Nouveautés
Mise à jour n°5 - Quelques petites nouveautés voient le jour !
Toutes les informations.
Un nouveau souffle pour WOI Le staff a changé, découvrez-le ici .

Partagez | 

 Pact with the devil | Aleksy


Only the Icelanders can Walk on Ice.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t326-bethany-l-williams-542-0904 http://walk-on-ice.forumactif.com/t325-bethany-it-hurts-less-to-
Administratrice

Identity Card
Pseudo : Moose || Melissa Messages : 603 depuis le : 11/05/2018 Avatar : Ruby Rose Points : 1807 A Reykjavik depuis : Un an, après avoir quitté Londres Âge du perso : 29 ans. Emploi/études : Barmaid au Kiki Queer Bar, co-fondatrice et bassiste d'un groupe avec Drake.

MessageSujet: Pact with the devil | Aleksy   13.12.18 18:31

Bethany & Aleksy


Aleksy. Luka. Devil incarnate. C'est une relation complexe avec lui. Tu ne le détestes pas, tu ne l'apprécies pas pour autant. Tu ne dis pas non à vos corps-à-corps, tu ne dis pas oui également. Parce que tu l'as voulu il y a de cela un long moment, mais ce n'est pas arrivé sous manque de contrôle de ta part. Puis lorsque vous avez pu mettre cet échange à terme, c'était bien loin d'être sous des conditions qui te plaisaient. Forcée sans l'être réellement. Un abandon au plaisir charnel sous un accord qu'à demi accepté. Parce que tu veux garder la tête haute face à ce diable et de te retrouver coincée, obligée de payer ton dû, c'était loin d'être toi en position de force. Jusqu'à ce que tu ne décides de jouer au mieux pour le faire flancher d'abord. C'est tout ce que tu avais pu faire à l'immédiat, à défaut de pouvoir fuir et lui imposer le jeu selon tes règles. Lui imposer cette bonne soirée  qui se faisait longuement due, à ta façon et non sous l'obligation actuelle. Et pourtant, ce n'était en rien désagréable. Ce contact charnel un peu plus sauvage que ce dont tu as l'habitude, dénué de toute émotion si ce n'est que la chaleur partagée de vos bas ventre, faisait parti de ces coups d'un soir qui se font plus appréciés dans ta mémoire que bien d'autres. Au point tel que tu en as souvent oublié qu'il y avait eu quelqu'un d'autre tout juste avant lui, qui dormait encore dans la chambre d'hôtel sans se douter que pendant que tu t'envoyais en l'air dans l'ascenseur, il se retrouvait coincé avec le paiement de vos abus d'alcool il y avait de cela quelques heures plus tôt.

Aleksy, Luka. Deux prénoms, deux personnes. L'une d'elles étant ce dealer que tu as rencontré sur les plaines, l'autre se retrouvant épris de James, une connaissance qui se fait de plus en plus importante à tes yeux. Deux personnes bien distinctes qui forment un tout que tu apprenais lentement à connaître comme il se doit. Et ce soir, tu faisais appel aux deux. Parce que tu as joué avec James et tu as lancé des informations au russe à son sujet, afin de te mettre à niveau avec l'islandais, afin de te venger un peu, aussi. Au final, les choses ont tournées en ta faveur. Le dealer t'a promis une récompense de ton choix pour cette nuit inoubliable qu'il venait de passer. C'est un gros avantage de ton côté, ça. Surtout en considérant la personne qui venait de te l'offrir. C'est quelqu'un qui a du poids, qui a de nombreux contacts. C'était bien plus avantageux qu'une récompense offerte par la jolie serveuse du café du coin. Tu pouvais laisser tes limites se dépasser bien plus loin. Ça t'as pris un moment à trouver, d'ailleurs. À chercher ce que tu voulais réellement en faire, de cette occasion en or. Tu as laissé ça de côté jusqu'à trouver quelque chose. Quelque chose qui te tient à coeur, au final.

Cela fait presque deux ans que tu as quitté Londres, mais tout aussi longtemps que tu ne parles plus à tes parents. Déjà qu'une fois que tu avais quitté le nid familial, les communications avec ta mère se voyaient restreints, qu'au stricte minimum. Pour les "urgences", bien que tu n'as jamais fais en sorte de la contacter lorsque tu étais vraiment dans le besoin. Tu aurais pu être en train de mourir, selon toi, que tu n'aurais pas pris soin de la contacter. Elle ne le faisait pas non plus, d'ailleurs. Ses rares urgences se retrouvaient à être un appel pour te demander de lui apporter ses vêtements de travail oubliés à domicile. C'est ce qui fait que tu as rencontré Luka, d'ailleurs. L'une des rares fois où elle a eu besoin de toi, tu t'es retrouvée nez à nez avec ce type. Toi qui lui parlais déjà si rarement. Elle qui s'intéressait si peu à toi. Tu l'avais bien compris, qu'elle ne te désirait pas. Aussitôt as-tu pu fuir le domicile que tu l'as fais, mais ce n'était pas assez. Alors tu as fuis le pays. Tu as recommencé ta vie ailleurs. Sauf qu'en ce temps festif, après presque deux ans d'absence sur les terres londoniennes, le passé te rattrape. Ton pays te manque toujours un peu plus, sachant que là-bas au moins, tu avais une place. Non, ce n'était pas là où tu devais être et tu le sais. Ce n'était pas ta place, du tout. Mais tu n'étais pas une étrangère, au moins. Mal prise, si un jour il y avait une réelle urgence qui fait que tu avais besoin d'elle, sans même savoir si elle t'aidera, ta mère s'y trouvait. Peu importe à quel point elle te déteste, peu importe à quel point elle ne voulait pas de toi dans sa vie, à quel point tu présumes qu'elle est mieux maintenant que tu n'en fais plus partie. Peu importe, aussi, à quel point tu ne l'aimes pas réellement. Sauf que tu en as marre de présumer et si tu n'avais pas le courage de prendre le téléphone pour prendre de ses nouvelles, tu voulais au moins savoir qu'elle était encore en vie, qu'elle allait un minimum bien. C'est là qu'Aleksy prenait forme avec sa récompense. Il a des contacts. Il saurait trouver des informations.

Tu es presque nerveuse quand tu attends qu'il arrive. Parce que c'est un aveu de faiblesse de ta part, mais c'est également dangereux. Tu ne veux pas qu'il sache quoi que ce soit à ton sujet et pourtant, tu lui demandais haut et fort de fouiller ton passé. Tu préférais le voir en personne, pour qu'il n'ait pas de preuves écrites de ta demande. Qu'il n'ait pas un poids supplémentaire à ton sujet. Les paroles s'envolent, que l'on dit. Alors les paroles voleraient le temps que tu lui demandes une telle chose et tu pourrais ainsi les effacer de ton esprit si le résultat n'était pas comme tu le désirais. Il y aura des répercussions, tu t'en doutes bien. Mais aussi bien limiter les dégâts et t'éviter une honte supplémentaire s'il venait à reprendre tes écrits en plus de tout le reste. Il ne connait pas ton nom de famille, pas encore. S'il faisait bien son boulot, il saurait que tu es la fille des deux personnes que tu allais demander des informations. C'était déjà assez lourd, comme aveu. Tu es déjà sur la fin de ton premier verre de whisky lorsque l'on cogne à ta porte, pendant que tu t'occupais comme tu le peux pour ne pas changer d'idée à mi-chemin. Tu soupires un peu, te relevant afin de t'armer d'un sourire qui étire tes lèvres, toujours aussi charmeur, toujours aussi faux, que ce dont il en a l'habitude. Enfin, tu ouvres la porte pour dévoiler la tête blanche qui s'y trouve. Impossible de reculer, désormais.

_________________

heart attack
You make me glow, but I cover up, won’t let it show. Make me so nervous, that I just can’t hold your hand. So I’m puttin’ my defenses up, 'cause I don’t wanna fall in love. ▬ 'Cause when it comes to you, I’m never good enough
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t345-aleksy-kovacs-514-9847 http://walk-on-ice.forumactif.com/t346-aleksy-just-say-yes
Modérateur

Identity Card
Pseudo : Froggy' Messages : 374 depuis le : 13/05/2018 Avatar : Lucky Blue Smith Points : 1421 A Reykjavik depuis : Moins de six mois Âge du perso : 23 ans Emploi/études : Dealer, escroc, menteur

MessageSujet: Re: Pact with the devil | Aleksy   12.01.19 14:21
FT. Bethany


C’est très étrange, de se sentir redevable envers quelqu’un. Et si d’ordinaire je ne fais que chasser ce sentiment de ma vie, aujourd’hui, j’ai bien l’intention d’effacer ma dette. Peut-être parce qu’il s’agit de toi. Peut-être parce qu’au fond, je t’apprécie sûrement bien plus que je ne veux bien l’admettre. Ou alors c’est tout autre chose. Un sentiment arrogant, égoïste qui me donne envie d’au moins écouter ta requête, avant de choisir si je céderais devant toi ou non. Pourtant, j’ai déjà perdu face à toi. Entre ses quatres murs, enfermé dans cet ascenseur de l’enfer, c’est toi qui a gagné. Je ne suis pas encore assez stupide pour ne pas l’admettre. C’est toi qui a réussi à me faire perdre la carte comme rarement auparavant. En dehors de James, très peu de personne parviennent encore à éveiller cet instinct de chasseur qui enlace mes sens. À croire que chasser des brebies ignorantes a fini par me lasser. Aujourd’hui, je préfère chasser d’autre chasseur, d’autre loup bien plus dangereux pour mon instinct de survie que de maigre biche apeurée. C’est pourquoi je n’ai aucune crainte quant à cette invitation. Même si les choses finissaient par virer, même si l’envie prendra peut-être le pas sur le reste, ce ne sera qu’un moyen de plus pour me rassurer, pour me faire comprendre que non, je ne deviens pas stupidement incapable d’aller voir ailleurs. C’est quand même un comble, pour quelqu’un qui est censé vendre son corps, de n’être capable de le vendre qu’à une seule personne.

Mes pas me guident avec une certaine légèreté jusqu’à chez toi. Je suis déjà passé devant la porte d’entrée de nombreuse fois, et si je me suis toujours retenu de sonner pour faire de ta vie privée un enfer, c’est par simple intérêt. À ta place, j’aurais envoyé le moindre intrus se faire foutre. Et puis le temps a passé et avec lui, la sympathie est venu. Mais plus que tout, c’est la curiosité qui m’anime aujourd’hui. La curiosité de savoir ce que tu tiens tant à me demander. J’imagine que cela n’a rien de légale. Si ça avait été le cas, bien d’autre avant moi aurait pu te prêter main forte. Ou peut-être est-ce tout simplement les nombreux contacts que je me suis fait avec le temps que tu cherches à utiliser. Si ce n’est que ça, Honey, crois bien que je serais sûrement prêt à t’aider. Plus, même, ça me donnerait une bonne excuse pour essayer de récupérer les informateurs de mon père. Après tout, maintenant qu’il a disparu, ils devraient me revenir de droit. Ne me reste plus qu’à trouver l’opportunité de le leur rappeler.

Trois coups sur la porte, et c’est vraisemblablement tout ce qu’il faut pour que tu daignes m’ouvrir avec ce sourire faux qui m'amuse toujours autant. Rien n’est vrai lorsque cela vient de toi. Peut-être que c’est aussi ça qui me plait tant chez toi. Ce masque que tu portes sans cesse lorsqu’on se rencontre. Cette allure un brin arrogante, sûre d’elle et charmeuse. Comme un écho de tout ce que je peux être. Comme un miroir de ma propre apparence. Mes lèvres s’étirent avec un brin d’amusement, alors que ma voix se fait presque railleuse pour la cause. « Toujours heureux de te voir, Honey. » Ça aurait pu être un mensonge et pourtant, ça n’en est pas vraiment un. Parce que je suis loin d’être réfractaire à l’idée de partager un peu de temps avec toi, que ce soit entre des draps ou en échangeant des pics acerbes. Ça m’aide à me sentir en vie. Chasser, tout comme je te chasse depuis des années. Mon regard curieux essaye vaguement de regarder dans ton dos, un sourcil haussé dans une mimique agaçante. « J’espère que ton whisky est bon, parce que j’ai passé une sale journée. » Une journée à batailler avec certain de mes collègues trop prompt à vendre n’importe quoi. Comme si vendre une came dégueulasse était nécessaire, au vu du chiffre que l’on rapporte tout les mois. Non. C’est même dangereux de s’amuser à ce genre de chose. Notre réputation en dépend. Les mains dans les poches, je tourne mécaniquement la bague autour de mon annulaire, une habitude qui commence à se faire un peu trop féroce à mesure des jours qui passent. Mais qui sait, avec un peu de chance, tu ne la remarqueras même pas lorsque ma main daigneras quitter son fourreau.



(c) ANAPHORE

_________________

The Devil's Rejects
(c)ambrose


Béré nique ma crédiblité, mais on l'aime quand même ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t326-bethany-l-williams-542-0904 http://walk-on-ice.forumactif.com/t325-bethany-it-hurts-less-to-
Administratrice

Identity Card
Pseudo : Moose || Melissa Messages : 603 depuis le : 11/05/2018 Avatar : Ruby Rose Points : 1807 A Reykjavik depuis : Un an, après avoir quitté Londres Âge du perso : 29 ans. Emploi/études : Barmaid au Kiki Queer Bar, co-fondatrice et bassiste d'un groupe avec Drake.

MessageSujet: Re: Pact with the devil | Aleksy   12.01.19 17:02

Bethany & Aleksy


Peut-être que tu l'apprécies, quelque part. Un peu, juste assez pour faire appel à ses besoins. Puis, c'était un bon coup, peu importe que ce ne soit pas dans tes conditions à toi. Les sons étaient bien réels, contre ce mur d'ascenseur. Tu as souvent pensé le contacter, lorsque tu sentais le sol se déconstruire sous tes pieds. Lorsque tu avais l'impression de tomber dans le vide, que ta vie devenait un enfer. Quand la douleur était trop forte et que tu cherchais à faire autre chose que de vouloir te tapir dans un coin et cesser d'exister. Que le peu de gens se souvenant de ton existence puissent t'oublier, ne serais-ce qu'un peu. Le contacter, lui demander de te vendre cette horreur que tu le sais propriétaire. Peu importe à quel point tu en as peur, que tu détestes ça. L'idée t'a frôlé l'esprit, plus d'une fois. De simplement avaler un comprimé, une poudre, et ainsi tout oublier. Mais toi, Bethany, tu es une battante. Tu ne saurais t'abandonner à aussi bas. Pas pour si peu, du moins. Au lieu, tu trainais ta carcasse de force quelque part ou tu préférais simplement engourdir le mal sous les effets de la douceur d'un breuvage alcoolisé. Puis, tu tombes si facilement dans l'excès, tu ne souhaites pas devenir dépendante de ça. Encore moins de lui. Il ne suffit de voir James lorsqu'il n'a pas pris sa dose pour constater le manque que ça lui fait et c'est suffisant pour ne pas vouloir t'amener à ce type d'agonie. Faire du diable un fournisseur de ce soulagement chimique auquel tu pourrais devenir addict lui donnerait un bien trop grand avantage sur toi, de toute façon. Vous ne seriez plus deux chasseurs, deux loups. Tu deviendrais rapidement la brebis en besoin des services du grand méchant loup qui pourrait s'amuser à faire basculer ton monde à l'envers rien que par plaisir de te voir perdre équilibre, perdre pied. Tomber. C'est loin de te plaire, ça. Heureusement, la peur se fait assez importante pour t'empêcher de t'amener à une solution pareille. Mais tu l'apprécies bien, au fond, le russe. Un peu, assez. Juste assez pour lui demander faveur. Celle longuement due. Peu importe la nervosité qui se réveille lentement sous l'attente.

Les trois coups résonnent dans l'appartement autant qu'au creux de ton corps, vibrant à ta poitrine. Trois coups qui sont pourtant légers, simples, mais qui semblent similaire à une faucheuse qui arrive pour faire ton jugement dernier. Tu détestes faiblir comme ça. Tu détestes te faire un peu plus réelle avec quelqu'un. Surtout avec lui, au final. Qui sait ce qui arrivera. Qui sait ce qu'il fera une fois que la demande sera posée. Il ne pouvait pas te la refuser, ça, tu en étais certaine. À moins que ce ne soit une demande hors de ses capacités, chose que tu sais être totalement fausse. Mais qui sait. Qui sait ce qu'il fera de ces informations, lorsqu'il en aura alors possession. C'est trop tard, de toute façon. Tu t'empresses d'ouvrir la porte avant de changer d'idée, avant de reculer en arrière, de lui envoyer un sms et lui dire de ne pas se présenter, que tu as un empêchement. Sauf que dans tout ça, dans toute cette nervosité qui s'installe lentement en toi, tu ne sais pas ce dont tu as le plus peur. Tu ne sais pas si, en réalité, la crainte vient de ce diable qui détient les informations ou ne viendrait-elle pas plutôt des réponses que tu saurais avoir. Parce que ton esprit à souvent divagué. Sur l'idée que peut-être ta mère s'est refait une vie après ton départ, qu'elle est ainsi mieux sans toi, qu'elle s'est trouvé quelqu'un. Ou même que ton père est revenu, maintenant qu'ils étaient débarrassé de toi. Peut-être a-t-elle un autre enfant. Un qu'elle a souhaité, qu'elle a voulu avoir dans sa vie afin de vivre une petite vie familiale exemplaire. Pas une erreur vivante, cette fois. Et chaque fois que tu en viens à cette pensée, à cette image, ton coeur se fend un peu plus. Parce que malgré ton attitude, plus jeune, tu ne demandais rien de plus qu'être aimée par tes parents. Que d'être bordée au lit et que l'on te raconte une histoire. Que de passer un Noël comme ceux que tu vois dans les films. D'avoir une famille comme tu ne cesses d'entendre parler autour de toi. Tu n'as jamais demandé rien de plus, jamais demandé la lune et pourtant, dans la simplicité de ta demande, tu n'as jamais pu l'avoir. Une demande qui n'a jamais été satisfaite, ne faisant qu'ainsi accumuler le blâme du départ de ton père sur tes épaules, portant le fardeau de la vérité sur ta naissance. La douleur sans cesse rappelée de l'absence d'amour d'une famille unie. Douleur qui donc fait fendre ton coeur toujours un peu plus. Qui perce cette glace lentement, à coup de lentes fissures. Tu ne sais pas si tu es prête à entendre la vérité, mais tu te dois de le faire. Maintenant ou jamais. Parce que plus tard, forcément, cette redevance finirait par s'éteindre et toi, tu perdrais ta chance.

Ton sourire est alors faux, lorsque tu ouvres enfin. Faux, pour cacher tout le reste, comme toujours. La moindre douleur, nervosité, qu'importe. Vous en avez tout les deux habitude, de ce masque, ce voile. « Le plaisir est partagé, little devil. » C'est faux, mais pas que. Parce qu'avec le temps, tu as bel et bien réussi à t'habituer un peu plus à lui. À l'apprécier ne serais-ce qu'un peu. Assez pour accepter de partager un peu de temps avec lui, peu importe à quel point tu te brûles à son contact. Peu importe à quel point tu t'enfonces lentement vers l'enfer, au final. Tu le laisses se faire curieux en voyant son regard distrait par le reste de ton appartement, sans lui céder à l'immédiat. Tu te doutes bien que s'il sait ton adresse sans même lui avoir dis, tu te doutes qu'il a longuement observé cette porte fermée, sa curiosité l'amenant à vouloir savoir ce qui se cache derrière. Alors tu comprends qu'il y a cette légère fébrilité, à l'immédiat. Enfin découvrir où tu habites. Enfin pouvoir peut-être trouver quelque chose de plus à ton sujet, quelques informations supplémentaires dont il n'avait alors pas conscience. Mais qu'il ne se fasse d'idées, le russe. Outre apprendre que tu as une chatte, que tu ranges trop peu ton appartement et que tu joues de la basse, sans doute ne trouverait-il rien d'intéressant. Tu as l'habitude des inconnus dans ton appartement et à force de vouloir minimiser les découvertes à ton sujet, le peu de choses importantes se voient alors cachées des regards indiscrets. Bien que le bel océan de ses yeux allaient en voir bien plus que ce que tu permettrais à quiconque d'autre. Un rire quitte alors tes lèvres, léger, alors qu'il parle de nouveau. « Allons, croire que je possède du mauvais whisky, c'est mal me connaître. » Ironique, alors que vous savez tout les deux qu'il ne te connait pas réellement. Pourtant, tu sais que c'est sans doute quelque chose dont il a conscience. Tu ne possèdes pas de mauvais alcool, peu importe à quel point l'alcool coûte cher dans ce pays. Entre ça, les dépenses pour faire vivre Litchi, ton manque de talent en cuisine qui te fait te rabattre sur la livraison ou les restaurants bien trop souvent et ton salaire qui n'est pas forcément des plus hauts, c'est presque fascinant de voir que tu parviens tout de même à vivre correctement. Tu te déplaces finalement pour laisser le diable passer le pas de ta porte, une invitation à laisser le démon entrer et salir ce lieu déjà si peu pur. En moins de deux, tes pas te guident vers la petite cuisine où y trainent un peu de vaisselle propre, attendant sagement d'être rangée, afin d'attraper un second verre et la bouteille de whisky, revenant vers le salon où trainent alors quelques feuilles. Si certaines enveloppes non-ouvertes encore sont sur ton comptoir, c'est plutôt quelques gribouillis de composition, paroles comme partitions de basse, qui jonchent sur ta petite table basse, dans une pile plus ou moins placée, en attente que tu te décides de continuer sous un élan d'inspiration. Tu t'assois sur le divan trois places et ouvre la bouteille pour te servir de nouveau et entamer celui du dealer, puis le lui tendre, attendant qu'il ne se décide de te rejoindre finalement. « Le whisky sera suffisant pour faire passer cette sale journée, dis-moi? » Ta voix se veut moqueuse, amusée. De quoi le diable pouvait-il avoir besoin? Quel genre de mauvaise journée pouvait avoir une personne telle que lui? Tu ne sais pas où les choses vont se mener, mais dans tout les cas, tu allais lui faire sortir les mains de ses poches. Parce que tu l'as bien vu, ça. Et le geste, aussi banal soit-il, ne lui semble pas forcément naturel. Comme s'il cachait quelque chose. De quoi le diable pouvait-il avoir honte, au point qu'il ressente l'obligation de le cacher à tes iris?

_________________

heart attack
You make me glow, but I cover up, won’t let it show. Make me so nervous, that I just can’t hold your hand. So I’m puttin’ my defenses up, 'cause I don’t wanna fall in love. ▬ 'Cause when it comes to you, I’m never good enough
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t345-aleksy-kovacs-514-9847 http://walk-on-ice.forumactif.com/t346-aleksy-just-say-yes
Modérateur

Identity Card
Pseudo : Froggy' Messages : 374 depuis le : 13/05/2018 Avatar : Lucky Blue Smith Points : 1421 A Reykjavik depuis : Moins de six mois Âge du perso : 23 ans Emploi/études : Dealer, escroc, menteur

MessageSujet: Re: Pact with the devil | Aleksy   14.01.19 10:04
FT. Bethany
Cette fausse légèreté qui empreint notre échange est bien plus agréable que je ne le pensais en arrivant ici. Même si tout n’est qu’un mensonge. Même si le masque est trop flagrant pour ne pas être vu. Tu en portes toujours un, de toute manière. Ça ne changera pas nos habitudes. Pire, ça ne fait que renforcer encore un peu plus mon amusement. À croire que la sympathie que tu éveilles en moi depuis quelques temps est assez vorace pour combler le vide qui m’entours. Sûrement. Pour l’heure, en tout cas, c’est dans un demi-sourire un brin provoquant que j’essaye de miroiter ton appartement par dessus ton épaule. Une curiosité qui se fait presque sournoise dans mon esprit, tant je me suis imaginé ce qu’il pouvait bien se trouver derrière cette porte. Bordélique ? Soigné ? Peut-être quelques photos trop intime pour être dévoilée aux yeux de tous. Quoi que. C’est à toi que j’ai à faire, pas à n’importe qui. Je doute que tu ais laissé dans cette espace le moindre indice concernant ta vie privée. Pourtant, étrangement, même le mien me semble plus personnel lorsque tu t’écartes enfin pour me laisser entrer. Plus vivant, en tout cas. Peut-être est-ce tout simplement à cause du nombre indécent de vêtement et d’affaire que laisse trainer James un peu partout. Peut-être est-ce tout simplement à cause de lui que je m’y sens autant chez moi et non plus chez un instrus. Sans doute. Mon pouce tourne une nouvelle fois la bague autour de mon annulaire. Foutu tic.

Mes iris céruléens parcourent rapidement la pièce de vie, sans parvenir à agripper quoi que ce soit d’intéressant, et j’ignore si cela m’amuse ou m’agace. Probablement un peu des deux. La seule chose qui me fait redresser un sourcil curieux, c’est les partitions inachevées qui jonchent la table basse. Mon attention se fait pourtant rapidement reprendre par ta personne, lorsque tu me tends le verre et que je profite de l’instant pour m’asseoir à tes côtés. Les mains enfin sortie de mes poches, je laisse tout de même un sourire amusé se peindre sur mes lèvres pleines. « Si tu as l’intention de laisser la bouteille entière, oui, probablement. » Parce qu’il me faudra plus d’un verre pour oublier cette journée agaçante. Pour oublier Drake qui n’arrête pas de me faire sa crise d’adolescent prépubère. Pour oublier mes collègues qui ont autant d’intelligence qu’un bulot avarié. Pour oublier James aussi, un peu, qui comme à son habitude a passé la journée à fatiguer mes nerfs. Même si je n’aurais voulu qu’il la quitte pour rien au monde. Dissonance. Je vais finir par croire que j’aime tout simplement qu’on m’emmerde. Ça expliquerait beaucoup de chose.

Le silence se fait presque étrange lorsque je profite de l’instant pour boire une gorgée salvatrice. Le liquide frais me brûle la gorge et avec lui, il efface un peu du poid en prise constante sur mes épaules. Mais je ne suis pas vraiment venu là pour boire et oublier à quel point je suis accro. Je ne suis pas venu là pour tes beaux yeux non plus, même si je dois bien avouer que je commence à m’y habituer, à ce regard qui est le tien. Sournois. Un peu cruel. Mais terriblement magnifique. « Alors… Tu comptes me saouler avant de me dire ce que je suis venu faire ici ? Ou ce n’était qu’une excuse pour profiter de mon agréable compagnie ? » Sûrement aussi agréable que la sensation d’une lame contre la gorge. C’est joueur, un peu, mais c’est surtout intrigué par tout ce qui pourrait découler de cette conversation. J’imagine que tu ne m’as pas fait venir simplement pour discuter de la pluie et du beau temps. Et je doute que tu ais accepté de m’emmener jusqu’à chez toi uniquement pour me saouler et profiter de mon corps. Quand bien même la seconde partie ne me dérangerait pas plus que ça. Ça m’aiderait même bien plus que tu ne le crois. Ça m’aiderait au moins à me prouver que j’en suis encore capable. Que je suis encore capable de penser à quelqu’un d’autre qu’à lui.


(c) ANAPHORE

_________________

The Devil's Rejects
(c)ambrose


Béré nique ma crédiblité, mais on l'aime quand même ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Identity Card

MessageSujet: Re: Pact with the devil | Aleksy   
Revenir en haut Aller en bas
 
Pact with the devil | Aleksy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Sacrifice of Haiti "Pact with the Devil"
» Alignement NewJersey Devil
» The Pact (Part 2 / PV Catgirl)
» Ω I thought I saw the devil, this morning looking in the mirror,
» [Critique] Devil Third sur Wii U

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Walk on Ice ::  :: Residential Area :: Appartements-
Sauter vers: