Nouveautés
Mise à jour n°5 - Quelques petites nouveautés voient le jour !
Toutes les informations.
Un nouveau souffle pour WOI Le staff a changé, découvrez-le ici .

Partagez | 

 Bethany L. William | Ruby Rose


Only the Icelanders can Walk on Ice.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t326-bethany-l-williams-542-0904 http://walk-on-ice.forumactif.com/t325-bethany-it-hurts-less-to-
Administratrice

Identity Card
Pseudo : Moose || Melissa Messages : 557 depuis le : 11/05/2018 Avatar : Ruby Rose Points : 1733 A Reykjavik depuis : Un an, après avoir quitté Londres Âge du perso : 29 ans. Emploi/études : Barmaid au Kiki Queer Bar, future bassiste.

MessageSujet: Bethany L. William | Ruby Rose   11.05.18 23:14
Bethany Lilith Williams
The nightmare of your dreams


NOM > Williams. Un nom de famille que tu trouves sans importance, tout comme qui raconte trop. Qui raconte ton passé, à qui tu appartiens réellement. Un souvenir de ta famille que tu as délaissée derrière comme bien d'autres choses. Tu ne l'aimes pas et l'utilises très peu. PRÉNOM(S) > Bethany. Ce prénom que tu trouves trop féminin, trop commun pour la personne que tu es. Lilith de ton second prénom. Tu trouves que c'est un peu ironique. Un démon sous les courbes d'une femme. Cette idée te plaît, parce que tu sais fortement que tu n'es pas une sainte, que tu n'es pas un ange. Que ton cœur est trop froid pour être du paradis. SURNOM(S) > Des surnoms, tu en as plusieurs. Beth'. Betty. Lil'. Lili. Chérie. Baby. Handsome. Petite garce. Salope. Tu en entends de toutes sortes que tu n'en tiens plus réellement compte. Tu ne cherches pas à t'accrocher à l'un d'eux. Parce que c'est plus facile de mentir sur un prénom à des étrangers que de s'ouvrir à la réalité.  DATE ET LIEU DE NAISSANCE > Tu es née un 14 novembre sur les terres londoniennes. Le fruit d'une erreur, d'une soirée romantique pleine d'excès et trop peu de protection. AGE > Tu traînes tes pieds et ta carcasse tatouée depuis 28 longues années. NATIONALITÉ ET ORIGINES > Tes parents sont tout deux de l'Angleterre, tout comme toi. Alors tu es anglaise, de tout ton âme, de tout ton accent qui s'entend lorsque tu parles. Mais cette nationalité islandaise, tu te dis que tu pourrais peut-être trouver moyen de l'avoir lorsqu'il serait temps. Si tu parviens à rester les pieds fixes dans cette ville du moins. MÉTIER OU ÉTUDES > Tu n'as jamais terminé tes études. Ce n'est pas faute de n'avoir rien tenté. Tu t'es simplement dérivé du bon chemin. Tu travailles désormais au Kiki Queer Bar, autant comme barmaid que serveuse pour dépanner à l'occasion. Tu as fait une formation exprès, que pour ça. Un truc miraculeux, en fait. C'est le seul petit bout de papier qui fait en sorte que tu as un avenir. Ton côté androgyne semble être tout à ton avantage dans un tel endroit et lors de soirées de dragqueen, tu adoptes avec joie le bandage autour de ta poitrine et prendre le rôle d'un dragking. Tu te mêles au jeu, tu te travestis et tu joues avec la confusion de tes clients sans aucune gêne, avantagée par ta voix qui est relativement grave, pour ton sexe. ORIENTATION SEXUELLE > Un corps, c'est un corps. Tu es sans doute bisexuelle à voir comment tu ne portes aucun intérêt à ce qui se retrouve entre les jambes de la personne qui partage ton lit. STATUT MARITAL > Volage et sans attache, tu es dotée d'un don de manipulation et de drague. Tu les utilises, ces gens, pour une soirée. Rarement deux. Tu leur promets mer et monde, tu leur dis que tu vas les rappeler dans un sourire charmeur et un clin d'oeil. Alors que pourtant, aussitôt qu'elles regardent ailleurs, tu es déjà en train de charmer ta prochaine cible. Tu quittes les draps de ces inconnus au beau milieu de la nuit, sans te soucier un seul instant si tu allais briser leur pauvre petit cœur. TYPE DE LOGEMENT > Un petit appartement tout simple, un peu bordélique, à l'image de ta déchéance et ton mode de vie. VIT AVEC > Litchi, la seule chose qui est stable dans ta vie, la seule chose vivante à laquelle tu t'es attachée. Une chatte, d'une couleur crème qui tire vers le grisâtre dans de larges rayures, aux yeux bleus pâles, perçants. La meilleure décision de ta vie après ton déménagement, lorsque tu as croisé son regard dans le refuge. A REYKJAVIK DEPUIS > Un an. Un an que tu as décidée qu'il était temps de quitter l'Angleterre. Pour voyager, pour vivre, pour fuir. Fuir tout ce qui se cache dans ton passé, te refaire une vie. Alors tu as choisi la meilleure ville possible; celle qui s'adapte à ton caractère. Celle qui est imprévisible, qui se fait froide, qui décide de changer de température comme tu changes tes discours de séduction. La ville parfaite. SIGNES PARTICULIERS, TATOUAGES, CICATRICES ... > Des tatouages. À ton ventre, de ton bras jusqu'à ta main. À ton cou. Tu sembles être incapable de cesser d'encrer ta peau. Une véritable obsession. S'ils ont tous des histoires? Peut-être. Certains d'entre eux oui. Si on te le demandait, tu ne ferais que sourire et répondre vaguement une raison différente et adaptée à quiconque qui te pose la question. GROUPE > Hekla

Ruby Rose

Mon groupe
Tu n'es pas une personne respectable. Rares sont les personnes qui t'apprécient réellement. Ceux que tu appelles tes amis, tu ne sais même pas s'ils le sont pour de vrai ou juste parce que tout comme toi, ils s'amusent.. Tu ne sais même pas s'ils savent qui tu es en réalité, ce que tu aimes, ce que tu détestes. Tes peurs, ton passé. Tu as complètement oublié si tu leur as raconté la vérité, de toute façon. Et puis, qu'ils partent dans le pire des cas. Tu n'as pas besoin d'eux, en fait. On adore te détester. Tu manipules comme tu respires. Tu te fais douce pour charmer. Tu te fais gentille pour attirer les brebis entre tes griffes. Des beaux sourires, de belles paroles. Tout pour les empêcher de te dire non. Tu vies de nuit, tu n'as pas beaucoup de respect pour les autres. Tu aimes t'amuser, ne rien prendre au sérieux. La vie, tu en fais ta soumise. Tu lèves le doigt d'honneur vers Dieu lorsqu'il décide que ta vie n'est pas un assez gros merdier. Tu as la patience courte, un peu impulsive. Plus masculine que féminine, on te définies plutôt comme l'un des gars, celui qui pousse des jurons, celui qui a toujours une bière à la main, celui qui fait des remarques vicieuses sans gêne.
Derrière l'écran
nom/pseudo > Melissa/Moose âge > 25. scénario/inventé ? > Tout vient de mon petit esprit pur comment as tu connu WOI ? > Il m'est tombé entre les mains, j'ai pas su quoi faire. Donc j'me suis inscrite. Aka; je suis là depuis l'ouverture avec mon autre compte. que penses tu de WOI ? > la perfection totale. une petite suggestion? > Toujours plus de smiley!

   
Code:
<taken>Ruby Rose</taken> <a href="http://walk-on-ice.forumactif.com/u53"><img src="http://i66.tinypic.com/muy7td.jpg"></a> <yourname>Bethany L. Williams</yourname>


One > Tu es le fruit d'une soirée de Saint-Valentin trop arrosée. Tu n'étais pas désirée, c'était une erreur. Pourtant, tes parents ont tout de même décidés de te garder, d'assumer leur erreur. Plus tu grandissais, plus ils ont regrettés leur choix. Two > Tu affectionnes la basse. L'instrument à quatre cordes qui fais vibrer ton être, qui énerve tes voisins parce que tu n'as aucun respect pour l'heure "normale" du sommeil. L'une des choses qui te fait vivre un peu. Three > Ta voix, bien que moins aiguë que la plupart des autres femmes, a un charme envoûtant et tu l'utilises sans gêne. Ta voix, lorsqu'elle décide de se mettre à chanter, elle est belle. Il t'arrive à l'occasion de faire performance en public, bien que ce soit assez rare. Pas par honte, pas par gêne. Ça n'arrive tout simplement pas assez souvent.  Four > Ton foie ne t'aime pas. Tu bois, beaucoup. Tu n'es jamais entièrement sobre alors que tu es sur ton quart de travail. Tu prends des shooters avec tes clients, tu te laisses payer des verres sans aucune gêne. Et comme si ce n'était pas suffisant, tu te retrouves souvent une bière à la main, parfois même sur tes journées de congé également. Comme si la clope occasionnelle n'était pas suffisante, il fallait que tu développes cette addiction à l'alcool. Five > Tu es physiquement très androgyne. Ta chevelure courte, tes vêtements trop peu féminins. Pourtant, tu te maquilles de façon légère et tu n'as rien contre les vêtements de femmes. Tu préfères simplement troquer la jupe pour un pantalon. Et honnêtement? Ça te va bien. Ça fait parti de toi et de ta personnalité. Six > Lorsqu'on te croise dans la rue, tu donnes une apparence un peu froide. Tes sourcils bien définis, tes yeux perçants l'horizon et un visage neutre n'aident pas à la cause. Pourtant, tu n'es pas méchante. Pas réellement. Seven > Tu es manipulatrice, hypocrite. Le mensonge, les belles phrases rien que pour faire plaisir. Ça te connaît, comme si c'était un vrai terrain de jeu. Le tiens. Celui que tu as toi-même créé de tes dix doigts. Un peu mythomane sur les bords, tu adaptes ta personnalité à la personne qui se trouve en face de toi, tes gestes toujours calculés. Des masques, tu en as des tonnes. Et lorsqu'on commence à voir clair dans ton jeu, que l'on te traite de garce parce que l'on découvre la vérité, tu souris. Tu ris. Parce que ces insultes ne t'affectent en rien. Parce que tu sais qu'elles sont vraies.  Eight > La réalité à ton sujet, tu la caches. Tu caches ton cœur d'artichaut, ton besoin de devenir stable. Tu as beau sembler forte, tu es seule. Tu es sans attache, mais tu ne fais que chercher la perle rare qui saura voir au travers de tout tes défauts et t'apprécier quand même. Parce que tu es capricieuse, tu as horreur que l'on te dise non. Parce que tu détestes la personne que tu es devenue, mais tu refuses de changer. Parce que ton cœur est à prendre, mais encore faut-il que tu le laisses partir. Nine > Les âmes sensibles, esseulées, en douleur, ce sont tes préférées. Elles sont faciles à attraper sous tes doigts. Quelques regards, quelques compliments bien placés. Une lionne face à une proie. Et tu t'amuses à les briser. À leur faire perdre leur dignité, à se laisser aller contre toi. Puis tu les jettes, souilles, sans aucune pensée de plus. Tu leur fais mal et ça ne te fais rien. Ten > Tu as le sang chaud. Non pas que tu vas gueuler contre tout le monde à la moindre chose, mais tu perds rapidement patience. Tu te fâches assez vite, d'ailleurs. Si tu as déjà frappé quelqu'un? Bien entendu. Pour les bonnes raisons? Pas toujours. Eleven > La gêne et la pudeur, ça ne te connaît pas. Et ce, même si tu détestes ce corps qui est le tiens. Celui que tu recouvres peu à peu de tatouages pour le cacher de ta vue. Tu ne mâches pas tes mots, tu n'hésites pas à dire ce que tu penses. C'est majoritairement faux, de toute façon. Tu trouves quelqu'un de beau? Tu vas lui laisser savoir rapidement. Tu en as marre d'entendre la personne te raconter son histoire endormante de comment elle a risquée de perdre sa mère lors d'une opération à cœur ouvert? Tu trouveras moyen de le lui laisser savoir aussi. Soit par une remarque désobligeante que tu n'en as rien à faire, soit en changeant de sujet et dans le pire des cas, tu n'as qu'à te lever et te casser. Le respect? Tu l'as seulement lorsqu'il est nécessaire de toute façon. Twelve > Tu as un cycle de sommeil qui ne fait aucun sens. Tu es un oiseau de nuit. Tu reviens chez toi à des heures insensées. Tu dors jusqu'à tard le matin. Tu ne sais pas t'adapter à un rythme normale.  

En savoir plus sur moi
codage kusumitagraph | lorelei sebasto cha pour Walk on ice


Dernière édition par Bethany L. Williams le 12.05.18 1:49, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t326-bethany-l-williams-542-0904 http://walk-on-ice.forumactif.com/t325-bethany-it-hurts-less-to-
Administratrice

Identity Card
Pseudo : Moose || Melissa Messages : 557 depuis le : 11/05/2018 Avatar : Ruby Rose Points : 1733 A Reykjavik depuis : Un an, après avoir quitté Londres Âge du perso : 29 ans. Emploi/études : Barmaid au Kiki Queer Bar, future bassiste.

MessageSujet: Re: Bethany L. William | Ruby Rose   11.05.18 23:15


This is the story of my life
I can make you glad you came.

Une erreur. C'est ça que tu es, en fait. Une sale erreur. Quelqu'un de non-désirée. Qui a été mis sur terre parce que ce qui te sers de parents, ça a trop bu. Ça a fait la fête. Ça n'avait plus de protection et ça s'est quand même terminé dans le lit. Il suffisait d'une fois, pourtant. Une seule et tu es née neuf mois plus tard. Une famille pas très riche, qui vit toujours un peu au-dessus de ses moyens dans un petit appartement serré. Une mère strip-teaseuse, parce qu'elle avait raté sa vie. Un père qui vend de la drogue en secret, pour arrondir les fins de mois. Tu es née dans une famille de parfaits imbéciles. Mais au moins, ils t'aimaient.

Un bel avenir, c'était pourtant possible. Tu es intelligente, tu as la capacité d'aller loin avec ta curiosité et ton ambition. Là où ça a décidé de partir en vrille, c'est à ton adolescence. Lorsque tu as appris que tu n'étais pas voulue. Lorsque ton père a décidé de sortir comme excuse qu'il allait chercher du lait, selon ta mère, et qu'il n'est jamais revenu dans votre vie. Alors tu t'es rebellée. Ton comportement a changé, heurtée par l'abandon. Par la compréhension qu'ils ne t'ont jamais réellement désirée dans leur vie. Le coup classique, la chose à prévoir sur des kilomètres comme tout bon enfant de quatorze ans. L'erreur? C'était de ne pas arriver à te retenir. Ta mère a tenté, pourtant. Mais elle n'y est jamais parvenue. Trop peu présente de ses quarts de nuit à la boîte de strip-tease. Trop peu responsable, aussi. Déjà que tu avais une tête forte, que tu n'étais pas féminine avec tes cheveux courts et ton manque de talons hauts. Déjà que tu t'entendais beaucoup mieux avec les gars de ta classe que les filles. Que tu te faisais un peu ridiculisée par ta différence de style. Il a suffit que ton père ne quitte ta vie pour que le tout éclate. Pour que tout ce qui se cachait à l'intérieur se fasse visible finalement. Parce que tu sais que tu as toujours été ainsi, au fond de toi. Que la lionne en toi n'attendait que le coup fatidique pour sortir. Ta rébellion, elle était simplement habituelle, typique. Le manque de respect envers tes professeurs, ton désintérêt pour tes cours et les notes qui souffrent. Tu t'amusais à intimider les plus jeunes et les faire pleurer. Rien qu'avec des mots, en plus. Et ça, tu en étais assez fière. Ça te faisait te sentir puissante et en contrôle de ta vie qui dérapait à vue d'oeil. Le moment où ça a débordé, c'est quand tu as dépassé les limites. Il fallait que ce gars se mettent à t'insulter comme s'il connaissait tout de ta vie. Des remarques contre ta mère qu'il a supposément vu sortir du club de strip-tease et qu'il lui a mis la main aux fesses. Que ton père s'était barré parce qu'il avait honte d'avoir un garçon au lieu d'une fille. Le type qui cherche les problèmes parce qu'il n'a rien de mieux à faire. Parce qu'il ne t'aime pas. Parce qu'il te donne de l'importance dans sa haine. Alors ton regard s'était durcit et sans même que tu n'en prennes conscience, ton poing avait heurté son visage. Comme ça, en plein à l'entrée de l'école. Un coup de genou bien placé pour le remettre à la place qu'il mérite : au sol. Ça t'a mérité une belle expulsion, vu ton dossier tachés par tes actes précédents.

Tu te rappels de ta mère qui t'avait engueulée, disant que tu lui pourrissais la vie. Que tu lui faisais des misères. Qu'elle en avait marre de toujours devoir rencontrer le directeur pour te garder dans l'école. Qu'elle avait fait erreur en décidant de ne pas t'avorter, aussi. Alors cette fois, c'était ton problème. Tu allais devoir gérer les conséquences. Le temps de pouvoir réintégrer un autre bâtiment scolaire, elle avait trouvé moyen de te faire entrer en douce à son club de danseuses. Parce que ta mère, elle était loin d'avoir le trophée de la mère de l'année, alors aussi bien continuer sur cette lancée. Tu aidais à débarrasser les tables à la fermeture, tout comme l'aide au montage pour l'ouverture. Des trucs, t'en a vu. Tu n'avais que quatorze ans, c'était même pas légal. Sauf que avec tout ce qui se brassait sous les tables dans ce bâtiment sombre, une chose de plus n'allait pas être grave. En autant que tu te tenais tranquille, que tu te faisais discrète. Du coup, tu en as vu, des choses. Des femmes qui se changent alors que tu dois arriver par l'arrière pour commencer ta soirée. Ta mère qui drague le propriétaire ou certains clients en fin de soirée. Le dit-proprio qui rencontre des gens louches à l'arrière du club pour leur remettre des paquets, sans doute de la drogue. Le garde du corps qui lève les poings sur un client qui fait un geste de trop. Autant que ça t'a marquée, traumatisée même, que tu t'es mise à penser que c'était peut-être ça, la vie. Que ce n'était que des mensonges, que de l'hypocrisie. De la manipulation, du pouvoir. Tu ne t'es jamais redressée entièrement depuis.

Ton retour en classe, il ne s'est pas bien passé. Nouvelle école, de nouvelles victimes. Tu étais plus futée, maintenant. Tu en as appris, des choses, en quelques mois au club. Tu étais capable de mentir, parce que tu le faisais sans arrêt lorsque tu disais ne pas avoir de devoirs à faire alors que tu séchais les cours avec d'autres gars. Et si ce n'était que léger au départ, tu es tombée en plein dedans alors que tu as atteint ta dernière année. Tu approchais de la majorité et tu étais loin d'avoir ton diplôme en poche. Tu aurais pu, réellement. Si tu avais mis l'effort, tu aurais pu te relever et sans doute devenir avocate ou peu importe le type de métier important de nos jours. Plutôt, tu détournais la moindre attention de ta mère sur les appels de ton directeur pour parler de ton absentéisme. Au lieu de ça, tu disais que tu allais dormir chez une fausse amie alors que tu partais boire avec tes potes. C'est d'ailleurs au courant de ces soirées que tu as compris le désir de la chair et à quel point elle se faisait réconfortante. Parce que ton enfance, elle avait mal été. Parce que tu avais besoin de te sentir ne serais-ce qu'un peu aimée. Tu avais ce vide que tu ne parvenais pas à combler. Et si tu n'arrivais pas à combler ça, tu parvenais au moins à te sentir ne serais-ce qu'un peu importante alors que tu plaquais sans gêne tes lèvres sur celles de personnes inconnues. Les prénoms, tu ne t'en rappels pas. Non pas que c'était vraiment important. Ils ne savaient pas le tiens, de toute façon, alors à quoi bon? D'abord tu embrassais quelqu'un qui t'a appuyé contre un mur, un corps masculin. À une autre soirée, tu te retrouvais avec une brunette assise sur tes cuisses alors que tu la rendais timide par tes mains qui frôlait la peau chaude de son ventre et que tu apposais de doux baisers à sa nuque. Tu te rappels même de ces quelques claques qui ont fait chauffer ta joue, lui faisant prendre une teinte rougeâtre parce que ta compagne de la soirée t'as vu observer le gars qui était en train de retirer son haut. Tu n'y pouvais rien, c'était plus fort que toi. Il avait un sacré corps. Ça aurait sans doute bien passé, d'ailleurs, si c'était pas que ta compagne, elle était en train de mettre sa langue dans ta bouche avec passion alors que tu le lui rendais que distraitement, les yeux rivés sur le corps dessiné de l'autre là-bas.

« T'es quand même pas en couple, j'espère? » C'est une voix qui te ramène à la réalité. Tu esquisses un sourire alors que le goulot de ta bière s'apporte à tes lèvres. Bien sûr que si. Tu as réussi à te mettre en couple. Va savoir pourquoi d'ailleurs. Tu t'es sentie prisonnière dès le début, trop peu habituée à te confiner à une seule personne, d'accepter l'amour porté sur toi faute de ne pas l'avoir ressenti depuis des années. Parce que les gens qui t'aiment, ils partent toujours. Parce que les humains, ça ne sait pas dire la vérité. Ça ne fait que mentir, comme toi. Et pourtant, tes iris retombent dans le regard de l'inconnu. Le genre de gars beaucoup trop adorable, qui cherche à se caser et fonder une famille. Tout l'opposé de toi. Il avait passé une bonne dizaine de minutes à t'expliquer qu'il avait du mal à faire confiance depuis qu'il s'était fait laissé quelques semaines avant son mariage. Enfin, tu crois, t'es pas certaine. Tu écoutais d'une oreille distraite seulement. Alors plutôt, tu as fais la belle. Tu lui as fais un beau sourire, un petit clin d'oeil, tout en lui disant que tu ne serais pas en train de lui parler si tu étais en couple, que tu n'oserais jamais le blesser. Tu l'avais même appelé chéri, t'excusant bêtement, disant que c'était sortit tout seul. Tu n'arrivais même pas à croire qu'il te pensait sincère. Sous tes belles paroles, tu l'avais ramené chez toi. Tu avais désormais vingt-huit ans, tu avais quitté ta mère pour aller vivre ailleurs. Tu avais ce besoin de voyager, d'explorer. De vivre de nouvelles choses, de tenter de réparer ce qu'on t'a enlevé. Encore et toujours. Ta peau avait absorbée de l'encre selon tes envies du moment, histoire de cacher peu à peu ce corps que tu as appris à détester. Ce corps trop réactif alors que tu te laisses emporter par des caresses. Ce corps que tu regrettes qui ait été mis au monde dans une vie pareille. Tu avais décidé de te poser sur une ville qui te ressemblait : imprévisible, froide. Reykjavik. Tu t'es refais une vie, quelque part que personne ne te connaîtrait, que personne ne saurait ton passé que tu trouves honteux. Alors tu t'imagines des vies, tu fais semblant d'être quelqu'un d'autre. Tu laisses aller ton imagination et tu crées des scénarios de ce que tu aurais aimé que ta avenir ressemble. Ce soir-là, tu étais devenue une écrivaine qui voyageait pour t'inspirer des paysages de tes récits, de leur culture. Tu étais cette jeune femme qui était créative, qui voulait rêver. C'était faux, tout comme vrai.

Vos gémissements prennent fin alors que tu te redresses lentement dans ton lit. Tu soupires silencieusement, enfilant avec nonchalance une culotte garçonne et ta camisole. Une main se glisse à tes cheveux pour les replacer pour ensuite atteindre ton tiroir. Tu sors quelques billets. Tu en gardais toujours en surplus à cet endroit, pour des situations comme ça. Tu l'écoutes t'expliquer qu'il ressent une connexion entre vous deux, qu'il n'aurait jamais cru être attiré par une demoiselle un peu plus masculine. Tu n'en as rien à faire, vraiment. Tu le laisses glisser ses doigts autour de ta taille et poser un baiser à ton épaule. Tu profites ne serais-ce qu'un instant de son contact avant de te défaire de l'emprise pour te relever, dans le calme. Tu laisses les billets retomber doucement contre tes draps alors que ta voix se fait entendre. « Tiens, ça devrait couvrir ton retour chez toi. J'vais me laver, t'auras qu'à fermer la porte en sortant. » Tu ne le regardes même pas. Tu n'oses peut-être tout simplement pas, au fond. Tu l'entends s'insulter alors que tu lui tournes déjà le dos pour te diriger hors de la chambre. « Fais attention à ne pas faire fuir la chatte. » C'est tout ce que tu lui lances alors que tu vas dans ta salle de bain. Tu ignores toutes insultes, toute douleur que tu entends. Franchement, tu te demandes quand est-ce qu'il arrêterait de se plaindre. Vous avez passé une bonne soirée, c'est ce qui compte, non? Tu lui as mentis, mais vous avez eu du plaisir au moins! Sa voix s'éteint alors que tu refermes la porte derrière toi. Tu sais que c'est mal. Tu sais que tu ne devrais pas faire ça alors que tu es en couple, surtout. Mais tu l'avais prévenue, pourtant, ta copine. Tu lui avais expliquée que tu ne voulais pas être prise dans une situation d'exclusivité. Et ce, même si tu l'aimes. Même si tu ressens ton cœur battre alors que tu poses tes yeux sur son visage, son sourire. Ça te fais peur, en fait. Parce que tu sais qu'elle mérite mieux que quelqu'un comme toi.

Ta peau encore humide ressent un pincement sur ta joue. Ça te prend par surprise, parce que tu ne savais pas qu'elle était revenue. Tu te demandes même pendant un instant comment elle est rentrée, considérant que tu ne lui as jamais donnée de clé. Et tu fais le lien finalement alors qu'elle te demande qui c'était. Tu te dis que l'autre idiot doit lui avoir ouvert la porte alors qu'il partait. Tu ne comprends pas sa colère. Avais-tu oublié de mentionner que vous n'étiez pas exclusives, en fait? Si ça se trouve, elle ne t'avait simplement pas prise au sérieux. Ça ne te surprendrais pas trop, comme tu passais ton temps à lui dire différents mensonges et qu'elle commençait à voir clair dans ton jeu. Après trois mois, ça finit par se voir. Et pourtant, ton cœur se fend lorsque tu la vois pleurer. Tu es figée sur place, tu ne sais pas trop quoi lui répondre. Encore moins lorsqu'elle te questionne sur ton orientation. Chose qui te fait rappeler que tu ne lui as jamais dis et qu'elle te croyait homosexuelle sans doute. Ton esprit n'arrive pas à se placer sur une seule pensée alors que tu la vois s'énerver, douloureuse. Autant que tu veux la serrer dans tes bras et t'excuser, l'embrasser, lui dire que tu t'excuses d'avoir fait l'idiote. Parce que tu ne sais faire que ça. Parce que t'es pas une bonne personne. Autant tes idées cherchent à tout replacer, à te rappeler de tout les mensonges que tu lui as raconté parmi les brins de vérités délaissés. Et pourtant, alors que ton cœur se serre au creux de ta poitrine, tu ne te rappels que d'une chose. « Litchi est encore dans l'appart'? » Ta chatte que tu avais adoptée quelques mois plus tôt. C'est à ça que tu penses, en ce moment. Ta petite boule d'amour qui n'en a rien à faire de tes mensonges. Que tu pourrais lui faire croire que tu es la reine d'Angleterre que ça ne changerais rien à sa journée. Tu t'en veux que ce soit la première phrase qui quitte tes lèvres, d'ailleurs. Parce que tu devrais être en train de tenter de sauver ton couple. Mais c'est la seule chose un tant soit peu censée qui a réussie à se former dans ta tête. Et ça déplaît, à ta belle blonde. Parce que son regard se fait encore plus colérique, encore plus heurté. Pourtant tu restes de marbre, si ce n'est qu'un regard un peu perdu, avec une grande étincelle de regret. D'un seul coup, comme ça, elle t'envoie paître. Elle te sort de nouvelles insultes, pour finalement te laisser savoir qu'elle en a marre. Qu'elle ne peut plus te supporter. Tu lui offres une mine désolée, parce que toi aussi tu es dans la même situation qu'elle. Tout comme ta mère l'était avant ton départ. Comme ton père avant qu'il ne t'abandonne. Ta relation s'éclate en morceaux et tu ne trouves pas quoi dire. Non, toi tu parles de ta chatte. Puis soudainement, comme ça, tu es de nouveau célibataire. Tout est rapide, soudain. Et ton cœur se ferme encore une fois, tes murs de protection se redresse en même temps que le claquement de porte qui se fait sonore pour une heure aussi tardive. Qui résonne dans l'appartement désormais horriblement silencieux. Et au final, tu ne sais même pas si ta chatte est encore dans ton appartement pour te réconforter dans tes douleurs que tu t'es toi-même causées.
codage kusumitagraph | lorelei sebasto cha pour Walk on ice


Dernière édition par Bethany L. Williams le 12.05.18 1:41, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Identity Card

MessageSujet: Re: Bethany L. William | Ruby Rose   11.05.18 23:20
FAIBLE QUE TU ES "Noooon moi je résiste au DC" ouais ouais xD
Re-bienvenue avec cette BOMBASSE ATOMIC et ce personnage qui promet vraiment beaucoup
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Identity Card

MessageSujet: Re: Bethany L. William | Ruby Rose   11.05.18 23:24
REBIENVENUE ESPECE DE FAIBLEEEE !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t125-drake-t-macnair-554-6672 http://walk-on-ice.forumactif.com/t127-drake-t-macnair-h-o-p-e-h

Identity Card
Pseudo : Miyu Messages : 996 depuis le : 20/04/2018 Avatar : Andy Biersack Points : 469 A Reykjavik depuis : 2 ans Âge du perso : 25 ans Emploi/études : Barman au Kaldi et Artiste, Fondateur d'un Groupe avec Bethany

MessageSujet: Re: Bethany L. William | Ruby Rose   11.05.18 23:25
Faaaaible
Je t'aime fooooort
Bonne chance pour ta fiche!

_________________
I have died everyday waiting for you. Darling don’t be afraid I have loved you
For a thousand years. I love you for a thousand more. Every breath, Every hour has come to this, One step closer.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Identity Card

MessageSujet: Re: Bethany L. William | Ruby Rose   12.05.18 0:10
Thena. Je t'aime je vais te faire des enfants. Ce choix de vava quoi TTwTT Ruby Rose est tellement magnifique ♥️


J'aime beaucoup le début de ton personnage & sache que je vais sûrement te harceler pour des liens dès que tu seras validée :p
Re-bienvenue parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Identity Card

MessageSujet: Re: Bethany L. William | Ruby Rose   12.05.18 0:48
Rebienvenue, toi

J'te dis pas bon courage puisque ça à l'air d'être déjà terminé :') Il nous faudra un lien
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t326-bethany-l-williams-542-0904 http://walk-on-ice.forumactif.com/t325-bethany-it-hurts-less-to-
Administratrice

Identity Card
Pseudo : Moose || Melissa Messages : 557 depuis le : 11/05/2018 Avatar : Ruby Rose Points : 1733 A Reykjavik depuis : Un an, après avoir quitté Londres Âge du perso : 29 ans. Emploi/études : Barmaid au Kiki Queer Bar, future bassiste.

MessageSujet: Re: Bethany L. William | Ruby Rose   12.05.18 1:54
@Gillý Vagnasdottir J'aurai tenté, quand même! Je partais de bonnes intentions en plus! Woops.... hahahaah xD Mais merciiii
@Mattías Larsson MERCI! J'peux pas vous résister, j'y peux rien
@Drake T. Macnair Merci mon chat ! Je t'aime fort aussi
@Henry Andrews Owi, des enfants! Juste si tu prends la garde légale Mais t'as vu comme elle est belle? C'était difficile de choisir qu'un avatar! Et je compte bien te réserver une petite place dans ma fiche de liens alors
@Matthew Andersen Ouais, elle est terminée depuis hier surtout Merciii J'te réserve un p'tite place pour toi aussi alors

Vous êtes des amours, c'était juste normal que mes idées se ramènent ici

_________________

heart attack
You make me glow, but I cover up, won’t let it show. Make me so nervous, that I just can’t hold your hand. So I’m puttin’ my defenses up, 'cause I don’t wanna fall in love. ▬ 'Cause when it comes to you, I’m never good enough
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t89-james-morkson-little-lion-
Administrateur

Identity Card
Pseudo : gavroche Messages : 592 depuis le : 30/03/2018 Avatar : Jamie Campbell Bower Points : 1822 A Reykjavik depuis : toujours Âge du perso : 25 ans Emploi/études : réalisateur en animation

MessageSujet: Re: Bethany L. William | Ruby Rose   12.05.18 2:08


Validation
félicitations




Bon du coup t'as déjà suivi mon amour sur la cb Mais Bethany ptn, je l'aime déjà Et tu sais ce que je pense de ton style d'écriture mais je répète mon amour quand même Amuse-toi bien avec cette petite


Bravo ! Tu fais à présent officiellement partie de nos petits membres ! Tu peux donc débuter ta petite aventure parmi nous. Mais avant toute chose, il va te falloir passer par quelques petites étapes.

• Crée ta petite Fiche de liens pour te faire des amis ou même des ennemis ! Ce n'est jamais drôle d'être seul, après tout !

• Inscris ton petit personnage sur les différents listings afin qu'on sache où il habite et ce qu'il fait dans sa petite vie. Sans oublier le petit listing des multicomptes si ce n'est pas ton premier personnage.
• Vérifie que ton avatar a bien été ajouté au Bottin des Avatars et que ton prénom et ton nom aient été ajoutés au bottin des prénoms et au bottin des noms de famille. Si tu ne les y retrouves pas au bout de 48h, n'hésite pas à prévenir un membre du staff.

• Tu peux d'ores et déjà créer des Pré-liens ou des Scénarios si tu cherches des personnages en particulier pour ton bébé.

• Enfin n'hésite pas à faire un tour par le flood ou encore les jeux histoire de faire connaissance avec les autres petits membres. Tu peux aussi venir nous faire un petit coucou sur la chatbox si le coeur t'en dit ! Promis nous ne mordons (presque) pas!

Puisse ton aventure sur WOI être la meilleure de ta petite vie!
codage kusumitagraph | lorelei sebasto cha pour Walk on ice

_________________
icarus is flying too close to the sun
is this how it feels to take a fall? icarus is flying towards an early grave. ▬ never regret thy fall, O icarus of the fearless flight, for the greatest tragedy of them all is never to feel the burning light. - OW
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Identity Card

MessageSujet: Re: Bethany L. William | Ruby Rose   
Revenir en haut Aller en bas
 
Bethany L. William | Ruby Rose
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (F) Ruby Rose - soeur jumelle
» CAUVIN ALIX [headshot]
» Images Ruby Rose + explications.
» Arrestation du chef de gang William Baptiste alias "Ti
» Oscar et la dame Rose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Walk on Ice ::  :: ID Cards :: Fiches validées-
Sauter vers: