une enflure qui vous poignardera dans le dos dès qu’elle en aura l’occasion. Après ce coup là en tout cas, c’est certain. Surtout après avoir ri à son énième plaisanterie alors qu’elle était en fait en train d’enfoncer le couteau dans la plaie, après avoir pensé qu’il pouvait pisser tranquillement, bercé par sa victoire écrasante.

« Non enfin, eux au moins ils sont là parce qu’on baise, toi t’es là parce que t’es un parasite. Comme les MST en fait ! »

C’est la deuxième tentative de parole qui lui met la puce à l’oreille. Distraite. Trop distraite. Ses sourcils se froncent, alors qu’il se rhabille tranquillement, alors qu’il essaie de comprendre ce qu’elle peut bien manigancer, alors qu’il retourne devant son ordinateur, alors que la voix chantante s’élève en même temps que ses yeux se posent sur le camion de l’horreur, entier, cargaison de vaches bien vivantes, qui trace sa route tranquillement.

« Mais tu … »

Une flotte d’insultes plus fleuries les unes que les autres, passant de vile gredine à grosse salope, s’échappent de ses lèvres alors qu’il se jette sur son canapé pour frapper sur chaque touche comme un frénétique, forçant le moteur à accélérer à toute allure, égalant presque le 65 km/h pour rattraper la traîtresse de Trump-bite.

« TU ME LE PAIERAS SORCIERE ! FILLE DE JOIE ! J’ESPERE QUE SATAN TE GARDE UNE PLACE AU CHAUD A SES CÔTES PARCE QUE TU LA MERITE LARGEMENT ! UN COUTEAU DANS LE DOS APRES TOUT CE TEMPS. J’EN REVIENS PAS. JE M’EN SOUVIENDRAI BOOBI, CROIS-MOI. MA VENGEANCE SERA TERRIBLE ! »

Gigotant comme un chaton enragé sur ses coussins dans l’espoir de pouvoir trouver une position plus confortable sans avoir à arrêter de frapper comme un malade, il oublie presque de remarquer que des voyants rouges inquiétants s’allument sur ses commandes de bord, bien trop heureux d’apercevoir enfin la silhouette du camion maudit et de foncer dessus à toute allure.

« Tu vas voir ce que tu vas prendre … LA LIBERTE OU LA MORT ! »

C’est là que les effets sonores le sortent à peine de son délire, le bip bip semblables à une machine respiratoire qui note la fin d’une vie résonnant dans son crâne. Il ne lui faut pas beaucoup plus de temps pour arrêter de frapper sur son clavier, lâchant les pédales du camion jaune par conséquence. En pleine descente. Droit sur le monstre de Boobinator.

« PUTAAAAAAAAAAAIN L’ESSEEEEEEEEEEEEEEENCE BORDEL DE MERDE FAIS CHIER BITE BITE BITE ! »
(c) AMIANTE


_________________
icarus is flying too close to the sun
is this how it feels to take a fall? icarus is flying towards an early grave. ▬ never regret thy fall, O icarus of the fearless flight, for the greatest tragedy of them all is never to feel the burning light. - OW
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
is in Reykjavik, Iceland
come and chill out with us


MessageSujet: Re: Oh mon beau camion-pouet-pouet ! – feat. Sexcellence

Revenir en haut Aller en bas
Oh mon beau camion-pouet-pouet ! – feat. Sexcellence
Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Taratatatata pouetpouet et voici mes p'tit dessins!
» Les rendez-vous de Bart ( Cathounette pouet pouet)
» Je sais pas si elle fait vroum vroum ou pouet pouet.
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
» TEMOIGNAGE D'UN BEAU-CORPS DEVENU ADVENTISTE !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Walk on Ice ::  :: Residential Area :: Appartements-
Sauter vers: