Revenir en haut Aller en bas



 

Partagez|

All you need is love • Mattías & Ava

Aller en bas
AuteurMessage
avatar

is in Reykjavik, Iceland
come and chill out with us

Pseudo : Enaira
Messages : 20
depuis le : 19/04/2018
Avatar : Emma Watson
Points : 62
A Reykjavik depuis : Janvier 2018
Âge du perso : 25 ans
Emploi/études : Actrice dans un second rôle d'une pièce de théâtre et serveuse dans un salon de thé en journée.

MessageSujet: All you need is love • Mattías & Ava 01.05.18 0:56

PS : I love UAssise sur la banquette arrière du taxi, ses yeux observaient les différentes habitations de la capitale islandaise, revenant de temps à autres et malgré eux sur l’écran de son téléphone qui demeurait allumé sur ce message qu’elle avait pourtant déjà lu des centaines de fois. Mais dès que ses yeux noisette se tournaient sur les mots couchés sur l’écran, elle sentait son cœur faire des bonds dans sa poitrine.

Les derniers mois de sa vie avaient été un chaos sans non, indescriptible, spirale de négativité dans laquelle elle s’enfonçait toujours un peu plus. Mattías avait reçu le pire diagnostic du monde, préférant la repousser, elle, alors qu’elle aurait pu lui offrir sa vie pour avoir la garantie qu’il irait mieux. Mais non, la nouvelle l’avait poussé à agir rapidement, craignant de voir le regard de la jeune femme changer dès qu’il se poserait sur lui. S’en était suivi un rapatriement d’urgence en Islande pour la jeune femme, épaulée par sa famille, sombrant doucement dans une mélancolie infinie, n’ayant plus goût à rien, doutant de ses propres capacités. Arthur avait envisagé d’aller refaire une tête au carré à son ex, chose qu’elle lui avait largement défendu, bien trop inquiète de l’état de l’élu de son cœur, malgré son rejet clair et précis. Et puis, peu à peu, elle avait remonté la pente, retrouvant ses repères dans l’espace, évoluant à nouveau dans ce monde qu’elle connaissait, qui lui était familier, cherchant à ancrer les bons souvenirs et à mettre de côté les mauvais. La collocation familiale de la fratrie Jandóttir et Janson était une véritable auberge espagnole où se croisaient toute sorte de gens et où ils s’entraidaient, soudés comme les maillons d’une chaîne impossible à briser.

Et à nouveau, la dégringolade. Une rencontre, purement hasardeuse, qui avait remis en cause tout. Elle qui pensait avoir tourné la page s’était retrouvée face à face avec celui qui était désormais catalogué comme un ex. Le trouble avait créé un malaise entre eux qui s’était accentué légèrement autour d’une boisson chaude. Les mots avaient été échangés, blessant des deux côtés, incapables de crever cet abcès sans se blesser se mutuellement. Mattías avait fini par partir, sans qu’elle n’ait la force de le retenir, de lui dire ce qu’elle éprouvait, ce qu’elle avait sur le cœur et qui venait lui piquer les lèvres. Adrian avait dû venir la chercher, la consoler, la rassurer et ils avaient tous discuté de cela la soirée venue, essayant de recoller les morceaux de ce masque brisé que portait la jeune femme qui essayait d’avancer dans sa vie, sans lui.

La surprise était venue un beau jour. Un SMS. Quelques mots plaqués sur un écran qu’elle avait lu et relu, encore et encore, les larmes brulant ses yeux, glissant sur ses joues, ses doigts en suspens au-dessus du clavier tactile, ne sachant quelles lettres enchainer pour former des mots dignes d’une réponse correcte. Des jours durant, elle avait fait le choix de ne pas y répondre, songeant pourtant jour et nuit à cette déclaration aussi inattendue que doucement amère. Elle avait fini par en parler à son jeune frère, cherchant à savoir quoi faire, quoi dire, si elle devait prendre de nouveau le risque d’être blessée en ouvrant son cœur ou si au contraire elle devait fermer ce livre pour de bon pour passer au suivant. Contrairement à leur aîné, Arian avait l’empathie de comprendre la réaction de l’ex de sa sœur et lui avait dit de suivre uniquement ce qu’elle sentait être comme la meilleure solution. Alors, elle avait répondu. Ses doigts avaient fini par sortir de mots qui, mis les uns avec les autres, avaient fait sens.

Et c’était pour cela, quelques semaines plus tard, qu’elle se trouvait dans ce taxi, anxieuse, incapable de savoir si ce qu’elle faisait était la bonne démarche à suivre ou non. Mattías lui avait rouvert son cœur, elle lui avait également fait part de ses sentiments, avec une certaine retenue, essayant de ne pas se laisser tomber corps et âme dans une relation qui la briserait à nouveau. Mais, aussi surprenante Ava pouvait-elle se montrer, elle avait fini par obtenir l’adresse de son ex petit ami, grâce au lieu de travail où il exerçait ses talents de pianiste et à la relation qu’elle avait construit grâce au barman qui animait les lieux. Ni une, ni deux, elle avait décidé de sauter dans le grand bain en se rendant directement à l’appartement du jeune homme, désireuse de le revoir. Ses cheveux châtains tombaient sur ses épaules couvertes par un chemisier rose pâle. Un jean couvrait ses jambes et, à ses pieds, une paire de tennis basse blanche toutes simple venait parfaire ce look de working girl décontractée.

Le taxi finit par s’arrêter devant l’immeuble et Ava tendit un billet au chauffeur. Ouvrant la portière, elle s’extirpa du véhicule en remerciant à nouveau l’homme qui ne tarda pas avant de repartir, là laissant là, devant l’immeuble. Elle connaissait le code, l’ayant également mémorisé et elle entra d’un pas timide dans la grande bâtisse, son blazer sur le bras, son sac à main de cuir sur l’épaule. Se faufilant dans l’ascenseur, elle se rendit à l’étage, toujours indiqué sur un post-it par Drake. A chaque pas qu’elle faisait dans le couloir, son cœur battait un peu pus fort contre sa poitrine. S’arrêtant devant la porte, elle prit une profonde inspiration, se demandant une dernière fois si elle faisait bien. Mais son cœur poussa sa main à venir rencontrer le battant, frappant des coups distincts contre la porte, attendant une réponse d’une nature quelconque.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Administrateur
avatar

is in Reykjavik, Iceland
come and chill out with us
http://walk-on-ice.forumactif.com/t73-mattias-there-is-light-eve

Pseudo : Cat
Messages : 509
depuis le : 23/03/2018
Avatar : Alexander Calvert
Points : 412
A Reykjavik depuis : presque toujours
Âge du perso : 25 ans
Emploi/études : pianiste au Kaldi Bar

MessageSujet: Re: All you need is love • Mattías & Ava 10.05.18 2:54


All you need is love

Voilà plusieurs semaines depuis que Mattias avait écrit ce message à Ava et qu’elle lui avait répondu. Il ne s’y était pas attendu à vrai dire. Il s’était attendu à un rejet, à ce que la jeune femme lui dise d’aller se faire voir après tout le mal qu’il lui avait fait. Et pourtant…pourtant, elle lui avait dit qu’elle l’aimait. Ces mots lui avaient fait vraiment très plaisir, mais depuis, il n’avait pas osé refaire un pas vers elle. Il avait bêtement peur…mais peur de quoi ? Il n’en était même pas sûr lui-même. La situation était compliquée et ils avaient tous deux souffert, alors même s’ils s’aimaient toujours, pourraient-ils vraiment effacer ce qui s’était passé ? Ava pourrait-elle vraiment lui pardonner entièrement ? De plus, depuis leur rencontre inattendue dans ce centre commercial, la vue de Mattias avait considérablement baissé. Il savait que d’ici quelques semaines, son monde serait probablement totalement plongé dans le noir. Pour l’instant, il voyait des formes, des ombres, mais il n’était plus capable de distinguer les visages des gens, même en se trouvant nez-à-nez avec eux. Cette réalisation lui faisait mal. La réalisation qu’il ne verrait plus le sourire d’Ava ni son visage tout court. Peut-être aurait-il dû prendre son courage à deux mains et aller la voir. Mais il avait une nouvelle fois fait preuve de lâcheté. Il poussa un petit soupir, alors qu’il caressait distraitement son chat qui était confortablement installé sur ses genoux, ronronnant comme le moteur qu’il était. « Elle me manque, tu sais. » Comme si le chat allait lui répondre et lui donner le conseil dont il avait sans doute besoin. Il était loin de se douter que la jeune femme était en chemin et que d’ici quelques minutes, elle se tiendrait devant sa porte.

Il regrettait ce qu’il avait fait. Pas seulement ce qu’il avait fait à Ava, mais ce qu’il avait fait à tous ses proches. Il avait décidé de disparaître de leur vie, sous prétexte de ne pas vouloir être un poids pour eux. Mais était-ce la vraie raison ? Ou bien Mattias s’était-il simplement senti trop lâche pour affronter leurs regards ? Il avait croisé d’anciens amis récemment, justement…et cela n’avait fait qu’accentuer ce sentiment de culpabilité. Il ne savait pas comment faire pour se racheter, pour se faire pardonner. Bon sang. Tout ça lui prenait vraiment la tête. Alors qu’il se perdait dans ses pensées, le chat toujours sur les genoux, il sursauta d’un coup en entendant des coups contre la porte. Il n’attendait personne pourtant. L’espace d’un instant, il fut tenté de faire comme s’il n’était pas là, de jouer les associables. Mais il finit par attraper son chat pour le poser sur le canapé à côté de lui, puis il se leva et se dirigea vers la porte. Il connaissait son appartement par cœur et n’avait donc pas besoin de sa canne pour s’y déplacer. Il ouvrit la porte et vit une silhouette devant lui. Une silhouette dont il ne pouvait toutefois pas distinguer les traits. C’était gênant, très gênant. Il ne dit rien pendant de longues secondes, des secondes qui parurent durer une éternité, avant d’avoir une révélation. Il connaissait cette silhouette, ce parfum, cette sensation en sa présence, son cœur qui s’affolait tout seul. « Ava ? » Qu’est-ce qu’elle faisait ici ? Comment connaissait-elle son adresse ? Avait-elle contacté ses parents ? Peu importe. Elle était là, devant lui. Elle avait été plus courageuse que lui, finalement. Elle avait fait le premier pas.

Se reprenant, Mattias se décala pour laisser entrer la jeune femme et referma la porte derrière elle. « Je…Désolé. Je ne m’attendais pas à te voir. Je suis vraiment…très surpris. » Il sentit le rouge lui monter aux joues. Il se sentait tellement gêné, presque comme si c’était leur premier rendez-vous ou un truc du genre. Il devait se reprendre. Il avait tant de fois imaginé ce moment qu’il ne pouvait pas simplement rester planté là comme un con. Il semblait hésiter un instant avant de finalement s’approcher d’Ava pour la prendre dans ses bras. Sans un mot. Il la serra contre lui un long moment en silence, humant son parfum, profitant de sa présence, de la chaleur de son corps. Son cœur battait toujours la chamade et il se rendait vraiment compte à quel point elle lui avait manqué, à quel point ça lui avait manqué de simplement la prendre dans ses bras. Finalement, il se détacha, plus détendu que tout à l’heure, et esquissa un petit sourire.  « Je suis content que tu sois là. Vraiment. » Il lui prit doucement la main et l’entraîna vers le canapé où le chat avait pris presque toute la place. Au moins, Mattias distinguait encore sa silhouette. Il attrapa Fluffy, puis s’assit sur le canapé avant de laisser le chat sur ses genoux. Mais ce dernier semblait bien plus intéressé par Ava puisqu’il se mit à la renifler avant de se frotter contre elle. « Tu n’es pas venue pour m’engueuler, j’espère ? Même si je le mériterais bien. » Il esquissa un petit sourire et se tut. C’était idiot. Ils se connaissaient depuis si longtemps, ils avaient été ensemble pendant des années et maintenant, Mattias ne savait pas du tout comment se comporter, quoi dire ou comment se tenir. C’était tellement pathétique. « Tu sais…mon message…Je…Je pensais tout ce que j’ai écrit. » Avait-il vraiment besoin de le dire ? « Je suis tellement désolé de t’avoir fait autant de mal. Je ne réalisais pas. Et surtout…je ne réalisais pas à quel point je tenais encore à toi et à quel point j’avais… besoin de toi. » Oui, il avait besoin d’elle. Il avait toujours eu besoin d’elle, même avant son diagnostic. Manifestement, certaines choses ne changeaient pas.
 
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar

is in Reykjavik, Iceland
come and chill out with us

Pseudo : Enaira
Messages : 20
depuis le : 19/04/2018
Avatar : Emma Watson
Points : 62
A Reykjavik depuis : Janvier 2018
Âge du perso : 25 ans
Emploi/études : Actrice dans un second rôle d'une pièce de théâtre et serveuse dans un salon de thé en journée.

MessageSujet: Re: All you need is love • Mattías & Ava 03.06.18 16:22

PS : I love UQu’est-ce que je fais là… ? La question remuait son esprit, tournant en boucle dans ses pensées, essayant de la pousser à faire demi-tour au pas de course, regagner l’ascenseur, s’acharner sur le bouton d’appel pour s’enfuir avant que le jeune homme n’ait le temps de lui ouvrir. Mais elle restait plantée là, les yeux légèrement écarquillés, se mordillant la lèvre inférieure avec nervosité, son cœur venant heurter ses côtes avec douleur, rendant chaque seconde plus lourde à supporter. Sa respiration variait entre un rythme effréné et des apnées incontrôlées. L’une de ses mains avait trouvé son poignet opposé, jouant avec la manche de la chemise qu’elle portait, essayant de ne pas pleurer, de ne pas céder à l’angoisse entièrement. Sa gorge était nouée et les larmes, déjà menaçaient de couler sur ses joues pâles. Pourtant, droite, stoïque, les pieds campés sur cette position, elle attendit.

Quelques bruits, d’abord, de pas, d’approche. Puis, celui significatif d’un loquet qui s’ouvre, d’une porte révélant son hôte. Mattías était là, lui faisant face dans son entrée. Ses dents se plantèrent un peu plus fermement dans sa lèvre, menaçant de l’ouvrir, se contentant pourtant de lui faire suffisamment mal pour lui faire comprendre que l’instant était réel. Puis, le silence. Elle comprit rapidement qu’il ne la reconnaissait pas, qu’il ne la voyait pas. Ouvrant la bouche, elle essaya de parler, de faire entendre le son de sa voix afin de l’aider, mais aucun son ne parvint à sortir de cette gorge trop nouée pour dépeindre ses émotions. Déglutissant avec difficulté, elle essaya de contrôler son cerveau autant que son corps, n’étant plus maître de rien et surtout pas de la situation. Mais, finalement, alors qu’elle pensait fuir emplie de honte, l’expression du jeune homme changea, surprise se lisant sur sa peau lisse. Avec interrogation, il prononça alors son prénom. La connaissait-il suffisamment pour la reconnaître malgré tout ? Pour que l’aura de sa présence suffise à l’annoncer ? Elle l’ignorait et pourtant, cela força sa gorge à se dénouer, lui permettant quelques mots. « Bonjour Mattías… » Son ton était timide et la simple prononciation de son nom venait de faire monter le rouge à ses joues.

Se décalant, il la laissa entrer chez lui, chose qu’elle fit calmement, écoutant la surprise du jeune homme se formuler un peu plus simplement. Elle eut un léger sourire, réalisant soudain la démarche qu’elle avait eu. « Non, ne t’excuse pas, tu ne pouvais pas prévoir… Je… J’aurais pu appeler mais… Je crois que j’avais peur de le faire. » Elle haussa légèrement les épaules, lâchant un rire jaune franchement gêné. Pourtant, quand ses pupilles noisette se posèrent sur lui, elle redécouvrit toute la beauté de ce jeune homme qui faisait chavirer son cœur au gré de ses envies, pouvant tout aussi bien le briser sous une vague puissante ou l’apaiser dans un bercement calme et des plus doux. Et, à ce moment-là, il choisit de l’étreindre avec cette douceur dont elle avait le souvenir. Le geste se fit naturellement, lui ouvrant ses bras pour mieux se refermer sur elle, elle le laissant faire, plongeant même dans cette embrassade avec bonheur, son bras libre venant trouver le dos du jeune homme pour lui rendre le geste. Les souvenirs vinrent faire écho au présent, réveillant les sens de la jeune femme qui huma son parfum autant quelle appréciait retrouver ce contact.

Pourtant, il ne dura pas, leurs corps retrouvant leur indépendance après quelques secondes. Tout semblait si évident qu’elle ne put que répondre à son sourire avec douceur, même s’il ne pouvait pas le voir. Il était heureux de sa présence et elle n’avait rien à répondre à cela. Le laissant prendre sa main, elle se laissa guider, surprise à son tour par la facilité du jeune homme à progresser dans son environnement. Souriant en constatant la présence du chat, elle reconnut aisément le cœur pur de son ex petit ami dans une telle présence. Il se saisit de l’animal pour libérer la place et elle s’assit doucement à ses côtés, laissant son sac trouver le sol et son blazer le dossier du canapé. L’animal ne tarda pas à venir se frotter contre son bras et sa main caressa doucement la tête du félin, souriant davantage avant de rire devant la remarque du jeune homme. « Non, pas cette fois… » Elle n’osait plus vraiment le regarder, focalisant son attention sur le chat, essayant de ne pas céder à toutes les émotions contradictoires qui affolaient son cœur et son esprit.

Le silence retomba, accueillant leur gêne mutuelle, cette incompréhension de la situation qui se lisait dans leur comportement, leur attitude. Ils ne savaient pas comment faire, quoi dire. Un jour, ils se haïssaient presque pour que le lendemain, de nouveaux éléments ne les poussent à nouveau l’un vers l’autre. Pourtant, les premiers mots timides de Mattías étaient une nécessité. L’entendre dire qu’il pensait ce qu’il avait écrit ôta un poids sur le cœur de la jeune femme qui put, enfin, relever le regard vers lui. Il leur fallait aborder ce sujet, mentionner cet événement pour comprendre, pour avancer. L’écoutant parler, ses yeux restaient accrochés à son visage, attentive, désireuse d’en savoir plus. Et alors, pour la première fois de vive voix, il s’excusa. La douleur se fit alors plus supportable pour Ava qui, pour la première fois depuis plusieurs mois, comprit qu’elle n’avait pas été coupable de quoi que ce soit. Elle le laissa dire, laissant ensuite un silence prendre place dans le petit salon de l’appartement du jeune homme. Il tenait à elle. Il avait besoin d’elle. Comme elle avait essayé de lui faire entendre cela à l’époque, elle se surprenait à le voir prononcer ses mots et pourtant, ils sonnaient comme une douce et agréable mélodie à ses oreilles. Mais les blessures d’Ava la poussait, malgré tout, à se méfier, à prendre du recul, à ne pas simplement céder et tomber dans les bras du jeune homme.

Sa main quitta la tête du petit chat, venant se poser sur celle de Mattías, la caressant du bout des doigts. « Je te pardonne, Mattías. » Toutes ces étapes étaient aussi importantes que nécessaire à ce que les choses puisse renaître entre eux. Comme un deuil, ils devaient affronter plusieurs stades et celui-ci arrivait à la fin de l’acceptation même de cette rupture insensée qui leur laisserait ensuite la possibilité de se demander ce qu’ils devraient faire. « Et je m’excuse également… Pour l’autre jour. J’ai été dure et je n’aurais pas dû… » Poussant un long soupir, elle finit par détendre ses épaules. Replaçant une mèche de cheveux derrière son oreille, elle poursuivit. « Quand j’ai reçu ton message… Je t’avoue que je n’ai pas compris si tu étais sérieux ou si ce n’était qu’une mauvaise blague. Et puis, finalement, j’ai tellement espéré que tu sois sincère que je me suis laissée aller à te répondre… » Refermant ses doigts sur ceux du jeune homme, elle se fit plus assurée. « Mattías, je suis désolée de ne pas avoir compris que ce qui t’arrive te dépassait plus que cela… Mais tu ne mérites pas d’être seul pour autant… J’ai fini par trouver ton lieu de travail et… Le barman m’a donné tes coordonnées. Je crois qu’il t’apprécie et trouvait ma démarche louable… » Elle rit doucement, songeant au jeune homme au physque particulier qui lui avait été d’un grand secours. Mais son sérieux revint quand elle reprit. « Comment vas-tu… ? Et je ne veux pas que tu me ménages. J’aurais dû être là pour affronter cela avec toi et je souhaite toujours t’épauler. Si ce n’est plus comme avant… Alors au moins comme une amie. » Et pourtant, son cœur, lui, aspirait à plus que cela.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Administrateur
avatar

is in Reykjavik, Iceland
come and chill out with us
http://walk-on-ice.forumactif.com/t73-mattias-there-is-light-eve

Pseudo : Cat
Messages : 509
depuis le : 23/03/2018
Avatar : Alexander Calvert
Points : 412
A Reykjavik depuis : presque toujours
Âge du perso : 25 ans
Emploi/études : pianiste au Kaldi Bar

MessageSujet: Re: All you need is love • Mattías & Ava 22.06.18 1:37


All you need is love

Tout ce temps perdu. Et pour quoi ? Pour absolument rien, au final. Son comportement idiot avait fait du mal à Ava, il s’était fait du mal à lui-même aussi. Ils auraient pu éviter cette situation, ils auraient pu éviter cette dernière rencontre pénible pour tous les deux, cette rencontre qui lui avait vraiment fait mal au cœur. Néanmoins, Mattias avait fini par réaliser qu’il avait eu tort, qu’il avait agi en parfait idiot et qu’il n’avait vraiment pas envie de perdre Ava. Elle comptait beaucoup pour lui, depuis tant d’années. Elle avait toujours été à ses côtés, elle l’avait toujours soutenu et il l’avait soutenue en retour. Comment avait-il pu croire, ne serait-ce qu’un instant, que ça changerait ? Qu’à cause de ses foutus yeux, elle changerait de comportement face à lui ? Comment avait-il pu croire que ses sentiments pour la jeune femme finiraient par s’estomper jusqu’à disparaître ? Il avait vraiment envie de se gifler et de s’insulter. D’ailleurs, il n’avait cessé de le faire intérieurement depuis leur dernière rencontre. Alors, il avait fini par décider d’être honnête envers Ava. Il lui avait écrit un message pour lui dire ce qu’il avait sur le cœur, pour lui avouer qu’il l’aimait toujours. Elle lui avait répondu, mais depuis, ils n’en avaient pas reparlé. C’était sans doute l’occasion maintenant. Ils se connaissaient si bien, depuis si longtemps et pourtant, la gêne était palpable. Néanmoins, il fallait bien commencer quelque part et des excuses étaient un bon début, non ? Le jeune homme sentit les larmes lui monter aux yeux lorsque la jeune femme déclara qu’elle lui pardonnait. Il en resta sans voix, luttant simplement pour ne pas craquer.

Inutile de dire qu’il ne s’était pas attendu à ce qu’elle s’excuse en retour. A ses yeux, elle n’avait rien fait de mal et n’avait aucune raison de s’excuser de quoique ce soit. « Tu n’as pas besoin de t’excuser. Ta colère était légitime… » Il esquissa un petit sourire un peu triste avant qu’une petite expression de surprise n’apparaisse sur ses traits. « Quoi ? Tu me croyais vraiment capable de blaguer sur quelque chose comme ça ? J’en serais presque vexé… » Il laissa échapper un petit rire. Finalement, il se détendait de plus en plus, il avait presque l’impression d’être revenu en arrière, au moment où tout allait bien entre eux et où ils adoraient se taquiner pour un rien. Revenir en arrière… si seulement. Il n’aurait jamais fait les choix qu’il avait faits, il n’aurait jamais quitté Ava, il n’aurait jamais coupé tout contact avec tout le monde. Oui, ça le tracassait quotidiennement, ça le rendait dingue parfois, même s’il savait que ça ne servait à rien. Ce qui était fait, était fait. A présent, il ne pouvait qu’essayer de recoller les morceaux. Une nouvelle fois, Ava s’excusa et là, Mattias ne pouvait pas ne rien dire. « Je t’interdis de dire ça ! Tu n’y es pour rien ! J’ai tout fait pour te repousser et pour ne pas montrer que j’étais totalement perdu. Les torts me reviennent. Tu n’as pas à t’excuser. » Elle était incroyable. Mais ça ne l’étonnait pas venant d’elle. « Je suis content que tu aies fait cette démarche…Vraiment. » Un doux sourire se dessina sur ses lèvres tandis qu’il se mit à caresser doucement la joue de la jeune femme. Elle avait la peau douce, comme dans ses souvenirs.

Son sourire s’évanouit toutefois rapidement lorsqu’elle l’interrogea sur son état. Ne pas la ménager, hein ? De toute façon, ça n’avait plus aucun sens, ça n’en avait jamais eu. « Je vais bien. Je veux dire… je n’ai mal nulle part et je suis en bonne santé si on laisse de côté mes yeux. » Il laissa échapper un petit rire sans joie. « J’essaie de m’y faire, de m’habituer à cette nouvelle vie, mais… c’est difficile. Tout est différent. » Il avait évidemment conscience qu’il n’avait pas réellement répondu à la question. Il se mordit la lèvre inférieure et baissa la tête. Pourquoi se sentait-il honteux ? Il n’y était pour rien. « La vérité est que… Le monde est presque tout noir. Je… » Il releva la tête et tenta vainement de distinguer les traits d’Ava. « Je ne te vois plus. Tu es une ombre. Juste…une ombre. » Il sentit les larmes lui monter aux yeux. Il détestait cette situation, il détestait avoir l’air si faible, si vulnérable. Il ne sut retenir ses larmes qui se mirent à couler le long de ses joues. Sans réfléchir, il vint se blottir dans les bras d’Ava, enfouissant son visage dans son cou. « Je suis tellement désolé. » De quoi s’excusait-il ? De son comportement passé ? Ou de sa maladie ? Alors qu’il n’y était pour rien. « Ne me laisse pas. Reste avec moi. Si tu veux encore de moi… » Sa voix était presque suppliante. A cet instant, il avait presque l’impression d’être un gamin, un gamin totalement paumé. Peut-être l’était-il, au fond de lui. Oui, il voulait qu’elle reste avec lui. Il ne voulait plus s’enfuir.



 
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar

is in Reykjavik, Iceland
come and chill out with us

Pseudo : Enaira
Messages : 20
depuis le : 19/04/2018
Avatar : Emma Watson
Points : 62
A Reykjavik depuis : Janvier 2018
Âge du perso : 25 ans
Emploi/études : Actrice dans un second rôle d'une pièce de théâtre et serveuse dans un salon de thé en journée.

MessageSujet: Re: All you need is love • Mattías & Ava 07.07.18 14:14

PS : I love ULe voir rire. Seigneur, qu’elle aimait ce sentiment de le voir souriant, épanoui… Heureux ? Evidemment, il ne s’agissait pas d’un rire poussé aux éclats, lui essayant de plaisanter sur un sujet pourtant bien sérieux qu’avait été cet échange de messages. Mais oui, Ava avait cru possible qu’il plaisante là-dessus, qu’il joue avec ses sentiments bien que, pour le coup, elle n’aurait reconnu le jeune homme qu’elle avait aimé et aimait toujours. Il n’aurait su être capable d’une telle cruauté, d’un tel acte, lui qui était si doux, avenant, créatif… Elle rit aussi, gênée d’avoir pu croire une telle chose, essayant de se détendre, n’arrivant pourtant pas à poser son regard sur lui de peur qu’il lise en elle comme dans un livre ouvert, comme il le faisait toujours. Il n’avait pas besoin de la vue pour cela, elle le savait pertinemment. On ne pouvait effacer ainsi une relation qui les avait marqués au fer rouge dans leur chair.

Lui ne voulait pas qu’elle s’excuse de cette absence, d’avoir baissé les bras, de l’avoir laissé la repousser malgré quelques protestations qui paraissaient bien molles à la jeune actrice en devenir. Après tout, il était vrai qu’elle n’avait fait qu’agir selon la volonté du jeune homme, s’évertuant à lui offrir, une dernière fois, ce qu’il voulait. Aujourd’hui, elle regrettait pourtant de ne pas avoir su lui faire comprendre qu’elle serait là, qu’elle se battrait pour lui et qu’elle l’aiderait, qu’il le veuille ou non. « Moi aussi, je suis contente de l’avoir fait… » Sentir ses doigts contre les siens puis voir sa main s’approcher de sa joue, le laisser faire tandis que ses paupières se fermaient pour mieux apprécier cet instant d’accalmie pour son cœur. Elle n’ouvrit ses yeux que pour dévorer son sourire du regard, l’envie de venir poser ses lèvres sur les siennes se rappelant à elle bien plus rapidement qu’elle n’aurait su le penser. Mais le sourire s’évanouit, rappelant toutes les pensées de la jeune femme avec lui.

Je vais bien. Savoir qu’il ne souffrait pas était un soulagement pour Ava qui s’était toujours imaginé Mattías comme souffrant le martyr, étant à l’agonie, seul dans son appartement, n’ayant que les murs pour répercuter ses cris et ses agacements. Mais elle ne sut joindre son rire au sien quand il essaya de plaisanter sur le sujet, le trouvant trop important pour y arriver. Difficile. Le mot était bien faible, en réalité. Combien de fois avait elle essayé de se mettre à sa place, de fermer les yeux et avancer dans un lieu qu’elle connaissait pourtant. Le voile ne s’était pas abattu d’un coup sur lui, mais l’effet devait être le même. Alors elle avait compris son besoin de solitude, ses envies de silence et d’isolation, tout en souhaitant les briser. Chaque jour, elle pensait un peu plus à lui, à cette maladie qui devait faire des ravages, sans parvenir à lui demander de ses nouvelles… Jusqu’à aujourd’hui.

Alors il lui décrivit ce monde. Ce monde obscur où elle ne parvenait pas à brille, ombre parmi les ombres, aveugle qu’il devenait. Et pourtant, il était encore capable de pleurer. Ses yeux ouverts qui la regardaient sans la voir s’humidifièrent, provoquant cet élan d’empathie chez la jeune brunette qui sentit bientôt sa gorge se serrer, les larmes salées se déversant amèrement sur les joues. L’impuissance. Elle la ressentait enfin, cette impuissance fatale à laquelle elle aurait dû faire face, à laquelle ils auraient été confronté ensemble. Elle pouvait lui proposer toute l’aide du monde, elle ne saurait lui rendre la vue. Alors quand les larmes du jeune homme se mirent à couler, elle ne put retenir les siennes, ouvrant ses bras pour mieux l’accueillir contre son épaule, sa joue contre le sienne. Ses sanglots étaient si lourds de sens qu’elle ne trouva rien à dire en premier lieu, l’étreignant avec force, répondant naturellement à sa demande, sifflant entre ses dents pour l’aider à calmer la tempête. Et quand il l’implora de ne pas le laisser, elle sentit son cœur se briser dans sa poitrine, serrant les dents. « Je suis là… Je serais toujours là. Je te le promets. » Elle le laissa pleurer, silencieusement, le berçant presque comme l’on berce un enfant, essayant de le calmer, de l’aider à surmonter cela. Mais dans le fond, alors que toutes les émotions se mélangeaient, elle perdait pied, elle aussi. Ava était perdue, ne sachant comment agir, ne sachant ce qu’il convenait de faire, ce qui serait bon pour lui, pour elle…

Alors que les pleurs de Mattías se calmaient, elle lui caressait les cheveux d’une main, le serrant toujours contre elle de l’autre. Puis, doucement, sans le brusquer, elle se libéra de cette étreinte pour mieux le regarder. Ses yeux rougis par les larmes, les joues zébrées de ces sillons humides… Elle ne devait guère avoir meilleure mine à cet instant. « Mattías… Je te jure que je ne serais jamais loin, que tu pourras toujours compter sur moi, n’importe quand, n’importe où parce que… » Je t’aime. Mais les mots ne sortirent pas de sa bouche, comme si sa langue se rendait compte qu’elle les prononçait trop tôt. Mais la phrase en suspens ne le resta pourtant guère longtemps. Avec douceur, son visage s’approcha du sien. Avec tendresse, elle vint déposer ses lèvres sur les siennes, l’embrassant comme elle le faisait autrefois. Il n’avait pas besoin de la voir pour comprendre sa dévotion, pour comprendre qu’elle serait là. Les gestes parlaient plus que les mots. Et pourtant, elle se ravisa vite. Reculant furtivement, se mordillant la lèvre, le rouge montant aux joues, l’envie de bondir sur ses pieds et de s’enfuir comme une adolescente vivant ses premiers émois se faisant sentir. « Je… Pardon… Excuse-moi, je n’aurais peut-être pas dû… »
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
is in Reykjavik, Iceland
come and chill out with us


MessageSujet: Re: All you need is love • Mattías & Ava

Revenir en haut Aller en bas
All you need is love • Mattías & Ava
Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Love et Story
» Let Love Lead The Way [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Walk on Ice ::  :: Residential Area :: Appartements-
Sauter vers: