Nouveautés
Mise à jour n°3 - Le forum s'est refait une beauté !
Merci à Sunrise pour cette superbe nouvelle version
Toutes les nouveautés.
Recrutement - Athena rejoint le staff en tant que modératrice !

Partagez | 

 Qui rit le dernier pense le moins vite } Astrid


Only the Icelanders can Walk on Ice.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t221-gilly-vagnasdottir-no-pai

Identity Card
Pseudo : Xerxes Messages : 347 depuis le : 28/04/2018 Avatar : Bridget Satterlee Points : 816 A Reykjavik depuis : Toujours Âge du perso : 24 ans Emploi/études : Starlette de télé-réalité (RIP vos cerveaux) et mannequin reconnue

MessageSujet: Qui rit le dernier pense le moins vite } Astrid   Dim 13 Mai - 17:11

J'voudrais pas faire ma raclette, mais la soirée s'annonce pas super.


La journée était encore réglée comme du papier à musique, ne tolérant pas le moindre écart. C’était à la minute près, même si les choses n’avaient pas toujours le temps d’aboutir. Interview, shooting, enregistrement d’une pub pour une émission de télé. Et re-interview. Gilly en avait la nausée, de cette dernière étape qui venait de la forcer à soupirer pendant presque 6 secondes sans interruption. Comme si courir toute la journée lui donnait envie de garder encore son sourire de débile accroché à ses lèvres. C’était beaucoup plus pénible qu’on ne l’imaginait, de jouer l’abrutie de la nation. Un exercice qui demandait concentration, créativité, et un contrôle rigoureux de sa propre personne. Seulement après presque 5 heures dans la peau de Gilly la cruche, la jeune femme se sentait épuisée. Restait encore à passer cette étape qui clôturerait enfin cette journée à rallonge. L’envie de filer à l’Anglaise lui traversa l’esprit… Mais Gilly avait déjà usé de ce joker la fois où elle s’était barrée boire une bière pour appeler Sexcellence. Et l’on ne pouvait pas vraiment dire que l’expérience avait été concluante. Enfin, si, dans un sens. Mais pas dans l’autre.

Voila donc qu’elle se laissait accompagner dans des locaux qu’elle avait déjà arpenté en se dandinant quelques jours auparavant, avec Yrkill à ses côtés d’ailleurs. Une interview avec une blonde (fort peu commun en Islande, nous conviendront…) dont le visage lui était revenu à peine quelques jours ensuite, lorsqu’elle avait mis la main sur le livre de chevet de son « amoureux ». Elle écrivait indépendamment de son métier, donc. Pas étonnant que le jeune homme ait eu un véritable beug sur elle. En revanche, ce que Gilly n’avait ni compris ni approuvé, c’était la connivence et cette espèce de complicité qu’il avait été facile de déceler entre eux. Aussi espérait-elle retomber sur l’ange blond, maintenant qu’elle n’était plus en présence de celui sensé faire battre son cœur. Il restait son allié, son territoire même. La seule compagnie que la vie pouvait lui offrir. Alors que l’écrivaine se pointe avec sa plume et son sourire mielleux. Le tête à tête pourrait être amusant à défaut d’être intéressant. Une fois sa robe blanche beaucoup trop moulante légèrement remontée sur ses cuisses, Gilly s’installa dans un fauteuil confortable, dans cette même pièce que la précédente interview à deux. On lui proposa un rafraichissement, elle minauda, la bouche en cul de poule pour garder son rôle. Puis lâcha d’une voix lente :

Servez moi … de l’eau. Pas de la Icelandic Glacial, parce que j’ai entendu dire que c’était la honte de l’Islande. Plutôt de la gazeuse. Avec une rondelle de citron. Et un cookie. Non … pas de cookie.

Et sur ce, la journaliste entra dans la pièce. Loin de vouloir se lever, Gilly la salua depuis son fauteuil en faisant un geste à l’assistant pour qu’il aille vite lui chercher ce qu’elle voulait.

Astrid, encore vous. J’ai l’impression que beaucoup de chose vous ont échappés la dernière fois. Vous êtes débutante dans le métier de journaliste ?

Avec ses airs de cruche et sa manière de glousser à chaque moitié de phrase, impossible de savoir si la pique était lancée volontairement, ou bien s’il s’agissait simplement des paroles maladroites d’une femme à la tête creuse. Gilly croisa donc les jambes, sourire placardé sur le visage pour désigner le fauteuil en face d’elle comme si elle autorisait Astrid à prendre place pour l’entretient.


©️️ nightgaunt

_________________
Sometimes I wonder when you sleep Are you ever dreaming of me ? Sometimes when I look into your eyes I pretend you're mine, all the damn time  'Cause I like you Is it cool that I said all that ?

   
'Cause I know that it's delicate


Dernière édition par Gillý Vagnasdottir le Mer 30 Mai - 9:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t209-astrid-there-s-a-hope-tha

Identity Card
Pseudo : Cinderella Messages : 270 depuis le : 26/04/2018 Avatar : Lili Reinhart Points : 360 A Reykjavik depuis : toujours Âge du perso : 24 ans Emploi/études : Journaliste et écrivaine

MessageSujet: Re: Qui rit le dernier pense le moins vite } Astrid   Dim 27 Mai - 23:17

J'voudrais pas faire ma raclette, mais la soirée s'annonce pas super.


Astrid était arrivée plutôt qu'à son habitude au journal afin de finir de préparer l'interview qu'elle se devait de mener un peu plus tard dans la journée avec Gilly Vagnasdottir. La même Gilly qu'elle avait eu le plaisir d'interviewer quelques jours auparavant en compagnie de son petit Yrkill, un charmant jeune homme. Jeune homme qu'au cours de la conversation, ou plutôt de l'interview, As' avait identifié comme étant la personne, le fan, qui lui envoyait des lettres depuis des mois maintenant. Et avec qui elle avait eut plus que plaisir d'échanger. Alors pouvoir enfin mettre un visage sur un pseudonyme l'avait secrètement ravi, et très rapidement, une certaine complicité s'était mise en place entre eux, rendant l'interview plus qu'agréable. La journaliste en avait quasiment oublié la petite amie du roux, qu'elle se devait aussi de questionner, si bien que son patron lui avait demander d'en faire une seconde exclusivement avec la jeune star pour compléter la première déjà parue et qui avait eu un relatif succès auprès des lecteurs.

Après avoir peaufiné ses questions et commençait le tout début de son article, la blonde passa le temps qui lui restait à travailler avec ses collègues, leur soumettant ses questions, écoutant leurs remarques, discutant. Et ce jusqu'à ce qu'on lui apprenne que son "invité" du jour était arrivée. Et apparemment, elle était en pleine forme vu le commentaire du collègue qui l'en informa. Super, Astrid sentait qu'elle allait s'amuser.
C'est donc en compagnie d'un de ses collègues les plus proches qu'elle se rendit jusqu'à la salle de réunion où l'attendait la Vagnasdottir.

Servez moi … de l’eau. Pas de la Icelandic Glacial, parce que j’ai entendu dire que c’était la honte de l’Islande. Plutôt de la gazeuse. Avec une rondelle de citron. Et un cookie. Non … pas de cookie.

Entendit à travers la porte Astrid, ce qui la fit lever les yeux au ciel, légèrement exaspérée. La jeune femme se prenait pour une diva apparemment, et cela l'exaspérait par avance, elle qui n'était pas comme ça, et ne comprenait pas ce genre de comportement. Lâchant un sourire à son collègue, elle lui fit un clin d'oeil amicale, sourire aux lèvres avant de pénétrer seule dans la salle de réunion où Gilly se trouver, la saluant d'un signe de la tête, sourire aux lèvres.

Astrid, encore vous. J’ai l’impression que beaucoup de chose vont ont échappés la dernière fois. Vous êtes débutante dans le métier de journaliste ?

Oui encore elle. Non elle n'était pas débutante dans le métier. Oui Gilly l'énervait déjà. Non elle n'exprimerait pas son agacement à voix haute. Oui elle garderait son beau sourire, aussi faux soit-il sur le visage.
Sans prononcer le moindre mot, la journaliste s'assit dans le fauteuil face à la jeune star de télé-réalité, et prit son temps pour s'installer. Sortant son calepin avec ses questions, puis son stylo, elle griffonna quelques notes rapides, histoire de faire patienter la Vagnasdottir, avant de rompre le silence en relevant la tête, un sourire aux lèvres.

- Bonjour Gilly. Pour répondre à votre question, non je ne suis pas débutante dans le journalisme, bien au contraire ça fait quelques années que j'écris des papiers maintenant. Et oui, certaines choses m'ont échappé la dernière fois, car je dois avouer avoir beaucoup plus concentré mon attention sur votre partenaire.

Avoua-t-elle dans un sourire, non sans dire que c'était parce qu'il avait été plus facile de discuter avec Yrkill,car il était bien plus abordable et moins hautain qu'elle. Mais cela aurait été manquer de professionnalisme.

- Bien, nous pouvons commencer ?

Demanda-t-elle avec un grand sourire sur les lèvres, tout en faisant cliqueter son stylo, prête à prendre des notes.

©️️ nightgaunt

_________________


Each day is a gift. Live that gift
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t221-gilly-vagnasdottir-no-pai

Identity Card
Pseudo : Xerxes Messages : 347 depuis le : 28/04/2018 Avatar : Bridget Satterlee Points : 816 A Reykjavik depuis : Toujours Âge du perso : 24 ans Emploi/études : Starlette de télé-réalité (RIP vos cerveaux) et mannequin reconnue

MessageSujet: Re: Qui rit le dernier pense le moins vite } Astrid   Mer 30 Mai - 9:50

J'voudrais pas faire ma raclette, mais la soirée s'annonce pas super.


Cette petite blonde, Gilly ne l’aimait pas beaucoup. Et ce n’était pas un sentiment qui résultait d’une pensée futile ou furtive, au contraire. En vérité la jeune femme avait eu le temps d’y repenser, une fois entre les murs de son appartement qui la gardait du regard des autres et de l’obligation de conserver son rôle d’écervelée notoire. Elle avait aussi été en mesure d’observer Yrkill, en qui elle lisait comme à travers les lignes d’un roman pour les moins de 10 ans. A force de vivre avec lui, de partager tant de choses au même titre que le lourd secret qui les liait devant le publique, Gilly le connaissait bien, trop bien. Et elle avait été en mesure de déceler une anomalie entre lui et cette journaliste trop jeune pour avoir vraiment du talent. Il y avait une complicité évidente, quelque chose qui l’avait dérangé et poussé à opter pour le silence qui la tenait toujours entre ses griffes lorsqu’elle se sentait menacée. Ou en proie à des émotions qu’elle ne maitrisait pas. C’était sans doute aussi pour cette raison, qu’Astrid n’avait aujourd’hui pas assez d’élément pour compléter son article et qu’il fallait revenir sur place pour une nouvelle session. Parce que Gilly s’était faite muette, à observer puis à craindre Craindre qu’on lui prenne l’être qui savait la calmer, qui lui était si précieux pour de multiples raisons, même s’il ne s’agissait jamais des bonnes. Alors elle avait toisé Astrid d’un air hautain et pourtant enrobé dans une jovialité parfaitement feinte. L’avantage de jouer un rôle sans arrêt, c’était que cela devenait plus qu’une seconde peau. Et son masque ne se fissurait jamais. Officiellement, Gilly était cette fille imbécile et orgueilleuse, stupide au point de passer dans les zappings, la starlette qui déferlait chaque année d’avantage sur les plateaux télé. Alors se faire humiliante l’air de rien, c’était facile. Même si elle se détestait déjà pour ça.

Ainsi Gilly ne prit même pas la peine de se montrer impatiente quand la blondasse la faisait attendre. Au contraire, l’actrice papillonnait tranquillement, osant même ôter ses chaussures pour s’installer en tailleur sur le fauteuil et accueillir son verre d’eau pétillante avec un sourire parfaitement dosé.

Merci tu es un amouuuur.

Voix insupportable, mots puissamment exagérés, et ils étaient tous contents. Une intervention rapide de son manager pour lui chuchoter à l’oreille un rappel du timing lui permit de fixer la jeune femme en face d’elle en riant un peu comme pour se moquer d’elle. Comme si son manager venait de lui sortir une blague sur la vilaine journaliste. Une main sur sa bouche, Gilly calma son faux fou rire avant de siroter son eau citronnée. Puis elle écouta d’une oreille distraite la réponse d’Astrid, non sans sortir son téléphone de sa poche pour pianoter dessus. Un manque de respect total qu’elle affichait par jalousie. C’était moche… elle en culpabilisait déjà. Mais c’était son rôle aussi… il fallait bien le jouer à fond.

Formidable…

La fille avait tout de même sacrément accentué cette jalousie en parlant ainsi d’Yrkill. Qu’Astrid ait été volontaire ou pas, Gilly lui adressa un regard trop vif pour être joué. Trop agacé pour ne pas être naturel avant de retrouver son masque jovial afin d’ajouter en claquant des doigts.

Et bien, j’attends Astrid ! Je n’ai pas non plus toute la journée pour gratter le papier ! Aller aller, un peu d’entrain.

Regard insolent à l’appui, Gilly tenta tout de même de calmer ses nerfs en se plongeant dans son verre. Son état de nerfs était peut-être même un peu trop visible à travers son expression de jeune diva stupide. Alors elle s’intima de se calmer un peu, et de ne plus agresser Astrid pour quelque chose dont elle n’était pas responsable. Du moins jusqu’à la prochaine provocation.


©️️ nightgaunt

_________________
Sometimes I wonder when you sleep Are you ever dreaming of me ? Sometimes when I look into your eyes I pretend you're mine, all the damn time  'Cause I like you Is it cool that I said all that ?

   
'Cause I know that it's delicate
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t209-astrid-there-s-a-hope-tha

Identity Card
Pseudo : Cinderella Messages : 270 depuis le : 26/04/2018 Avatar : Lili Reinhart Points : 360 A Reykjavik depuis : toujours Âge du perso : 24 ans Emploi/études : Journaliste et écrivaine

MessageSujet: Re: Qui rit le dernier pense le moins vite } Astrid   Lun 11 Juin - 13:46

J'voudrais pas faire ma raclette, mais la soirée s'annonce pas super.


Astrid était tout sourire lorsqu'elle pénétra dans la pièce où son patron avait installé Gilly Vagnasdottir quelques minutes auparavant, et pourtant, au fond d'elle, elle n'avait pas envie de sourire. Il y avait quelque chose chez cette jeune femme qu'elle n'appréciait pas du tout et qui la bloquait quelque peu, mais elle n'arrivait pas à trouver quoi. Peut-être son arrogance, ou le fait qu'elle faisait semblant d'être stupide et écervelée, ce dont As' en était persuadée : pour elle, la blonde jouait une comédie. Personne ne pouvait être aussi écervelée, encore moins la personne qui sortait avec Ykrill, car même si elle ne connaissait pas le jeune homme comme elle le souhaiterait, s'il y a une chose qu'elle avait compris sur lui au cours de leurs échanges, c'est qu'il était intelligent, et qu'il y avait peu de chance qu'une jeune femme que Gilly pouvait le séduire. A moins que celle-ci ne joue qu'un rôle, ce qui pourrait expliquer beaucoup de choses ce dont Astrid était de plus en plus persuadée. Elle avait étudié à la fac les stars de télé-réalité et surtout leur comportement, si bien qu'aujourd'hui elle ne pouvait s'empêcher de penser que la jeune femme se donner un rôle pour les caméras. Mais pour aujourd’hui, la question n’en était pas là, néanmoins, elle restait dans un coin de la tête de la journaliste.
Une fois installée, Astrid ouvrit son calepin sur ses questions pour les lire à nouveau. Mais avant de commencer, la jeune femme laissa une des assistantes apporter à la jeune star son verre d’eau comme demandé, dévisageant celle-ci du regard discrètement.

Merci tu es un amouuuur.

Sa voix fit lever les yeux au ciel à Astrid. Dieu que la tonalité de sa voix l’agaçait grandement. On voyait facilement qu’elle faisait exprès de la rendre aussi stridente et aigue, mais se rendait-elle compte que cela agaçait plus ses interlocuteurs qu’autre chose ? En tout cas, c’était le cas pour la jeune journaliste, mais comme à son habitude, elle ne fit que sourire, sans rien répliquer, avant de plonger son regard vers ses notes, qu’elle relut et relut encore et encore, tandis que le manager de la blonde lui parlait à l’oreille. Quand la jeune femme face à elle reposa son verre, Astrid se décida alors à prendre la parole pour la saluer, politesse oblige, puis lui expliquer pourquoi elle l’avait fait revenir. C’était quelque peu honteux pour une journaliste d’avouer ne pas avoir correctement son job, car tel était le cas, mais la Carldottir avait toujours joué la franchise avec tout le monde, et elle continuerait ainsi aujourd’hui.
Tandis que les mots sortaient toujours de sa bouche, As eut la surprise de voir Gilly sortir son portable de sa poche et pianoter dessus. Cette action lui fit écarquiller les yeux durant une petite seconde, avant qu’elle ne se ressaisisse. Enfin physiquement parlant. Car en elle, quelque chose était en train de bouillir de rage, elle qui ne supportait pas l’irrespect. Néanmoins, elle eut la chance d’avoir une réponse, même si celle-ci était plus que sarcastique.

Formidable…

Soupirant des plus silencieusement, si bien que son soupir passa totalement inaperçu. Au contraire du regard appuyé que la blonde face elle lui adressa. Qu’est ce qu’elle pouvait bien avoir fait pour le mériter ? Telle était la question que se posait Astrid intérieurement. Elle fut tirée de sa réflexion par l’agaçant claquement de doigt que Gilly lui adressa, tout en reprenant la parole.

Et bien, j’attends Astrid ! Je n’ai pas non plus toute la journée pour gratter le papier ! Aller aller, un peu d’entrain.

Elle semblait quelque peu sur les nerfs, ce qui fit lever un sourcil à la Carldottir qui ne comprenait pas pourquoi un tel état à l’heure actuel, l’interview n’ayant même pas encore commencée. Les questions gênantes n’étaient même pas encore posées et qu’elle était dans un tel état… Qu’est-ce que ça allait bien pouvoir donner par la suite ? Voilà une nouvelle question qui s’immisça dans l’esprit de la journaliste, mais cette fois-ci elle ne se laissa pas prendre par sa réflexion et prit la parole.

- Désolée. Bien commençons.

Inspirant, elle ouvrit son stylo, prête à prendre des notes et posa sa première question, celle qui lança l’interview, la même qu’elle avait déjà posé la dernière fois, mais dont seul Ykrill avait pris la peine de répondre. Ce qu’elle ne relèverait pas, étant trop professionnelle pour cela.

- Ma première question est celle-ci : qu’est-ce qui vous a conduit à la télé-réalité ?
©️️ nightgaunt


Spoiler:
 

_________________


Each day is a gift. Live that gift
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t221-gilly-vagnasdottir-no-pai

Identity Card
Pseudo : Xerxes Messages : 347 depuis le : 28/04/2018 Avatar : Bridget Satterlee Points : 816 A Reykjavik depuis : Toujours Âge du perso : 24 ans Emploi/études : Starlette de télé-réalité (RIP vos cerveaux) et mannequin reconnue

MessageSujet: Re: Qui rit le dernier pense le moins vite } Astrid   Ven 15 Juin - 15:02

J'voudrais pas faire ma raclette, mais la soirée s'annonce pas super.


D’accord, peut être qu’elle ne maitrisait plus suffisamment son expression, qu’elle perdait un peu ce self contrôle qui la caractérisait mais on ne pouvait pas dire pour autant que Gilly était un livre ouvert. Au contraire, elle prenait grand soin de se dissimuler sous ses masques, de ne montrer que ce qu’elle souhaitait que l’on voit d’elle pour ne jamais se laisser apercevoir à la lumière de la vérité. Plus que son talent au théâtre, cette discipline était quelque chose qu’elle avait longuement travaillé. Depuis l’enfance. Alors même si Gilly commençait à perdre pied devant la blonde qui faisait enfler son animosité en un temps record, le visage de l’actrice restait imperturbable. Toujours lisse, un brin idiot, souriant avec une brève arrogance. Juste assez pour être désagréable autant que flamboyante. Un équilibre presque parfait, uniquement trahis par une lueur d’aversion dans son regard, qu’elle plantait dans celui de la journaliste en claquant des doigts avec un irrespect outrancier. Qu’elle se dépêche, la débutante. L’actrice n’avait pas que cela à faire : voila le message qu’elle laissait passer dans le geste. Mais en réalité, Gilly ne se savait sans doute pas capable de rester plus longtemps que nécessaire devant cette fille qui lui faisait de l’ombre au regard d’Yrkill, et qui somme toute, l’effrayait avec certitude. Une fois bien installée en tailleur, Gilly posa son menton dans le creux de sa main, le coude appuyé contre l’accoudoir de son fauteuil et prit une expression entre deux sentiments : blasée, ou moqueuse, on ne savait pas où elle se situait vraiment.

Puis enfin, Astrid prit la parole et Gilly leva les yeux au ciel devant cette première question si peu intéressante. Elle inspira profondément, comme pour trouver le courage de lui répondre sans se moquer ou garder un peu son sérieux. Maintenant que l’interview avait débuté, il s’agissait de ne plus trop interférer avec la journaliste. Simplement répondre à ses questions… Ainsi les choses iraient plus vite et Gilly pourrait retrouver à sa vie. A Yrkill aussi. Même si cette blonde viendrait sans doute l’inquiéter sans même sa présence déclarée. Juste parce qu’elle existait, et que l’actrice voyait bien quand Yrkill semblait dans ses pensées avec elle. Elle se mordit un peu la lèvre, songeant très vite à une réponse à apporter qui soit non loin de la vérité et pourtant diamétralement opposée à cette dernière. Gilly ne pouvait pas révéler le pourquoi, le véritable pourquoi. C’était trop intime… trop blessant. Alors elle prit une voix décontractée et un ton parfaitement volage pour répondre sans une seconde de plus.

Bah, une opportunité. J’ai toujours voulu être sous le feu des projecteurs, qu’on me voit… Je suis une influenceuse née, depuis que j’ai commencé le mannequinat il semble que ma vie intéresse les gens. Alors quand on m’a proposé ma première émission à l’époque c’était impossible de dire non. La télé-réalité c’est facile, suffit d’être soi-même et de suivre le mouvement ! De s’amuser ! Et quand on a une personnalité comme la mienne, on fascine c’est sûr !

Il n’y avait rien de vrai là-dedans. Du moins pas qu’elle ne pense. Au contraire Gilly n’avait jamais voulu être populaire, connue, que son image soit exposée aux regards et à l’appréciation de tous. Qu’on la juge, qu’on la haïsse où qu’on l’adule. Rien de tout ça… Mais elle avait l’air tellement crédible à faire preuve de cette insolence flagrante et à raconter cela comme si c’était la vérité unique, il n’y avait pas vraiment de doute possible. A l’image du rôle qu’elle offrait H24, Gilly était stupide et égocentrique. Et la diva ajouta alors avec un sourire moqueur :

Il y a des destins. Je suis née pour faire rêver les gens, comme vous Astrid, vous êtes née pour raconter ma vie dans vos petits papiers.


©️️ nightgaunt

_________________
Sometimes I wonder when you sleep Are you ever dreaming of me ? Sometimes when I look into your eyes I pretend you're mine, all the damn time  'Cause I like you Is it cool that I said all that ?

   
'Cause I know that it's delicate
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t209-astrid-there-s-a-hope-tha

Identity Card
Pseudo : Cinderella Messages : 270 depuis le : 26/04/2018 Avatar : Lili Reinhart Points : 360 A Reykjavik depuis : toujours Âge du perso : 24 ans Emploi/études : Journaliste et écrivaine

MessageSujet: Re: Qui rit le dernier pense le moins vite } Astrid   Ven 20 Juil - 23:17

J'voudrais pas faire ma raclette, mais la soirée s'annonce pas super.



Bah, une opportunité. J’ai toujours voulu être sous le feu des projecteurs, qu’on me voit… Je suis une influenceuse née, depuis que j’ai commencé le mannequinat il semble que ma vie intéresse les gens. Alors quand on m’a proposé ma première émission à l’époque c’était impossible de dire non. La télé-réalité c’est facile, suffit d’être soi-même et de suivre le mouvement ! De s’amuser ! Et quand on a une personnalité comme la mienne, on fascine c’est sûr !

A peine Gilly avait-elle commencé à parler qu'Astrid se demanda pourquoi elle avait poser cette fichue question ? ah oui, c'était la demande de son patron... Son regard baissé, la journaliste prenait en note chaque mot de la jeune femme dans son petit calepin, tout en se demandant intérieurement si elle devait rire ou pas. Ou si la blonde face à elle croyait à chacun des mots qu'elle prononçait. Si c'était le cas, elle avait donc un orgueil plus que démesuré. Si As' voulait bien croire que Gilly était une influenceuse née, bien qu'elle ne pouvait remettre un peu en question cela, le fait que sa personnalité fascine, elle n'y croyait pas du tout. Surement parce qu'elle ne décelait pas de véritable personnalité chez la Vagnasdottir. Enfin, plutôt que la personnalité qu'elle montrait à tous n'était pas la sienne, et sonnait donc fausse aux yeux de la journaliste. Mais cela elle ne l'écrirai, car il n'était pas dans son genre de critiquer les personnes comme elle.

Il y a des destins. Je suis née pour faire rêver les gens, comme vous Astrid, vous êtes née pour raconter ma vie dans vos petits papiers.

Reprit la jeune star, alors qu'Astrid finissait de noter les paroles de celle-ci. En l'entendant, la blonde arrêta immédiatement d'écrire, et releva la tête, surprise. Le sourire moqueur qu'elle vit sur les lèvres de la femme face à elle, eut le don de la faire voir encore plus rouge que les mots qu'elle venait de prononcer.
Croisant ses jambes, mordant durant de courtes secondes sa lèvres inférieure pour contenir la colère qui était montée en elle, la Carldottir inspira doucement. Puis, une fois calmée, enfin un peu, elle reprit la parole.

- En effet il y a des destins. Vous faites peut-être rêver quelques personnes, c'est beau d'ailleurs, mais sachez que moi aussi. Je leur procure un univers dans lequel ils peuvent s'évader le temps de quelques heures, quelques minutes quand ils en ont besoin. Et raconter votre vie dans mes petits papiers n'est pas mon destin. Juste une étape dans l'avancée de celui-ci.

Quand elle eut fini sa courte réponse, qu'elle avait prononcé le plus calmement du monde, Astrid sourit, avant de rebaisser la tête pour reprendre sa prise de note, écrivant les derniers mots que Gilly avait prononcé. Puis, doucement, elle posa sa seconde question, sans pour autant relever la tête. Non, elle n'avait pas envie de voir à nouveau la tête de la pin up face à elle pour le moment.

- Vous venez de me dire que c'est une opportunité qui vous a conduit à la télé-réalité: est-ce grâce à votre père qu'elle vous a été proposé ou pas du tout ?

Son père. D'après ce qu'elle avait compris au cours de son enquête, il travaillait dans le milieu du buisness télévisuel, donc elle était en droit de se demander s'il y avait eu du piston ou non.
©️️ nightgaunt


Spoiler:
 

_________________


Each day is a gift. Live that gift
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t221-gilly-vagnasdottir-no-pai

Identity Card
Pseudo : Xerxes Messages : 347 depuis le : 28/04/2018 Avatar : Bridget Satterlee Points : 816 A Reykjavik depuis : Toujours Âge du perso : 24 ans Emploi/études : Starlette de télé-réalité (RIP vos cerveaux) et mannequin reconnue

MessageSujet: Re: Qui rit le dernier pense le moins vite } Astrid   Dim 22 Juil - 23:07

J'voudrais pas faire ma raclette, mais la soirée s'annonce pas super.


L‘interview allait être très longue, avec en fasse d’elle cette blonde pompeuse et trop belle pour être ignorée. Gilly n’avait pas envie de se sentir ainsi froissée, elle l’était déjà suffisamment d’ordinaire, sans que sa confiance en elle ne doivent encore subir des chocs. Parce que cette Astrid avait trop d’importance pour un rouquin qui était le seul soutient de la starlette. Elle ne pouvait pas lui voler, pas même en pensée… Qu’il ne soit plus totalement avec Gilly, qu’il pense toujours à cette fille. C’était une trahison qu’elle ne supportait pas, l’actrice. Pas après avoir tant côtoyé Yrkill, lui avoir donné bien plus que de l’affection et de la confiance. Sans contrepartie, juste par amitié bien que parfois cela ait dérapé vers quelque chose de plus fort, pour combler les solitudes des cœurs. Là était la raison de cette agressivité latente, bien dissimulée derrière un sourire de diva, les piques enrobées dans une voix bien trop suaves pour être douloureuses de plein fouet. Alors Gilly tachait de garder le contrôle de sa colère, de sa jalousie ou sa crainte. Et elle le faisait bien, jouant un maximum de ses talents d’actrice afin de ne pas laisser se dévoiler certaines de ses émotions. Et continuer d’agir et de parler comme la Gilly de la télé le ferait… malgré les ripostes derrière les vacuités de son image.

Mais c’était aussi plus fort qu’elle, la hargne qu’elle contenait ne pouvait pas se faire muette trop longtemps. Si bien qu’à la réponse d’Astrid, Gilly eut un sursaut de rire. Un éclat alors qu’elle haussait les sourcils en l’écoutant, condescendante au possible. Elle laissa la blonde allez jusqu’au bout de sa réflexion avant d’enchainer directement à sa suite :

Oui, c’est très bien … Mais il y a une chose que vous avez l’air d’oublier, Miss Carldottir.

Sur ce, Gilly se pencha légèrement en avant, comme sur le point de faire une confidence malgré un sourire qui indiquait bien que la suite des mots ne seraient pas des compliments. Il y avait quelque chose de garce chez Gilly à l’instant même. Un trait de caractère que la journaliste semblait accentuer sans peine.

Personne ne vous demande de raconter votre vie.

Autrement dit : on s’en fiche de toi, blondasse. Ce n’était pas elle l’interviewée, ce n’était pas elle qui était célèbre. Astrid n’était qu’un simple nom en bas d’un article. Et la plupart des journalistes étaient anonymes pour le commun des mortels. Qui signait de sa plume ? Rien à faire. Et l’expression méprisante de Gilly le lui signifiait bien, qu’elle ait raison ou tort. Puis elle se replaça confortablement contre le dossier de son fauteuil pour siroter son eau. Mais ce regard satisfait s’effaça quelque peu après la question suivant d’Astrid. Son père … Elle papillonna du regard un instant, prête cependant à lui sauter à la gorge. Qui était-elle pour oser prendre ce ton avec elle et lui parler de Fergus ? Un instant, Gilly garda sa respiration coupée, contractée par la colère qui menaçait d’éclater en son sein avant de se calmer. Mais elle cracha cependant avec bien trop d’impulsivité à son goût :

Non… c’est l’inverse. Mon père à profité de ma notoriété. Vous ne vérifiez ni vos sources ni la chronologie des faits ?

Il fallait dire qu’elle aurait trouvé bien des choses, Astrid. Elle aurait creusé un sujet épineux, qui avait forcé Gilly à virer son propre père quelques années auparavant et même à prendre le nom de sa mère pour ne plus s’appeler Fergusdottir. Tout cela, c’était des faits avérés sur lesquels pourtant, elle ne voulait pas revenir. C’était aussi de sa sphère privée, pour le peu qu’elle en avait … Alors elle jeta un regard dehors, par une fenêtre à sa gauche en croisant les jambes. Puis elle chercha les yeux de son manager – celui là même qui avait remplacé son père d’ailleurs – pour lui faire comprendre qu’elle allait perdre patience tout en s’adressant à nouveau à la blonde devant elle. Sans la regarder toutefois.

J’avais déjà une carrière de mannequin derrière moi, quand on m’a proposé de la télé-réalité. Donc je ne crois pas avoir bénéficié d’un piston quelconque, si c’est ça que vous sous-entendez si peu adroitement, Astrid.

Ce qui était certain, c’était que la Gilly de la télé ne se serait jamais exprimée de cette manière, il était réellement temps de se reprendre. Et vite.


©️️ nightgaunt


Spoiler:
 

_________________
Sometimes I wonder when you sleep Are you ever dreaming of me ? Sometimes when I look into your eyes I pretend you're mine, all the damn time  'Cause I like you Is it cool that I said all that ?

   
'Cause I know that it's delicate
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Identity Card

MessageSujet: Re: Qui rit le dernier pense le moins vite } Astrid   
Revenir en haut Aller en bas
 
Qui rit le dernier pense le moins vite } Astrid
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» On oubli jamais rien , on y pense juste moins [Madness]
» Dernier bilan de choléra:14,642 cas et 917 décès
» Le dernier Tavernier ou "la Louisiane"
» Interdit aux moins de 18 ans
» Creation d'une base de donnees sur le dernier recensement

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Walk on Ice ::  :: The City-
Sauter vers: