Nouveautés
Mise à jour n°7 - Toutes les nouveautés.
Les résultats des Awards sont là ! Erika est élue Miss WOI. Aodhan est désormais Mister WOI.
Quant au ship le plus shipé, il s'agit de Merlin et... Sa main droite. .

Partagez | 
 

 Tu es tout ce que j'ai. [Athena]

Aller en bas 
Mikjàll Esrasson
Pseudo : Miyu Messages : 111 depuis le : 06/09/2018 Avatar : Sam Claflin Points : 347 A Reykjavik depuis : Toujours ~ Âge du perso : 29 ans Emploi/études : (Le Meilleur) Journaliste

MessageSujet: Tu es tout ce que j'ai. [Athena]   15.11.18 4:01



Little Star Mikjall & AthenaS’il y avait bien une personne qui lui avait manqué plus que tout lors de ses nombreux voyages, une personne dont chacun de ces pas loin d’elle lui faisait mal, c’était bien Athena, sa douce et unique sœur. Il n’avait aucune honte à dire qu’Athena était, sans aucun doute et ce, à jamais, la femme qu’il aimait le plus sur cette Terre. Athena était sa petite sœur, celle qu’il avait tant aimé envoyer balader étant jeune, mais qu’il n’aurait jamais remplacer pour rien au monde. Elle était sa Princesse, Sa petite ballerine, et surtout, elle avait toujours été là pour le soutenir dans chacune de ces épreuves, malgré son séjour à Paris, malgré l’homme qu’il était devenu. Il était passé par plusieurs stades d’émotions dans sa vie, il avait apprit à aimer et détester des personnes : Et surtout, il avait apprit à se soucier très peu des autres. Athena faisait partit des très rares cas que Mikjall n’avait jamais pu détester. Des rares cas que, même s’il le voudrait, il ne pourrait jamais. Car elle était une partie de lui, et très sincèrement, elle était la meilleure partie même. Athena était la douce, la sympathie, la gentillesse que Mikjall n’avait plus. Elle resplendissait de beauté par sa générosité envers les autres. Mikjall la trouvait fascinante. Il n’y avait pas un moment où le jeune journaliste ne se trouvait pas chanceux de l’avoir comme sœur : Et c’est pourquoi il était prêt à tout pour la protéger, quoiqu’il arrive. Peu importe ce qu’on pouvait raconter, Mikjall le savait : Il n’y avait pas un lien entre sœur et frère plus fort que le leur. Il l’aimait. Il l’aimait terriblement, et c’est pourquoi dès qu’il avait apprit qu’elle était bel et bien à Reykjavik, le journaliste n’avait pas prit plus de temps pour la contacter.

Ce matin-là, le jeune homme voulait faire une surprise à sa petite sœur en allant à l’improviste chez elle. Après tout, voilà quelques jours qu’il s’était réhabitué à l’Islande, et il n’avait qu’une seule envie : revoir sa sœur. Il s’était donc habiller et était sortit dehors, prenant rapidement le chemin de leur pâtisserie préféré qui n’avait, heureusement, pas fermé avec le temps. Il commanda des beignes et des chocolatines, avant de payer et de prendre le tout. S’il y avait bien une seule personne qui arrivait à le faire sourire avant même de la voir, c’était bien sa princesse. Sortant son téléphone, il vérifia l’adresse de l’appartement à sa sœur, avant de s’y diriger d’un pas rapide, un sourire aux lèvres, caché heureusement par son foulard. Parce que sourire, ce n’était plus lui désormais. Mais là, c’était différent, c’était… Athena. Il marcha rapidement, évitant les gens le plus possible, jusqu’à arriver devant la bâtisse. Mikjall monta les marches jusqu’à la porte de l’appartement à sa sœur, cognant un peu maladroitement à la porte. Ouais, bon, difficile de cogner bien quand tes deux bras sont un peu occupé par des boites de pâtisseries.

Enfin, la porte s’ouvrit lentement sur la demoiselle et Mikjall ne put s’empêcher de sentir son regard s’émerveillé : Elle n’avait pas changer. Cette même odeur, cette même douceur qui se dégageait d’elle, ces longs cheveux roux… Sa ballerine était bel et bien là. « Athena! », dit-il en venant rapidement poser ses boites sur le sol, un peu plus loin, pour venir serrer avec force sa petite sœur contre lui, la soulevant même du sol. Il la serra un long moment contre elle, ne pouvant s’empêcher d’en sourire encore plus. Elle était là, elle était bel et bien là. « Athena… J’ai l’impression que ça fait une éternité! Tu m’as tellement manquée, Princesse! » Il reposa avec douceur sa sœur, venant poser ses mains sur ses épaules pour l’éloigner un peu. Il la jugea du regard, vérifiant comment elle allait, de ses pieds jusqu’à son front, le regard brillant. « Ma Ballerine est devenu une vraie petite Star… » La douleur à son ventre fait un peu tirer la langue à Mikjall, qui n’y avait pas penser durant l’accolade à faire attention à cette foutu blessure. Il secoua la tête, balayant la douleur en venant défaire rapidement ses souliers, pointant les boites. « Je suis passer chez notre pâtissier préféré! »
©️ YOU_COMPLETE_MESS

_________________
Hold, hold on, hold onto me 'Cause I'm a little unsteady. A little unsteady. But if you love me, don't let go. If you love me, don't let go
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t881-mikjall-esrasson-521-2199 http://walk-on-ice.forumactif.com/t840-mikjall-whatever-it-takes
Athena Esradóttir
Administratrice
Pseudo : Moose || Melissa Messages : 651 depuis le : 20/04/2018 Avatar : Katherine McNamara Points : 1278 A Reykjavik depuis : Toujours. Âge du perso : 25 ans Emploi/études : Ballerine reconnue

MessageSujet: Re: Tu es tout ce que j'ai. [Athena]   16.11.18 22:29


Tu es tout ce que j'ai

feat. Athena & Mikjall

Tu ne savais pas à quoi t'attendre, quand on toque à ta porte. Tu ne t'attendais pas à voir qui que ce soit, personne n'était censé passer, que ce soit ami ou autre. Tu n'avais rien prévu de ta journée, d'ailleurs, si ce n'était que de te rattraper sur les médias sociaux, t'entraîner un peu et glander devant la télévision. Vraiment, c'était une petite journée confort qui s'était entamé et c'est pour cette même raison que toi, tu étais encore en pyjama. Les cheveux dans une queue de cheval, le pantalon de pyjama un peu grand avec des dessins de pattes de chat un peu partout, ainsi qu'un pull chaud et confortable sur le dos, tu ne comptais pas sortir de chez toi. Non, tu comptais prendre du temps pour toi, te fondre le cerveau sur des émissions débiles et traîner sur Instagram pour répondre à tes fans. Sans doute allais-tu envoyer quelques SMS à Jake, histoire de discuter un peu. Tenter, du moins. Tu sais que l'homme n'est pas des plus doués avec ça, avec les conversations spontanées et le simple fait de s'ouvrir un peu. Mais tu apprécies pouvoir discuter avec lui, encore plus depuis que vos rencontres se font un peu plus personnelles et moins reliées qu'à une relation charnelle. Tu as l'impression qu'avec le temps, il semble prendre un peu plus d'importance et peut-être, seulement peut-être, qu'il arrive à remplacer le châtain qui hante ton esprit.

Alors vraiment, dans cette journée de tranquillité absolue, tu ne comprends pas pourquoi quelqu'un cogne à ta porte. Un voisin, peut-être? Tu te lèves finalement de ton divan après avoir déposé ton ordinateur de côté afin d'ouvrir la porte. Et c'est là que tu le vois. Mikjall, ton grand frère. Celui que tu as toujours adoré, tout comme pour qui tu éprouves une profonde jalousie. Parce qu'il a toujours eu ce que toi tu voulais. Que tu crois, du moins. Une vie "normale", une certaine liberté de pouvoir vivre comme les autres sans le reste. Sans votre mère qui passe son temps à parler de ta posture, à surveiller ce que tu manges, à t'assurer que tu t'entraînes le bon nombre d'heures suffisant. Il a eu une enfance contrairement à ce que toi tu avais. C'est ainsi que tu le vois et ça te rend grandement jalouse. Pourtant, depuis son retour de voyage, quelque chose semble avoir changé. Ce n'est plus vraiment le même et pourtant, ça ne t'empêche pas de l'apprécier. Tout comme cette jalousie ne t'empêche pas de le voir comme ton grand frère, ton protecteur, celui que tu aimes par-dessus tout. Rien ne te fera changer de cet avis. « Mickey?! » Le surnom quitte tes lèvres aussitôt dans toute ta surprise, le sourire grand aux lèvres. En peu de temps, il te prend dans ses bras et tu le serres fort, nichant ta tête dans son cou quelques instants à peine. Tu lui tapes l'épaule en rigolant sous son commentaire, dans votre complicité habituelle. « Mais bien sûr que ça fait une éternité ! Encore un mois et tu te ramenais chez moi les cheveux gris et une canne à la main! » Ton regard est étincellent, le sourire large, la bonne humeur si grande. Tu grimaces doucement lorsqu'il vient ainsi parler du fait que tu étais une star. Parce que toi, tu es trop modeste de ton status de célébrité. Tu balayes doucement l'air de la main. « N'exagère pas ! Ce n'est pas parce que j'ai fais des représentations un peu partout que... Bon, laisse. Mais ne dis pas ça comme ça ! » Tu rigoles, un peu gênée, te mettant les mains sur les joues. Ça t'embarrasse toujours de te faire dire de but en blanc que tu es célèbre. Parce que toi, tu n'as pas toujours l'impression de l'être, tout comme tu as l'impression que ce n'est qu'un rêve. Tu le vois grimacer en retour et l'observe un instant, pour t'assurer qu'il va bien, avant de t'extasier sur les pâtisseries. « Mais ! Tu n'aurais pas dû! Comment on va me soulever si je prend le double de mon poids par ta faute? » Tu lâches dans un rire avant d'aller t'occuper des boîtes à ramasser, comme une grande gamine qui va chercher un cadeau sous le sapin de Noël. Tu as toujours été une bibite à sucre et lui, il sait comment combler ces envies ! Tu amènes les boîtes à ton comptoir de cuisine, le laissant retirer ses souliers et te rejoindre une fois le manteau retiré. Tu le regardes d'un regard tout complice et mystérieux, sur le point d'ouvrir la boîte avec cette même brillance dans le regard. « Est-ce que tu as aussi pris mon dessert à la rhubarbe? Si tu l'as oublié, Mickey, tu n'es pas le bienvenu ici! » C'est moqueur, bien entendu, mais ce gâteau à la rhubarbe fait parti des desserts de ton enfance et c'est sans doute ce qui t'a manqué le plus lorsque tu as dû quitter pour la Russie. Alors tu te doutes qu'il ne l'a pas oublié, vu comment tu en parles tout le temps. Du moins, tu l'espères !
made by guerlain for bazzart, modified by SarcastikMoose

_________________

let the stars align
Someone in the crowd could be the one you need to know. The one to finally lift you off the ground. If you're the someone  ▬ ready to be found
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t160-athena-esradottir-539-0263 http://walk-on-ice.forumactif.com/t97-athena-never-enough
Mikjàll Esrasson
Pseudo : Miyu Messages : 111 depuis le : 06/09/2018 Avatar : Sam Claflin Points : 347 A Reykjavik depuis : Toujours ~ Âge du perso : 29 ans Emploi/études : (Le Meilleur) Journaliste

MessageSujet: Re: Tu es tout ce que j'ai. [Athena]   17.12.18 5:13



Little Star Mikjall & AthenaS’il y a bien une demoiselle que le jeune homme a toujours aimé plus que tout, c’est bien Athena. Athena, sa sœur, sa princesse, sa vie. Il a grandit à ses côtés, il a vécu chaque épreuve avec elle. Même séparée, il ne pouvait s’empêcher de penser à elle, de s’inquiéter pour elle. Chaque moment loin d’elle n’était qu’une douleur de plus, et il en a toujours voulu à ses parents pour avoir forcer Athena à vivre une vie éloignée de la sienne. Comme si leurs parents avaient tout fait pour les séparer, l’un à Paris, l’autre en Russie. Mais ce qui était certain, c’est qu’Athena, plus que n’importe qui, pouvait non seulement calmer les crises de Mikjall, mais elle le rendait aussi bien plus humain par sa simple présence. Elle avait un don avec lui, le don de le faire redevenir cet ado de 18 ans, sans limite, sans réserve. Athena l’avait toujours connu mieux que quiconque, même que lui-même, et c’est pourquoi le jeune homme savait très bien qu’elle allait tout de suite deviner que quelque chose clochait chez lui. Elle n’était pas aveugle, elle le connaissait, et elle allait tout de suite voir que le Mickey optimiste et joyeux n’était plus. Même s’il essayait de le cacher, elle allait le voir. Elle voyait tout quand cela le concernait. C’est pourquoi il avait apprit aussi à rien ne lui cachait durant les années… est-ce qu’il pouvait faire pareil désormais? Ce confier lui était bien plus difficile désormais. Serait-il capable de… d’avouer ce qu’il avait vécu? Pour le moment, tout ce que le jeune Mikjall voulait, s’était retrouvé la chaleur de sa douce sœur.

Et c’est ce qu’il fit, alors que la porte s’ouvrait sur la rousse, et que tout deux se prenait rapidement dans les bras l’un de l’autre, leurs rires, leurs sourires, se faisait vite apercevoir. Tout deux s’était manqué, plus que tout, et retrouver la chaleur de leur fraternel, c’était tout ce qui comptait en ce moment. Le jeune homme, sans se soucier de sa blessure plus que ça, vient prendre la demoiselle dans ces bras rapidement pour venir la serrer contre lui avec force, riant joyeusement face au surnom que lui avait attribuer depuis gamine sa jeune sœur. « Mickey, encore? Tu ne changeras jamais! », lâcha le plus âgé en riant, alors qu’il venait glisser ses mains dans les cheveux roux de la demoiselle, massant légèrement son cuir chevelu en soupirant. Elle lui avait tant manqué… Il avait l’impression d’être passé à côté de tant d’exploits chez sa sœur, dû à son travail. Il s’en voulait… « Eh?! Tu veux dire que je commence à avoir des cheveux gris? Arrête, je vais avoir peur! », s’exclama le jeune journaliste en passant rapidement sa main dans ses cheveux, effrayés, avant de plisser des yeux. « Toi, par contre, tu commences à en avoir, juste là… », souffla Mickey en venant tirer un cheveux de Athena, avant d’éclater de rire en le relâchant, secouant la tête. L’agacer a toujours été son plus grand plaisir. « Ne dit pas ça comme ça? Tu veux que j’aille le crier dehors que j’ai la plus grande star en tant que sœur? » Mikjall rigola, avant de s’approcher lentement de la table où Athena avait mit les pâtisseries.

« Ils auront qu’à prendre des personnes plus fortes, c’est tout! Rien ne devrait t’empêcher de manger quelques pâtisseries une fois de temps en temps! Tu pèses un poids plume, en plus! » Le journaliste se laissa tombé sur une des chaises, alors qu’il laissait le loisir à Athena d’ouvrir la boite. « Bien-sûr! Jamais je n’aurais oublié le fait que tu étais accro à cette pâtisserie! C’est la première que j’ai prise! », dit Mickey, toujours souriant. « Tu sais bien que, juste pour te voir sourire, j’en aurais pris une dizaine… » Mikjall soupir lentement, venant regarder le visage heureux de sa sœur. Elle était tellement adorable quand elle souriait. C’était sa petite sœur, son monde rien qu’a lui. « Aller, profite-en! Régale toi! » Mik’ indiqua la chaise devant lui pour que sa sœur prenne place, toujours souriant. « Raconte moi un peu ce que tu deviens! Je veux tout savoir! »

©️ YOU_COMPLETE_MESS

_________________
Hold, hold on, hold onto me 'Cause I'm a little unsteady. A little unsteady. But if you love me, don't let go. If you love me, don't let go
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t881-mikjall-esrasson-521-2199 http://walk-on-ice.forumactif.com/t840-mikjall-whatever-it-takes
Athena Esradóttir
Administratrice
Pseudo : Moose || Melissa Messages : 651 depuis le : 20/04/2018 Avatar : Katherine McNamara Points : 1278 A Reykjavik depuis : Toujours. Âge du perso : 25 ans Emploi/études : Ballerine reconnue

MessageSujet: Re: Tu es tout ce que j'ai. [Athena]   14.01.19 0:03


Tu es tout ce que j'ai

feat. Athena & Mikjall

Tu l'aimes bien, ton frère. De tout ton coeur, peu importe la jalousie que tu éprouves à son sujet. Tu as toujours été jalouse de l'enfance qu'il a eu, contrairement à la tienne. Toujours un accès plus libre, des parents un peu moins sévères. Du moins, c'est ta vision des choses. Tu as toujours eu l'impression que vous aviez deux parents différents, même s'ils étaient en réalité les même. Ça ne t'a jamais empêché, cependant, d'aimer ton frère de tout ton coeur. Alors de le revoir après toutes ces années? Ça te fais du bien. Ça te réconforte, également. Tu as bien entendu revu tes parents depuis ton retour en Islande, mais tu as toujours été proche de ton frère et ça te fais du bien. Tout de suite, c'est comme un vent de fraîcheur qui s'amène. La tête est plus libre, le corps plus léger, la bonne humeur se fait contagieuse. Tu es toujours toi-même avec tes amis, les gens près de toi, mais jamais autant que tu ne le seras avec ta famille, et encore moins ton frère. Il t'a vu grandir. Il t'a vu dans les pires situations possibles. C'est ton grand frère et tu l'aimes d'amour. Alors de le voir ici, ton coeur s'emballe et tu te sens bien de te retrouver au creux de ses bras. Pourtant, tu sais qu'il a vécu beaucoup, depuis le temps. Tu sais qu'il a vécu des choses qui l'ont changé, dans son voyage. C'est pour cette raison que tu te vois rassurée quand tu le vois revenir un peu plus à lui-même en ta présence. Tu n'as jamais osé poser trop de questions. Non pas parce que tu ne savais pas le formuler, encore moins parce que tu étais trop timide pour le faire. Après tout, tu es la franchise incarnée et la spontanéité est ton acolyte. Poser ce genre de questions ne te dérange pas, mais pas du tout. Tu sais qu'en réalité, tu n'as jamais rien demandé parce que tu avais davantage peur d'entendre la réponse. Alors, fidèle à toi-même, tu as laissé le passé derrière pour mettre le focus sur le présent. Qu'importe ce qu'il a vécu, au final. On a tous nos démons. L'important, c'est qu'il sache rester lui-même en ta présence.

« Comment ça "encore"? Ça ne va jamais te quitter, ça ! » Tu lâches dans un rire, le large sourire aux lèvres, plissant le nez d'amusement sous ses taquineries dans ta chevelure rousse alors que tu lui retires la main, comme un réflexe face à l'agacement causé. Un geste qui est devenu automatique, avec les années, alors que tu replaces machinalement les mèches de ta chevelure qu'il a défait. Il t'avait tant manqué, ton frère. Tu avais l'impression de revenir des années derrière, comme une gamine, et de vouloir rester dans ses bras toute la journée, de profiter de tout l'amour fraternel qui existe entre vous deux. [color:4417=dodgerblue¸]« Bien sûr que tu commences à en avoir! » Puis rapidement, l'expression sur ton visage se transforme en une mine faussement outrée alors qu'il tire un cheveux, faisant croire que tu avais déjà des cheveux qui devenaient grisants. « Mais, c'est faux! Je ne suis pas vieille comme toi, moi! » Et tu lui tires la langue, amusée, avant de t'attaquer aux pâtisseries. Tu déposes alors la boîte, retroussant le nez de nouveau. « Ne le crie pas sur tout les toits, je t'en prie! Je ne veux pas que tes amis journalistes ne me retrouvent et m'empêchent de profiter du confort de mon chez-moi, tu sais? » Tu lui offres une mimique amusée, un sourire en coin, puis tu t'attaques à la boîte afin de l'ouvrir, toute pressée de découvrir ce que contenait la boîte.

Et bien entendu que ta pâtisserie à la rhubarbe s'y trouvait. Il te l'a dit, ton cher frère. La première à laquelle il a pensé. Il a bien fait, tu as toujours été accroc à celles-ci et franchement, ça t'as presque manqué autant que ta famille, alors que tu parcourais le monde dans tes tutus. Tu souris de nouveau grandement et t'approche pour laisser un bisou sonore sur la joue de ton grand frère en le remerciant, partant à la recherche d'assiettes et ustensiles pour vous attaquer à la nourriture apportée. Sous l'indication de ton ainé, tu viens alors t'assoir sur une chaise en face de lui pour ensuite hausser les épaules, t'emparant de ton dessert à la rhubarbe. « Il n'y a pas tellement de choses à dire, tu as un peu été au courant de tout le reste, tu sais. Après la Russie, je me suis retrouvée à me donner en spectacle ici et là dans diverses pays, puis je suis revenue ici pour prendre une pause. Je continue de m'entraîner, mais je prend mon temps. J'ai accepté un petit contrat pour quelques représentations, mais rien qui me fera quitter le pays pour des mois durant de nouveau. Ça m'a manqué, puis, tu m'as manqué aussi, tout comme papa et maman! » Tu te confies alors, entre deux bouchées de dessert. Ça faisait du bien, d'être de retour chez toi, dans ta ville. Tu adores voyager, mais tu sais à quel point il est également important de te ressourcer. Puis, c'est une saison un peu plus creuse dans le domaine, alors tu en profites pour poser ton pied quelque part avant de partir vers de nouveaux horizons.
made by guerlain for bazzart, modified by SarcastikMoose

_________________

let the stars align
Someone in the crowd could be the one you need to know. The one to finally lift you off the ground. If you're the someone  ▬ ready to be found
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t160-athena-esradottir-539-0263 http://walk-on-ice.forumactif.com/t97-athena-never-enough
Mikjàll Esrasson
Pseudo : Miyu Messages : 111 depuis le : 06/09/2018 Avatar : Sam Claflin Points : 347 A Reykjavik depuis : Toujours ~ Âge du perso : 29 ans Emploi/études : (Le Meilleur) Journaliste

MessageSujet: Re: Tu es tout ce que j'ai. [Athena]   21.01.19 9:15



Little Star Mikjall & Athena S’il y avait bien une personne que Mikjall était prêt à protégé de tout, c’était elle. Elle, et ses boucles rousses. Elle, et son sourire. Elle, et sa douce innocence. Comme tout grand frère, Mikjall voulait la protéger : Mais plus que tout, vu que Mik’ avait apprit à s’accrocher le moins possible aux autres, son amour pour les rares personnes qu’il aimait ressortait souvent plus. Pour Athena, pour Jake, pour Fenrir. Il avait bien prit à compter sur eux plus que tout, car son cœur, était décidé à aimer le moins de monde possible, donnait tout son amour aux rares personnes qu’il arrivait à s’accrocher à. Athena était son premier petit trésor, sa première amie, sa meilleure amie, mais surtout, une de seules qu’il avait toujours voulu protéger, de A à Z, même suite à son aventure à Paris. Son amour pour elle n’avait jamais changé, comparativement à beaucoup d’autres personnes. Car il ferait n’importe quoi pour qu’elle soit heureuse. Il ferait tout, absolument tout, juste pour la voir sourire. Et nous savons tous où cela peut amener Mik : Car tout, pour lui, c’est vraiment Tout. Car quand tu manques de jugement, d’empathie et de responsabilité vis à vis autrui, tu es vraiment prêt à tout pour protéger quelqu’un. Mik la regardait, souriant, venant prendre place à côté de la rousse.

« Urrghh! Tu veux dire que, quand je serais en maison de retraite, tu vas venir m’appeler Mickey? », dit-il en souriant, le regard brillant d’amusement, alors que son regard détaille chaque trait du visage de sa belle. Elle a l’air heureuse, vraiment heureuse, et cela le fait un peu plus sourire. Enfin. Elle semble tellement… Bien. C’est tout ce qu’il souhaite pour elle. Quand il la voit rire, sourire, son cœur se gonfle de joie. « Eh, tu sais, pour certains, ça apparait plus tôt que d’autre! Peut-être que c’est un signe que tu es une vieille mémé avant l’âge? », dit Mikjall avec un large sourire amusé. Parce qu’il adore la taquiner, il adore la voir faire ses petites mimiques énervés. Le jeune homme s’installe à ses côtés, le regard brillant. « Si mes amis viennent chez toi, ça veux dire que tu serras obligé de venir habiter chez moi pour avoir la paix! Eh, ça ne me fait que des avantages à moi! », dit Mikjall, clairement amusé, venant un peu presser la joue de sa sœur entre ces doigts. Car il l’aime tellement qu’il serait prêt à partager son confort avec elle, et c’est sans doute la seule avec qui il est prêt à partager sa demeure pour le moment. Car elle est unique, Athena. Elle le fait sentir unique.

Mikjall l’écoute parle, et son cœur se comprime dans sa poitrine au parole de sa sœur. Lui aussi, elle lui a manqué. Lui aussi, ne pensait qu’à elle. Autant il n’a plus aucun contact avec sa mère, et très peu avec son père, autant il serait prêt à tout pour passer plus de temps avec sa sœur. Car elle est la seule à ne l’avoir jamais blessé. Car s’il ne vas plus voir son père, c’est surtout car sa mère n’est jamais loin. Et qu’il ne supporte plus sa mère. Le jeune homme ne dit rien sur ses parents, car ce n’est pas le moment, mais son regard brille, très légèrement, quand il répond : Il se reprend vite, secouant la tête. « Tu m’as un peu manqué aussi, j’avoue! », dit-il en souriant, bombant le torse fièrement. Non, elle lui a manqué horriblement, en faite. « Eh, maintenant tu sais que tu peux pas te passer de moi! », dit-il en gloussant de rire pour cacher sa propre « dépendance ». Il a besoin de sa sœur, elle est une des seules personnes stables dans sa vie… « Moi, tu sais déjà un peu aussi ce qui s’est passé de mon côté! Quand je suis revenu de Paris, je n’ai pas arrêté de voyager pour mon travail. C ‘était super enrichissant, j’ai appris tout plein de choses! Et c’est pas pour me vanter, mais je suis devenu assez reconnu dans mon travail! Puis, ces deux derniers mois, je suis devenu journaliste de guerre, je suis allé en Syrie. », dit-il lentement, venant poser son regard sur sa petite sœur. « C’était… toute une aventure. » Le journaliste ne peut retenir sa main qui vient se poser sur sa blessure, cacher par son chandail. Une aventure, ouais…

©️ YOU_COMPLETE_MESS

_________________
Hold, hold on, hold onto me 'Cause I'm a little unsteady. A little unsteady. But if you love me, don't let go. If you love me, don't let go
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t881-mikjall-esrasson-521-2199 http://walk-on-ice.forumactif.com/t840-mikjall-whatever-it-takes
Athena Esradóttir
Administratrice
Pseudo : Moose || Melissa Messages : 651 depuis le : 20/04/2018 Avatar : Katherine McNamara Points : 1278 A Reykjavik depuis : Toujours. Âge du perso : 25 ans Emploi/études : Ballerine reconnue

MessageSujet: Re: Tu es tout ce que j'ai. [Athena]   11.03.19 6:05


Tu es tout ce que j'ai

Athena & Mikjáll
Il y avait quelque chose de particulier dans cette relation que tu avais avec ton frère. Quelque chose de précis, tout comme flou. De contradictoire, au fond. Parce que Mikjall, quand tu le voyais comme ça, que tout les deux, tu l'adorais plus que tout. Tu l'admirais, tu l'aimais, il te faisait rire et sourire, laissant ton coeur se gonfler de bonheur. Pourtant, il suffisait que le sujet de votre enfance revienne sur le tapis ou de le voir entouré de d'autres qu'il y avait cette pointe de jalousie au creux de ton estomac. Parce que Mikjall, même si la situation semble bien différente si tu as compris, ça aura toujours été à tes yeux le préféré de tes parents. Le chouchou, celui que l'on a envie de sortir et gâter. Pas comme toi, obligée de rester à la maison afin de te pratiquer, afin de devenir toujours mieux, meilleure que ce que tu étais hier. Tu devais toujours te dépasser, ta mère semblant miser si fort sur vous deux, t'amenant alors à te rendre aveugle sur la réalité et te baser sur un seul fait: Mikjall avait la chance d'être relâché par tes parents, de pouvoir les accompagner lors des sorties. Il avait droit à une seconde portion, si il demandait. Toi, on te disait que tu te devais de faire attention, pour ne pas prendre trop de poids. "Personne ne veut d'une ballerine trop lourde", que ta mère te disait. Alors tu devais mettre un trait sur ces pâtes au saumon que tu adorais tant manger, te contentant d'une seule assiette malgré ta gourmandise. Et quelque part, tu ne lui en veux pas, à ta mère. C'est grâce à elle que tu es où tu es désormais. Pourtant, tu aurais aimé parfois qu'elle cesse un peu, qu'elle te laisse davantage t'amuser. Alors oui, pour toi, Mikjall était chanceux. Et toi, tu étais jalouse. Mais tu l'aimais et il t'aimait tout autant. Il te protégeait et toi, tu n'hésitais pas à venir le voir en cas de souci malgré ton caractère têtu. Toi, tu sais que tu serais prête tout autant à le défendre s'il venait le besoin, bombant le torse et gueulant plus fort que les autres à défaut de probablement envoyer une droite assez forte sur un homme imposant. Oui, tu sais que malgré cette jalousie, tu ferais tout pour lui, tout pour le défendre. Et ça te tue, au fond, de ne pas avoir été là pour le protéger de ce qui s'est passé à Paris, qu'importe ce qui s'est passé...

« Oh mais tout à fait ! Je t'amènerai même le bandeau avec les oreilles. Comme ça, ça cachera ton crâne qui deviendra lentement chauve! » Tu le taquines, encore et toujours en rigolant. Ça te faisais du bien de le voir ainsi rire, de le voir heureux, qu'importe qu'il y avait toujours ce petit truc, cette petite étincelle au fond du regard qui te faisait dire qu'il y a quelque chose qui cloche, quelque chose qui l'a en partie brisé, tout au fond. « Ah non! Si j'ai des cheveux gris, faudra blâmer les traumatismes causés par mon idiot de grand frère! » Tu t'exclames, faussement insultée de ses dires. C'était si facile, d'être entièrement toi avec lui. Non pas que tu n'étais pas authentique avec les autres, mais il y avait ce quelque chose avec lui. Le fait qu'il t'ait vu depuis ta naissance, qu'il t'a vu grandir. Il n'y avait aucune barrière, aucun préjugé. Il connaissait tout de toi, qu'importe le ridicule. Il n'y avait pas à tenter d'être poli, de ne pas offusquer. Vous vous connaissiez et c'était un lien plus sacré encore que ta meilleure amie. « Non, je suis très bien toute seule chez moi, hors de question! » Que tu délaisses dans un rire, tentant de chasser sa main afin d'ainsi t'affairer sur les pâtisseries et finalement prendre une bouchée de ce dessert sucré, ton regard pétillant de bonheur. C'était comme retomber en enfance, tout ça. Ton frère, et ce gâteau à la rhubarbe. Il ne manquait plus que tes parents et la douce odeur du froid de l'hiver et la chaleur d'un bon feu. Le confort le plus total. Tu manges, lentement, tandis que tu pousses un peu la boîte vers lui pour le forcer à se nourrir aussi. Hors de question que tu te goinfres toute seule, après tout!

« "Un peu". Ouais, c'est ça, va plutôt pour beaucoup. On sais tous que je suis la meilleure et la plus parfaite petite soeur que tu aurais pu avoir alors c'est tout à fait naturel que tu te sois ennuyé de ma royale personne, merci beaucoup. » Tu délaisses dans un air faussement hautain, avant de rire aux éclats, reprenant une bouchée du dessert tandis que tu l'écoutes raconter tes voyages. Et ton sourire s'adoucit, presque naturellement. Parce que tu sais que ça lui fait sans doute autant de bien de le dire que à toi de l'entendre. Ça te rassure de savoir qu'il va bien, malgré tout. Malgré tout ce qu'il te raconte, surtout. Ton regard brille de sincérité, d'amour envers ton fraternel. « Oh bah pour la modestie, on en reparlera, hein! Mais... J'imagine que ça ne devait pas être facile pour toi. Du tout, même. Est-ce que tu vas bien, dis-moi? » Ta main libre s'approche et vient doucement serrer la sienne, plongeant ton regard dans le sien. S'il avait besoin de se confier, de dire quoi que ce soit, c'était sans doute le meilleur moment comme tu étais toute ouïe. Non pas qu'il ne pouvait pas le faire en temps normal, mais tu lui faisais une toute grande ouverture là. La porte était ouverte en grand, attendant sagement qu'il n'ose poser un pied de l'autre côté pour expliquer, se confier, ton sourire se faisant doux. Jusqu'à ce que tu ne fronces un peu les sourcils face à sa main sur ce qui te semble être son ancienne blessure. « C'est encore douloureux? T'es certain que ça guéris correctement, cette blessure? » Une voix un peu plus inquiète, ainsi qu'une main qui se resserre un peu, doucement, sans douleur. Une preuve de sérieux de ta part, tandis que tu te retrouves incapable de quitter son regard. Tu ne voulais que ça, qu'il se confie. Qu'il t'explique un peu ce qui s'est passé. Qu'il partage son fardeau avec toi, au final. Après tout, ça sers à ça, la famille, le lien de sang. De partager ses peines, partager ce poids qui peut se faire si pesant sur les épaules, s'aider à surmonter les épreuves. Ça sers à ça, une petite soeur. Non?
made by SarcastikMoose

_________________

let the stars align
Someone in the crowd could be the one you need to know. The one to finally lift you off the ground. If you're the someone  ▬ ready to be found
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t160-athena-esradottir-539-0263 http://walk-on-ice.forumactif.com/t97-athena-never-enough
Mikjàll Esrasson
Pseudo : Miyu Messages : 111 depuis le : 06/09/2018 Avatar : Sam Claflin Points : 347 A Reykjavik depuis : Toujours ~ Âge du perso : 29 ans Emploi/études : (Le Meilleur) Journaliste

MessageSujet: Re: Tu es tout ce que j'ai. [Athena]   16.03.19 7:28



Little Star Mikjall & Athena S’il y a bien une chose qui ne changerait jamais chez le jeune journaliste, c’était cet amour, sans fin, sans limite, qu’il portait pour sa petite sœur. Nombreuse de ses relations venaient et aller, même celle avec Fenrir ou Aodhan. Elle était venue, reparti, puis revenue dans sa vie. Mikjall, qui se disait sans attache, devait bien avouer avoir toujours eu une attache très forte. Une attache qui ne s’était jamais brisé. Une seule. Athena. Athena, qu’il connaissait depuis la naissance de la jeune rousse, et que jamais il n’avait détaché son regard d’elle. Il l’avait encouragé à dire son premier mot, à marcher avec lui, à aller à l’école ensemble. Toutes ces autres relations avaient un début et, souvent, une fin, vu sa façon d’être, vu son caractère. Mais Athena le connaissait, et malgré ça, jamais elle ne l’avait quitté. Et jamais il n’avait pu se résigné à la quitter non plus. Car elle était sa stabilité, sa force, son ange. Athena apportait à sa vie bien plus qu’il n’osait l’avouer. Et s’il devait avoir une faiblesse, alors qu’il avait détruit l’empathie et la douceur qu’il avait avant, c’était Athena, sa faiblesse. Lui qui était rendu apathique avec les années pour justement ne laisser aucune faille, aucune façon de le blessé comme il l’avait été… Athena était sa faiblesse. Car elle était, sans aucun doute, sa seule stabilité. Bien-sûr, il y avait Aodhan, Fenrir et Jake, mais leur relation était nouvelle. Et surtout, elle n’était pas là depuis le début. Athena, elle l’était. Et malgré tout ce qu’ils pouvaient se dire, la distance, l’évènement à Paris, jamais il n’avait pu renoncer à elle. Il ne l’avouerait jamais, mais Mikjall était bien d’accord avec un fait qu’il avait entendu de la bouche d’un psychologue : « On peut tomber amoureux de notre propre famille. » Il était amoureux de sa sœur. Pas amoureux dans le sens que vous croyez tous, à vous faire vomir. Mais il était amoureux dans le sens que s’il y avait bien une personne que jamais il ne pourrait remplacer, c’était elle. Ça avait toujours été elle. Et tant pis si c’était cliché. Tant pis.

« Eh oh, princesse, redescend un peu sur terre! Je deviendrais pas chauve pour le moment, je te rappel! Je dois encore écrire des magnifiques articles de journal! », Le frère éclate de rire en posant ses iris sur la jeune femme à ses côtés, venant lui tirer une de ces joues pour le faire gonfler les joues. Elle n’a pas changé. Elle est toujours aussi enthousiasme à propos de tout… Ça lui avait manqué. « Eh? Quels traumatismes? Si tu parles de la fois où j’ai glissé des fausses araignées dans ta douche, ou des serpents dans ton lit, je plaide l’innocence! C’était bien trop drôle de te voir réagir! » Il n’y a pas un moment où Mikjall ne se sent pas bien avec Athena. Elle le rend… attendrit. Elle le fait devenir celui qu’il était avant. Elle lui fait du bien. Elle lui rappel qu’il a été bon, à une époque. « Toi? Parfaite? Tu rigoles! Rappel toi que c’est moi qui t’ai appris à marcher, sans moi, tu serais jamais devenu une magnifique ballerine, voyons! » Quoi? Se donner du mérite? À peine. Après tout, c’était la job d’un grand frère, non? Il se sent sourire, amusé.

Puis, ils arrivent à parler de Syrie, et le regard de journalisme s’assombrit un peu plus à cette pensée. Car cela fait peu de temps qu’il est revenu de Syrie, et il y est encore, parfois, quand il ferme les yeux. Il revoit les corps, il entend les bombes à nouveau, et sa blessure s’éveille. « Je… » Pour la première fois depuis longtemps, Mikjall hésite. Voilà longtemps qu’on ne lui avait pas ouvert la porte aussi grande pour parler de lui. Et surtout, voilà longtemps qu’il ne l’avait pas prit, cette main tendue. Car il ne parlait jamais de lui-même depuis des années. Soit il mentait sur son propos, soit il ne répondait pas aux questions, préférant bien plus faire craquer la personne pour que, elle, elle parle. Mais pas avec Athena. Il ne pouvait pas faire ça avec elle. Parler de lui. Une chose qu’il n’était pas capable de faire. Ou du moins, qu’il avait apprit à ne plus faire. « C’est un grand mot, bien, non? » finit-il par souffler, comme hésitant. « Et ma blessure se guérirait mieux si j’arrêtais de faire mon idiot, mais tu me connais… Qu’est-ce que je ne ferais pas pour un bon article de journal? » Jusqu’à risquer sa vie. Jusqu’à risquer ses amitiés. Jusqu’à tout risque, car rien n’importait plus que ça. « Tu sais, en revenant de Syrie, j’ai revu… J’ai revu cet homme. Celui que j’ai connu à Paris. » C’est une voix lointaine qui résonne entre vous, alors que Mikjall revoit ce regard bleuté qu’il aime tant. Le regard d’Aodhan. Le regard d’un criminel, qui n’a pas l’air d’être un criminel… « Je l’ai revu, et nous avons commencé à parler à nouveau ensemble. Et je me suis rappeler que… Je ne sais pas… Qu’il éveillait en moi quelque chose d’unique… » Il hausse les sourcils, étonné lui-même. « Je me suis rappeler qu’à une époque, je voulais encore aidé les autres. Et lui, particulièrement. Quand j’étais encore quelqu’un de bon. » Il secoue la tête, se tourne vers sa sœur en souriant un peu. « Mais en quittant Paris, je ne sais pas pourquoi… Mais j’ai perdu quelque chose là-bas. Une partie de moi-même. Et quand notre charmante mère – le sarcasme se faisait bien sentir – m’a engueuler, j’ai pris mes affaires et je suis partie. Et depuis, je cours après une ombre, Athena. Sans jamais réussir à la rattraper. C’est ce que je suis, l’ombre de moi-même. » Il prend une pâtisserie, la portant à ses lèvres pour la manger. « Notre mère a toujours voulu des enfants parfaits, mh? Toi pour devenir une ballerie, moi avec mes études en journalisme. Elle voulait des enfants parfaits, au détriment de leur bonheur, et au détriment du fait que nous étions simplement humains. Et que tu étais un enfant, à cette époque… » Il soupir un peu. « Je la déteste. » Il grogne un peu, venant prendre une croquer dans la pâtisserie.

©️ YOU_COMPLETE_MESS

_________________
Hold, hold on, hold onto me 'Cause I'm a little unsteady. A little unsteady. But if you love me, don't let go. If you love me, don't let go
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-on-ice.forumactif.com/t881-mikjall-esrasson-521-2199 http://walk-on-ice.forumactif.com/t840-mikjall-whatever-it-takes
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Tu es tout ce que j'ai. [Athena]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tu es tout ce que j'ai. [Athena]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Amis, envers et contre tout [ PV ]
» La politique du « tout va mal »...
» TNT - la télé tout numérique
» Tout le monde s'en fout...
» on nous cache tout...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Walk on Ice :: Reykjavik :: Residential Area :: Appartements-
Sauter vers: